Articles du bulletin

Depuis janvier 2019 les articles du Bulletin de l'Académie nationale de médecine sont diffusés sur le site ScienceDirect édité par la société Elsevier-Masson.

Numéros complets archivés en accès libre (jusqu'en 2018) :

Avant 2001 (Gallica) | 2001 à 2018



2740 résultats

  • Communication scientifique

    Éditorial : « Les maladies professionnelles, de la clinique et de l’épidémiologie à l’étude scientifique des postes de travail en vue de prévention et de réparation »

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dermatoses professionnelles dans les métiers de la construction : de la clinique et de l’épidémiologie à l’étude détaillée des postes de travail en vue de prévention

    Occupational contact dermatitis in construction workers : from clinical data to detailed study in the workshop in the view of prevention

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Le secteur des métiers de la construction expose à de multiples nuisances cutanées : ciment, solvants et peintures, colles diverses dont les résines époxydiques, très allergisantes, chez les menuisiers, charpentiers et ébénistes et hydrocarbures cancérogènes chez les asphalteurs et conducteurs d’engins, vibrations liées à des machines tenues à la main et enfin poussières de
    silice libre. Ces nuisances sont responsables de brûlures chimiques, de dermatites de contact par irritation ou allergie, de cancers cutanés mais aussi de phénomènes de Raynaud et de sclérodermie chez les tailleurs de pierre. le lien avec le travail repose sur des données épidémiologiques, scientifiques et surtout sur l’analyse détaillée et précise des conditions de travail. La prévention qui en résulte est essentielle.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les asthmes professionnels en France et le syndrome de Brooks

    Occupational asthma in France and Brooks syndrome

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les asthmes en lien avec l’activité professionnelle comprennent à la fois les asthmes professionnels tels que définis par les textes sur les maladies professionnelles, mais aussi les asthmes aggravés par le travail. Les mécanismes physiopathologiques peuvent être soit une sensibilisation par les cellules immunitaires comme dans l’asthme classique, soit des phénomènes d’inflammation due à des mécanismes irritatifs dont l’exemple type est le reactive airways dysfunction syndrome ou asthme aigu induit par les irritants. Les conséquences socio-économiques souvent péjoratives font que le diagnostic de ces asthmes en lien avec le travail doit être le plus précis possible mais nécessite de bien connaître les différents examens cliniques et paracliniques (tests allergologiques, mesures de l’inflammation, explorations fonctionnelles respiratoires) permettant d’aboutir à une certitude.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Actualités concernant les troubles musculosquelettiques du membre supérieur en relation avec le travail répétitif

    Les troubles musculo-squelettiques du membre supérieur (TMS) regroupent des affections douloureuses en lien avec l’hypersollicitation des tissus mous périarticulaires. Les principaux sont les tendinopathies de la coiffe des rotateurs de l’épaule, les épicondylalgies, le syndrome du canal carpien et les syndromes douloureux non spécifiques. Les TMS affectent des millions de travailleurs européens et représentent le premier problème de santé au travail dans l’Union Européenne. Ils témoignent de l’intensification des conditions de travail qui affecte un nombre croissant de travailleurs de l’industrie et des services. Leur répercussion en termes de souffrance et d’interruption des parcours professionnels, mais aussi de coûts économiques, en font une priorité de santé au travail. Il s’agit de maladies multifactorielles faisant intervenir des facteurs de susceptibilité individuelle et des facteurs professionnels non seulement biomécaniques, mais aussi psychosociaux et liés à l’organisation du travail. La prévention des TMS nécessite une approche globale et intégrée, privilégiant la réduction des risques à la source par une action en milieu de travail, le dépistage et la prise en charge précoce des travailleurs et, si nécessaire, une intervention de maintien en emploi.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les lymphomes non hodgkiniens et les pesticides

    Non-Hodgkin’s lymphoma and pesticides

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Parmi les facteurs environnementaux associés au risque de lymphomes non hodgkiniens (LNH), les expositions aux pesticides sont plus particulièrement incriminées et ont fait l’objet de nombreuses études épidémiologiques et méta-analyses. Des excès de risque ont ainsi pu être mis en évidence pour des pesticides de différentes classes comme les organochlorés, organophosphorés, carbamates, phénoxy-herbicides, avec des niveaux de présomption causale variables. Les LNH liés aux expositions professionnelles aux pesticides en milieu agricole peuvent être reconnus en maladie professionnelles grâce à un tableau correspondant. La prévention passe prioritairement par la non autorisation ou le retrait du marché des substances les plus dangereuses et par les mesures de prévention primaire au poste de travail.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Considérations sur le burn out en milieu de travail

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Peut-il être dressé un état du syndrome d’épuisement professionnel ou burn out en milieu de travail ? De façon générale, il est constaté en France la multiplication par sept entre 2012 et 2016 du nombre de maladies professionnelles psychiques reconnues, nombre passé de 82 à 563. Malgré les difficultés liées à l’absence de cadre nosologique le réseau national de vigilance et de prévention des maladies professionnelles parvient à identifier sous le classement « surmenage » les cas apparentés à cette description. Dans notre expérience ils représenteraient 23 % des consultants pour un motif psychologique. Ils sont retrouvés dans les secteurs professionnels de la santé, de la finance, de l’administration. Ils répondent à certaines expositions telles que les changements d’organisation, la surcharge de travail ressentie, les modalités particulières de management, l’inadéquation des moyens et des objectifs, les activités demandant une attention soutenue. Le mécanisme est celui du stress chronique avec dépassement du seuil de fatigue pour une raison légitime aux yeux de la victime déjà décrit par Claude Veil en 1959. La procédure particulière de reconnaissance en maladie professionnelle est justifiée mais gagnerait à être précisée sur le caractère essentiel du lien avec l’activité professionnelle. Il faut donc veiller au risque lié à la suractivité professionnelle et mettre en place en entreprise une politique globale de prévention portant sur les conditions de travail et sur le dépistage du stress professionnel avant décompensation. Plus largement les entreprises doivent promouvoir des organisations conciliant performance et management bienveillant.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 17-08. La médecine scolaire en France

    School Medicine in France

    L'auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La médecine scolaire concerne plus de 12 millions d’élèves en France et elle est sous l’égide du Ministère de l’Education nationale(EN). Elle a été organisée en France en 1945, par la mise en place d’un service d’hygiène scolaire qui instaura un examen médical d’entrée à 6 ans et des examens de santé réguliers. En 1946 les postes de médecins et d’infirmières scolaires sont créés. Le service de promotion de la santé en faveur des élèves a été créé au sein du Ministère de l’EN en 1991. Les tâches des personnels de santé se sont étendues par la prise en charge des élèves ayant une maladie chronique (1993), l’aide aux élèves atteints de handicap (2005) ou celle des enfants ayant des difficultés d’apprentissage (2015). On déplore cependant le manque de pilotage, d’évaluation et de clarté pour la gouvernance, en particulier pour les missions des médecins et des infirmières. Les objectifs pour la santé des élèves se sont multipliés, mais le nombre de médecins scolaires est en diminution constante passant de 1400 Médecins de l’éducation nationale (MEN) en 2006 à 1000 en 2016. L’attractivité pour la médecine scolaire est médiocre en raison de sa faible reconnaissance professionnelle et des mauvaises conditions matérielles. La répartition des MEN en France est très hétérogène, allant de 2000 à 46000 élèves pour un seul MEN. Le taux des visites pour les élèves de 6 ans varie selon les régions de 0 à 90% : en moyenne 57% des enfants ont eu un examen de santé pratiqué par un médecin ou par une infirmière en 2015. La carence en MEN menace la qualité et l’égalité du dépistage précoce et de la prévention, en particulier pour les grands problèmes de l’adolescence: échec scolaire, addictions, obésité, troubles neuropsychiques.L’Académie de médecine recommande de remédier d’urgence à la pénurie des MEN, de recadrer leur activité dans un statut de médecins de la prévention, d’assurer l’examen de santé pour tous les enfants de 6 ans, de réviser la gouvernance par la création d’un comité exécutif entre les ministères de l’EN et de la Santé, d’instaurer un enseignement universitaire de la médecine scolaire sous la forme d’une formation spécialisée transversale, et de mettre en place un système de santé scolaire organisé basé sur les personnels de la santé scolaire et les enseignants formés à cet effet.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Athérome et insuffisance rénale : la revascularisation peut-elle améliorer la fonction rénale ?

    Atherosclerotic renovascular disease. May revascularization improve renal function?

    L’auteur déclare n’avoir aucun conflit d’intérêt avec cet article.

    Le vieillissement de la population et le développement de l’athérome a entrainé une augmentation de la prévalence de la maladie réno-vasculaire athéromateuse. Le traitement médical et la prise en charge globale s’est améliorée au cours des trente dernières années. Malgré le développement des techniques de revascularisation, il n’est toujours pas clair de définir quel type de patients pourrait au mieux en bénéficier. Les études faisant état de la fonction rénale sont retenues pour cet article : traitement médical ou revascularisation ? Quelles sont les pratiques, dans la maladie athéromateuse réno-vasculaire, susceptibles d’améliorer la fonction rénale.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    Historique de la chirurgie de l’artère rénale pour athérome et hypertension artérielle « De l’âge d’or au xxe siècle et au-delà »

    History of Renal Artery Surgery for Atherosclerosis and Hypertension ‘‘ Challenges within and beyond the 20th Century Golden Age ’’

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts en relation avec le contenu de cet article.

    La chirurgie de l’artère rénale, apparue à l’orée du XXe siècle pour sauver le rein, s’est rapidement dirigée vers la transplantation rénale puis sur le traitement de l’HTA tout en préservant le rein pour des lésions de l’artère rénale, en prédominance, athéromateuses. Alors que les réparations chirurgicales atteignaient un haut degré de technicité et de fiabilité, elles ont été supplantées par des procédures endovasculaires ayant vite les mêmes potentialités. Au début du XXIe siècle, le traitement médical optimisé a été confronté aux indications sélectionnées de revascularisation dans la maladie athéromateuse avec l’HTA réfractaire, en particulier pour contrôler les conséquences sévères de celle-ci sur la fonction rénale ou cardiaque.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Addictions en milieu professionnel

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article

    Les conduites addictives constituent un problème de santé publique préoccupant. Elles sont susceptibles d’avoir un impact sur la vie professionnelle et d’engager la responsabilité de l’entreprise en cas d’accident. Elles peuvent menacer la sécurité des usagers, notamment lorsque les agents occupent des postes de sûreté et de sécurité. Les prévalences d’usage des substances psychoactives en population générale sont rappelées. Selon l’enquête du « baromètre santé 2014 », les consommations des substances psychoactives chez les actifs occupés étaient plus faibles que celles des demandeurs d’emploi tant pour les drogues licites (alcool p<0,05 ; tabac, p<0,001), que pour les drogues illicites (cannabis par exemple, p<0,001). En ce qui concerne les médicaments psychotropes, le « baromètre santé 2010 », montrait une prévalence d’usage dans l’année de 16,7 %. En 2014, trois milieux professionnels étaient concernés par des niveaux élevés de consommations de substances psychoactives licites ou illicites : le bâtiment et les travaux publics, le secteur englobant les arts, les spectacles et les services récréatifs, ainsi que le secteur de l’hébergement et de la restauration. Quant aux médicaments psychotropes l’enquête 2014 indiquait une prévalence d’usage dans l’année beaucoup plus élevée chez les femmes (de 13,1% à 30,0%), que chez les hommes (de 2,8% à 14,5%). Les conséquences des consommations de substances psychoactives dans le milieu professionnel sont rappelées : pertes de production, absentéisme, perte d’image pour l’entreprise, accidents du travail. L’Académie nationale de médecine propose un certain nombre de recommandations en raison de la gravité des conséquences sanitaires liées aux conduites addictives en milieu professionnel.

    Lire la suite >
  • Information

    Une introduction aux Mathématiques et Big Data en cancérologie

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Créativité et découvertes scientifiques après 65 ans. Science, Art et Vieillesse

    Creativity and scientific discoveries after 65 years. Science, Art and Aging

    L’auteur déclare qu’il n’a aucun conflit d’intérêt avec le contenu de l’article.

    La différence de créativité entre hommes de science et artistes assumée par Charles P. Snow en 1959 n’est pas certaine. Les prix Nobel Albert Einstein, Karl Polanyi et Rita Levi Montalcini ont une opinion opposée. Les professeurs en retraite sont des bibliothèques ambulantes ; ils ont personnellement vécu l’émergence de la quasi totalité des connaissances les plus importantes dans leur domaine de recherche. Nous avons étudié l’activité des professeurs universitaires cliniciens, émérites ou en retraite et en avons démontré le nombre, l’originalité et l’impact. Récemment Ehrich, Nwaneri et De Santo ont suivi l’activité des professeurs de pédiatrie émérites ou retraités (J Peds, 2017) dans presque 300 écoles de spécialisation post-universitaires. 50 % d’entre eux étaient engagés dans des activités relatives à la protection de la santé de l’enfant. Cette étude soutient l’idée que ces professeurs constituent une réserve de compétence à utiliser dans les pays souffrant d’un déficit en
    services de pédiatrie. Beaucoup d’artistes comme Michel Ange, David Bailly, Rembrandt, Katsushika Hokusai, Henry Moore, Oscar Niemeyer ont produit des chefs-d’oeuvres à un âge avancé. La production de textes sur la vieillesse est abondante. Elle a commencé avec Corneille (« vieillesse ennemie ! », Le Cid). La liste continue avec Carl-Henning Wijmark, Julian Barnes, Lynne Segal, Remo Bodei, Martin Amis. Ce dernier a peur du « tsunami argenté » des personnes âgées et propose pour elles l’ouverture de kiosques où l’on introduit quelques piécettes de menue monnaie afin d’obtenir un martini et un cocktail mortel. L’âge des contributions des hommes de science a une distribution aléatoire. Aux États-Unis les chercheurs seniors reçoivent la plupart de leurs financements des National Institutes of Health. Nuccio Ordine a écrit entre-temps (Les Belles Lettres, Paris, 2015) L’utilité de l’inutile, un livre qui nous aide à réfléchir sur le rôle des chercheurs universitaires pour qui « publier ou périr » ne saurait être un impératif.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le baclofène est-il efficace dans le traitement de l’alcoolisme ? L’étude Bacloville

    Is baclofen an efficient treatment for alcoholism? Bacloville study.

    Philippe Jaury déclare des liens d’intérêt avec : Ethypharm, Lundbeck, Novartis, Polpharma, Bouchara, Indivior.

    Le baclofène, agoniste des récepteurs GABA B, est prescrit depuis 40 ans pour le traitement de la spasticité à une posologie de 30 à 80 mg par jour. Depuis 2005 de hautes doses de baclofène sont utilisées en France dans l’alcoolodépendance, hors Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). En 2014 une Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) est promulguée par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Bacloville est une étude multicentrique (60 médecins généralistes), randomisée en double aveugle baclofène versus placebo chez des buveurs à haut risque (selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé) (OMS) pendant un an. C’est une étude pragmatique basée sur la réduction des risques. Pour le critère principal (consommation à bas risque au 12e mois) il y a 56,8 % de succès avec le baclofène et 35,8 % avec le placebo (p=0,003). Il y a plus d’effets indésirables dans le bras baclofène en comparaison avec le bras placebo, la plupart étant modérés et bien tolérés. Vu les méfaits de l’alcool le rapport bénéfice risque est en faveur du baclofène.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’hyperoxalurie primitive, aujourd’hui et demain

    Primary hyperoxaluria, today and tomorrow

    Conflits d’intérêts : PC a été expert et investigateur lors d’essais cliniques pour les laboratoires Oxthera, Dicerna et Alnylam-Sanofi.

    Les hyperoxaluries primitives sont transmises sur le mode autosomique récessif ; il s’agit d’affections rares et souvent graves, engageant alors le pronostic rénal et parfois le pronostic vital, notamment dans les formes à début précoce. Le type 1, le plus fréquent, résulte d’un déficit enzymatique (alanine-glyoxylate aminotransférase) dans les peroxysomes du foie, à l’origine d’une hyperoxalurie qui s’exprime initialement par des calculs avec ou sans néphrocalcinose. Au fur et à mesure que la filtration glomérulaire diminue, une surcharge systémique apparaît et n’épargne aucun organe, mais l’essentiel du stockage de l’oxalate est osseux. Le diagnostic repose sur l’oxalurie, puis le génotypage, car la confirmation du type d’hyperoxalurie est indispensable à la prise en charge et permet le diagnostic prénatal. Le traitement conservateur (pyridoxine, hydratation, inhibiteurs de la cristallisation) est essentiel et doit être précoce. Aucune méthode de dialyse n’est suffisamment efficace pour compenser la production d’oxalate, de sorte que la transplantation hépatique et rénale doit être planifiée avant le stade d’insuffisance rénale avancée, pour limiter les dégâts de la thésaurismose. Dans un avenir proche, de nouvelles thérapeutiques — notamment ARN interférant—pourront remplacer ou compléter la transplantation d’organes. Les hyperoxaluries primitives de type 2 et 3 sont plus rares et ont un phénotype moins sévère.

    Lire la suite >
  • Actualité scientifique

    Immunothérapie par anticorps monoclonaux : ingénierie, indications et perspectives

    L’immunothérapie par anticorps monoclonaux est aujourd’hui entrée en pratique clinique dans de nombreuses indications, dont celles du cancer, des maladies auto-immunes et inflammatoires, et des maladies infectieuses. Ces indications dépendent largement des innovations en matière d’ingénierie des anticorps et de l’approfondissement des connaissances sur leur mode d’action qui permettent une meilleure compréhension de l’efficacité et/ou de la résistance thérapeutiques. L’essor de ces technologies et de leurs applications nécessite de favoriser l’interaction avec l’industrie du domaine et d’en encadrer les prix et la commercialisation. Ces différents aspects qui pourraient légitimer une meilleure coordination à travers un programme national de soutien et d’expertise seront passés en revue.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’hypercholestérolémie familiale

    Familial Hypercholesterolemia

    EB déclare avoir reçu des honoraires des laboratoires suivants : AstraZeneca, AMGEN, Genfit, MSD, Sanofi and Regeneron, Unilever, Danone, Aegerion, Chiesi, Rottapharm-MEDA, Lilly, Ionis-pharmaceuticals, AKCEA.

    L’hypercholestérolémie familiale est une maladie génétique autosomique dominante liée à une mutation sur un des trois gènes impliqués dans le catabolisme des particules LDL (Low Density Lipoprotein) : LDL récepteur, apolipoprotéine B et proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9 (PCSK9). La prévalence est estimée entre 1 pour 500 naissances à 1 pour 250 quand le diagnostic est respectivement phénotypique et génétique. Du fait de l’élévation du LDL-cholestérol depuis la naissance et du niveau élevé (double de la normale dans la forme hétérozygote), l’exposition est très importante et explique le risque cardiovasculaire particulier de cette hypercholestérolémie. Le diagnostic est souvent fait tardivement au moment du premier accident cardiovasculaire. Un score clinique validé par une équipe hollandaise permet d’établir une probabilité diagnostique. Le traitement comprend les mesures hygiéno-diététiques et la correction de tous les facteurs de risques ainsi qu’un traitement précoce par statine si nécessaire associé à l’ezetimibe. La place des nouvelles thérapeutiques reste à déterminer mais les anticorps anti PCSK9 représentent une importante perspective pour les patients les plus graves.

    Lire la suite >
  • Autre

    Préambule à la chronique historique du professeur Jean-Luc de Gennes : « Introduction de la plasmaphérèse comme seul traitement efficace des hypercholestérolémies maximales et redoutables »

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    Introduction de la plasmaphérèse comme seul traitement efficace des hypercholestérolémies maximales et redoutables : telles les Hypercholestérolémies familiales homozygotes, ou d’autre origine non éclaircie, mais réfractaires à tous les traitements classiques connus jusqu’au là

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Mme Denise-Anne MONERET-VAUTRIN (1939-2016)

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Tatouages, la diffusion de la pratique et la diversité des produits utilisés justifient de nouvelles précautions

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le contenu de ce rapport.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dysplasie fibromusculaire : définition, critères diagnostiques, épidémiologie, étiologie et génétique

    Arterial fibromuscular dysplasia: Nosology, epidemiology and genetics

    Les auteurs déclarent n'avoir aucun lien d'intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La dysplasie fibromusculaire (DFM) est une pathologie artérielle particulière, non inflammatoire et non artérioscléreuse touchant les artères musculaires de moyen calibre, en particulier les artères rénales et les artères cervicales. Une classification radiologique (unifocale ou multifocale) a succédé à une classification histologique (intimale, médiale, péri-médiale). Certaines maladies rares syndromiques peuvent être associées à des lésions artérielles équivalentes à une DFM mais la présence de signes spécifiques oriente dans ce cas vers une étiologie particulière. Plusieurs études ont suggéré une influence génétique, en particulier la présence de cas familiaux dans 7 à 11 % dans les registres américains et français. Les premières études génétiques ont identifié un polymorphisme commun de susceptibilité à la DFM qui est aussi associé à d’autres pathologies vasculaires telles les dissections carotidiennes spontanées, la migraine, mais aussi de façon inverse la maladie coronaire. Ce polymorphisme, localisé au niveau du gène PHACTR1, semble être impliqué dans la régulation de l’expression de plusieurs protéines exprimées dans la matrice extra-cellulaire de la paroi vasculaire. D’autres études génétiques en cours devraient permettre de démembrer progressivement les mécanismes moléculaires multiples de la DFM.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Atteintes des artères rénales et viscérales dans la dysplasie fibromusculaire : histoire naturelle et prise en charge

    Renal and visceral presentations in fibromuscular dysplasia: Natural history and management

    Les auteurs déclarent n'avoir aucun lien d'intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La dysplasie fibromusculaire est une maladie non athéroscléreuse et non inflammatoire des artères de moyen calibre, particulièrement les artères rénales et les carotides (ces dernières sont traitées dans un autre article). Elle atteint en général des femmes de la troisième à la cinquième décade et peut être familiale. On en distingue deux types, multifocal (quatre cas sur cinq) et focal. Sa fréquence est sous-estimée car de nombreux cas sont asymptomatiques. La présentation la plus fréquente est l’hypertension, liée à une dysplasie des artères rénales. Cette dernière est peu évolutive, rarement responsable d’une dégradation de la fonction rénale. Elle peut être traitée par angioplastie percutanée. La dysplasie des artères digestives et des membres est rare et généralement asymptomatique. Une dissection spontanée aigüe coronaire peut révéler une dysplasie sur des sites extra-coronaires. Les données du registre ARCADIA montrent que la majorité des patients ont une dysplasie affectant des sites artériels multiples.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Atteintes artérielles cervicales et intracrâniennes dans la dysplasie fibromusculaire : présentations cliniques, diagnostic, pronostic, et prise en charge

    Cervical and intracranial fibromuscular dysplasia : clinical presentations, diagnosis, prognosis, and management

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    En dehors des artères rénales, les artères cervicales et à moindre degré intracrâniennes, sont très fréquemment touchées au cours de la dysplasie fibromusculaire (DFM). Le spectre des manifestations cliniques est très large allant de formes de découverte fortuite ou lors de symptômes mineurs (céphalées, acouphènes) à des manifestations neurovasculaires parfois très graves (infarctus cérébral, dissection artérielle cervicale, hémorragie méningée). Alors que la DFM cervicale touche essentiellement la femme d’âge moyen, l’épidémiologie de l’atteinte intracrânienne est mal connue. Les artères carotides internes sont plus fréquemment touchées que les artères vertébrales et l’atteinte intracrânienne isolée est très rare. Le phénotype artériel multifocal (« collier de perles ») est le plus fréquent, et est de diagnostic généralement aisé par angioscanner, angio-IRM, ou angiographie conventionnelle. Cependant, des formes unifocales existent (en particulier chez l’enfant) et sont de diagnostic plus difficile. Une forme particulière de dysplasie unifocale, à type de diaphragme, localisée à l’origine de l’artère carotide interne est décrite chez les sujets d’origine africaine ou afro-caraibéenne. En l’absence d’une dissection artérielle cervicale ou intracrânienne aiguë, ou d’une atteinte hémodynamique, la démonstration de la relation de causalité entre la DFM et l’événement neurovasculaire n’est pas toujours possible. L’histoire naturelle d’une DFM, en particulier de découverte fortuite, semble excellente mais il existe peu d’études prospectives. En l’absence d’études randomisées ou même d’études observationnelles suffisamment larges, les stratégies thérapeutiques médicales et interventionnelles sont essentiellement fondées sur des recommandations d’experts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Éditorial : La chirurgie robot-assistée

    Robotic-assisted surgery

    L’auteur déclare ne pas avoir de lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Chirurgie assistée par robot : principes et indications ; formation et évaluation des compétences

    Robotic-assisted surgery: principles and indications; learning and assessment of competencies

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La robotique, ou plutôt la télémanipulation chirurgicale a connu un développement exponentiel depuis son introduction en 1999. De l’urologie, spécialité principale utilisatrice pendant plusieurs années, elle a étendu son domaine à la gynécologie, la chirurgie générale, puis à la plupart des spécialités. La formation en robotique, gérée jusqu’ici par l’industriel, comme pour la conduite automobile au début du XXe siècle, doit maintenant être prise en main par les professionnels, sociétés savantes, collèges d’enseignants et universités. Elle comporte trois étapes : la formation de base commune à toutes les spécialités, formation à la maîtrise technique du robot ; la formation avancée, spécifique à chaque spécialité et chaque intervention ; et la formation non technique, encore plus nécessaire en robotique qu’en chirurgie conventionnelle. La formation ne peut être dissociée de l’évaluation des compétences, indispensable avant mise en pratique sur l’humain.

    Lire la suite >