Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3691 résultats

  • Communication scientifique

    Le principe de précaution en médecine : vingt ans après

    The precautionary principle in medicine: Twenty years later

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Objectifs
    Le principe de précaution (PP) est un mode de gestion des risques en situation d’incertitude scientifique. Son absence de définition dans les textes officiels et le flou qui entoure ses modalités d’application ont suscité de multiples interprétations et polémiques. Initialement limité à l’environnement puis étendu à la santé, la mise en œuvre de ce principe a fait craindre une judiciarisation de l’activité de soins et une entrave à la recherche biomédicale.

    Méthode
    Douze auditions ont été réalisées de vingt-quatre personnalités concernées par le principe de précaution ainsi qu’une analyse de la littérature.

    Résultats
    Notre analyse renouvelée du PP a fait apparaître les points suivants : le PP est une démarche formalisée qui repose sur une attitude de prudence, un raisonnement fondé sur des hypothèses et des dispositions de précaution. Son dévoiement, sous la forme du « précautionnisme », est responsable de l’application de mesures de précaution inappropriées ; la médecine de soins individuelle est parfaitement encadrée par le Code de déontologie médicale ; nul n’a besoin, en pratique courante, de solliciter le PP ; la recherche biomédicale obéit également à des procédures bien définies et autonomes. Cependant toute recherche doit se garder d’un « précautionnisme », d’essence administrative, susceptible d’élever des obstacles au déroulement de ses programmes. Dans les deux domaines précités, des innovations de rupture susceptibles d’engendrer des transformations sociétales pourraient mobiliser conjointement le PP et un questionnement éthique ; en revanche la santé publique est un domaine d’application du PP, dans la mesure où l’État a pour mission régalienne de protéger les populations ; on peut tenir pour assuré qu’en dehors de la santé publique, le PP ne s’applique pas dans le champ médical.

    Conclusion
    En conséquence, la maîtrise du PP implique de promouvoir des actions de formation à l’adresse des médecins, des décideurs politiques et administratifs, des établissements d’enseignement et des médias.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouveaux critères diagnostiques des mastocytoses : des progrès mais encore des interrogations

    New diagnostic criteria for mastocytosis: Progresses but still pending questions

    Déclaration de liens d'intérêt :
    En rapport avec la revue : l’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.
    En dehors de cette revue : 1. Subventions de recherche : Blueprint Medicines, 2. Consultances et honoraires : AB Science, Blueprint Medicines, ThermoFischer.

    Les mastocytoses sont un groupe hétérogène d’hémopathies rares caractérisées par l’accumulation de mastocytes clonaux dans divers organes, notamment la peau, et dans leurs formes systémiques la moelle osseuse, la rate, le foie, et le tube digestif. Depuis 2001, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en distingue deux variantes pronostiques, à savoir les mastocytoses cutanées isolées et les mastocytoses systémiques. Bien que cette classification reste valable à ce jour, de nouvelles données diagnostiques et pronostiques ont rendu nécessaire son amélioration. Au cours des vingt dernières années, les experts du réseau européen de compétence des mastocytoses (European Competence Network on Mastocytosis ; ECNM) et de l’initiative américaine sur les maladies à mastocytes (American Initiative in Mast Cell Diseases ; AIM) ont ainsi mené une série d’études de validation, la plupart fondées sur la base de données patients de l’ECNM. Partant de ces nouvelles connaissances sur la pathogenèse et le pronostic des mastocytoses, le groupe de consensus a proposé des ajustements des critères du diagnostic et de la classification de ces pathologies. Cette proposition améliorée a été adoptée en 2022 par l’OMS et simultanément, mais avec de légers ajustements, dans la classification consensuelle internationale (International Consensus Classification ; ICC). Nous aborderons dans cette revue les nouveautés marquantes de ces deux classifications et des critères diagnostiques de ces maladies.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Vers un modèle en méta-réseau du fonctionnement cérébral : contribution de la chirurgie éveillée des gliomes de bas grade et implications thérapeutiques

    Towards a meta-networking model of brain processing: Contribution of awake surgery for low-grade glioma and therapeutic implications

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les gliomes de bas grade sont des tumeurs cérébrales lentement évolutives qui génèrent des mécanismes de neuroplasticité (remodelage des cartes neurono-synaptiques) permettant une compensation fonctionnelle prolongée, jusqu’à la survenue d’une crise d’épilepsie révélatrice. En raison d’une transformation maligne inéluctable en l’absence de traitement, le pronostic fonctionnel puis vital est engagé approximativement dans les 6–7 ans après le diagnostic. La réalisation d’une chirurgie maximale précoce a majoré significativement les médianes de survie ≈20 ans, tout en préservant, voire améliorant la qualité de vie. Ces interventions ont été effectuées chez les patients éveillés, afin de bénéficier d’une carte fonctionnelle individuelle des réseaux neuronaux impliqués dans le mouvement, le langage, la cognition (conscience visuo-spatiale, fonctions exécutives, attention…) et l’émotion. Le risque opératoire a été réduit ≈1 %, y compris en régions classiquement considérées comme « inopérables », avec 94 % de retour au travail. Ces cartographies cérébrales ont également résulté en une meilleure compréhension du connectome, organisé en circuits parallèles distribués, à large échelle, interactifs et capables de se compenser dans une certaine mesure – d’où le potentiel de plasticité. Les observations issues de ces opérations ont conduit à l’élaboration d’une théorie en méta-réseau du fonctionnement cérébral, basée sur une interaction dynamique intra- et inter-systèmes transitoirement générée pour permettre un comportement adapté aux demandes environnementales, rompant avec la tradition localisationniste. Cette vision intégrée ouvre de nombreuses portes vers de nouveaux modèles cognitifs en neurosciences fondamentales ainsi que vers des stratégies thérapeutiques innovantes chez les patients cérébrolésés, en neurochirurgie, neurologie, rééducation fonctionnelle et psychiatrie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La protéine S100B, premier marqueur pour le diagnostic biologique du traumatisme crânien léger

    S100B protein, a precursor biomarker of mild traumatic brain injury

    ’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les traumatismes crâniens légers (TCL) représentent environ 80 % de tous les cas de traumatismes crâniens TC et constituent une source croissante de morbidité et de mortalité dans le monde. L’imagerie médicale (scanner craniocérébral) est un examen complémentaire essentiel mais ses inconvénients (coût, irradiation, disponibilité) ont favorisé l’émergence de marqueurs biologiques des lésions cérébrales traumatiques. La protéine S100B est une petite protéine sélectivement synthétisée et libérée par les astrocytes, présente dans la circulation sanguine après passage de la barrière hématoméningée. Dans le contexte de TCL, le dosage sanguin de la protéine S100B a été développé et évalué depuis plus de 25ans, notamment en France. Les recommandations nationales françaises et étrangères l’intègrent dorénavant dans la prise en charge des TCL, en substitution partielle du scanner. Les méthodes de dosage sont aujourd’hui fiables et présentes dans de nombreux laboratoires de biologie médicale. Le seuil de pathologie, en deçà duquel un diagnostic de TCL peut être éliminé avec une sensibilité d’environ 100 %, est aujourd’hui bien établi, chez l’adulte comme aux âges extrêmes de la vie (nourrissons et enfants, personnes âgées). Le recours au dosage sanguin de la protéine S100B dans cette indication d’évaluation des TCL permet de supprimer environ 30 % des scanners prescrits. La présente revue fournit les données (physiopathologiques, biologiques, cliniques) acquises depuis plus de 25ans sur ce biomarqueur de plus en plus utilisé en pratique clinique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Forces mécaniques et cavéoles : nouveaux aspects physiopathologiques

    Mechanical forces and caveolae: New pathophysiological aspects

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les cellules et les tissus de l’organisme subissent constamment des forces mécaniques diverses, telles que l’étirement des cellules musculaires, la compression des cellules adjacentes aux tumeurs solides, et les forces de cisaillement dues à l’écoulement des fluides dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Ces forces influencent significativement le comportement cellulaire, régulant des fonctions allant de la signalisation à la transcription des gènes. Elles jouent également un rôle important dans un nombre croissant de pathologies, notamment le cancer, la fibrose, les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives. Les cellules détectent ces forces mécaniques grâce à des mécanosenseurs, principalement localisés à la membrane plasmique, et les traduisent en signaux biochimiques par le biais de la mécanotransduction. Les cavéoles, petites invaginations de la membrane plasmique riches en cholestérol et en glycosphingolipides, sont associées à la signalisation intracellulaire depuis leur découverte dans les années 1960. Notre laboratoire a récemment mis en lumière le rôle crucial des cavéoles dans la réponse cellulaire aux stress mécaniques. Ces organelles ne protègent pas seulement la membrane cellulaire, mais régulent également la mécanotransduction. La découverte récente de la fonction mécanique des cavéoles invite à réévaluer la pathogenèse des maladies impliquant ces structures. Les interactions entre les forces mécaniques et les cavéoles revêtent une importance particulière dans divers contextes physiopathologiques. Comprendre ces nouveaux aspects physiopathologiques nécessite une approche multidisciplinaire combinant biologie cellulaire et biophysique. Les avancées dans ces domaines ouvrent des perspectives pour de nouvelles stratégies thérapeutiques et biomarqueurs diagnostiques basés sur la fonction mécanique des cavéoles.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Réformer la médecine hospitalière : une nécessité absolue

    Aucun lien d'intérêt.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La recherche scientifique en médecine

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Les relations entre la France et le Liban dans le monde médical et scientifique

    Relations between France and Lebanon in the medical and scientific world

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Évaluation d’une stratégie éducative psychosociale en santé destinée aux patients atteints du VIH pour l’amélioration de la suppression virale au Centre Médical Béraca

    Evaluation of a psychosocial health education strategy for HIV patients for the improvement of viral suppression at Beraca Medical Center

    Paul Marc Hansley Joachim rapporte que l'aide à la rédaction du rapport a été fournie par l'Université de Lorraine, CHRU de Nancy, Département d'anesthésiologie, de soins intensifs et de médecine d'urgence. Paul Marc Hansley Joachim rapporte que le soutien administratif et l'aide à la rédaction ont été fournis par Catholic Medical Mission Board Inc. David Zéphirin déclare ne pas avoir de liens intérêts.

    L’infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH), traitée par les antirétroviraux, est considérée actuellement comme une maladie chronique. Au Centre Médical Béraca, l’un des principaux établissements de prise en charge des patients atteints du VIH du département du Nord-Ouest d’Haïti, une stratégie éducative psychosociale pour l’amélioration de l’adhérence au traitement des patients a été mise en place en 2021. Cette stratégie vise l’accompagnement des patients avec une charge virale détectable, en vue d’améliorer leur suppression virale. Une évaluation de cette stratégie à travers une étude qualitative a été réalisée. Elle a pris en compte les éléments de mise en place, d’exécution et des résultats à partir de la consultation de documents et d’entretiens semi-directifs adressés aux parties prenantes. L’analyse a permis d’apprécier l’adaptation innovante de la stratégie face aux ressources disponibles, mais également les failles de sa démarche liées à la population visée par rapport à son objectif principal qu’est la suppression virale.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Techniques biomédicales au service de l’archéologie : utilisation des dosages de métaux pour l’identification de zones sacrificielles (palais royal de Bapa, Cameroun)

    Biomedical techniques at the service of archaeology: Use of metal quantifications for the identification of sacrificial zones (royal palace of Bapa, Cameroon)

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Objectif
    L’analyse élémentaire des perturbations chimiques d’origine anthropique bénéficie aux études archéologiques. Pour la première fois, une fouille archéologique menée par le musée du quai Branly et l’université Versailles St-Quentin a appliqué ces techniques biomédicales au sol archéologique afin de mettre à jour la topographie précise de pratiques magico-religieuses.

    Matériel et méthodes
    En avril 2022, dans les ruines d’une case sacrée du palais de Bapa, en territoire Bamiléké (Cameroun), des échantillons prélevés sur 12 unités stratigraphiques (US) ont permis d’identifier les répartitions de 15 éléments, dosés par spectrométrie d’émission optique en plasma induit (ICP-OES).

    Résultats
    La plupart des éléments sont présents en concentrations maximales dans l’US 14, hormis les éléments d’origine tellurique (Al, Fe, Pb, Ti) qui présentent une répartition homogène sur l’ensemble des US.

    Conclusions
    Grâce à des techniques biomédicales utilisées en transversalité, les données d’archéologie de terrain ont pu être approfondies, et jointes à la connaissance ethnographique pour identifier des zones de fonctions rituelles qui n’ont pas laissé de traces macroscopiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’interface anticorps IgA/microbiote intestinal : santé, maladie et perspectives thérapeutiques

    IgA antibody/intestinal microbiota interface in health or disease, and therapeutic perspectives

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’intestin humain est densément colonisé par des microbes commensaux, qui contribuent grandement à façonner notre système immunitaire. L’immunoglobuline A (IgA) sécrétoire n’est plus seulement connue pour jouer un rôle crucial dans la compartimentation du microbiote intestinal à travers son rôle d’exclusion immune de pathogènes potentiels intraluminaux. Au cours de la décade qui vient de s’écouler, et notamment grâce à l’essor de la métagénomique et de la cytométrie bactérienne, le rôle central de l’IgA dans l’établissement et dans le maintien à long terme d’un microbiote intestinal commensal sain est maintenant reconnu. Les implications thérapeutiques et diagnostiques de ces nouvelles découvertes dans diverses maladies sont décrites.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Comment faire de l’après-cancer un projet de vie, plutôt qu’un projet de survie

    How to make post-cancer a life project, rather than a survival project

    Déclaration de liens d'intérêt :
    Privé : Roche, GSK, MSD, Astra Zeneca, Exact science (contrats à chaque fois ponctuels).
    Public : membre du conseil de Faculté Sorbonne université, membre du CNU section 54-03, membre du Conseil national gynécologue obstétriciens français (CNGOF), Société national d’oncologie gynécologique (SFOG), European Society of Gynecologic Oncology (ESGO).

    La promesse d’un après-cancer synonyme de nouveau projet de vie et non pas de survie passe par différentes étapes qui pour certaines précèdent même la prise en charge. Ainsi, il faut d’abord s’attacher à adapter la gestion du risque de cancer à chaque sujet en fonction de son histoire familiale, de ses facteurs de risques pour adapter les modalités de dépistage et de prévention et ainsi permettre des diagnostics précoces qui limitent l’impact des traitements et peuvent améliorer la survie. Une fois porté le diagnostic de cancer, l’accès à des parcours diagnostiques complets, rapides et prenant en compte les spécificités de chaque patient permettra un meilleur vécu, gage d’une meilleure récupération. Le praticien en situation de « partage décisionnel » avec le patient doit choisir le traitement le plus efficace mais aussi limiter les risques de séquelles. La période d’après-cancer en elle-même peut être vécue comme une période de solitude et, aidé de nouveaux acteurs de santé, le praticien doit aussi accompagner cette étape vers le complet rétablissement.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Le déni de maltraitance met l’enfant en péril

    Lire la suite >
  • Autre

    Hommage à Alain Cribier

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Patients Partenaires

    Patient partners

    Le concept de patient partenaire est une étape importante sur le long chemin de l’évolution sociétale en médecine. Il repose sur la reconnaissance de l’existence d’un savoir fondé sur l’expérience de leur maladie développée par les patients ayant une pathologie chronique. Les patients partenaires peuvent faire profiter de ce savoir les autres patients (rôle de pair-aidant), les étudiants en santé (rôle de patient-enseignant), les chercheurs (rôle de co-chercheur) et les instances décisionnelles (rôle des Associations de patients). Dans ce rapport, nous privilégions le terme de patient partenaire, par rapport à celui de patient expert. Le concept de patient partenaire doit être vu comme un moyen d’améliorer l’efficacité des soins en général et la relation thérapeutique en particulier. Une co-construction précise de sa mise en œuvre est indispensable. Des garde-fous doivent être mis en place pour éviter des démarches illégitimes pouvant aboutir à des non-sens médicaux ou des dérives mercantiles, voire sectaires. Pour éviter ces dérives, les patients partenaires doivent pouvoir avoir bénéficié d’une formation, actuellement délivrée dans plusieurs universités et/ou par des Associations de patients elles-mêmes. Le développement à côté de la médecine de précision (pour les patients) d’une médecine participative (avec les patients) contribue au développement d’une médecine apportant en même temps les meilleurs traitements médicaux et les meilleurs soins humains.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Maltraitance physique chez l’enfant. Améliorer le repérage, le diagnostic et la prise en charge dans le secteur de la santé

    Physical abuse in children Improving identification, diagnosis and management in the health sector

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt autres que scientifiques avec le sujet du rapport.

    La maltraitance à enfants a longtemps été ignorée. Les récents plans ministériels prévoient de nombreuses mesures de protection dont le déploiement d’unités d’accueil pédiatriques des enfants en danger (UAPED). Malgré toutes ces avancées, le diagnostic reste sous-estimé dans le secteur de la santé avec une prévalence de l’ordre de 1 enfant sur 10 dans les pays à hauts revenus, toutes catégories de maltraitance confondues. La fréquence de décès serait de 1 enfant tous les 5 jours en France. Les violences subies durant l’enfance représentent une lourde perte de chance en termes d’espérance de vie, de santé, de développement et d’insertion. Le rapport est limité aux Maltraitances Physiques chez l’Enfant (MPE) et n’aborde donc pas les maltraitances sexuelles. Le maître-mot est la nécessité d’hospitaliser l’enfant pour une protection immédiate, une évaluation multidisciplinaire, les soins et l’alerte des autorités en temps utile. Les résultats de l’étude montrent une réelle prise de conscience de la MPE dans le secteur pédiatrique. Toutefois, le diagnostic peut être sous-estimé et banalisé chez l’enfant, ce qui signifie que l’étiologie « traumatisme infligé » doit être évoquée largement par le médecin quel que soit son lieu d’intervention. Il y a une amélioration nette de la formation dans ce domaine. Toutefois, le rapport met en évidence une insuffisance persistante des moyens humains dans les secteurs des UAPED, de médecine scolaire, de PMI et de pédopsychiatrie. Le psycho-traumatisme doit être pris en charge à court, moyen et long terme. Le diagnostic différentiel permet d’éliminer toutes les étiologies confondantes tels que traumatisme accidentel, maladie rare ou autres. Tout médecin doit pouvoir être guidé, accompagné et protégé pour les situations de MPE. Les médecins référents « Violences » des conseils départementaux de l’ordre des médecins (CDOM) doivent avoir une compétence dans le domaine de la MPE. L’académie nationale de médecine propose 6 recommandations : une hospitalisation prioritaire de tout enfant victime ou suspect de MPE jusqu’à ce que tous les éléments du diagnostic soient établis ; un renforcement des moyens humains des UAPED en y intégrant un temps de pédopsychiatrie ; un renforcement du repérage des situations à risque dès la maternité ; un renforcement de la protection et de l’accompagnement des médecins afin que ceux-ci n’hésitent plus à signaler les situations de MPE ; l’extension du périmètre du numéro 119 aux médecins et personnels de santé ; la création d’un registre national pour suivre l’épidémiologie et juger de l’efficacité des mesures prises

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les punaises de lit en 2024 : réalités, risques et impostures

    Bedbugs in 2024: realities, risks, and deceptions

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Lever les freins au développement de la Recherche clinique en France

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec le sujet abordé.

    La recherche clinique correspond aux études scientifiques réalisées sur la personne humaine, en vue du développement des connaissances biologiques ou médicales. Afin d‘améliorer la compétitivité et l’attractivité de la France dans ce domaine, nous avons identifié un certain nombre de freins : lourdeurs administratives, capacités réduites à inclure rapidement, absence de disponibilité des investigateurs pour la recherche, difficultés à obtenir des financements académiques et à en disposer, difficultés d’adaptation rapide aux nouvelles technologies de santé et aux nouvelles méthodologies, prise en compte insuffisante des attentes des patients au regard de la recherche clinique. A la suite de ces constats, nous avons identifié 20 pistes de réflexion et émis 5 recommandations fortes : 1-Limiter et mesurer les délais règlementaires et surtout post- règlementaires en simplifiant les démarches administratives pour s’adapter à la compétition internationale. 2-Structurer, financer et recenser des réseaux, registres, cohortes et centres de ressources biologiques pour inclure rapidement. 3-Réuniversitariser et remédicaliser la gouvernance des CHU et des DRCI. 4-Restructurer l’organisation des CHU autour de pôles Hospitalo-universitaires intégrant des services de soins, des laboratoires et des équipes de recherche et disposant de moyens pour remettre la recherche au cœur des CHU et redonner du sens et de l’attractivité au métier d’hospitalo-universitaire. 5-Instituer au sein du ministère de la Santé une gouvernance médicale (le COHR) de la recherche hospitalière financée par les MERRI en réformant profondément la procédure d’allocation des moyens en la fondant sur des critères objectifs de qualité scientifique et de besoin médical

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 24-04. Pour une éducation des jeunes citoyens à la prévention en santé

    Educating young citizens about preventive health care

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts

    En France où la qualité des soins est reconnue, la prévention en santé est insuffisante. Il en résulte d’importantes inégalités de santé, et les valeurs médiocres de certains indicateurs comme l’espérance de vie en bonne santé ou la prévalence de d’obésité. Dans ce contexte, renforcer la prévention est un enjeu majeur pour la santé des Français, et un objectif prioritaire à développer par les pouvoirs publics. C’est également un enjeu pour la maîtrise des dépenses liées aux soins, et donc pour la pérennité de notre système de santé. La méconnaissance, par les citoyens, des principaux enjeux sanitaires et des déterminants de la santé représente un handicap au déploiement d’une politique de prévention. En effet, pour être efficace, une politique de prévention doit être acceptée et comprise par tous. Ceci rend indispensable d’inculquer à la population française une culture de la prévention en santé, qui passe par l’éducation de tous à la compréhension des enjeux et déterminants de santé. Faisant le constat que l’éducation est un déterminant essentiel de la santé, et que dans notre pays les pouvoirs publics font de l’école le pivot de l’éducation à la santé, il apparaît que si la biologie, la physiologie et la santé sont présentes dans les programmes scolaires, leur lien avec la prévention y est insuffisamment formalisé. D’autre part, le « parcours éducatif de santé » mis en place en 2016 pour mettre en œuvre des actions de prévention hors programmes scolaires, est déployé de façon hétérogène sur le territoire national. Les volumes d’enseignement consacrés aux thématiques de santé et prévention dans les programmes scolaires sont insuffisants au regard d’autres disciplines importantes. Compte tenu de ces éléments, l’Académie nationale de médecine appelle à une nouvelle alliance entre le monde éducatif et le monde de la santé, et recommande l’inscription dans les programmes scolaires d’une « éducation des jeunes citoyens à la prévention en santé » graduée de la maternelle au lycée. C’est l’école de la république qui doit assurer cette mission, pour ancrer dès l’enfance les connaissances et comportements qui permettront aux futurs citoyens d’adhérer aux politiques de prévention. Une éducation de la jeunesse à la prévention en santé est aussi indispensable à l’école que l’enseignement moral et civique. Parce que prendre soin de sa santé, c’est aussi protéger les autres et agir de façon responsable pour la société.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 24-05. Comprendre la place de l’irrationalité dans le soin : quelles conséquences pour la pratique et la formation des soignants ?

    Understanding the place of irrationality in care: What consequences for the practice and training of carers?

    Les membres du groupe de travail déclarent l’absence de liens d’intérêt.

    Un nombre important de personnes se tournent vers des thérapies non conventionnelles, parfois au détriment de leur santé. Les motivations sont nombreuses : insatisfaction vis-à-vis du système de santé et de ses acteurs notamment du fait d’une perte de sens dans le soin, sentiment de méfiance envers la science, informations fallacieuses et complotisme étalés sur les réseaux sociaux. Dans un tel contexte, les soignants peuvent se sentir démunis face à des comportements qu’ils jugeront comme manifestement irrationnels. L’irrationalité d’un comportement est cependant un concept délicat à manier et qu’il faut considérer avec prudence dans le cadre de la relation médecin malade. Lors de la rencontre avec un patient la question de la finitude de la vie n’est jamais totalement absente. Construire une alliance thérapeutique implique souvent de prendre en compte une telle réalité. L’Académie nationale de médecine se doit de rappeler que la pratique clinique repose sur la maîtrise d’un savoir hautement scientifique et technique mobilisé dans le contexte d’un dialogue entre deux êtres humains, chacun empreint de sa propre subjectivité. Des pistes concrètes sont proposées dans ce rapport, dans les domaines de l’exercice clinique, de la formation des soignants, de l’information des patients et plus généralement des citoyens. Il s’agit d’un enjeu de toute première importance pour garantir un système de soin à la fois bienveillant et efficace, conditions nécessaires pour éviter le recours à certains soins alternatifs potentiellement délétères. C’est à ces conditions que notre système de soin sera véritablement « rationnel ».

    Lire la suite >
  • Avis

    Avis. Risques zoonotiques et traumatiques liés aux contacts des enfants avec les animaux de compagnie non traditionnels (ACNT)

    Zoonotic and traumatic risks linked to children's contact with non-traditional companion animal (NTCA)

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Cet avis a pour objectif de présenter les risques occasionnés par des contacts de l’enfant avec des animaux autres que le chien et le chat (Animaux de compagnie non traditionnels ou ACNT). L’engouement pour ces ACNT est en progression constante qu’il s’agisse du domicile familial (reptiles, amphibiens, petits rongeurs…) ou dans des lieux publics (fermes pédagogiques, mini-fermes, zoos, animaleries, aquariums…). Ces risques sont accrus chez le jeune enfant âgé de moins de 5 ans du fait de sa plus grande vulnérabilité, de son inconscience du risque traumatique ou infectieux ainsi que son comportement naturel de mettre toujours ses mains à la bouche, la recommandation de lui laver les mains étant inadéquate dans ce cas. À la différence de certaines zoonoses considérées comme très fréquentes comme la teigne observable simultanément chez l’animal et son propriétaire, il existe certainement une sous-estimation voire l’ignorance de certains risques pour l’enfant quand il s’agit d’un ACNT apparemment en bonne santé mais excréteur d’un agent pathogène. Les exemples sont nombreux : rat et hantavirus de Séoul, hamster et chorioméningite lymphocytaire, oiseau et Chlamydia psittaci, ruminants et colibacillose entérohémorragique, rongeurs, volailles ou reptiles et salmonellose… Ceci peut expliquer une sous-estimation voire l’ignorance de ces risques pour l’enfant à son domicile ou dans un lieu public où l’on oubliera d’appliquer les mesures de biosécurité permettant d’éviter une contamination directe ou indirecte. Par conséquent, il importe : d’avertir le public de ces risques ; d’afficher les mesures de biosécurité nécessaires dans les établissements accueillant enfants et animaux ; de renforcer le contrôle sanitaire du commerce de ces ACNT ; de créer une plateforme d’épidémiosurveillance regroupant tous les acteurs concernés (laboratoires de diagnostic, médecins, vétérinaires…) et en favorisant le partage des données informatives ; de déconseiller tout contact étroit entre l’enfant âgé de moins de 5 ans et certains ACNT au domicile (reptiles, amphibiens, oiseaux) comme dans les lieux publics (ruminants…) ; d’éviter l’implantation des zones de restauration près des mini-fermes destinées aux enfants.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 24-03. Systèmes d’IA générative en santé : enjeux et perspectives

    Generative AI systems in healthcare: Challenges and prospects

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La santé est un des domaines majeurs d’application des technologies dites d’intelligence artificielle. Tous les domaines de la santé et toutes les spécialités sont concernés. Les systèmes d’intelligence artificielle générative (SIAgen) impressionnent par leur capacité à produire en quelques secondes des textes souvent pertinents, mais aussi parfois erronés. Leurs champs d’applications dans le domaine de la santé sont vastes et peuvent aller de l’aide à la rédaction de notes d’information à la rédaction de thèses ou de projets de programme de recherche. Pour les utiliser à bon escient il est important d’en connaître les principes de fonctionnement. Les SIAgen fonctionnent à partir d’auto-apprentissage basé sur un nombre extrêmement élevé d’exemples, ce qui est très différent de l’approche humaine, qui s’appuie sur l’expérience, le contexte et un système de valeurs. Ils génèrent des textes avec une grande rapidité mais ne sont pas entraînés à rechercher ou à dire la vérité. Une validation humaine est donc toujours nécessaire. Par ce rapport, l’Académie nationale de médecine explicite plusieurs de ces avancées pour la santé, décrit les enjeux d’éthique associés et recommande des points d’actions à mettre en œuvre sans délai.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Drépanocytose ; une maladie qui n’est plus rare en France, en quête de nouveaux traitements

    Sickle cell disease: No longer rare in France, in search of new treatments

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les complications de la drépanocytose, de l’enfant à l’adulte

    Complications of sickle cell disease, from childhood to adulthood

    M. de Montalembert est membre de Boards pour Addmedica, Vertex, Novartis. Les autres auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La drépanocytose est une maladie génétique d’expression très variable, qui n’est plus rare en France. Chez l’enfant, les principales complications sont les infections, les épisodes d’anémie aiguë et les crises douloureuses. Si les complications sont généralement transitoires et régressives chez l’enfant, la drépanocytose provoque à bas bruit des altérations vasculaires diffuses qui provoquent chez l’adulte des atteintes chroniques d’organe. Celles-ci, et les crises douloureuses qui tendent à devenir chroniques, sont responsables d’une diminution importante de l’espérance de vie (en moyenne une cinquantaine d’année) et de sa qualité.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Physiopathologie de la drépanocytose et perspectives thérapeutiques

    Pathophysiology of sickle cell disease and therapeutic perspectives

    Le Professeur Olivier Hermine est co-fondateur d’AB Science.

    La compréhension de la physiopathologie de la drépanocytose a nettement progressé au cours des dernières années. Si le globule rouge déformé en faucille reste la première cellule impactée par cette hémoglobinopathie secondaire à une mutation du gène de β-globine, les cellules endothéliales et les cellules de l’immunité innée activées par l’hémoglobine S (HbS) et par l’hème s’avèrent également des acteurs clés de la physiopathologie de la drépanocytose. Les anomalies du tonus vasculaire, l’adhérence accrue des globules rouges et des neutrophiles à l’endothélium vasculaire, l’inflammation secondaire à l’activation des monocytes, et la douleur neurogène médiée par les mastocytes constituent de nouvelles pistes prometteuses dans la compréhension de la maladie. Parmi les traitements en lien avec la physiopathologie classique de la drépanocytose figurent la transfusion érythrocytaire visant à corriger l’anémie et à remplacer les drépanocytes rigides par des globules rouges déformables, l’hydroxyurée qui est un puissant inducteur de l’hémoglobine fœtale inhibant la polymérisation de l’HbS, la greffe de moelle, mais également la thérapie génique et les nouveaux agents anti-polymérisants augmentant l’affinité de l’hémoglobine pour l’oxygène. Les pistes thérapeutiques ciblant l’immunité innée comprennent quant à elle les anticorps anti-P-sélectine qui diminuent l’adhérence des neutrophiles à l’endothélium vasculaire, les traitements immunomodulateurs visant à réduire l’inflammation, et les agents inhibiteurs des mastocytes ou de leurs principaux médiateurs.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Pronostic de la drépanocytose en Afrique : état des lieux et leviers d’action

    Prognosis of sickle cell disease in Africa: What do we know and what can we do?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La drépanocytose est la maladie monogénique la plus fréquente au monde. La grande majorité des patients drépanocytaires vivent en Afrique subsaharienne, pourtant l’histoire naturelle de la drépanocytose y est très mal connue. La mortalité est actuellement impossible à calculer directement en raison de l’absence de cohortes de suivi d’enfants dépistés à la naissance et de registres nationaux de décès. Les premières études estimaient indirectement que la majorité des enfants homozygotes mourraient avant l’âge de 5 ans. Cette mortalité juvénile a beaucoup diminué dans les grandes villes où elle est maintenant estimée entre 30 et 50 %. Elle reste toutefois très supérieure à celle des pays riches. L’incidence et les facteurs de risque des atteintes chroniques d’organe sont encore mal connus. La mortalité et la morbidité de la drépanocytose diffèrent significativement selon les régions d’Afrique, pour des raisons génétiques mais aussi socioéconomiques et géographiques. Aucun biomarqueur simple ne permet actuellement de guider la surveillance et le traitement des patients drépanocytaires. Des interventions simples existent pour limiter la mortalité infantile, majoritairement due aux infections, mais elles nécessitent un dépistage néonatal qui n’est actuellement pas généralisé. Diminuer la mortalité implique également de rendre disponibles les principaux traitements capables de modifier le cours de la maladie : l’hydroxyurée et les transfusions sanguines. Il est donc nécessaire que les pouvoirs publics africains s’engagent dans des programmes nationaux d’organisation des soins de la drépanocytose, dont le dépistage néonatal. Des investissements sont également nécessaires pour mener des études épidémiologiques robustes, afin d’adapter les politiques sanitaires aux besoins locaux.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La drépanocytose : une transfusion à risque

    Sickle cell disease: A transfusion at risk

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La transfusion de concentrés de globules rouges (CGR) est un traitement majeur au cours de la drépanocytose. Elle permet de remplacer les GR contenant de l’hémoglobine S pathologique par des GR sains contenant l’hémoglobine A, pour traiter ou prévenir les crises vaso-occlusives et l’anémie lorsqu’elle est profonde. L’hémolyse post-transfusionnelle retardée (HPTR) est un accident qui met en jeu le pronostic vital et dont la fréquence, chez ces patients, est sous-estimée. L’HPTR est essentiellement la conséquence d’une allo-immunisation anti-érythrocytaire vis-à-vis des antigènes de groupes sanguins du donneur. Il existe un polymorphisme important de l’expression des antigènes de groupes sanguins entre donneurs d’origine caucasienne et ces patients, essentiellement d’origine afro antillaise. En cas de conflit antigène/anticorps anti-érythrocytaires, ces patients peuvent développer des formes sévères d’hémolyse intravasculaire, avec l’activation du complément jusqu’au complexe d’attaque membranaire. On parle d’hyperhémolyse car les propres GR du patient sont détruits. Des mécanismes de potentialisation via l’hème circulant interviennent. La physiopathologie reste cependant complexe, car de nombreux cas se développent sans anticorps détectables, le diagnostic ne doit donc pas être éliminé si le bilan immuno-hématologique est négatif. La prévention repose sur celle de l’allo-immunisation, avec la transfusion de CGR compatibles pour les systèmes les plus immunogènes, posant le problème de la faible ressource en CGR de donneurs d’ancestralité africaine, et l’introduction de traitements immunosuppresseurs, tel le rituximab. Le traitement par l’anti-C5 convertase (éculizumab) peut être un traitement de recours dans les formes graves.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué. Face au coût élevé des nouveaux traitements médicaux en cancérologie

    Faced to the high cost of new medical treatments in oncology

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué. Alertes sur l’orientation des bachelier(e)s vers les études en pharmacie et médecine. Il est encore temps de réagir

    Warnings about the orientation of high school graduates leaving aside studies in pharmacy and medicine. There is still time to react

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de lien d'intérêt.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Attribution du Prix Meyer à un membre de l’Académie

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué. Se passer du diagnostic médical doit rester une exception

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 24-02. L’exposome, une contribution majeure pour la prévention

    Exposome, a major contribution for prevention

    Les rapporteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce rapport.

    L’exposome correspond à l’ensemble des expositions, notamment à des agents chimiques, biologiques, physiques, des stress psychosociaux subis par un individu tout au long de sa vie. Il a été conçu dès le départ comme étant le complément du génome et comme un facteur majeur influençant la santé et l’état de bien-être des individus et des populations. Les expositions regroupées dans l’exposome sont, pour certaines d’entre elles, évitables et, dans ce sens, une meilleure compréhension de l’exposome va permettre de jouer un rôle majeur en prévention. Différentes propositions et initiatives ont contribué à mieux préciser certains aspects de l’exposome pour le rendre plus opérationnel, notamment concernant l’exposome chimique. Pour mieux cibler ce rapport, nous avons exclu les maladies infectieuses et parasitaires, les effets des médicaments et autres accidents thérapeutiques. L’Académie nationale de médecine émet, dans ce rapport, des recommandations pour contribuer à une meilleure prise en compte des effets de l’exposome sur la Santé. Elles visent à ancrer la notion d’exposome dans le quotidien des populations et à prévenir les impacts sanitaires de la crise environnementale. Des recommandations précises sont faites pour améliorer les capacités de mesurer des expositions, développer les services sanitaires capables d’explorer et d’interpréter les impacts des expositions, intégrer la prise en compte de l’exposome dans les évolutions de la réglementation, et développer une prévention à l’échelle populationnelle et personnalisée tenant compte notamment du sexe et du stade de développement. La prise en compte de l’exposome dans la pratique clinique est aussi recommandée. Enfin, un programme ambitieux de recherche sur l’exposome est proposé notamment par le développement des infrastructures et des méthodes adéquates et de projets d’étude des impacts de l’exposome sur les maladies. Une meilleure compréhension de la nature des expositions environnementales et de leurs impacts est une étape cruciale dans le développement d’une médecine préventive de qualité.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Complément de rapport. Comment réformer les financements de la recherche hospitalière par les MERRI du ministère de la Santé et de la Prévention. Document complémentaire au Rapport « Réformer la recherche en sciences biologiques et en santé : Partie I, le financement et Partie II, l’organisation »

    Complementary report. How to reform the funding of hospital research by the MERRI of the Ministry of Health and Prevention

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Nous présentons les principes et la méthodologie d’un projet de réforme du financement de la recherche par le ministère chargé de la santé. L’objectif est d’aligner l’attribution de ces fonds, appelés MERRI, sur les pratiques internationales en la fondant sur des critères objectifs de qualité scientifique et de besoin médical. Une minorité de ces fonds serait attribuée aux hôpitaux sur une base concurrentielle et le reste sur une base contractuelle pluriannuelle, en utilisant des canaux de distribution sûrs et transparents. Un préciput substantiel serait alloué aux établissements. Cette réforme, qui vise à améliorer l’efficacité du financement de la recherche hospitalière en France, est très attendue par l’ensemble des chercheurs et des cliniciens.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Mécanismes de la fibrillation auriculaire : des canaux ioniques à la biologie des systèmes

    Mechanisms of atrial fibrillation: From ion channels to systems biology

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La fibrillation auriculaire nécessite un substratum qui permet la formation de microcircuits de réentrée de l’influx électrique, les rotors, et des zones gâchette localisées principalement à l’abouchement des veines pulmonaires qui déclenche l’arythmie. Les mécanismes moléculaires et cellulaires qui aboutissent à ce complexe arythmogène sont maintenant connus réalisant une véritable cardiomyopathie atriale qui s’aggrave à chaque épisode d’arythmie et favorisée par de nombreux facteurs locaux et systémiques. Ainsi, la fibrillation auriculaire n’est pas une simple arythmie mais l’expression clinique d’une maladie complexe impliquant l’immunité, le métabolisme local et systémique et le génome, autant de facteurs qui devront être pris en compte pour une médecine de précision et personnalisée de la FA.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les techniques ablatives de la fibrillation atriale et leurs résultats

    Ablative techniques in atrial fibrillation and results

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La prise en charge de la fibrillation atriale a considérablement évolué avec le développement de l’ablation avec l’isolation des veines pulmonaires dans tous les cas avec parfois la création d’autres lésions au niveau de l’oreillette gauche. L’ablation de la fibrillation atriale est plus efficace que les antiarythmiques pour le maintien du rythme sinusal en cas de fibrillation atriale paroxystique ou persistante. Plusieurs techniques d’ablation peuvent être utilisées à ce jour : la radiofréquence, la cryoablation et plus récemment l’électroporation. Cet article se propose de résumer les procédures d’ablation et de décrire les 3 types d’énergie disponibles.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les indications de l’ablation de fibrillation atriale

    Indications for atrial fibrillation ablation

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Depuis que la méthode a été proposée à la fin des années 1990, l’ablation endocavitaire de la fibrillation atriale (FA) est devenue un traitement de référence dont les indications ne font que s’élargir. Initialement proposée surtout chez les patients ayant un cœur sain, elle trouve aujourd’hui son indication également chez les patients présentant une cardiopathie sévère avec insuffisance cardiaque, voire même chez ceux qui sont en attente de transplantation. Après avoir rappelé les bases physiopathologiques de l’ablation endocavitaire de la FA et les évolutions technologiques qui ont contribué à rendre cette méthode plus sûre et plus efficace, nous en détaillerons les indications actuelles. Nous insisterons particulièrement sur le rôle de l’ablation de la FA en première intention, avant tout essai de traitement antiarythmique. Nous détaillerons également les preuves, plus récentes, de l’intérêt pronostique de l’ablation de FA chez l’insuffisant cardiaque, y compris au stade terminal.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Fibrillation auriculaire et fibrillation ventriculaire : similitudes et différences

    Atrial fibrillation and ventricular fibrillation: Similarities and differences

    Michel Haïssaguerre déclare une subvention de recherche : Biosense Webster.
    Les autres auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les fibrillations auriculaires ou atriales (FA) et les fibrillations ventriculaires (FV) constituent les arythmies cardiaques les plus graves rencontrées en clinique. Les FA affectent des millions d’individus, et augmentent les risques d’accident vasculaire cérébral embolique, d’insuffisance cardiaque, et de mortalité cardiaque. Les FV sont responsables de mort subite, soit la moitié de la mortalité cardiaque, principale cause mondiale de décès (OMS, 2020). Les fibrillations cardiaques ont en commun d’être liées à des mouvements électriques tourbillonnants, multiples et diffus dans l’organe affecté. Ces phénomènes électriques sont dynamiquement changeants et résistent aux agents pharmacologiques. En dépit de cette complexité, les fibrillations cardiaques prennent naissance dans des sources localisées : les veines pulmonaires pour les FA, et le tissu de Purkinje ou des zones altérées individuelles pour les FV. L’isolation des veines pulmonaires est devenue le traitement de référence international pour l’ablation des FA, et sa technique s’améliore par des innovations méthodologiques ou technologiques. Les essais thérapeutiques menés ont montré une réduction des AVC, des altérations cognitives, et de la mortalité cardiaque. Les sources générant les FV sont aussi des cibles d’ablation efficace, qui viennent en complément des traitements pharmacologiques et des défibrillateurs implantables. Cependant le problème fondamental des morts subites n’est pas thérapeutique, mais préventif. Il réside dans l’identification des sujets à risque et la prévention des cardiopathies. Le phénotypage (basal et dynamique) des sources de FV sera une clé essentielle pour la mise en œuvre d’une méthode efficace de détection.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Avis de l’Académie nationale de médecine concernant les praticiens à diplômes hors Union Européenne (Padhue)

    Notice of the French National Academy of Medicine on practitioners qualified outside the European Union (Padhue)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traitement du cancer de la prostate métastatique : état de l’art

    Management of metastatic prostate cancer: State-of-the-art

    Les auteurs ont des liens d’intérêts : Advisory Boards: Janssen, IPSEN, Ferring, Pfizer, ADACAP, Astellas, Bayer, Astra-Zeneca, MSD, BMS.

    Objectif
    Le but de cette revue générale est de proposer un état de l’art sur la prise en charge du cancer de la prostate métastatique.

    Méthodes
    Une revue narrative de la littérature et des dernières recommandations a été réalisée concernant les éléments de prise en charge thérapeutique du cancer de la prostate métastatique ou résistant à la castration.

    Résultats
    La suppression androgénique reste le traitement pivotal depuis plus de 50ans. Néanmoins, le socle de la première ligne de traitement repose désormais sur l’intensification systémique, en associant une hormonothérapie de nouvelle génération, voire un triplet en ajoutant une chimiothérapie par docétaxel, devant les bénéfices importants en survie globale. Les lignes ultérieures sont basées sur un raisonnement de séquences, selon les caractéristiques de la maladie, du patient, et du traitement précédent. L’ère de la médecine personnalisée, et son pendant du testing moléculaire, débute avec l’arrivée des inhibiteurs de PARP et la radiothérapie interne vectorisée, de manière isolée ou combinée. Une individualisation de la prise en charge selon un ensemble de facteurs, pouvant intégrer le statut génomique tumoral, représente la voie d’avenir d’un cancer qui reste létal, mais dont l’espérance de vie au diagnostic des métastases a augmenté de façon remarquable grâce aux améliorations thérapeutiques.

    Conclusion
    La prise en charge du cancer de la prostate métastatique s’est transformée ces quinze dernières années grâce à l’intensification thérapeutique autour des récepteurs des androgènes, et à l’arrivée d’une médecine de précision.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Proposition d’une extension de la Vaccination contre le Papillomavirus (HPV) pour les hommes et les femmes jusqu’à 26 ans : Un moyen d’accélérer l’élimination des cancers HPV induits

    Proposal to extend papillomavirus (HPV) vaccination to men and women up to 26 years old: A way of speeding up the elimination of HPV-induced cancers

    Lire la suite >
  • Éditorial

    CAR T cells : aspects scientifiques, industriels et financiers

    CAR T cells: Scientific, industrial and financial aspects

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La thérapie CAR : la place des institutions académiques dans leur production

    CAR therapy: The role of academic institutions in its production

    Le Dr Delgado déclare ne pas avoir de liens d’intérêts avec des entreprises pharmaceutiques, mais il est employé par l’Hospital Clínic de Barcelona.

    L’avènement des lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique a transformé le traitement de nombreuses hémopathies malignes. La disponibilité de ces produits a amélioré la survie des patients, mais elle a également conduit à l’émergence d’inégalités dans l’Union européenne. Le prix élevé, associé à la capacité de production limitée des laboratoires pharmaceutiques, explique pourquoi une proportion très élevée de patients candidats à ces thérapies ne peuvent pas en bénéficier. En même temps, les institutions académiques à but non lucratif sont capables de développer ces produits de même qualité que les produits commercialisés et dont l’efficacité et la sécurité sont également comparables. Cet article explique les étapes nécessaires pour atteindre cet objectif.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Évaluation des CAR-T cells par la Commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (2018–23)

    Assessment of CAR-T cells by the Transparency Committee of the French National Authority for Health (2018–23)

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les CAR-T cells sont des lymphocytes T génétiquement modifiés exprimant un récepteur chimérique antigénique (chimeric antigen receptor [CAR]), apporté via des vecteurs de transfert génétique aux lymphocytes T du patient. Indiqués dans le traitement d’hémopathies malignes, on dénombre 6 spécialités à base de CAR-T cells ayant fait l’objet d’une évaluation par la Commission de la transparence (CT) de la Haute Autorité de santé (HAS) depuis 2018 correspondant à 11 avis de droit commun. La totalité de ces demandes de remboursement ont reçu un avis favorable avec un service médical rendu (SMR) important. Entre 2018 et 2021, malgré l’absence de données comparatives, la CT a reconnu un progrès en octroyant des ASMR de niveau III ou IV. À partir de 2021, la majorité des CAR-T cells ont obtenu des ASMR de niveau V, traduisant une forte incertitude sur l’efficacité relative de ces thérapies. Plus récemment la CT a pu évaluer des CAR-T cells présentant des données robustes de phase III qui ont permis de reconnaître des ASMR de niveau III à IV. Enfin, depuis la mise en place de la réforme de l’accès précoce au 1er juillet 2021, la HAS a autorisé l’ensemble des produits évalués. L’évaluation des CAR-T cells se poursuit en vie réelle, notamment grâce à la mise en place du registre français DESCAR-T. Il demeure essentiel de disposer d’essais contrôlés randomisés qui permettent de s’affranchir des biais de sélection et d’apprécier la réelle valeur ajoutée de ces thérapies.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les cellules CAR-T : prix, efficience et soutenabilité en France

    Car-T cells: Price, cost-efficiency and sustainability in France

    L’auteur a été conseiller scientifique du laboratoire BMS sur les dossiers d’efficience présentés à la HAS pour les spécialités Breyanzi® et Abecma®.

    Objectif
    Analyser les déterminants des prix des cellules CAR-T, leur efficience et leur impact actuel et futur sur les dépenses de santé, pour proposer des pistes pour assurer la soutenabilité de leur financement.

    Méthode
    Revue de la littérature académique, des documents publics et des sites spécialisés économiques.

    Résultats
    En 2022, le prix hospitalier de Kymriah® était de 298 622 € et 331 048 € pour Yescarta®. Le coût de production d’un traitement varierait entre 48 000 $ et 106 000 $. En France, l’adoption des CAR-T induit un surcoût pour l’hôpital de 6582 € par patient. Le coût d’un séjour hospitalier index variait entre 32 677 € et 68 484 €, le coût d’une prise en charge pour une année entre 114 369 € et 239 519 €. Les ratios différentiels coût-résultat variaient entre 114 509 €/QALY et 379 317 €/QALY. En 2022, l’achat des traitements représentait 2 % de la dépense de médicaments remboursables. Le coût de la prise en charge des patients serait de 1,7 % des dépenses remboursées par l’assurance maladie en cancérologie.

    Conclusion
    La soutenabilité des dépenses pour les cellules CAR-T dans le futur est fonction de l’efficacité des mécanismes de fixation des prix en France, remises et contrats à la performance fondée sur des données en vie réelle. Les coûts de production vont baisser, mais l’émergence d’acteurs privés à but non lucratif aurait un impact majeur sur les prix. Les pertes de brevet attendues de médicaments à fort impact budgétaire vont dégager des marges de manœuvre pour le payeur public en France.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Réflexions éthiques sur des thérapies innovantes et des médicaments coûteux : l’exemple des CAR-T cells

    Ethical reflections on innovative therapies and expensive drugs: The example of CAR-T cells

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le développement et l’implémentation des CAR-T cells justifient une vigilance éthique. Cette attention concerne à la fois les conditions d’évaluation de ces thérapeutiques dans le cadre d’études cliniques, les risques acceptables dans la préférence accordée à l’innovation au regard d’autres thérapeutiques de référence, la faculté de développer des filières de fabrication dans un cadre public s’inscrivant dans la continuité de la contribution décisive de la recherche académique à ces concepts innovants, également la négociation du « juste prix » des traitements lorsque les entreprises du médicament proposent des prix estimés excessifs.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 24-01. L’innovation en santé : une action volontariste de l’État face à la complexité de son organisation

    Health Innovation. A continuous national policy facing organisational complexity

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts

    Comme l’innovation en général, l’innovation en santé répond à des critères de nouveauté associée à un saut d’inventivité qui ne pouvait pas être prévu par l’état de l’art. Sa spécificité repose sur les fortes contraintes propres à son application, notamment le respect des principes de la bioéthique et la réglementation spécifique à la recherche et à l’innovation sur la personne humaine. Le soutien public à l’innovation s’est renforcé de manière continue au cours des vingt dernières années, notamment via les Programmes d’investissements d’avenir (PIA) à partir de 2010. Cependant, la multiplication des agences, des organismes de valorisation et des appels à proposition a induit une désorganisation du système, au détriment de son efficience. De plus, l’augmentation des financements via les PIA est incohérente avec l’affaiblissement constant des moyens alloués à la recherche fondamentale en biologie-santé qui est à l’origine de l’innovation. Pour que l’innovation arrive au lit du malade et concoure à la souveraineté de la France en matière de santé, il est indispensable de (i) coordonner le continuum du financement de la recherche fondamentale vers l’amorçage de projets d’innovation, et jusqu’au capital développement, tout en renforçant l’évaluation ; (ii) de simplifier, notamment en réduisant le nombre d’organismes nationaux et locaux de transfert de technologie ; (iii) d’encourager l’investissement privé en biologie-santé, notamment via des incitations fiscales ; (iv) de réduire les délais de contractualisation ; et (v) de soutenir les infrastructures de recherche ouvertes au start-ups et aux projets à risque.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Comment développer les synergies entre formation et recherche médicale ? Redonner toute sa place à l’université

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La formation médicale a été structurée au dix-neuvième siècle en France autour des concours de l’externat et d’internat des hôpitaux de Paris, étendus par la suite à d’autres villes de faculté. La vision d’Abraham Flexner, appelant au début du vingtième siècle à ancrer la formation médicale sur des bases scientifiques solides, s’est imposée de par le monde, et a été reprise en France lors de la création au début des années 1960 des centres hospitaliers et universitaires, par convention entre un centre hospitalier régional et une université. Le concours de l’externat a disparu en 1968 et celui de l’internat en 2004, mais on continue à évoquer les étudiants en médecine sous les vocables d’externes et d’internes. Même si les différentes réformes des études médicales ces 50 dernières années étaient censées renforcer le rôle de l’université, l’essentiel des moyens consacrés par l’État à la formation médicale émanent du ministère de la Santé. Cette vision hospitalo-centrée de la formation isole celle-ci de la recherche et de la pluridisciplinarité présente au sein de l’université. Formation et recherche sont indissociables en médecine. Un renforcement de la place de l’université, via ses facultés de santé, apparaît indispensable pour répondre aux attentes de la société en termes d’offre de soins et pour relancer la dynamique de la recherche médicale française.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Tumeurs neuroendocrines du pancréas

    Pancreatic neuroendocrine tumors

    L’auteur déclare ces activités : AAA (consultant), Ipsen (consultant), Keocyt (consultant).

    Les tumeurs neuroendocrines (TNE) pancréatiques sont des tumeurs rares, leur incidence augmente. Elles sont caractérisées par un fort taux de métastases (50 %), principalement hépatiques. Du fait de leur croissance tumorale relativement lente, elles sont néanmoins associées à des taux de survie prolongée (≥50 % à 5 ans). Parmi les TNE, les tumeurs neuroendocrines pancréatiques (TNEP) sont le plus souvent sporadiques et diagnostiquées à l’occasion de symptômes aspécifiques, voire fortuitement. Moins de 20 % d’entre elles sont fonctionnelles et responsables de symptômes liés à l’hypersécrétion d’une hormone qui doivent être traités en priorité. Le bilan d’extension comporte le dosage plasmatique de la chromogranine A, une scanographie et/ou une IRM abdominale, et une imagerie scintigraphique des récepteurs de la somatostatine, voire une TEP au FDG. Les principaux facteurs pronostiques sont la différenciation cellulaire, le grade histologique, le stade et le volume tumoral, notamment hépatique, et la pente évolutive. Le traitement des TNEP localisées, ou oligo-métastatiques hépatiques, repose sur la résection chirurgicale, à l’exception de certaines TNEP sporadiques<2cm et asymptomatiques. Les options thérapeutiques des TNEP avec métastases incluent la chirurgie, les analogues de la somatostatine, la chimiothérapie, les thérapies ciblées (sunitinib, évérolimus), la (chimio)-embolisation intra-artérielle hépatique et la radiothérapie interne vectorisée.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le virus respiratoire syncytial et sa prévention en 2024

    Prevention of respiratory syncytial virus infection in 2024

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le virus respiratoire syncytial circule dans le monde entier et touche l’ensemble de la population, du nouveau-né à l’adulte. Il est responsable chaque année d’épidémies hivernales massives dans les pays tempérés comme la France. Si l’infection évolue le plus souvent sur un mode bénin, la rhinopharyngite hivernale, elle est cependant responsable d’infections respiratoires basses particulièrement fréquentes et sévères dans les populations à risque que sont les nouveau-nés et les jeunes nourrissons (bronchiolite), majoritairement sains, les sujets de tous âges atteints de comorbidités notamment cardiaque et respiratoire, et les personnes âgées et immunodéprimées (pneumonies). Sa prévention est devenue un véritable enjeu de santé publique et nous disposons désormais de moyens prophylactiques prometteurs que sont la vaccination et la protection passive par les anticorps monoclonaux. Chaque pays devra effectuer sa propre analyse médicoéconomique pour évaluer l’intérêt de l’usage séparé (ou combiné) de ces différentes mesures préventives et déterminer les stratégies les plus appropriées aux populations-cibles qui seront choisies.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La santé du sommeil : une approche multi-dimensionnelle au service de la prévention et de la santé globale des populations

    Sleep health: A multi-dimensional approach to improve prevention and global health among the general population

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le sommeil est une fonction essentielle à la santé physique et mentale. Il n’est pas seulement un processus physiologique puisqu’il implique une interaction dynamique entre l’homéostasie de l’organisme, horloges circadiennes et les comportements de l’individu. Ainsi, il peut être perturbé par l’altération de ces processus physiologiques (troubles du sommeil) mais également par des comportements inadéquats (mauvaise hygiène de sommeil). Ces comportements sont soumis à des facteurs individuels (psychologie), sociaux (parentalité), sociétaux (profession), et environnementaux (lumière), et se manifestent principalement par une durée trop longue ou trop courte, une irrégularité, ou une temporalité inappropriée. Cette mauvaise hygiène a des conséquences non seulement sur la qualité du sommeil (insomnie) et de l’éveil (somnolence) mais également sur le fonctionnement (conduite automobile, performance au travail) et la santé physique (cardiovasculaire, métabolique) et mentale (anxiété, dépression). Ceci est d’autant plus alarmant compte tenu de la croissance épidémique de ces mauvais comportements dans nos sociétés : la durée de sommeil semble se raccourcir sur les 30 dernières années, surtout la semaine, tandis que l’inadéquation entre les rythmes circadiens endogènes et le rythme de travail des individus (jetlag social) est de plus en plus fréquente. Il s’agit désormais de répondre à cet enjeu de santé publique en proposant des stratégies pour favoriser la bonne hygiène de sommeil en population générale. Cette situation soulève de nombreux défis. L’hygiène de sommeil est en compétition avec de nombreux comportements modernes (écran, travail, vie nocturne) et les interventions de prévention individuelle visant à la modifier montrent des résultats parfois hétérogènes. La part importante de facteurs sociaux, sociétaux, et environnementaux impliquent d’y associer des mesures de prévention collective comme le recul de l’heure de début des cours en milieu scolaire et universitaire ou la suppression du changement d’heure. L’implémentation de stratégies de prévention accessible, personnalisée, et intégrée, autour de la quantité, la régularité, et la temporalité du sommeil constitue un enjeu majeur dans les années à venir pour améliorer la santé du sommeil et la santé globale en population générale.

    Lire la suite >