Articles du bulletin

2682 résultats

  • Communiqué

    Les complications du diabète de type 2 exigent une prévention multifactorielle qui passe obligatoirement par un contrôle optimisé de l’équilibre glycémique

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Épidémiologie des démences en Afrique sub-saharienne

    Epidemiology of dementia in sub-Saharan Africa

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet
    article.

    Avec le vieillissement de la population mondiale, les démences et syndromes apparentés deviennent des problèmes prioritaires de santé publique dans les pays en développement. En Afrique sub-saharienne, cette problématique commence à émerger. Les rares études en population existantes ont estimé la prévalence des démences entre 2,3 %au Nigéria à 8,8 % en Centrafrique. Toutefois, les tests et critères utilisés sont encore peu standardisés. Des études supplémentaires sont nécessaires afin d’investiguer d’éventuelles différences de prévalence entre les zones urbaines et rurales et les facteurs de risque de démences. L’Afrique sub-saharienne fera face prochainement à un important défi pour la prise en charge de ces patients.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La matrice extracellulaire : un partenaire majeur de la cicatrisation des plaies

    Extracellular matrix : a major partner of wound healing

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les troubles de la cicatrisation constituent un problème socio-économique majeur dans les pays développés, particulièrement en raison du vieillissement de la population. La recherche de nouvelles stratégies thérapeutiques capables de réduire la durée des soins est donc fortement souhaitée. Dans ce contexte, de nombreux travaux récents ont montré que la matrice extracellulaire et ses constituants macromoléculaires ou certains peptides qui en sont dérivés (matrikines) possédaient de nombreuses activités modulatrices sur le processus cicatriciel. Le présent article fait le point sur les données récentes montrant l’importance de la matrice extracellulaire dans la cicatrisation et sur les nouvelles pistes thérapeutiques qu’elles ouvrent.

    Lire la suite >
  • Conférence invitée

    De la charité à la justice et à la solidarité, à propos du droit à la santé

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Introduction – Horloge interne désynchronisée : pourquoi et comment ?

    Introduction - Clock desynchronisation : why and how ?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’horloge interne, localisée dans les noyaux suprachiasmatiques de l’hypothalamus antérieur, est sous le contrôle de facteurs externes (facteurs de l’environnement, vie sociale) et de facteurs génétiques. Lorsque l’horloge interne n’est plus en phase avec l’environnement l’organisme est désynchronisé.  Les causes de cette désynchronisation sont nombreuses et peuvent être liées à des synchroniseurs  qui se trouvent en conflit avec l’horloge interne (travail posté, travail de nuit, vol transméridien), ou à des synchroniseurs  qui sont inefficaces (vieillissement, certaines maladies psychiatriques…), ou à des synchroniseurs  mal ou non perçus (cécité), ou à un défaut d’entraînement de l’horloge (désordres circadiens du sommeil  comme les syndromes de retard ou d’avance de phase), ou enfin à certains médicaments ou drogues (lithium, propofol, alcohol…). Les situations de désynchronisation, surtout si celle-ci est chronique, peuvent entraîner des troubles de l’organisme qui peuvent être sérieux. La resynchronisation de l’horloge est réalisée avec l’administration de mélatonine ou par exposition du patient à la lumière forte.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Pollution de l’horloge interne par la lumière la nuit, un problème de santé publique

    Light at night pollution of the internal clock, a public health issue

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’horloge interne localisée dans les noyaux suprachiasmatiques de l’hypothalamus antérieur est sous le contrôle de la lumière, principal synchroniseur. Au niveau de l’œil, les cellules ganglionnaires rétiniennes prennent en charge le signal lumineux grâce à un photorécepteur, la mélanopsine,  sensible à la raie  bleue (460-480 nm) du spectre lumineux.  Le signal est ensuite transmis à l’horloge interne pour aboutir, après plusieurs relais, à la  glande pinéale qui secrète la mélatonine,  hormone clé considérée comme l’aiguille de l’horloge. La lumière, même de faible intensité comme celle apportée par les LED, tablettes ou téléphones portables,  inhibe la sécrétion de mélatonine qui est l’hormone de l’obscurité. Un autre effet de lumière est d’avancer ou de retarder  la phase du système circadien selon l’heure d’exposition. Cette notion de courbe de réponse de phase  est conceptuellement importante et utile car elle est à la base de la remise à l’heure de l’horloge dans diverses situations de désynchronisation.

    L’exposition à la lumière artificielle la nuit (LAN) peut avoir des effets délétères sur la santé en lien avec la  désorganisation d’une horloge en conflit avec les signaux de l’environnement. En France et dans les pays industrialisés environ 75% de la population active travaillent dans des horaires atypiques c’est-à-dire en dehors des horaires diurnes classiques. Ainsi, 15,4 % de la population active en France est en travail posté ou de nuit. Des études épidémiologiques concordantes font état d’une  augmentation modérée mais significative (50 à 100% en moyenne) du risque relatif de cancer du sein chez, en particulier,  les infirmières exposées de façon chronique (3 à 20 ans selon les études) à la LAN, un nouvel agent de pollution. Il en de même du personnel navigant sur longs courriers bien que, dans ce cas, d’autres causes ne puissent être exclues (radiations…). D’autres effets délétères de la LAN, sont rapportés dans l’article. Les mécanismes proposés font intervenir l’inhibition de la sécrétion nocturne de mélatonine par la LAN et la privation de sommeil. Le Centre International de Recherche sur le Cancer a classé en 2007 le travail posté qui entraîne une désorganisation circadienne dans le groupe 2A des « cancérogènes probables ». Diverses contre-mesures (mélatonine, lumière, psychotropes..) sont à l’étude dans le but d’améliorer l’adaptation au travail posté et de nuit et neutraliser la pollution de l’horloge et sa désynchronisation par la LAN.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Désordre circadien du sommeil de l’adolescent : rôle du multimédia

    Circadian disorders of sleep in adolescence: impact of the multimedia

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’adolescence représente une période de vulnérabilité particulière pour les désynchronisations de l’horloge interne. Au-delà de la simple prédisposition génétique, la puberté s’accompagne d’un décalage significatif de la phase circadienne du sommeil, responsable de difficultés croissantes à l’endormissement le soir ainsi qu’au lever matinal. La prévalence du syndrome de décalage de phase du sommeil est alors élevée dans cette population, touchant environ 16% des adolescents. Etant donné que les besoins de sommeil restent stables, ce décalage de la phase circadienne entraîne une privation de sommeil chronique et en conséquence une fatigue voire une somnolence diurne, mais également des anomalies métaboliques, des troubles neurocognitifs avec baisse des résultats scolaires, ou encore des troubles de l’humeur.

    Alors que l’importance des facteurs génétiques et biologiques a été démontrée par de nombreuses études scientifiques, la recherche sur les facteurs sociaux, cognitivo-comportementaux et psychologiques est encore émergente. Parmi ces facteurs, la révolution technologique des dernières décennies a nettement modifié le comportement de nos adolescents, et notamment leur temps passé devant les écrans. Dans le cadre de cet article, nous discuterons à travers les dernières recherches l’intrication de ces différents facteurs mais en particulier le rôle du multimédia dans les désordres circadiens du sommeil à l’adolescence.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Gènes d’horloge : de la drosophile à l’homme

    Clock genes: from Drosophila to humans

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Lire la suite >
  • Conférence invitée

    Présentation du modèle du Service de Santé des Armées 2020

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La buprénorphine à haut dosage : mésusage et détournements d’usage

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce communiqué.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La thrombectomie ouvre une ère nouvelle dans le traitement d’urgence de l’infarctus cérébral

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce communiqué.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dyslexie et troubles apparentés : une nouvelle thématique de santé publique, entre neuroscience et pédagogie

    Les troubles spécifiques d’apprentissage, et au premier chef la dyslexie de développement qui en est la forme la plus fréquente et la mieux étudiée, concernent environ 6 à 8% de la population d’enfants d’âge scolaire, et 4% des adultes. Chez l’enfant, ils constituent en France le motif principal de demande de compensation du handicap. Cet article se donne pour but de présenter les principales avancées réalisées durant les dernières années dans le domaine. En premier lieu, la publication récente du DSM-5 a significativement modifié la nosographie des troubles en suggérant d’utiliser un terme générique, « troubles spécifiques d’apprentissage », pour se référer à tous les troubles de la lecture, du calcul ou de l’écriture, entérinant ainsi l’évidence clinique de leur fréquente association et suggérant des mécanismes communs. De même, la recherche neuroscientifique, longtemps restreinte à la seule étude des troubles de la lecture, considérés comme reflétant une installation déficiente, d’origine en grande partie génétique, des processus phonologiques sous-jacents, s’oriente actuellement vers des mécanismes plus généraux, comme un défaut de connectivité et d’intégration multimodalitaire, expliquant mieux la variabilité des symptômes et de leurs associations, mais aussi l’effet de facteurs d’ordre culturel et environnemental à côté des facteurs génétiques. Ces nouvelles données, cependant, restent très incomplètes et un approfondissement de la recherche prenant appui sur les méthodes de neuroimagerie devrait permettre, dans les années à venir, de proposer des protocoles standardisés et scientifiquement validés tant en matière de dépistage, de prévention que rééducation et de compensation.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Parcours de soins des enfants présentant des Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages

    Care course in children with Specific Language and Learning Disorders

    Les troubles spécifiques du langage et des apprentissages touchent environ 5% de la population et expliquent une partie des difficultés et de l’échec scolaires en France. S’ils ne sont pas reconnus à temps, ils peuvent aboutir à l’exclusion scolaire voire à l’illettrisme. Depuis les années 2000, la création des centres de références a permis une amélioration significative du dépistage et de la prise en charge de ces troubles mais il persiste de nombreuses difficultés concernant les délais de rendez-vous pour accéder à ces centres, la formation des professionnels, la limitation de l’accès aux soins dans certaines régions et le financement de bilans et prises en charge non ou mal remboursés par la sécurité sociale, excluant les populations démunies. La prise en charge des adolescents ou des adultes pose également problème car il n’y a actuellement pas de relais après les centres de référence. Ce sujet devrait être une priorité nationale de santé publique car les conséquences sont majeures sur l’intégration sociale et professionnelle. Des solutions sont envisagées pour améliorer la situation.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Troubles des apprentissages et construction de soi chez l’enfant et l’adolescent

    Lobjectif de cet article est de réfléchir aux facteurs psychologiques impliqués dans les processus d’apprentissage chez l’enfant et l’adolescent et de conceptualiser l’impact des troubles cognitifs sur le développement émotionnel et l’identité d’apprentissage. En effet plusieurs études épidémiologiques récentes ont mis en évidence, chez les enfants porteurs de troubles des apprentissages, un risque accru de difficultés psychopathologiques de type internalisé (anxiété, dépression) et externalisé (troubles du comportement) en lien avec la fragilité de leur estime de soi. La prise en charge de ces enfants doit donc tenir compte autant des facteurs cognitifs que des facteurs émotionnels impliqués dans le développement. Cela nécessite avant tout d’établir un diagnostic multidisciplinaire et de l’associer à une guidance pédagogique en mesure d’aider l’enfant et ses parents à comprendre les principaux enjeux associés aux troubles. Pour les parents et l’environnement, il s’agit de comprendre les spécificités de fonctionnement de ces enfants pour leur proposer des adaptations pédagogiques et environnementales permettant d’utiliser au mieux l’expérience éducative et de soutenir leur estime de soi. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Troubles spécifiques des apprentissages chez l’enfant

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dépister et prévenir la dyslexie et les troubles associés : L’échec scolaire et l’illettrisme ne doivent plus être une fatalité

    Lire la suite >
  • Rapport

    La transplantation utérine

    Uterus transplantation

    Après avoir fait le récit des événements qui ont précédé la première transplantation utérine ayant abouti à la naissance d’un enfant vivant et bien portant et fait un état des lieux, les auteurs exposent la législation française actuelle sur la greffe d’organes. Puis ils abordent les aspects cliniques, insistant sur la complexité de l’acte chirurgical, le dilemme du choix entre donneuse en état de mort cérébrale ou décédée et donneuse vivante et les indications chez la receveuse. Ils décrivent ensuite le traitement immunosuppresseur avant et pendant la grossesse, les complications plus ou moins graves qui peuvent en émailler le cours et la surveillance particulièrement attentive qu’elles nécessitent, mais aussi les doutes sur l’opportunité de l’allaitement maternel. Ils s’interrogent sur l’avenir de l’enfant à moyen et long terme, son développement psychomoteur et celui de son système immunitaire. Ils retracent les nombreuses et délicates questions éthiques que pose la transplantation utérine, qu’il s’agisse des particularités de la greffe d’utérus, qui n’est pas vitale mais permet de donner la vie, du choix entre transplantation avec donneuse en état de mort cérébrale ou donneuse vivante, de la pénurie d’organes à greffer, des risques courus par la receveuse, du devenir physique et psychologique de l’enfant, enfin du choix entre transplantation utérine et gestation pour autrui et de l’éventualité de dérives. En fait, la transplantation utérine est une chirurgie encore au stade expérimental et seuls l’avenir et le recueil exhaustif de toutes les données la concernant permettront de s’assurer de son bien fondé.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les médicaments du rhume à base de vasoconstricteurs doivent être prescrits sur ordonnance

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce communiqué

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Risques cardiovasculaires des anti-inflammatoires non stéroïdiens chez le sujet âgé. Recommandations de prescription

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Un large usage des benzodiazépines oblige au respect de certaines recommandations

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Pierre DELAVEAU (1921-2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Séance dédiée : « Coeur et diabète » – Introduction

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Conclusion

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La revascularisation coronaire du patient diabétique

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les complications macro-vasculaires du diabète sont bien connues : au premier rang, figure l’atteinte coronarienne diffuse pluri-tronculaire responsable d’une morbidité et d’une mortalité élevées. La revascularisation coronaire par angioplastie en cas d’urgence pour les syndromes coronaires aigus avec ou sans sus décalage du segment ST, est la règle. La disponibilité de cette technique en urgence et le fait que les malades diabétiques aient un bénéfice identique aux non diabétiques, incite à proposer ce type de revascularisation. Seuls de rares cas seront pris en charge chirurgicalement. En cas de maladie coronaire stable symptomatique, de grandes études telles que BARI-2D et FREEDOM ont clarifié la place respective de la chirurgie et de l’angioplastie pour les patients pluri-tronculaires. La supériorité du pontage aorto-coronaire a été démontrée chez
    les patients multi-tronculaires et plus particulièrement pour les lésions coronaires complexes ayant un score SYNTAX élevé, peu propice à l’angioplastie. Le diabétique doit bénéficier d’une technique chirurgicale optimale en utilisant les deux artères mammaires internes, prélevées de manière squelettisée, autorisant une revascularisation complète qui permet également de réduire le risque de retard de cicatrisation et d’infection, complications fréquentes chez le diabétique. L’approche chirurgicale réduit la mortalité, évite les revascularisations itératives fréquemment nécessaires en cas d’angioplastie et permet de préserver au mieux la fonction ventriculaire gauche à moyen terme. Les indications respectives des deux types de procédure doivent être prises comme l’exige la Haute Autorité de Santé lors de réunions multi disciplinaires comprenant cardiologue interventionnel, chirurgien et diabétologue, et en appliquant les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie (Classe 1A).

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La vaccination demeure un des fondements de la médecine préventive

    Lire la suite >