Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3145 résultats

  • Communiqué

    Vaccination ou isolement : du bon usage de l’obligation

    Vaccination or isolation: the proper use of the obligation

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Obligation vaccinale contre la Covid-19, un devoir de santé publique et un engagement démocratique

    Compulsory vaccination against Covid-19, a public health duty and a democratic commitment

    Lire la suite >
  • Rapport

    Tests de maladies infectieuses et pandémies : Leçons de la Covid 19

    Lessons from Covid-19: reviving the pandemic plan and regaining momentum in the field of testing

    Lire la suite >
  • Rapport

    Covid-19 et monde animal, d’une origine encore mystérieuse vers un futur toujours incertain

    Covid-19 and the animal world, from a still mysterious origin towards an always unpredictable future

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de lien d’intérêts avec le sujet abordé.

    Bien que l’émergence de la Covid-19 en Chine n’ait pas été clairement élucidée, l’hypothèse d’une origine animale reste la plus probable. Elle est étayée par la présence de la chauve-souris fer à cheval suspectée d’être le progéniteur du SARS-CoV-2 et par la raréfaction de la viande de porc, due à la peste porcine africaine, détournant les consommateurs vers des animaux exotiques d’élevage vendus sur les marchés. Au cours de cette pandémie, plusieurs espèces animales ont été atteintes par le SARS-CoV-2. Des cas sporadiques ont d’abord été rapportés chez des animaux de compagnie (chiens et chats) contaminés par leurs propriétaires, puis des grands félins et des gorilles contaminés dans des zoos par leurs soigneurs. La transmission la plus importante de l’Homme à l’animal a eu lieu dans les élevages de visons, surtout aux Pays-Bas et au Danemark, nécessitant l’euthanasie de plusieurs millions d’animaux, les visons ayant, à leur tour, contaminé des hommes et des chats errants. L’étude des transmissions naturelles ou expérimentales du SARS-CoV-2 a permis d’identifier les espèces animales les plus réceptives : les visons d’Amérique et les chiens viverrins, et dans une moindre mesure les chats errants, qui pourraient devenir un réservoir animal en raison de leur sensibilité à ce virus et de leur prolificité.  La Commission européenne a décidé le 17 mai 2021 de renforcer la surveillance des infections par le SARS-CoV-2 chez les visons et d’autres mustélidés, ainsi que chez des chiens viverrins, en soulignant que l’évaluation épidémiologique du risque que présente l’apparition du SARS-CoV-2 chez ces espèces sensibles était une priorité de santé publique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La culture de plaquettes à partir de cellules souches pluripotentes induites

    Novel platelet pharming using human induced pluripotent stem cells

    K.E. a soumis des brevets liés aux travaux des références [16, 18, 33, 42, 44, 69]. K.E. est un co-fondateur de Megakaryon Corporation. Les intérêts de K.E. ont été investigués et sont gérés par l’université de Kyoto en accord avec ses règles de conflits d’intérêts.

    En raison des limitations de texte, plusieurs études ayant néanmoins grandement participé à l’avancement de la production de plaquette ex vivo n’ont pas pu être mentionnées. Les auteurs s’excusent de ces omissions.

    La production in vitro de plaquettes offre une opportunité de résoudre les problèmes liés aux limitations d’approvisionnement et à la sécurité des dons de produits dérivés du sang. Les cellules souches pluripotentes induites – ou iPSC – sont une source idéale pour la production de cellules à des fins de thérapies régénératives. Nous avons précédemment établi avec succès une lignée mégacaryocytaire immortalisée à partir d’iPSC. Celle-ci possède une capacité de prolifération fiable. Par ailleurs, il est possible de les cryoconserver. Elle est donc une source adaptée de cellules primaires pour la production de plaquettes suivant les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF). Dans le même temps, la capacité améliorée des bioréacteurs à reproduire certaines conditions physiologiques, telle que la turbulence, de pair avec la découverte de molécules favorisant la thrombopoïèse, a contribué à l’accomplissement de la production de plaquettes en quantité et qualité suffisantes pour répondre aux besoins cliniques. La production de plaquettes à partir de cellules iPS s’étend aussi aux patients en état de réfraction allo-immune, par la production de plaquettes autologues ou dont on a génétiquement manipulé l’expression des Antigènes des Leucocytes Humains (HLA) et des Antigènes Plaquettaires Humain (HPA). Considérant ces avancées fondamentales, les plaquettes iPSC avec expression des HLA modifiées se présentent comme un potentiel produit de transfusion universel. Dans cette revue, nous souhaitons apporter une vue d’ensemble de la production in vitro de plaquettes à partir de cellules iPS, et de son possible potentiel transformatif, d’importance capitale dans le domaine de la transfusion des produits sanguins.

    Lire la suite >
  • Rapport

    POLLUTION LUMINEUSE ET SANTÉ PUBLIQUE

    Light pollution and public health

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec ce travail.

    La lumière artificielle peut être un agent polluant délétère pour la rétine, en rapport avec la toxicité de la bande bleue (380-500 nm) du spectre visible (380-700nm) notamment utilisée dans les diodes électro-luminescentes (LEDs). La photo-toxicité résulte de lésions photochimiques au niveau de l’épithélium pigmenté et des photorécepteurs rétiniens responsables de la fonction visuelle de la rétine. Leurs pigments photosensibles, opsines pour les cônes et rhodopsine pour les bâtonnets sont consommés le jour et régénérés la nuit. L’exposition à la lumière la nuit perturbe gravement leur métabolisme. La photo-toxicité constitue avec l’hérédité un facteur majeur pour les maladies dégénératives de la rétine avec, en plus, l’impact de l’âge pour la plus fréquente d’entre elles, la DMLA.

     

    L’exposition à la lumière artificielle la nuit (LAN) a un effet délétère sur l’horloge interne. Les cellules ganglionnaires intrinsèquement photo-sensibles (ipRGCs) sont responsables des fonctions non-visuelles de la rétine, et percoivent le signal lumineux qui est transmis à l’horloge interne pour aboutir à la glande pinéale. La lumière inhibe la sécrétion de mélatonine et est capable d’avancer ou de retarder l’horloge selon l’heure d’exposition, à l’origine d’une désynchronisation. Les travailleurs postés et de nuit, comme les adolescents, sont exposés à LAN. L’incidence de cancer du sein, 50 à 200 % plus élevée chez les infirmières exposées à LAN, est rapportée à l’inhibition de la mélatonine, la privation de sommeil et la désynchronisation. L’exposition des adolescents aux écrans fait aussi question car les LEDs des appareils émettent une lumière bleue, dont l’impact sur l’horloge est considérable. Les désynchronisations chroniques des travailleurs postés comme celles des adolescents doivent être considérées comme des préoccupations importantes de santé publique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Plaquettes sanguines de culture : état de l’art

    Cultured platelets

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les plaquettes sanguines sont des éléments anucléés du sang. D’un diamètre de 2 à 3μm, ce sont les plus petits éléments figurés du sang. Alors que leur rôle principal est d’arrêter ou prévenir les saignements, elles sont également impliquées dans d’autres fonctions, comme l’immunité, l’inflammation ou la progression tumorale. L’essor des biotechnologies et les connaissances acquises sur les mécanismes qui régulent la biogénèse des plaquettes permettent aujourd’hui d’envisager la production de plaquettes de culture. Dès lors, ce type de produit pourrait avoir sa place pour relever un certain nombre de défis transfusionnels comme l’allo-immunisation ou les états réfractaires. Cependant les rendements de culture restent faibles et de nombreux obstacles doivent encore être franchis avant d’envisager une application en transfusion. Cet article recense les arguments qui motivent la production de plaquettes de culture à visée transfusionnelle et récapitule les principales avancées dans le domaine tout en soulignant ses limites.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Du laboratoire à l’usage clinique : le défi de la production de plaquettes in vitro

    From the bench to the clinic: The challenge of translating platelet production in vitro

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Bouet a été financée par le National Institute for Health Research, UK ; Ghevaert et Foster par le National Health Service Blood and Transplant, UK ; Mookerjee par le Wellcome Trust. Les données ont été générées et analysées en utilisant les financements provenant des financeurs mentionnés précédemment et ont été incorporées dans cet article.

    La transfusion de plaquettes, aujourd’hui totalement dépendante des dons des bénévoles, constitue un besoin vital permanent pour tous les patients thrombo-cytopéniques suite à un trauma, une chirurgie ou des suites d’une pathologie (particulièrement le cancer). La production de plaquettes in vitro représente une avancée et une solution technologique et scientifique majeure qui permettrait de pallier des problématiques logistiques (approvisionnement, stockage, etc.) et médicales (compatibilité, biosécurité). L’émergence et la concrétisation de cette innovation vont de pair avec une maîtrise totale et harmonisée entre les laboratoires du contrôle de la qualité des plaquettes produites in vitro, ainsi que leur efficacité et leur biosécurité pour un usage clinique.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Il faut vacciner les personnes précaires et migrantes contre la Covid-19

    Precarious and migrant people must be vaccinated against Covid-19

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Pour vaincre la Covid-19, une bonne vaccination vaut mieux que des tests à répétition

    To defeat Covid-19, an extensive vaccination is better than repeated tests

    Lire la suite >
  • Rapport

    LA RELATION MÉDECIN-MALADE

    Physician-Patient Relationship

    La qualité de la relation médecin-malade est essentielle pour l’obtention d’un résultat thérapeutique optimal. Fondée sur l’écoute, l’empathie, le respect, l’examen physique, la clarté et la sincérité du langage, elle vise à établir la confiance, condition première de l’adhésion du patient et de l’alliance thérapeutique. Son action favorable s’exerce principalement par l’amélioration de l’observance des traitements, mais aussi par des effets propres, apparentés aux effets placebo, spécialement mis à profit dans le traitement des troubles non lésionnels. Le médecin d’aujourd’hui doit faire face, dans sa relation avec le patient, à plusieurs difficultés : malade plus informé et plus critique ; manque de temps du fait du poids des tâches administratives ; travail en équipes qui disperse et appauvrit la relation ; et surtout primauté des technologies. Les solutions à ces difficultés sont à rechercher dans la formation des praticiens, l’organisation des équipes, et dans un usage responsable des technologies, qui ne dispensent en aucun cas du nécessaire face à face, et, pour celles qui relèvent de l’intelligence artificielle, exigent toujours la garantie humaine du médecin.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    « Obligation » n’est pas un gros mot quand il s’agit de vacciner contre la Covid-19

    "Obligation" is not a foul word when it applies to vaccinating against Covid-19

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Peut-on rouvrir sans danger les établissements thermaux ?

    Is it safe to reopen spa thermal baths?

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Maladies émergentes : médecins et vétérinaires en première ligne pour une seule santé

    Emerging diseases: Doctors and veterinarians on the front line for a single health

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Arboviroses émergentes : fièvre West Nile, fièvre catarrhale ovine et virus Schmallenberg

    Emerging vectorial diseases: West Nile fever, Bluetongue and Schmallenberg

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’augmentation des échanges internationaux, au cours de ces trente dernières années, les modifications climatiques engendrées par la révolution industrielle, les perturbations des écosystèmes, … sont quelques-uns des facteurs susceptibles d’expliquer la dynamique d’émergence de maladies dans les régions du monde où elles n’étaient pas présentes. Ainsi en 1999, le virus West Nile a été introduit sur le continent américain où il s’est disséminé à grand vitesse. Aux États-Unis, 2 381 décès et plus de 25 000 formes neuro-invasives ont été enregistrés chez l’Homme de 1999 à 2019. Dans le domaine des maladies animales, deux virus ont défrayé la chronique en Europe : le virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO) et le virus Schmallenberg (SBV). Le virus de la FCO, jusqu’alors absent d’Europe a été introduit en 1999. De nombreux sérotypes (1, 2, 4,6, 8, 9, 25, 27) ont depuis cette date, été identifiés dans l’Union Européenne. Le virus Schmallenberg, quant à lui, a été identifié en 2011 dans le nord de l’Allemagne et a rapidement diffusé sur tout le continent. Ce virus n’avait jamais été identifié dans le monde jusqu’à alors. Ces trois virus (WNV, FCO et SBV) sont transmis par des arthropodes vecteurs (moustiques et culicoïdes). Ces émergences illustrent bien les défis auxquels nos pays seront confrontés dans les années à venir, en santé publique, humaine et vétérinaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouveaux aspects de la lutte contre la rage

    New aspects of rabies control

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La rage est encore aujourd’hui responsable d’environ 60 000 décès humains par an, principalement dans les populations démunies en Afrique et en Asie. Pourtant, depuis le développement du premier vaccin par Louis Pasteur, il y a 130 ans, les mesures prophylactiques se sont considérablement améliorées et allégées. Elles sont désormais composées du vaccin associé à des immunoglobulines antirabiques d’origine équine ou humaine purifiées. Mais, d’une manière générale, les protocoles de prophylaxie post-exposition sont longs et coûteux et les immunoglobulines, qui servent à la sérothérapie associée, sont chères et peu accessibles dans les pays en voie de développement. Enfin, la rage chez l’Homme reste incurable lorsque les symptômes apparaissent, voire même lorsque les patients sont pris en charge trop tardivement pendant la période d’incubation. Dans ces deux cas, des approches, qui laissent espérer un changement de paradigme au bénéfice des populations exposées, ont été développées. Enfin, les campagnes de vaccination antirabique de masse des chiens, qui constituent la mesure de prévention de la rage chez l’Homme la plus efficace et la moins coûteuse, se heurtent à des difficultés d’implémentation et présentent, parfois, une efficacité modérée. À ce titre, l’identification et l’analyse des moteurs épidémiologiques, conditionnant la circulation du virus dans les populations canines, permettent de mieux comprendre les points clés du contrôle qui doivent être associés à ces campagnes.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    De nouvelles habitudes alimentaires, de nouveaux risques parasitaires : l’exemple du poisson

    New eating habits, new parasitic risks: The example of fish

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Introduction

    Il y a une vingtaine d’années l’explosion massive de restaurants « japonais » servant du poisson cru a popularisé de nouvelles habitudes culinaires en France. Parallèlement, les consommateurs ont pris pour habitude de préparer eux-mêmes, à domicile, des plats à base de poissons crus ou marinés. En conséquence, la mise en évidence de larves de vers parasites vivants dans la chair de poisson crue est fréquente et une source d’inquiétude pour les professionnels ou les cuisiniers amateurs. Parfois, ces vers sont recrachés ou extirpés après fibroscopie chez des patients ayant présenté de violentes douleurs épigastriques rapidement après consommation de poissons crus. L’objectif de cet article est de faire le point sur les principales parasitoses transmises à l’Homme par la consommation de poisson cru en France.

    Méthodes

    Cet article est basé sur l’expérience personnelle des auteurs, sur des références bibliographiques choisies préférentiellement dans la littérature française et sur les résultats du programme de recherche Fish Parasites (ANR).

    Résultats

    De 2011 à 2014, l’action Fish-Parasites (ANR) a évalué la prévalence du parasitisme chez des poissons de mer et d’eau douce appartenant à 29 espèces. Environ 57 % des poissons de mer étaient parasités par des Anisakidae. Des larves de Dibothriocephalus latus ont été retrouvées dans les brochets, perches et lottes du lac Léman, mais chez aucun des poissons examinés des lacs d’Annecy ou du Bourget. En ce qui concerne l’anisakidose humaine, une enquête rétrospective a été réalisée sur les années 2010 à 2014 auprès de tous les laboratoires hospitalo-universitaires de parasitologie de France. Trente-sept cas d’anisakidose ont pu être répertoriés dont 18 cas d’anisakidose allergique. Six cas supplémentaires d’allergie sévère aux Anisakidae ont été rapportés au réseau national d’allergovigilance sur cette même période.

    Conclusions

    Malgré l’augmentation de la consommation de poissons crus, et par rapport à des études antérieures, les cas d’anisakidose diminuent, mais leur potentiel allergisant est en augmentation. L’incidence de la dibothriocéphalose, après une certaine tendance à l’émergence sur les bords du lac Léman il y a une vingtaine d’années, est actuellement en diminution, mais des cas sporadiques d’importation sont toujours rapportés. Des actions auprès des professionnels (enquête, mise à disposition d’éléments d’information et de communication) et des programmes de recherche sur la maîtrise du risque lié aux parasites sont poursuivis et ont abouti à une mise à jour de l’instruction technique de la Direction générale de l’alimentation sur la maîtrise du risque parasitaire chez les poissons.

     

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Problèmes de santé publique liés à la consommation de fruits de mer

    Public health issues associated with seafood consumption

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les produits alimentaires tirés de la mer pourraient être une solution pour faire face à la demande alimentaire mondiale qui sera multipliée par deux d’ici 2050. Les fruits de mer englobent une grande variété d’organismes marins comestibles, à l’exception des poissons et des mammifères. Il s’agit des mollusques, crustacés, échinodermes et algues. Comme tout aliment, les fruits de mer peuvent comporter des dangers transmis à l’Homme par la voie alimentaire, qui ont une incidence sur la santé du consommateur. Ces dangers sont à la fois biologiques (virus, bactéries, parasites) et chimiques (toxines, allergènes, substances chimiques, microplastiques). L’exposition des populations à ces dangers par la consommation de fruits de mer s’explique notamment par leur mode de production et les habitudes de leur consommation. Tout d’abord, la qualité sanitaire des fruits de mer reflète la qualité du milieu aquatique dans lequel ils sont prélevés, qui peut être contaminé par différentes pollutions (fécales ou chimiques, chroniques ou accidentelles). Ensuite, les produits sont manipulés, souvent traités sans emploi d’additifs ou de conservateurs chimiques, et finalement distribués sans autre moyen de conservation que la réfrigération ou la congélation. Enfin, les habitudes alimentaires de ces produits favorisent l’exposition à certains dangers. La sécurité sanitaire de ces produits doit être intégrée tout au long de la chaîne alimentaire, sous la responsabilité partagée par tous les acteurs de la filière de production. La sécurité sanitaire des fruits de mer apparaît comme un enjeu de santé publique émergent de portée mondiale, car la mer ne s’arrête pas aux frontières.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Certificat de vaccination contre la Covid-19 : un « passe » transitoire pour relancer l’activité du pays et faire adhérer à la vaccination

    Certificate of vaccination against Covid-19: a provisional "pass" to boost the country's activity and promote adherence to vaccination

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La Covid-19 a ses escrocs ; attention aux vaccins proposés sur internet !

    Covid-19 has its crooks; beware of Internet-vaccine purchase offers!

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La pandémie actuelle rappelle que Semmelweiss et le docteur Knock étaient des précurseurs

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Sous la direction de Jean-Paul Tillement et Jean-Jacques Hauw. Déclin cognitif, obésité, diabète et autres troubles métaboliques. Synergies franco-québécoises, dixième année (2009–2019). Paris : Lavoisier, 2020

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    L’intelligence artificielle au service de la santé

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Accélérer la vaccination contre la Covid-19

    Accelerating vaccination against Covid-19

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les prélèvements nasopharyngés ne sont pas sans risque

    Nasopharyngeal swabs are not risk-free

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La psychiatrie depuis Jean-Martin Charcot

    Psychiatry since Jean-Martin Charcot

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Rouëssé J. Louis XVIII et la médecine restaurée de la chute de l’Empire à l’Académie de Médecine. Ed. FiacreMontceaux-lès-Meaux (2020)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cannabis et cannabinoïdes de synthèse. À propos de leur détection biologique

    Testing for cannabis and synthetic cannabinoids in human specimens

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.
    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Parmi la soixantaine de cannabinoïdes présents dans le cannabis sativa indica on trouve essentiellement des terpénophénols, parmi lesquels figure le delta-9-trans tétrahydrocannabinol (Δ9-THC) qui constitue le principal produit psychoactif chez l’homme. Depuis une dizaine d’années, avec l’émergence du e-commerce et la recherche pharmaceutique sur des médicaments originaux, des dérivés synthétiques du Δ9-THC ont fait leur apparition. Ces molécules, sous le nom générique anglo-saxon de « spices », ont des structures chimiques très différentes, mais se lient toutes sur les mêmes récepteurs CB1 et CB2. Elles miment les effets du Δ9-THC, avec des effets pharmacologiques plus puissants, et donc des effets secondaires bien plus délétères et des durées d’action augmentées. L’usage de tous les cannabinoïdes est contrôlé, ce qui nécessite de disposer de méthodes analytiques performantes pour leur détection. L’objet de cette mini revue est de faire le point sur les possibilités actuelles de mise en évidence et de discuter, en fonction de la matrice biologique utilisée (sang, urine, salive, sueur, air expiré, cheveux) des avantages et des limitations de chaque approche.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Entre l’indispensable précaution et l’indésirable confusion

    Between the essential precautions and the undesirable confusion

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les plans européens de pharmacovigilance renforcée : sécurité ou frein ?

    European plans for enhanced pharmacovigilance: safety or restraint?

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Complications des tatouages : informations récentes justifiant la prise de mesures urgentes

    Decorative tatoo complications: New informations justifying pressing action

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Les tatouages cutanés sont pratiqués depuis fort longtemps mais leur toxicité reste peu connue du grand public qui a de plus en plus recours à ces techniques sans être informé des risques encourus, infectieux, allergiques, dermatologiques, toxiques systémiques et même ophtalmologiques. Cette situation est aggravée par la mode des tatouages « corps entier ». Cette séance dédiée est une mise au point des risques encourus liés aux tatouages.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Complications des tatouages : classification clinique, histologique, physiopathologique, cinétique des particules

    Complications of tattoos: Clinical and pathological classification, pathophysiology, particle kinetics

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La séance était prévue le 31 Mars 2020 mais a été reportée en raison de l'épidémie à une date encore non déterminée.

    Les tatouages sont de plus en plus fréquents et leur surface est en augmentation. Ils sont également de plus en plus colorés. Les complications sont fréquentes et réalisent des tableaux cliniques et histologiques très variés. Les encres, dont la composition n’est pas toujours connue, contiennent de nombreux pigments dont les produits de dégradation peuvent entraîner des allergies chroniques. Les effets à long terme de la présence de produits carcinogènes et de nanoparticules justifient la réalisation d’études prospectives. Le public devrait être informé de ces complications et des difficultés du détatouage.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Tatouage et réaction sarcoïdosique

    Tattoo and sarcoidosis reaction

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    La pratique du tatouage se développe de plus en plus dans le monde entier. Les infections sont connues, mais les réactions inflammatoires chroniques ont souvent donné lieu à des manifestations cliniques variées. À côté des réactions allergiques, les réactions non allergiques prévalent dans les tatouages noirs et se manifestent sous la forme de lésions « papulo-nodulaires ». L’importance de la biopsie des lésions papulo-nodulaires pour confirmer le diagnostic doit être soulignée. Les nanoparticules de noir de carbone s’agglomèrent dans le derme avec le temps pour former des granulomes sarcoïdosiques. Granulome à corps étranger lié au pigment et sarcoïdose sont souvent difficiles à distinguer. La couleur noire semble la plus fréquente. D’autres étiologies que le pigment sont évoquées, tel que le rôle d’un agent infectieux, mais à ce jour aucun n’a été identifié, un terrain génétique particulier, qu’il reste à définir. Des localisations systémiques étant possible, le bilan d’extension est important à réaliser. Le traitement est le même que la sarcoïdose classique. Certains médicaments favoriseraient le développement d’une sarcoïdose sur tatouage. Ils doivent donc être recherchés systématiquement. Il est aussi important à titre préventif, que les sujets et leur médecin traitant soient informés de ce risque potentiel lié à ces médicaments indiqués dans des pathologies graves spécifiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Uvéites et tatouages

    Uveitis and tattoos

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Les complications des tatouages sont multiples et connues depuis de nombreuses années. Cependant, leur succès explique leur multiplication exponentielle dans tous les pays. Cela a permis de confirmer l’apparition de deux nouvelles complications : une réaction de type sarcoïdose cutanée, localisée ou à distance, ainsi que l’apparition d’uvéites cliniques et histologiques. Ceci dans le cadre d’une réaction d’hypersensibilité retardée, et/ou bien d’une réaction granulomateuse. Leur prévention reste assez mal connue. Elle impose de réaliser chez chaque sujet porteur d’un tatouage un bilan de sarcoïdose systémique ainsi qu’une enquête ophtalmologique à la recherche d’une éventuelle uvéite. Si elle se confirme, seront aussitôt réalisés en urgence des mesures préventives et thérapeutiques afin d’éviter une cécité. Ces nouvelles complications confirment l’extrême gravité de l’utilisation d’encres non contrôlées, véritables mélanges toxiques et sensibilisants, notablement lors de tatouages colorés étendus. Ces encres colorées particulièrement agressives libèrent dans l’organisme de multiples substances et nanoparticules dont on ne mesure pas toutes les conséquences néfastes, à moyen et long terme.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Libérons maintenant les contraintes imposées en EHPAD !

    Let's release now the constraints imposed in sheltered home for elderly dependent persons (EHPAD)!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La vaccination des soignants contre la Covid-19 doit devenir obligatoire

    Vaccination of caregivers against Covid-19 must become mandatory

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Faut-il vacciner les femmes enceintes contre la Covid-19 ?

    Should pregnant women be vaccinated against Covid-19?

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Germain M.A. Autour du violon. Applications à la médecine. Ergothérapie-musicothérapie. Éd. Fiacre (2019)

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Les vaccins à ARN anti-COVID-19

    Anti-COVID-19 RNA vaccines

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La simultagnosie, clé de l’autisme ?

    Simultagnosia, the key to understand autism?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Consultation citoyenne sur le cannabis « récréatif » : Un choix politique en conflit évident avec la santé publique

    Citizen consultation on 'recreational' cannabis: A political choice in obvious conflict with public health

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dystrophie musculaire de Duchenne : état actuel et perspectives thérapeutiques

    Duchenne muscular dystrophy: Current state and therapeutic perspectives

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La myopathie de Duchenne est une des dystrophies musculaires les plus fréquentes, affectant 250 000 personnes à travers le monde. Elle résulte de mutations dans le gène de la dystrophine, le plus grand gène connu du génome humain. Bien que les thérapeutiques actuelles conduisent à une amélioration du pronostic clinique, l’espérance et la qualité de vie des patients demeurent encore nettement inférieures à celles de la population générale. Plusieurs approches thérapeutiques sont actuellement explorées, offrant nouvelles perspectives et espoirs dans la prise en charge de cette grave maladie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Un aperçu des facteurs de risque du cancer du sein

    An overview of the risk factors for breast cancer

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le cancer du sein occupe la première place en terme d’incidence et de mortalité chez la femme. Dans le monde, chaque année on estime qu’un million de femmes est diagnostiqué d’un cancer du sein et que plus de 410000 sont susceptibles de mourir de cette pathologie. Des études récentes montrent que les facteurs de risques du cancer du sein ne sont pas bien connus par les patientes et même par certains professionnels de santé. Même si la prévention efficace des cancers passe obligatoirement par une meilleure prise en compte des différents facteurs de risques, notamment pour la bonne gestion de la maladie oncologique (compétences d’auto-soins). Cet article présente une synthèse des facteurs de risque du cancer du sein à partir de données tirées de publications récentes. Les facteurs de risques imminents du cancer du sein sont : les facteurs génétiques, l’âge précoce des premières menstruations, la ménopause tardive, la densité mammaire et les maladies bénignes du sein. D’autres facteurs sont susceptibles d’être modifier tel que : L’administration de traitements hormonaux de la ménopause (THM), la parité, l’âge à la première grossesse, l’allaitement, certaines habitudes alimentaires, l’obésité, la pratique d’activité physique, l’exposition environnementale et professionnelle, la perturbation du rythme circadien et le tabagisme. Une constante identification des facteurs de risques sur lesquels il est possible d’agir, devrait faciliter la mise en œuvre de stratégies efficaces de prévention.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Comment la réhabilitation psychosociale guidée par la perspective du rétablissement peut redessiner l’offre de soins en psychiatrie ?

    How psychosocial réhabilitation driven by the perspective of recovery could redesign the psychiatric care?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les thérapies psychosociales complètent la pharmacothérapie en psychiatrie et répondent à la complexité des besoins d’un individu. Elles sont proposées après une évaluation multidisciplinaire, et déclinées dès la phase aiguë en un parcours de soin personnalisé qui mène vers l’inclusion sociale et le rétablissement. La remédiation cognitive (RC) en est une illustration, s’appuyant sur les points forts et les faiblesses cognitives d’une personne ayant un handicap psychique, apportant des stratégies destinées à améliorer la cognition, à acquérir autonomie ainsi qu’insertion sociale et professionnelle. Les programmes de RC sont choisis d’après le profil cognitif du patient et fonction de son projet de réhabilitation, après une évaluation clinique, neuropsychologique et fonctionnelle. Y sont éventuellement adjoints des techniques de transfert au quotidien pour des personnes à faible autonomie. Ces parcours de RC s’inscrivent au sein d’un modèle de soins, le modèle « tremplin », rampe de lancement qui mène « en fondu enchaîné » à la concrétisation du projet de la personne. Les thérapies psychosociales sont dispensées par des soignants formés auxquels s’adjoignent aux équipes de nouveaux métiers du soin : job coach pour l’emploi accompagné en milieu ordinaire, case manager pour coordonner parcours de vie et de soin de la personne dans son environnement. Ces nouvelles pratiques en psychiatrie peuvent être déclinées à l’échelle d’un territoire avec des orientations nouvelles pour les hôpitaux de jour, qui deviennent de véritables « sas de transition » vers l’inclusion sociale de patients à parcours complexes, ou pour les foyers de post cure qui peuvent cibler l’acquisition de l’autonomie. À long terme, et plusieurs années après une RC personnalisée et envisagée dans un parcours de réhabilitation, notre équipe constate une meilleure insertion professionnelle ainsi que plus de retour aux études, un taux moindre de rechutes et plus de déterminants du rétablissement, à savoir plus de pratique d’activité physique ou de loisirs, avec un ressenti positif de cette période pour les patients. En France, la promotion récente de ces thérapies psychosociales par nos tutelles devrait permettre une couverture de proximité sur l’ensemble du territoire national pour une psychiatrie plus éthique et plus humaniste.

    Lire la suite >
  • Avis

    Covid-19 : quels prélèvements pour quels tests ?

    Covid-19: which samples for which tests?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Covid-19 : à quels tests se fier en 2021 ?

    Covid-19: which tests to trust in 2021?

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Accident vasculaire cérébral périnatal : nosographie, présentation clinique, pathogénie, facteurs de risque et génétique

    Perinatal stroke: Nosography, clinical presentation, mechanism, risk factors and genetics

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’accident vasculaire cérébral (AVC) regroupe six catégories nosologiques qui diffèrent par leurs causes et mécanismes, leur temporalité et mode de présentation clinique et l’évolution. Par définition, l’AVC néonatal  lui-même divisé en infarctus cérébral artériel néonatal, thrombose néonatale des sinus et des veines cérébraux, et hémorragie cérébrale primitive  se manifeste dans les 28 premiers jours de vie par des convulsions ou d’autres signes d’agression cérébrale néonatale : apnée, léthargie, hypotonie, bombement de la fontanelle… Par contraste, les signes de l’AVC présumé périnatal (artériel ou veineux, ischémique ou hémorragique) ne se manifestent qu’après plusieurs mois ou années par une déficience motrice, un trouble du développement ou des crises d’épilepsie. L’IRM permet caractérisation de l’AVC. Nombre d’éléments suggèrent que l’infarctus cérébral artériel néonatal et l’infarctus cérébral artériel présumé périnatal d’une part et l’hémorragie cérébrale primitive néonatale et l’hémorragie cérébrale présumée périnatale d’autre part, représentent les mêmes entités qui diffèrent simplement par la temporalité de leur présentation (ou de leur reconnaissance) clinique. Hormis certaines circonstances bien identifiées (méningite, cardiopathie, diathèse hémorragique, etc.), le mécanisme reste souvent indéterminé. On retrouve cependant les facteurs de risque communs à la pathologie néonatale : nulliparité, chorioamniotite, asphyxie perpartum… Mais le déterminant final qui conduit à l’AVC reste souvent non identifié : origine multifactorielle. Les soins aigus reposent sur le maintien de l’homéostasie. Les crises d’épilepsie sont souvent maîtrisées durant la période néonatale par une monothérapie antiépileptique, voire cèdent spontanément. L’anticoagulation est discutée pour certaines thromboses veineuses. Une majorité d’enfants gardent des séquelles.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Apport de l’imagerie pour le diagnostic et la datation des AVC périnatals

    Place of neuroimaging in the diagnosis and dating of perinatal stroke

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Objectifs

    Les AVC périnatals constituent un groupe de pathologies variées dont la reconnaissance s’est améliorée de façon significative au cours des dernières décennies, en particulier grâce à l’imagerie cérébrale. L’objectif de cet article est de rappeler les principales caractéristiques radiologiques permettant d’évoquer ces diagnostics.

    Résultats

    L’IRM est la modalité d’imagerie recommandée car elle permet de montrer les zones ischémiques et/ou hémorragiques de façon fiable et rapide après leur constitution et de préciser leur étendue. Les séquences vasculaires permettent d’évaluer la présence d’anomalies artérielles ou veineuses associées, sans utilisation systématique de produit de contraste. Malgré ces progrès en imagerie, certains diagnostics différentiels, en particulier avec des lésions d’encéphalopathie anoxo-ischémique, restent délicats à poser et nécessitent une confrontation de l’ensemble des données cliniques et paracliniques et des discussions multidisciplinaires. Les modifications définissant les différentes phases évolutives précoces des lésions apparaissent avec des délais de 5 à 10jours, ce qui explique que la datation de survenue des événements ne puisse pas être plus précise.

    Conclusion

    L’IRM est un outil précieux pour aider les cliniciens dans la prise en charge des nouveau-nés suspects d’AVC. De nombreuses interrogations, en particulier sur la cause des accidents ischémiques artériels, persistent. Un accès facilité aux machines et une durée plus courte d’examen, permettant une répétition précoce des IRM pourront peut-être répondre à certaines de ces questions.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Problèmes médico-légaux posés par les accidents vasculaires cérébraux périnatals

    Perinatal ischaemic stroke: Medico-legal problems

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    En de rares occasions, la responsabilité de l’obstétricien peut être retenue en cas d’accident vasculaire cérébral (AVC) d’origine traumatique, lorsqu’il existe un ou des manquements caractérisés dans la conduite et la surveillance de l’accouchement.

    En cas d’association AVC et encéphalopathie anoxo-ischémique (EAI), il peut arriver, en cas d’erreurs dans la surveillance de l’accouchement qu’une partie des séquelles, liées à l’EAI puisse donner lieu à indemnisation.

    Dans tous les autres cas, il est impossible d’établir un lien de causalité entre la survenue d’un AVC et d’éventuels manquements dans la surveillance de la grossesse ou de l’accouchement.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2, une opportunité à saisir

    Anti-SARS-CoV-2 monoclonal antibodies, an opportunity to be seized

    Lire la suite >