Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3222 résultats

  • Communication scientifique

    La lente prise en compte de la dimension de l’attachement de l’enfant hospitalisé en pédiatrie et en protection de l’enfance. Une brève histoire de l’hospitalisme et de la reconnaissance des besoins d’attachement des jeunes enfants, en l’Europe et aux États-Unis

    The slow recognition of the attachment needs of hospitalized and institutionalized infants. A brief history of ‘hospitalism’ and of the recognition of the attachment needs of Institutionalized infants, in Europe and the USA

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Ce travail explore les débuts de la reconnaissance des effets psychologiques et sur le développement du séjour prolongé de jeunes enfants en pouponnière depuis le début du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui, et de l’Europe aux États-Unis. D’abord à Vienne, puis aux États-Unis, René Spitz décrit la dépression anaclitique et l’hospitalisme, et ses films ont un grand retentissement. En Angleterre, John Bowlby et les Robertson observent les effets dévastateurs de la séparation précoce entre les jeunes enfants et leur famille, et montrent la nécessité de respecter les besoins d’attachement des jeunes enfants. Leur film « John, neuf jours à la nurserie » va révolutionner l’attitude des hôpitaux et des professionnels vis-à-vis de la séparation des jeunes enfants de leurs parents. Dans les années 1970–1980, la question de l’impacts des facteurs relationnels dans le bien être des jeunes enfants se déplace sur la question des causes du retard de croissance, qu’il soit ou non de cause organique, dans les pays développés, mais aussi dans les pays en voie de développement. La reconnaissance de la place de l’attachement dans le développement précoce conduit à des changements de pratiques quant aux séjours prolongés de jeunes enfants en institution, et vis-à-vis des prématurés. La présence des parents auprès de leurs enfants dans les services hospitaliers devient permise, et l’on renforce le suivi des enfants placés en familles d’accueil, mais ces changements ont tardé à se mettre en place en France.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Publicité des médecins et code de déontologie : évolution juridique

    Advertising of physicians and code of deontology: Legal evolution

    L. Collet déclare être Conseiller d’État.

    Le code de déontologie des médecins a été modifié par le décret du 22 décembre 2020 afin de lever l’interdiction générale et absolue de toute publicité. Ces modifications sont consécutives à un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 4 mai 2017, saisie par un chirurgien-dentiste établi en Belgique, qui a considéré que la directive 2000/31CE du Parlement européen et du Conseil s’oppose à une législation nationale « qui interdit de manière générale et absolue toute publicité relative à des prestations de soins buccaux et dentaires, en tant que celle-ci interdit toute forme de communications commerciales par voie électronique, y compris au moyen d’un site Internet créé par un dentiste ». Cet arrêt suivi par une mise en demeure de la France par la Commission européenne a conduit à modifier les dispositions correspondantes des codes de déontologie de six professions de santé. Les nouvelles dispositions maintiennent l’interdiction de pratiquer une profession de santé comme un commerce, suppriment les dispositions interdisant la publicité et d’une manière générale le mot « publicité » et ses dérivés, affirment le principe de libre communication des informations et prohibent le référencement numérique payant. Toutefois, la CJUE, dans un arrêt du 1er octobre 2020, a considéré l’interdiction de référencement payant, non pour les professionnels de santé visés par les six codes de déontologie modifiés mais pour la vente en ligne par des pharmaciens de médicaments non soumis à prescription médicale, comme une « restriction à la libre prestation des services de la société de l’information ». Cette jurisprudence peut conduire à des recours futurs contre l’interdiction du référencement payant des professions de santé pratiquant la téléconsultation.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Évolution et impact du numérique dans la relation médecin généraliste-patient. Cas du patient atteint de cancer

    Evolution and impact of digital technology in the general practitioner-patient relationship. Case of the cancer patient

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Devant le développement des applications numériques en santé, nous assistons à une transformation progressive de la médecine. La relation entre le médecin généraliste et le patient se modifie, ainsi que la posture de chacun, rendant le patient plus informé et acteur de sa prise en soins. L’organisation sanitaire, développée pour améliorer les soins au patient atteint de cancer, met en lumière l’importance des outils et des interfaces numériques associées au parcours « ville-hôpital ». Les conséquences de cette digitalisation comportent d’importants enjeux et risques éthiques autour de la protection, de la sécurité, de la pertinence et de la confidentialité des données numériques de santé. Il existe également des interrogations associées à la responsabilité médicale, le libre arbitre, l’autonomie, la garantie humaine, l’exclusion et la non-discrimination que cette nouvelle relation tripartite médecin-patient-digital suscite. Dès lors, il est essentiel que cette médecine algorithmique réponde, à la fois, aux attentes des patients, mais également aux exigences des professionnels de santé. Cela passera nécessairement par une forte sensibilisation, éducation et formation centrées sur de l’éthique appliquée au numérique auprès de tous les acteurs de notre système de santé.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Maladies émergentes : médecins et vétérinaires en première ligne pour une seule santé

    Emerging diseases: Doctors and veterinarians on the front line for a single health

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Arboviroses émergentes : fièvre West Nile, fièvre catarrhale ovine et virus Schmallenberg

    Emerging vectorial diseases: West Nile fever, Bluetongue and Schmallenberg

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’augmentation des échanges internationaux, au cours de ces trente dernières années, les modifications climatiques engendrées par la révolution industrielle, les perturbations des écosystèmes, … sont quelques-uns des facteurs susceptibles d’expliquer la dynamique d’émergence de maladies dans les régions du monde où elles n’étaient pas présentes. Ainsi en 1999, le virus West Nile a été introduit sur le continent américain où il s’est disséminé à grand vitesse. Aux États-Unis, 2 381 décès et plus de 25 000 formes neuro-invasives ont été enregistrés chez l’Homme de 1999 à 2019. Dans le domaine des maladies animales, deux virus ont défrayé la chronique en Europe : le virus de la fièvre catarrhale ovine (FCO) et le virus Schmallenberg (SBV). Le virus de la FCO, jusqu’alors absent d’Europe a été introduit en 1999. De nombreux sérotypes (1, 2, 4,6, 8, 9, 25, 27) ont depuis cette date, été identifiés dans l’Union Européenne. Le virus Schmallenberg, quant à lui, a été identifié en 2011 dans le nord de l’Allemagne et a rapidement diffusé sur tout le continent. Ce virus n’avait jamais été identifié dans le monde jusqu’à alors. Ces trois virus (WNV, FCO et SBV) sont transmis par des arthropodes vecteurs (moustiques et culicoïdes). Ces émergences illustrent bien les défis auxquels nos pays seront confrontés dans les années à venir, en santé publique, humaine et vétérinaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouveaux aspects de la lutte contre la rage

    New aspects of rabies control

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La rage est encore aujourd’hui responsable d’environ 60 000 décès humains par an, principalement dans les populations démunies en Afrique et en Asie. Pourtant, depuis le développement du premier vaccin par Louis Pasteur, il y a 130 ans, les mesures prophylactiques se sont considérablement améliorées et allégées. Elles sont désormais composées du vaccin associé à des immunoglobulines antirabiques d’origine équine ou humaine purifiées. Mais, d’une manière générale, les protocoles de prophylaxie post-exposition sont longs et coûteux et les immunoglobulines, qui servent à la sérothérapie associée, sont chères et peu accessibles dans les pays en voie de développement. Enfin, la rage chez l’Homme reste incurable lorsque les symptômes apparaissent, voire même lorsque les patients sont pris en charge trop tardivement pendant la période d’incubation. Dans ces deux cas, des approches, qui laissent espérer un changement de paradigme au bénéfice des populations exposées, ont été développées. Enfin, les campagnes de vaccination antirabique de masse des chiens, qui constituent la mesure de prévention de la rage chez l’Homme la plus efficace et la moins coûteuse, se heurtent à des difficultés d’implémentation et présentent, parfois, une efficacité modérée. À ce titre, l’identification et l’analyse des moteurs épidémiologiques, conditionnant la circulation du virus dans les populations canines, permettent de mieux comprendre les points clés du contrôle qui doivent être associés à ces campagnes.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    De nouvelles habitudes alimentaires, de nouveaux risques parasitaires : l’exemple du poisson

    New eating habits, new parasitic risks: The example of fish

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Introduction

    Il y a une vingtaine d’années l’explosion massive de restaurants « japonais » servant du poisson cru a popularisé de nouvelles habitudes culinaires en France. Parallèlement, les consommateurs ont pris pour habitude de préparer eux-mêmes, à domicile, des plats à base de poissons crus ou marinés. En conséquence, la mise en évidence de larves de vers parasites vivants dans la chair de poisson crue est fréquente et une source d’inquiétude pour les professionnels ou les cuisiniers amateurs. Parfois, ces vers sont recrachés ou extirpés après fibroscopie chez des patients ayant présenté de violentes douleurs épigastriques rapidement après consommation de poissons crus. L’objectif de cet article est de faire le point sur les principales parasitoses transmises à l’Homme par la consommation de poisson cru en France.

    Méthodes

    Cet article est basé sur l’expérience personnelle des auteurs, sur des références bibliographiques choisies préférentiellement dans la littérature française et sur les résultats du programme de recherche Fish Parasites (ANR).

    Résultats

    De 2011 à 2014, l’action Fish-Parasites (ANR) a évalué la prévalence du parasitisme chez des poissons de mer et d’eau douce appartenant à 29 espèces. Environ 57 % des poissons de mer étaient parasités par des Anisakidae. Des larves de Dibothriocephalus latus ont été retrouvées dans les brochets, perches et lottes du lac Léman, mais chez aucun des poissons examinés des lacs d’Annecy ou du Bourget. En ce qui concerne l’anisakidose humaine, une enquête rétrospective a été réalisée sur les années 2010 à 2014 auprès de tous les laboratoires hospitalo-universitaires de parasitologie de France. Trente-sept cas d’anisakidose ont pu être répertoriés dont 18 cas d’anisakidose allergique. Six cas supplémentaires d’allergie sévère aux Anisakidae ont été rapportés au réseau national d’allergovigilance sur cette même période.

    Conclusions

    Malgré l’augmentation de la consommation de poissons crus, et par rapport à des études antérieures, les cas d’anisakidose diminuent, mais leur potentiel allergisant est en augmentation. L’incidence de la dibothriocéphalose, après une certaine tendance à l’émergence sur les bords du lac Léman il y a une vingtaine d’années, est actuellement en diminution, mais des cas sporadiques d’importation sont toujours rapportés. Des actions auprès des professionnels (enquête, mise à disposition d’éléments d’information et de communication) et des programmes de recherche sur la maîtrise du risque lié aux parasites sont poursuivis et ont abouti à une mise à jour de l’instruction technique de la Direction générale de l’alimentation sur la maîtrise du risque parasitaire chez les poissons.

     

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Problèmes de santé publique liés à la consommation de fruits de mer

    Public health issues associated with seafood consumption

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les produits alimentaires tirés de la mer pourraient être une solution pour faire face à la demande alimentaire mondiale qui sera multipliée par deux d’ici 2050. Les fruits de mer englobent une grande variété d’organismes marins comestibles, à l’exception des poissons et des mammifères. Il s’agit des mollusques, crustacés, échinodermes et algues. Comme tout aliment, les fruits de mer peuvent comporter des dangers transmis à l’Homme par la voie alimentaire, qui ont une incidence sur la santé du consommateur. Ces dangers sont à la fois biologiques (virus, bactéries, parasites) et chimiques (toxines, allergènes, substances chimiques, microplastiques). L’exposition des populations à ces dangers par la consommation de fruits de mer s’explique notamment par leur mode de production et les habitudes de leur consommation. Tout d’abord, la qualité sanitaire des fruits de mer reflète la qualité du milieu aquatique dans lequel ils sont prélevés, qui peut être contaminé par différentes pollutions (fécales ou chimiques, chroniques ou accidentelles). Ensuite, les produits sont manipulés, souvent traités sans emploi d’additifs ou de conservateurs chimiques, et finalement distribués sans autre moyen de conservation que la réfrigération ou la congélation. Enfin, les habitudes alimentaires de ces produits favorisent l’exposition à certains dangers. La sécurité sanitaire de ces produits doit être intégrée tout au long de la chaîne alimentaire, sous la responsabilité partagée par tous les acteurs de la filière de production. La sécurité sanitaire des fruits de mer apparaît comme un enjeu de santé publique émergent de portée mondiale, car la mer ne s’arrête pas aux frontières.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Certificat de vaccination contre la Covid-19 : un « passe » transitoire pour relancer l’activité du pays et faire adhérer à la vaccination

    Certificate of vaccination against Covid-19: a provisional "pass" to boost the country's activity and promote adherence to vaccination

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La Covid-19 a ses escrocs ; attention aux vaccins proposés sur internet !

    Covid-19 has its crooks; beware of Internet-vaccine purchase offers!

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Avenir de l’enfant : les chances et les aléas du neurodéveloppement

    Child's future: Chances and hazards of neurodevelopment

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le développement du système nerveux : de la neurogénèse à la structuration des réseaux neuronaux

    The development of the nervous system: From neurogenesis to the structuring of neural networks

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le développement cérébral résulte de la réalisation de programmes génétiques successifs aux différentes étapes ontogéniques. Les principales étapes du développement cérébral comportent la production de neurones, leur migration, la mort programmée d’une proportion significative de neurones, la production des axones et dendrites, l’élimination des neurites excédentaires, la synaptogenèse, l’élimination et la stabilisation sélective des synapses où la microglie joue un rôle central, la production des astrocytes et des oligodendrocytes, la myélinisation et l’angiogenèse. Ces différentes étapes du développement et de la maturation du cerveau sont contrôlées par les facteurs intrinsèques (génétiquement déterminés) et modulés par des facteurs extrinsèques environnementaux. Cette modulation par les facteurs d’environnement peut mettre en jeu des mécanismes épigénétiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Autisme : comprendre et agir tôt pour prévenir. Relancer la dynamique développementale du système bio-psycho-social

    Autism: Understanding and acting early to prevent. Reviving the developmental dynamics of the bio-psycho-social system

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Détecter précocement l’autisme et intervenir le plus tôt possible : telle est l’actualité des recherches cliniques et neurobiologiques et des pratiques internationales recommandées. Sur la base de la conception neuro-développementale de l’autisme, les équipes de la toute petite enfance se forment et s’organisent avec la famille pour objectiver des indices « de risque d’autisme ». Sans attendre le diagnostic, les praticiens s’engagent dans un parcours d’explorations et de soins selon les recommandations internationales. Ces interventions sont conçues pour relancer la trajectoire développementale de l’enfant en respectant son écosystème biopsychologique et social. On sait maintenant que ces interventions très précoces et ciblées permettent, grâce à la plasticité cérébrale, de redynamiser le développement des réseaux intracérébraux, d’améliorer les fonctionnements adaptatifs et de prévenir l’exclusion sociale grâce à un accompagnement qui sera personnalisé tout au long de la vie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Attachement, mentalisation et conséquences des contextes d’adversité

    Attachment, mentalization and consequences of contexts of adversity

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La recherche scientifique a mis en évidence l’importance d’adopter une approche développementale et interactionnelle pour comprendre la complexité du fonctionnement psychique de l’être humain. Ces dernières années un intérêt particulier a été porté par la psychologie du développement à l’étude de l’émergence des compétences cognitives et émotionnelles impliqués dans les interactions sociales. Parmi les concepts centraux développés par la discipline pour intégrer ces processus de développement celui de mentalisation occupe une place centrale. La mentalisation est la capacité à concevoir et interpréter les comportements humains en termes d’états mentaux intentionnels (tels que des besoins, des désirs, des sentiments, des croyances ou des pensées). Il s’agit d’une capacité spécifiquement humaine qui permet de donner du sens à l’expérience interne ainsi qu’au monde qui nous entoure. Elle favorise ainsi l’adaptation sociale via la régulation qu’elle permet des affects et des comportements générés par les interactions sociales. Mais la capacité de mentalisation participe également au développement de la confiance épistémique, la capacité à attribuer à une source d’information une valeur pertinente pour le soi et généralisable au monde. Cette confiance serait à la base des apprentissages en situation sociale et de manière plus générale de la transmission et de l’internalisation des savoirs culturels. Dans cet article nous nous proposons de décrire le contexte d’émergence de la capacité à mentaliser et de la confiance épistémique à partir des expériences précoces d’attachement et de la qualité de la réponse parentale. Les caractéristiques de contingence, de congruence et de marquage de la réponse parentale vont permettre au nourrisson de disposer des éléments nécessaires à réguler ses états émotionnels et à utiliser de manière adaptée les ressources mises à disposition par l’environnement. L’article se propose également de montrer l’impact négatif des expériences d’adversité et des contextes relationnels traumatiques, tels que la maltraitance ou la négligence, sur le développement de la mentalisation et de la confiance épistémique à l’origine de diverses expressions psychopathologiques observées tout au long du développement de l’enfant et de l’adolescent.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Facteurs psychosomatiques intervenant dans le développement de l’enfant

    Psychosomatic factors involved in infant development

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Dès la naissance, la qualité de la relation parents enfant influence son développement psychosomatique. Des travaux en neurobiologie suggèrent l’existence d’une relation étroite entre les systèmes de réponse au stress, ocytocine et corticostéroïdes notamment, et l’adaptation à la maternalité. Chez l’enfant, la trajectoire développementale, qui suit la naissance, comporte des étapes de vulnérabilité qui sont autant d’opportunités d’intervention pour mettre l’enfant dans une situation lui permettant d’exprimer toutes ses potentialités. Des études d’interventions précoces à 4 mois, 12 mois et à l’âge scolaire montrent ainsi une efficacité en termes de résilience des enfants. Elles permettent de limiter l’échec scolaire et sociétal, du fait d’une trajectoire neurodéveloppementale perturbée.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    L’intelligence artificielle au service de la santé

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La pandémie actuelle rappelle que Semmelweiss et le docteur Knock étaient des précurseurs

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Sous la direction de Jean-Paul Tillement et Jean-Jacques Hauw. Déclin cognitif, obésité, diabète et autres troubles métaboliques. Synergies franco-québécoises, dixième année (2009–2019). Paris : Lavoisier, 2020

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les organoïdes : une modélisation tridimensionnelle des organes in vitro aux usages multiples

    Organoids: Three-dimensional modelling of organs in vitro for multiple uses

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les organoïdes sont des copies d’organes chez l’animal et l’homme. Ils sont utilisés essentiellement in vitro. Les cellules à leur origine sont les cellules souches induite pluripotentes (iPS), les cellules souches embryonnaires, les cellules souches multipotentesinduites d’organes et les progéniteurs. Les plus utilisées sont les iPS, soit allogéniques pour un usage multiple, soit autologues comme outil d’une médecine personnalisée. Pratiquement, tous les organes ont été copiés. Les avantages de la méthode sont nombreux : éviter l’expérimentation sur l’animal in vivo, étudier les interactions cellulaires et les médiateurs paracrines qui les conditionnent, analyser le génome de sujets atteints de maladies héréditaires et rechercher quel médicament peut modifier leur phénotype, cribler les médicaments actifs, en particulier sur des copies de cancers. Il existe aussi des limites : les organoïdes sont des copies imparfaites ; les réponses aux médicaments constatées in vitro ne sont pas constantes in vivo ; leur utilisation soulève des problèmes éthiques dont le consentement du donneur de cellules et la protection des données génétiques individuelles. Les cérébroïdes en posent de particuliers : leur personnalité dont on ne sait jusqu’à quel point elle copie un cerveau humain et le caractère aventureux des xénogreffes. Les utilisations in vivo commencent à voir le jour avec l’injection chez le malade de cellules régénératrices provenant de l’organoïde et l’espoir de parvenir dans le lointain à suppléer un organe défaillant. S’opposent actuellement à ce dernier usage le caractère imparfait des organoïdes, leur faible capacité fonctionnelle, leur durée de vie et les réactions immunitaires. Quelques exemples suivent concernant un nombre limité d’organes : le pancréas avec la double utilisation du choix du médicament face à un adénocarcinome et de l’injection de cellules β dans les vaisseaux porte d’un malade atteint de diabète de type 1, le poumon et le rectum chez des enfants atteints de mucoviscidose en vue de définir la ou les mutations et les associations médicamenteuses qui corrigent leurs effets, la moelle épinière, ce qui permet d’étudier la genèse et le traitement du spina bifida, l’intestin grêle et le côlon avec l’étude des interactions entre cellules de la muqueuse et la reconnaissance des mutations du cancer du côlon, le rein et la formation des kystes dans la polykystose rénale, la rétine comme source de cellules et modèle de maladies, le cœur avec la copie d’un ventricule et de cardiomyocytes contractiles et électrogènes. Tous ces exemples sont une illustration de l’utilité des organoïdes et de l’avenir de la méthode.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’épigénétique ou le changement transmissible du phénotype sans modification de la séquence de l’ADN

    Epigenetics or transmissible phenotypic change without DNA sequence modification

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’épigénétique est la discipline qui étudie les mécanismes permettant une modification du phénotype sans aucune modification de la séquence de l’ADN. Cette modification phénotypique est notamment induite par l’environnement. Elle peut être réversible mais aussi transmissible de génération en génération. Les mécanismes impliqués sont multiples et ne sont pas encore tous connus. La méthylation de certaines cytosines de l’ADN ainsi que les méthylations et les acétylations des histones jouent un rôle majeur. D’autres mécanismes moins bien connus, comme les modifications de la structure de la chromatine et l’intervention de divers ARN non codants courts, comme les miARN ou microARN, et long, comme les lncARN ou long ARN non codant, ou encore des événements impliquant des phénomènes biochimiques ou de régulation jouent aussi un rôle important. Les modifications épigénétiques peuvent être à l’origine de pathologies et pratiquement tous les domaines de la Médecine peuvent être concernés, des maladies chroniques aux infections microbiennes. Les progrès dans le domaine de l’épigénétique ont permis d’apporter une explication à des observations telles que certaines discordances du phénotype chez les jumeaux monozygotes, qui partagent pourtant le même patrimoine génétique, ou la transmission à la descendance d’une obésité ou de maladies cardiovasculaires.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Phénomène de radicalisation à l’adolescence : comment intégrer les recherches de ces dernières années ?

    Radicalization during adolescence: What have we learned from the last 4 years of empirical research?

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La radicalisation de l’adolescent est un phénomène relativement récent qui est devenu un problème de santé publique depuis les attentats de 2015 et l’avènement de l’État Islamiste. Nous proposons, dans cet article, un point de vue basé sur l’étude de la littérature, et notre propre expérience, pour délimiter les principaux facteurs de risques et les trajectoires possibles qui peuvent mener à la radicalisation. Pour cela, nous revenons sur les premières définitions de la radicalisation issues des études de criminologie sur le terrorisme, nous résumons la littérature en distinguant enquêtes sur la sympathie aux idées radicales, enquêtes sociologiques, études longitudinales sur échantillons, et séries de cas provenant de consultations spécialisées ou d’expertises judiciaires. Cet ensemble de données montre la diversité des trajectoires et comment le phénomène de radicalisation à l’adolescence est infiltré de la question adolescente avec ses enjeux d’individuation et de sexualité. Pourtant, trois situations semblent émerger. La première, la plus rare, s’inscrit sur une décompensation psychiatrique aiguë. La seconde concerne des jeunes pour qui les enjeux développementaux sont au premier plan (individuation, fragilité dépressive, doute identitaire) et qui recourent au début presque exclusivement aux réseaux sociaux. Elle est plus fréquente chez les convertis et les enjeux familiaux y sont très fréquents, mais elle est plus sensible aux interventions éducatives et psychologiques. La dernière enfin, plus fréquemment associée à une radicalisation violente assumée, s’inscrit dans un terreau de proximité ou de quartier avec des individus, particulièrement perméables à l’emprise extérieure, dans une forme d’accrochage relationnel ou déjà inscrits dans une radicalité religieuse depuis plus longtemps. Au plan de la prévention, il nous paraît légitime de prendre en compte tous ces facteurs et trajectoires, et de considérer, comme pour les conduites suicidaires, différents niveaux de radicalisation : la sympathie, les idées sans ou avec engagements sectaires ou violents, l’intentionnalité et le passage à l’acte. Cette gradation a aussi l’avantage de pouvoir s’appliquer à d’autres expressions de la radicalisation (mouvances d’extrême droit, Black Blocs, militance écologique par l’action directe) que l’on voit également émerger dans nos sociétés occidentales de plus en plus polarisées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Transmission iatrogène des protéines ?-amyloïde et tau : importance clinique et pour la recherche biomédicale sur la maladie d’Alzheimer

    Iatrogenic transmission of ?-amyloid and tau proteins: Importance for clinical and biomedical research on Alzheimer's disease

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Depuis la découverte du caractère transmissible des maladies à prions, d’autres maladies neurodégénératives ont été soupçonnées d’être transmissibles. La maladie d’Alzheimer est caractérisée par des dépôts cérébraux de peptide β-amyloïde (Aβ, sous la forme de plaques et angiopathie amyloïdes) et de protéines Tau hyperphosphorylées (dégénérescences neurofibrillaires, fibres tortueuses, couronnes de prolongements cellulaires dilatés autour des plaques amyloïdes neuritiques). Plusieurs études épidémiologiques suggèrent 75 cas de transmissions iatrogènes des dépôts β-amyloïdes chez l’Homme suite à différentes procédures médico-chirurgicales. Cette transmission aurait dans certains cas un impact clinique majeur pouvant entraîner la mort par hémorragies cérébrales. Au-delà de cette importance clinique, la transmission des protéines β-amyloïde et tau a permis de créer des nouveaux modèles animaux afin d’explorer les mécanismes fondamentaux associés à cette maladie. Ces modèles sont en train de révolutionner la recherche sur les maladies neurodégénératives.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Accélérer la vaccination contre la Covid-19

    Accelerating vaccination against Covid-19

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les prélèvements nasopharyngés ne sont pas sans risque

    Nasopharyngeal swabs are not risk-free

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les trois nez de la théorie EVO-DEVO

    The three noses of the EVO-DEVO theory

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’anatomie compliquée de l’organe naso-sinusien paraît résulter d’une mise en place au cours de l’évolution, dont quelques étapes semblent rappelées par le développement embryonnaire humain. Les crâniates (premiers vertébrés) rassemblent près de la vésicule encéphalique autour d’une bouche sans mâchoire les placodes sensorielles olfactives, visuelles et cochléo-vestibulaire. Dans un registre fossile incomplet, l’organe olfactif borgne de la lamproie, dernier représentant vivant des poissons agnathes, fait le lien entre placode olfactive des crâniates et canal olfactif des poissons dipneustes ouvert dans la bouche par des narines internes. Le nez olfactif participe à la respiration aérienne des amphibiens et ouvre la voie à la formation du nez respiratoire chez les premiers reptiles terrestres. L’histoire fossile des crocodiliens montre un déplacement fonctionnel progressif des narines internes qui parallèlement à leur ouverture définitive au-dessus de la glotte s’accompagne d’une réorganisation des os du palais secondaire (vomers, palatins, ptérygoïdes, ectoptérygoïdes) qui deviennent les parois des conduits respiratoires sous les chambres olfactives. Au cours de l’embryogénèse humaine, les placodes olfactives s’invaginent en puits vers le télencéphale dont elles restent séparées par une capsule cartilagineuse qui deviendra l’os ethmoïde. La margelle des puits olfactifs, ouverts en bouche, se scinde en processus médians et latéraux donnant naissance aux cartilages septolatéraux et alaires du nez fibro-cartilagineux. Cartilage septal et lame perpendiculaire de l’ethmoïde s’articulent en cloison du nez olfactif sous lequel les os du palais secondaire forment les parois du nez respiratoire ouvert au-dessus de la glotte. Les sinus paranasaux se forment après la naissance, indépendamment des deux nez.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’implantation percutanée d’une valve en position aortique : pour quel patient ?

    Percutaneous aortic valve implantation: For which patient?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Dans les pays industrialisés, le rétrécissement valvulaire aortique est la valvulopathie la plus fréquente. Elle est responsable d’une morbi-mortalité importante. L’implantation d’une valve aortique par voie percutanée (TAVI) a permis à un plus grand nombre de patient de pouvoir bénéficier d’un traitement efficace malgré leurs comorbidités les contrindiquant à la chirurgie valvulaire, le traitement de référence. Le TAVI, depuis 2002, a bénéficié d’un nombre important d’études conduisant à une amélioration du matériel, de l’expérience des équipes et de la sélection des patients. Actuellement il est aussi efficace voir supérieur au traitement chirurgical. Cette efficacité encourage le développement de traitement percutané dans les autres valvulopathies. Il constitue une véritable révolution dans la prise en charge de nos patients.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Indications de l’occlusion de l’auricule gauche comme substitut à l’anticoagulation chez les patients qui ont un AVC lié à une fibrillation atriale : le registre WATCH-AF

    Indications for left atrial occlusion as a substitute for anticoagulation in patients with stroke associated with atrial fibrillation: The WATCH-AF Registry

    Au cours des 5 dernières années, j’ai reçu des fonds de recherche de Sanofi, BMS et AstraZeneca (TIAregsitry.org), de Pfizer, AstraZeneca et Merck (Treat Stroke to Target trial), de Boston Scientific (WATCH-AF registry), du gouvernement français (PHRC Treat Stroke to Target (TST) trial et TST-PL.U.S.) ; des honoraires comme membre d’executive committee du SOCRATES trial (AstraZeneca), du programme SPIRE trials (Pfizer), du registre XANTUS (Bayer), du PROMINENT trial (Kowa company), comme membre du steering committee de l’ESUS trial (Bayer) et du PARFAIT trial (BMS), comme membre de l’endpoint committee du SUMMIT trial (GSK), comme membre du DSMB de l’ALPINE studies program (Fibrogen), et de l’essai SHINGPOON ; des honoraires de participation à des advisory boards de la part de Bayer, Pfizer, Amgen, Kowa, Boston Scientific, Edwards, Shing Poon, Gilead ; des honoraires comme orateur de la part de Bayer, Amgen, Pfizer, Sanofi.

    Pré-requis

    Du fait de contre-indications (personne âgée fragile, troubles cognitifs, co-morbidités) ou du refus par le patient, 40 % des patients après un AVC lié à une fibrillation atriale ne sont pas traités par anticoagulant. Parmi ceux-là, nous ne connaissons pas la proportion de ceux qui seraient des candidats potentiels à la fermeture de l’auricule gauche ni leur risque de récidive d’AVC ou de handicap à 1 an.

    Méthodes

    Le registre prospectif WATCH-AF a inclus consécutivement des patients dans les 72heures suivant leur admission pour un AVC associé à une fibrillation atriale dans deux unités d’AVC. À l’admission, à la sortie de l’hôpital, à 3 mois et à 12 mois post AVC, nous avons collecté les résultats des échelles d’évaluation de la sévérité de l’AVC, du handicap, de l’indépendance fonctionnelle, du risque de chute, de la cognition, et de la stratification du risque ischémique ou hémorragique. Les critères de jugement ont été la mort ou la dépendance (mRS>3) et la récidive d’AVC (infarctus ou hémorragie cérébrale).

    Résultats

    Sur 400 patients inclus (370 avec un infarctus cérébral, et 30 avec une hémorragie cérébrale) 31 sont morts au cours de l’hospitalisation et 57 (14,3 %) avaient une indication potentielle de fermeture de l’auricule gauche selon les recommandations de l’ERHA/ESC et de l’AHA/ACC/HRS. Après 12 mois, parmi les 274/400 (68,5 %) patients sortis de l’hôpital sous anticoagulation à long-terme, 49 (17,9 %) patients étaient morts ou dépendants et le risque de récidive d’AVC était de 9,8 % (26 patients). Chez les 57 patients sortis sans anticoagulation et qui étaient candidats à la fermeture de l’auricule gauche, ces risques étaient de 17,5 % et 24,7 % (10 et 14 patients), respectivement. Comparativement aux patients traités à long-terme par anticoagulant, les candidats à la fermeture de l’auricule gauche avaient deux fois et demi plus de risque de récidive d’AVC à 1 an (HR ajusté 2,58 [IC à 95 %, 1,40–4,76 ; p=0,002]).

    Conclusions

    Au total, 14 % des patients qui ont un AVC associé à une fibrillation atriale sont des candidats potentiels à la fermeture de l’auricule gauche et leur risque de récidive à 1 an étaient 2 fois et demie celui des patients anticoagulés.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Bitker G.D. La sagesse du chirurgien. Sagesse d’un métierParis (2019)

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La psychiatrie depuis Jean-Martin Charcot

    Psychiatry since Jean-Martin Charcot

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Rouëssé J. Louis XVIII et la médecine restaurée de la chute de l’Empire à l’Académie de Médecine. Ed. FiacreMontceaux-lès-Meaux (2020)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Un cahier de suivi psychologique périnatal : favoriser le dépistage et la continuité entre soins pré- et postnataux en maternité

    A booklet to help for perinatal psychological assistance in maternity wards. Enhancing early screening and continuity of care between pre- and post-natal periods

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La dépression prénatale est un problème important de santé publique, avec des conséquences dommageables potentielles sur la femme, sa famille, et sur le développement précoce du bébé. Son dépistage en France est encore très limité, malgré l’existence d’outils de dépistage efficaces. Le suivi de la grossesse en maternité est l’occasion d’un dialogue sur l’état mental, favorisé par ces outils de dépistage que sont l’EPDS, la PRAQ-R2 et la MBIS, tous validés en français. Notre proposition est de les regrouper dans un cahier de suivi périnatal, pour favoriser la continuité du suivi psychologique entre l’anté et le post natal.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cannabis et cannabinoïdes de synthèse. À propos de leur détection biologique

    Testing for cannabis and synthetic cannabinoids in human specimens

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.
    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Parmi la soixantaine de cannabinoïdes présents dans le cannabis sativa indica on trouve essentiellement des terpénophénols, parmi lesquels figure le delta-9-trans tétrahydrocannabinol (Δ9-THC) qui constitue le principal produit psychoactif chez l’homme. Depuis une dizaine d’années, avec l’émergence du e-commerce et la recherche pharmaceutique sur des médicaments originaux, des dérivés synthétiques du Δ9-THC ont fait leur apparition. Ces molécules, sous le nom générique anglo-saxon de « spices », ont des structures chimiques très différentes, mais se lient toutes sur les mêmes récepteurs CB1 et CB2. Elles miment les effets du Δ9-THC, avec des effets pharmacologiques plus puissants, et donc des effets secondaires bien plus délétères et des durées d’action augmentées. L’usage de tous les cannabinoïdes est contrôlé, ce qui nécessite de disposer de méthodes analytiques performantes pour leur détection. L’objet de cette mini revue est de faire le point sur les possibilités actuelles de mise en évidence et de discuter, en fonction de la matrice biologique utilisée (sang, urine, salive, sueur, air expiré, cheveux) des avantages et des limitations de chaque approche.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Comparaison des revascularisations endovasculaires et des pontages pour ischémie chronique sévère des membres inférieurs : une étude de cohorte prospective multicentrique avec appariement par score de propension

    Comparison of endovascular revascularization and bypass surgery for severe chronic lower limb ischemia: A prospective multicenter cohort study with propensity score matching

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Objectif : Le but de cette étude était de comparer les résultats des pontages des membres inférieurs avec ceux du traitement endovasculaire chez les patients ayant une ischémie chronique sévère des membres inférieurs (ICS).

    Méthodes : Cette étude de cohorte multicentrique prospective non randomisée a porté sur 520 patients ayant une ICS. Dans cette série, 239 patients ont eu un pontage des membres inférieurs et 281 patients un traitement endovasculaire. Le critère de jugement principal était la survie à 3 ans sans amputation, le critère secondaire était le pourcentage de cicatrisation des plaies ischémiques à 90jours. Les critères hémodynamiques, associés à la gravité des plaies ont été analysés par la classification WIfI et l’étendue des lésions artérielles par la classification GLASS. Nous avons complété l’étude par une analyse multidimensionnelle selon le modèle de Cox puis par l’appariement des groupes par score de propension.

    Résultats : Sur les données brutes, avant appariement, la survie à 3 ans sans amputation n’était pas significativement différente entre le groupe Pontage (70±3 %) et le Groupe Endovasculaire (67±3 %; Kaplan-Meier Logrank : p=.32). L’étude par régression selon le modèle de Cox a mis en évidence 5 variables indépendamment associées à un risque de décès et/ou d’amputation majeure. Après appariement des deux groupes par score de propension, la survie sans amputation à 3 ans était apparue significativement supérieure dans le groupe Pontage par rapport au groupe Endovasculaire (75±3 % vs 59±4 %, Logrank : p<.001). Par ailleurs le taux de cicatrisation était significativement supérieur dans le groupe Pontage par rapport au groupe Endovasculaire (Logrank : p<.001) avec à 3 mois 56±6 % de cicatrisation complète dans le groupe Pontage contre 21±5 % dans le groupe Endovasculaire. Enfin une analyse d’interaction par régression logistique, avec la variable explicative décès/amputation, avait identifié le score WIfI 2/3 (gravité de l’ischémie et trouble trophique), le score GLASS 3 (Lésions artérielles étendues), le diabète et l’insuffisance rénale chronique sévère comme des facteurs plus favorables à la revascularisation par pontage. La présence d’une FEVG <40 % étant plus favorable au traitement endovasculaire.

    Conclusions : Cette étude prospective multicentrique non randomisée a montré que les patients traités par pontage avaient des lésions plus sévères que ceux traités par une technique endovasculaire. L’appariement des groupes par score de propension avait mis en évidence la supériorité de la revascularisation par pontage pour le critère de jugement principal. L’analyse d’interaction par régression logistique suggérait que le choix de la technique de revascularisation devait être adaptée au profil lésionnel (WIfI, GLASS) et à l’état cardiovasculaire des patients.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Entre l’indispensable précaution et l’indésirable confusion

    Between the essential precautions and the undesirable confusion

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 21-07. Réformer la recherche en sciences biologiques et en santé : Partie II, l’organisation

    Reforming Biosciences and Health Research: Part II, the Organization

    Les auteurs déclarent n'avoir aucun lien d'intérêt avec ce texte.
    Un rapport exprime une prise de position officielle de l’Académie nationale de médecine. L’Académie dans sa séance du mardi 23 mars 2021, a adopté le texte de ce rapport par 109 voix pour, 8 voix contre et 25 abstentions.

    Le sous-financement de la recherche en biologie-santé par le ministère en charge de la recherche et l’inadéquation de l’attribution des crédits provenant de l’assurance maladie pour le soutien à la recherche hospitalière ont fait l’objet d’un premier article.

    Il serait toutefois illusoire d’espérer qu’une action uniquement budgétaire résolve les difficultés observées si une réorganisation n’était pas envisagée. L’objectif doit être de simplifier et gagner en efficience.  Aussi, quatre principaux scénarios d’évolution du dispositif de recherche sont proposés dans ce deuxième article, en analysant les améliorations attendues et la problématique de conduite du changement. Les deux premiers scénarios, plus spécifiques à la recherche en biologie-santé, conduisent à fédérer les compétences dans ce domaine, et supposent un pilote national unifié. Les deux derniers scénarios concernent l’ensemble de la recherche autant que celle en biologie-santé. Ils sont plus disruptifs et simplificateurs, leur combinaison de réforme locale et nationale apparaissant même comme un dernier cinquième scénario très ambitieux.

    Des recommandations sont aussi émises pour un meilleur fonctionnement du dispositif de recherche au niveau local, dont dans les CHU, et au niveau national.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 21-06. Réformer la recherche en sciences biologiques et en santé : Partie I, le financement

    Reforming Biosciences and Health Research: Part I, Funding

    Les auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec ce texte.
    Un rapport exprime une prise de position officielle de l’Académie nationale de médecine. L’Académie dans sa séance du mardi 23 mars 2021, a adopté le texte de ce rapport par 109 voix pour, 8 voix contre et 25 abstentions.

    La pandémie de la COVID-19 est survenue dans le contexte d’un recul spectaculaire du soutien à la recherche en biologie-santé en France. L’analyse des moyens attribués à ce secteur montre ainsi que les crédits en 2020 correspondent à seulement 17,2% du total des crédits attribués à la recherche, ratio le plus faible depuis au moins 15 ans.

    La méthode d’attribution des crédits provenant de l’assurance maladie est une autre faiblesse du système de soutien à la recherche hospitalière. Son alignement sur les bonnes pratiques internationales impliquerait de confier la mission d’allouer ces crédits à un « Conseil d’orientation de la recherche hospitalière », qui devrait aussi être un acteur de la mise en œuvre des programmation nationales de la recherche.

    Un autre article aborde l’organisation de la recherche.

    Des recommandations sont aussi émises pour un meilleur fonctionnement du dispositif de recherche au niveau local, dont dans les CHU, et au niveau national.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Les médicaments psychotropes demain

    Aucun lien d'intérêt.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Psychotropes du futur : de l’imipramine à la kétamine

    The next psychoactive drugs: From imipramine to ketamine

    P.C. déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.
    A.C.P. conférences : invitations en qualité d’intervenant pour Janssen.
    F.V. conférences : invitations en qualité d’intervenant pour les laboratoires Servier, Lundbeck SAS, Otsuka Pharmaceutical SAS, LivaNova. Conférences : invitations en qualité d’auditeur (frais de déplacement et d’hébergement pris en charge par une entreprise) par Otsuka Pharmaceutical SAS, Lundbeck SAS, Janssen. Interventions ponctuelles : activités de conseil pour les laboratoires Servier, LivaNova, Otsuka Pharmaceutical SAS, Recordati.
    R.G. a reçu une compensation financière comme membre du bureau scientifique de Janssen, Lundbeck, Roche, Takeda. Il a été consultant et/ou orateur pour Astra Zeneca, Pierre Fabre, Lilly, Otsuka, SANOFI, Servier et a reçu des compensations financières pour cela. Il a reçu un soutien financier pour des travaux de recherche de la part de Servier.

    Depuis les années 1950, l’arsenal thérapeutique permettant de lutter contre la dépression s’est considérablement enrichi. De la découverte des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) à celle de la kétamine, ces percées pharmacologiques ont marqué l’histoire de la psychiatrie et guidé la recherche sur la physiopathologie de la dépression, cette pathologie dévastatrice affectant entre 10 et 20 % de la population mondiale. Nous proposons dans cet article une courte revue historique des différentes options thérapeutiques développées au cours du siècle passé et des conséquences qu’ont eu ces innovations. Nous réalisons ensuite un état des lieux de la plus récente de ces découvertes, celle des effets antidépresseurs de la kétamine (et de son énantiomère S, l’eskétamine), spectaculaires de par leur délai d’apparition et leur efficacité même dans les formes les plus résistantes de dépression. De même que la découverte des IMAO et des tricycliques a permis de concevoir une théorie monoaminergique de la dépression, l’étude des mécanismes d’actions de la kétamine pourrait permettre de comprendre le rôle de la transmission glutamatergique ou de la neuro-inflammation dans la neurobiologie de cette pathologie, d’affiner nos connaissances sur sa physiopathologie cognitive ou encore de transformer en profondeur les représentations des cliniciens sur cette maladie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les antipsychotiques de la future décade

    What antipsychotic drugs will be in the next decade?

    L’auteur a été rémunéré pour donner des conférences pour les laboratoires Jenssen, Otsuka, Lundbeck et a été consultant pour les laboratoires BMS et Pierre Fabre.

    Souvent compris comme les médicaments des schizophrénies, les antipsychotiques sont l’une des plus anciennes classes de médications psychotropes toujours en usage. Les propriétés antipsychotiques de la première de ces molécules, la chlorpromazine, ont été découverte ce n’est que secondairement que leur propriété d’antagonisme de la dopamine en même temps que le rôle de la dopamine cérébrale furent élucidés. Le point commun de tous les antipsychotiques commercialisés reste d’être des antagonistes ou des agonistes partiels des récepteurs dopaminergiques D2/D33. De multiples cibles pharmacologiques autres que la dopamine ont été testées pour traiter les symptômes dits psychotiques, en particulier ceux qui fondent le diagnostic de schizophrénie : les modulateurs des voies de transmission glutamatergique, serotoninergique, cholinergique, neuropetidergique et des systèmes inflammatoires. À ce jour aucune n’a pu apporter la preuve d’un effet convaincant pour traiter les troubles schizophréniques. Nous nous heurtons à trois points essentiels : l’absence de modèle physiopathologique du trouble ; l’incapacité à étudier séparément les effets des molécules sur les différentes dimensions cliniques d’un trouble psychotique tant leurs interdépendances sont fortes ; la notion même de schizophrénie qui sous-entend qu’il s’agirait d’une maladie unique malgré l’hétérogénéité des réalités cliniques ainsi amalgamées. Nous proposons une revue des études des agents non conventionnels qui ont été testés pour traiter les schizophrénies et une mise en perspective de ce que pourrait être les molécules de demain en s’attachant plus particulièrement aux hypothèses issues des travaux les plus récents de la génétique moléculaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les futurs médicaments des troubles du sommeil et de la vigilance

    Future drugs for sleep and wake disorders

    Je déclare avoir participé à des interventions de type essais cliniques, travaux scientifiques, activités de conseil, conférences, et colloques pour les laboratoires UCB pharma, Bioprojet, Avadel, Idorsia, Theranexus, Takeda, et Jazz.

    L’insomnie est la plus fréquente des maladies du sommeil. Traditionnellement traitée par des hypnotiques tels les benzodiazépines et les médicaments apparentés dits en Z, qui agissent sur le récepteur GABA-A, et plus récemment par les thérapies cognitivo-comportementales, des hypnotiques innovants ciblant le système orexine (ou hypocrétine) sont maintenant en cours de développement. Ces nouveaux traitements récemment commercialisés dans plusieurs pays à l’échelle mondiale sont très prometteurs, efficaces et comportent moins d’effets secondaires sur la vigilance, l’équilibre, la mémoire, et la dépendance. À l’opposé de l’insomnie, on retrouve l’hypersomnolence caractérisée par une altération de la qualité de la veille et/ou une quantité excessive de sommeil de jour et/ou de nuit (appelée hypersomnie). La prise en charge doit aussi être comportementale via une meilleure hygiène de sommeil, puis médicamenteuse pour les formes sévères. Plusieurs médicaments agissant sur des cibles pharmacologiques différentes (transporteur de la dopamine, recapture de l’histamine et de la noradrénaline, récepteurs GABA-B) permettent de diminuer la somnolence et d’améliorer l’éveil des patients. Toutefois, il reste des besoins non couverts, et de nouveaux traitements innovants agissant sur de nouvelles cibles thérapeutiques ont été récemment développés. Les agonistes des récepteurs de l’orexine devraient permettre de stimuler le système défaillant dans la narcolepsie de type 1, et d’améliorer l’éveil dans les autres formes d’hypersomnolence centrale.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Développement de nouveaux psychotropes : qu’avons-nous à apprendre de l’oncologie ?

    Development of new psychotropic drugs: What can we learn from oncology?

    Olivier Mir a été consultant ou orateur pour Amgen, Astra-Zeneca, Bayer, Blueprint Medicines, Bristol Myers-Squibb, Eli-Lilly, Incyte, Ipsen, Lundbeck, MSD, Novartis, Pfizer, Roche, Servier, Vifor Pharma, et possède des actions d’Amplitude SUrgical, Ipsen et Transgene.

    Raphaël Gaillard a reçu une compensation financière comme membre du bureau scientifique de Janssen, Lundbeck, Roche, SOBI, Takeda. Il a été consultant et/ou orateur pour Astra-Zeneca, Boehringer-Ingelheim, Pierre Fabre, Lilly, LVMH, Otsuka, Recordati, SANOFI, Servier a reçu des compensations financières pour cela. Il a reçu un soutien financier pour des travaux de recherche de la part de Servier.

    L’auteur Alexandre Haroche déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La plupart des traitements disponibles en psychiatrie ont été découverts de façon fortuite. En oncologie, depuis les années 1990, des traitements ciblés ont été mis au point pour le traitement des cancers, permettant une augmentation significative de l’espérance de vie. Certaines voies biologiques d’intérêt en oncologie pourraient également être les cibles de traitements de pathologies psychiatriques. Ainsi, la voie « mammalian Target of Rapamycin » (mTOR), ainsi que la voie de la kynurénine intéressent aussi bien les oncologues que les psychiatres. Le développement de l’interdisciplinarité dans la recherche permettrait d’identifier les effets psychotropes de molécules développées dans d’autres spécialités. Par ailleurs, afin d’atteindre le niveau actuel de développement des médicaments en oncologie, il est nécessaire de développer des biomarqueurs des pathologies psychiatriques, mais également d’augmenter l’investissement dans la recherche en psychiatrie.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les plans européens de pharmacovigilance renforcée : sécurité ou frein ?

    European plans for enhanced pharmacovigilance: safety or restraint?

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Complications des tatouages : informations récentes justifiant la prise de mesures urgentes

    Decorative tatoo complications: New informations justifying pressing action

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Les tatouages cutanés sont pratiqués depuis fort longtemps mais leur toxicité reste peu connue du grand public qui a de plus en plus recours à ces techniques sans être informé des risques encourus, infectieux, allergiques, dermatologiques, toxiques systémiques et même ophtalmologiques. Cette situation est aggravée par la mode des tatouages « corps entier ». Cette séance dédiée est une mise au point des risques encourus liés aux tatouages.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Complications des tatouages : classification clinique, histologique, physiopathologique, cinétique des particules

    Complications of tattoos: Clinical and pathological classification, pathophysiology, particle kinetics

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La séance était prévue le 31 Mars 2020 mais a été reportée en raison de l'épidémie à une date encore non déterminée.

    Les tatouages sont de plus en plus fréquents et leur surface est en augmentation. Ils sont également de plus en plus colorés. Les complications sont fréquentes et réalisent des tableaux cliniques et histologiques très variés. Les encres, dont la composition n’est pas toujours connue, contiennent de nombreux pigments dont les produits de dégradation peuvent entraîner des allergies chroniques. Les effets à long terme de la présence de produits carcinogènes et de nanoparticules justifient la réalisation d’études prospectives. Le public devrait être informé de ces complications et des difficultés du détatouage.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Tatouage et réaction sarcoïdosique

    Tattoo and sarcoidosis reaction

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    La pratique du tatouage se développe de plus en plus dans le monde entier. Les infections sont connues, mais les réactions inflammatoires chroniques ont souvent donné lieu à des manifestations cliniques variées. À côté des réactions allergiques, les réactions non allergiques prévalent dans les tatouages noirs et se manifestent sous la forme de lésions « papulo-nodulaires ». L’importance de la biopsie des lésions papulo-nodulaires pour confirmer le diagnostic doit être soulignée. Les nanoparticules de noir de carbone s’agglomèrent dans le derme avec le temps pour former des granulomes sarcoïdosiques. Granulome à corps étranger lié au pigment et sarcoïdose sont souvent difficiles à distinguer. La couleur noire semble la plus fréquente. D’autres étiologies que le pigment sont évoquées, tel que le rôle d’un agent infectieux, mais à ce jour aucun n’a été identifié, un terrain génétique particulier, qu’il reste à définir. Des localisations systémiques étant possible, le bilan d’extension est important à réaliser. Le traitement est le même que la sarcoïdose classique. Certains médicaments favoriseraient le développement d’une sarcoïdose sur tatouage. Ils doivent donc être recherchés systématiquement. Il est aussi important à titre préventif, que les sujets et leur médecin traitant soient informés de ce risque potentiel lié à ces médicaments indiqués dans des pathologies graves spécifiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Uvéites et tatouages

    Uveitis and tattoos

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Les complications des tatouages sont multiples et connues depuis de nombreuses années. Cependant, leur succès explique leur multiplication exponentielle dans tous les pays. Cela a permis de confirmer l’apparition de deux nouvelles complications : une réaction de type sarcoïdose cutanée, localisée ou à distance, ainsi que l’apparition d’uvéites cliniques et histologiques. Ceci dans le cadre d’une réaction d’hypersensibilité retardée, et/ou bien d’une réaction granulomateuse. Leur prévention reste assez mal connue. Elle impose de réaliser chez chaque sujet porteur d’un tatouage un bilan de sarcoïdose systémique ainsi qu’une enquête ophtalmologique à la recherche d’une éventuelle uvéite. Si elle se confirme, seront aussitôt réalisés en urgence des mesures préventives et thérapeutiques afin d’éviter une cécité. Ces nouvelles complications confirment l’extrême gravité de l’utilisation d’encres non contrôlées, véritables mélanges toxiques et sensibilisants, notablement lors de tatouages colorés étendus. Ces encres colorées particulièrement agressives libèrent dans l’organisme de multiples substances et nanoparticules dont on ne mesure pas toutes les conséquences néfastes, à moyen et long terme.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    L’histoire inouïe de la maladie fatale du roi Alexandre Ier de Grèce (1893–1920) : approche diagnostique moderne

    The incredible story of King Alexander's of Greece (1893–1920) fatal disease: A current diagnostic approach

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Alexandre Ier (2 août 1893–25 octobre 1920) accéda au trône après la destitution forcée de son père, Constantin Ier (1868–1923), le 12 juin 1917 et régna sur la Grèce jusqu’à sa mort prématurée, à l’âge de 27 ans, des suites d’une infection invasive des tissus mous de la jambe gauche à type de pyomyosite post-morsure de magot berbère domestique, compliquée de choc septique, voire de syndrome de choc toxique streptococcique. À l’occasion du centenaire de cet événement, ce travail vise à retracer l’anamnèse et l’évolution de la maladie du souverain grec, son étiologie, la prise en charge thérapeutique ainsi que la polémique concernant la pertinence du diagnostic posé et la conduite tenue par les médecins du roi. Les données proviennent : (i) des bulletins journaliers de santé du roi ; (ii) de la presse athénienne et parisienne de l’époque ; (iii) de deux biographes d’Alexandre ; (iv) du compte-rendu de la séance post-mortem du 5 novembre 1920 de la « Société médico-chirurgicale d’Athènes » et (v) de la correspondance échangée entre le professeur Constantin Savvas (1861–1929), coordinateur du collège des médecins et le Docteur Andréas Anastasopoulos, médecin-major de l’ex-roi exilé. Rétrospectivement, il semblerait qu’une amputation inférieure majeure prompte aurait sauvé la vie du jeune monarque. D’un point de vue médico-historique, cette affaire intéresse autant la France que la Grèce, puisqu’elle implique l’intervention de deux savants français de renom, les Professeurs Fernand Widal (1862–1929) et Pierre Delbet (1861–1957) qui furent appelés à Athènes afin de soigner le souverain malade au château royal de Tatoï.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Libérons maintenant les contraintes imposées en EHPAD !

    Let's release now the constraints imposed in sheltered home for elderly dependent persons (EHPAD)!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La vaccination des soignants contre la Covid-19 doit devenir obligatoire

    Vaccination of caregivers against Covid-19 must become mandatory

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 21-05. Relations entre clinique et imagerie. État de la situation actuelle. Propositions d’amélioration.

    Relationships between clinicians and radiologists. State of the current situation. Suggestions for improvement.

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec cet article.
    Un rapport exprime une prise de position officielle de l’Académie nationale de médecine. L’Académie dans sa séance du mardi 9 mars 2021, a adopté le texte de ce rapport par 103 voix pour, 4 voix contre et 17 abstentions.

    L’imagerie occupe une place de plus en plus importante dans la médecine moderne. La qualité des relations entre producteurs et consommateurs d’imagerie est donc essentielle. Or, la pratique quotidienne montre que ce n’est pas toujours le cas. Les premières difficultés survinrent dans les années 80 avec l’arrivée des images en coupes, matricielles, numérisées, et la révolution que cela entraîna : explosion du nombre d’images qui rendit leur reproduction intégrale impossible, évolution technologique vertigineuse qui impliqua l’intervention active d’un radiologue, consultation des images numériques par le biais d’un moyen informatisé, inégalement réparti, et enfin imagerie multimodale ajoutant encore un niveau de complexité au système. D’où l’apparition de difficultés relationnelles entre radiologues et cliniciens et des conséquences médicales et professionnelles que cela entraîna. Une rapide enquête a montré que seulement une demande d’imagerie sur sept était correctement libellée. Une telle indigence semble surtout liée à un manque de temps (la durée moyenne de la consultation d’un généraliste est de 15min), parfois de compétence, à de mauvaises habitudes et à une dépersonnalisation progressive des rapports professionnels. Dès lors le radiologue peut faire le travail du clinicien et se poser à lui-même la question qu’il imagine être celle du clinicien, avec le degré d’incertitude que cela implique, ou ne pas le faire : auquel cas sa réponse ne pourra être que vague, peu exploitable. Actuellement, le support physique des images ne sera bientôt plus qu’un souvenir, remplacé par un CD ou une adresse mail et un mot de passe, dont l’accès est de difficulté variable. Parfois aisé, souvent chronophage voire impossible du fait d’une grande inhomogénéité des logiciels de lecture et d’un déficit d’équipement informatique et de formation des cliniciens. Ceux-ci sont dès lors contraints de se fier au seul compte-rendu radiologique, de qualité inégale faute de renseignements cliniques, qui se limite trop souvent à une simple description des images observées, sans synthèse. Cercle vicieux. Dans ses recommandations, pour améliorer cet état de fait, l’Académie nationale de médecine demande donc aux cliniciens de décrire en une phrase ou deux l’objet de leur demande, aux radiologues de s’engager en faisant une synthèse et de continuer à fournir des images sur support physique jusqu’à la fin de l’époque de transition que nous traversons, aux industriels d’harmoniser leurs logiciels de lecture et aux caisses d’aider massivement les cliniciens, surtout libéraux, à investir dans un équipement informatique performant.

    Lire la suite >