Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3145 résultats

  • Communication scientifique

    Stratégies thérapeutiques pour l’application clinique des ARN interférents

    Novel therapeutic strategies for clinical applications of intefering RNA

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La régulation de l’expression des gènes a soulevé de nombreux espoirs pour la découverte de nouvelles stratégies thérapeutiques. Il en est ainsi des petits ARN interférents (ARNi) capables de moduler l’expression d’un grand nombre de gènes. Cependant, malgré leur potentiel, les ARNi sont peu stables dans les fluides biologiques. De plus, ces molécules hydrophiles et chargées négativement doivent être chimiquement modifiées ou vectorisées pour pouvoir pénétrer au sein des cellules cibles et atteindre le cytoplasme afin d’induire l’inhibition génique. Des modifications chimiques ont été apportées aux structures de base des ARNi qui, malheureusement, favorisent les effets hors cible. Des conjugués lipidiques adressés vers le foie ou encore des nanotechnologies lipidiques à tropisme hépatique sont les plus avancés en clinique. La présente revue se concentre sur ces différentes stratégies et met en relief des approches nouvelles et prospectives pour adresser les ARNi vers d’autres tissus de l’organisme que le foie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Étude de l’impact de la pollution à l’ozone sur les arrêts cardiaques dans la région niçoise

    Association of ozone with out-of-hospital cardiac arrest in Nice, France

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Introduction

    De nombreuses études ont montré l’association entre pollution atmosphérique, particulièrement des particules fines, et arrêts cardiaques hors hôpital. Les publications concernant l’association entre arrêts cardiaques et pollution à l’ozone sont, par contre, moins nombreuses et discordantes.

    But

    Le but de cette étude rétrospective (2010–2018) est d’évaluer l’impact de pics de pollution par l’ozone dans la région niçoise sur les arrêts cardiaques hors hôpital.

    Résultats

    L’étude a porté sur 557 arrêts cardiaques hors hôpital. La moyenne d’âge était de 68,2 ans pour les hommes et de 75,1 ans pour les femmes. Après ajustement avec la température et l’humidité, nous avons constaté un risque élevé d’arrêts cardiaques associé à un niveau élevé d’ozone avec un OR 2 heures de 1,12 (CI 95 %, 1,01–1,25) et 24h de 1,18 (CI 95 %, 1,03–1,35) pour toute augmentation de 10μg/m3. Nous n’avons pas trouvé de lien avec les taux de particules fines.

    Conclusion

    Au total, l’exposition brève à une élévation de la pollution à l’ozone est associée à un risque d’arrêts cardiaques hors hôpital, et ce, sans influence des saisons. Les SAMU et les services d’urgences devraient connaître en permanence les niveaux du taux d’ozone dans les grandes villes de France.

     

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie vétérinaire de France : Espèces animales sensibles au SARS-CoV-2 et risques en santé publique

    Animal species susceptible to SARS-CoV-2 and public health risks

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La mémoire traumatique : postulats historiques et débats contemporains

    Traumatic memory: Historical assumptions and contemporary debates

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le trouble de stress post-traumatique (TSPT), résultant de l’exposition à un événement extrêmement stressant, a inscrit son histoire dans un contexte psychiatrique et militaire et reste, aujourd’hui encore, une pathologie contemporaine largement débattue. Les recherches des dernières décennies et la révision récente des critères diagnostiques du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (en anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, DSM ; 1994, 2013) ont conduit de nombreux chercheurs et cliniciens à considérer le TSPT comme une « pathologie de la mémoire ». Celle-ci est caractérisée par la présence simultanée d’une hypermnésie des éléments centraux et émotionnels de l’événement et une fragmentation des souvenirs périphériques et contextuels, rendus incohérents par leur manque d’intégration autobiographique. Ces atteintes mnésiques sont fréquemment décrites dans le cadre du TSPT, mais font toujours l’objet d’âpres débats scientifiques et cliniques. Malgré tout, la symptomatologie traumatique est classiquement définie par des atteintes mnésiques caractéristiques et supposément marquées par un manque de cohérence narrative et une fragmentation des souvenirs rappelés. Par ailleurs, l’exploration de la mémoire traumatique a, depuis plusieurs années, entretenu un vif débat contemporain concernant la récupération des souvenirs issus d’abus infantiles, réactualisant ou réinterprétant les investigations psychologiques et thérapeutiques passées de la mémoire traumatique. Ce travail propose une présentation des considérations actuelles de la mémoire traumatique développée dans le cadre du TSPT, et une discussion autour de ces deux éléments de controverse : la fragmentation et l’incohérence du souvenir traumatique mémorisé et la récupération tardive des souvenirs « réprimés » du traumatisme initial.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 20-06 — Interfaces cerveau-machine : essais d’applications médicales, technologie et questions éthiques

    Brain-machine interface: Testing of medical applications, technology and ethical issues

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’interface cerveau-machine (ICM) est une technique permettant de recueillir l’activité du cortex et de la transformer, grâce à un logiciel, en commande d’activités motrices ou sensorielles définies respectivement comme asynchrone et synchrone parce que dans ce dernier cas le cortex est stimulé par un événement extérieur alors que dans le premier il enclenche par la pensée un ordre moteur indépendant des nerfs et des muscles. Le recueil de l’activité corticale est soit extracrânien, et utilise l’électroencéphalographie, soit intracrânien avec implantation d’électrodes dans le cortex recueillant les potentiels émis. Les applications médicales de l’ICM visent à restaurer la mobilité d’un ou plusieurs membres suite à un accident ou une maladie. L.A. Benabid a mis au point une technique de commande corticale d’un exosquelette pour traiter des patients paraplégiques. G. Courtine et J. Bloch proposent de réactiver des circuits moteurs lombaires épargnés lors de l’accident. N. Jarasse et G. Morel font appel à des patrons supports constitués à partir des mouvements du tronc et de l’épaule accompagnant le mouvement voulu de la prothèse du bras amputé. A. Lecuyer a développé un logiciel « OpenViBE » appliqué au « neurofeedback » qui permet au patient visualisant les ondes de son cerveau de les ramener par entraînement à une norme afin d’améliorer déficits moteurs et troubles mentaux. Pour restaurer la vision en cas de perte des photorécepteurs, S. Picaud applique une stratégie consistant à réintroduire des informations visuelles dans le circuit neuronal en utilisant une puce électronique implantée en épi- ou sous-rétinien afin de stimuler les cellules ganglionnaires et atteindre in fine le cortex visuel. Toutes ces recherches concernent un nombre isolé de malades rarement étudiés dans des conditions de vie normale. Pour passer à l’étape industrielle, plusieurs défis doivent être affrontés : mieux connaître les réseaux neuronaux impliqués, développer la détection des signaux neuronaux avec des électrodes plus fines, plus résistantes et assemblées dans des matrices en en positionnant un très grand nombre à la surface du cortex, progresser dans le domaine de l’informatique et de l’analyse des données. Toutes ces techniques soulèvent des problèmes éthiques dont les 3 principaux sont : de préserver le caractère personnel de l’activité neuronale, de refuser toute coercition vis-à-vis du patient, et d’optimiser des dispositifs sauvegardant son pouvoir de décider. Ce rapport recommande un soutien public en faveur de la recherche académique et des start-ups, la création d’une structure de mise en réseau des unités de recherche travaillant dans le domaine, le refus d’une autocratie permise par le développement du numérique.

    Lire la suite >
  • Avis

    Avis de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie vétérinaire de France : SARS-CoV-2 : sensibilité des espèces animales et risques en santé publique

    SARS-CoV-2: sensitivity of animal species and public health risks

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La faculté d’oublier

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les mémoires oubliées : leurs caractéristiques et leurs atteintes spécifiques

    Forgetten memories: Their characteristics and specificities

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Malgré son appellation unique, la mémoire humaine est constituée de secteurs indépendants dans leurs fonctions, leurs supports anatomiques et leur implication pathologique. Nous abordons ces divisions mal connues en décrivant les cas uniques de patients qui ont permis leur description avec les modèles neurocognitif qui en découlent.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les amnésies transitoires

    Transient amnesias

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’amnésie transitoire reconnaît de multiples causes, la première étant l’ictus amnésique (IA). Celui-ci se présente comme une atteinte subite de la mémoire épisodique antérograde et rétrograde avec des questions itératives, durant quelques heures, sans autre trouble neurologique ni cognitif, mais souvent associé à un état anxieux. Il est souvent déclenché par un stress physique ou psychologique. L’amnésie régresse sans séquelles en moins de 24h et dans la plupart des cas l’IRM en séquence de diffusion montre de façon légèrement différée des hypersignaux punctiformes à la partie latérale de l’hippocampe. L’épilepsie amnésique transitoire (EAT) donne lieu à des épisodes pouvant être pris pour un IA, mais plus brefs, de survenue préférentiellement matinale et répétitifs, sans hypersignaux hippocampiques à l’IRM. L’épilepsie amnésique transitoire peut s’accompagner d’hallucinations ou de discrets automatismes moteurs. Elle régresse généralement avec une monothérapie anti-épileptique. Les amnésies transitoires d’origine vasculaire sont en rapport avec un infarctus ou exceptionnellement une hémorragie affectant une structure du circuit de Papez. La possibilité d’une dissection aortique a été rapportée. Certains cas vérifient tous les critères diagnostiques de l’IA, et l’IRM cérébrale est recommandée en présence d’un tel tableau. Certains médicaments, notamment anticholinergiques et benzodiazépines, sont une cause fréquente d’amnésie transitoire, surtout chez le sujet âgé. Enfin une cause psychogène doit être envisagée devant une amnésie purement rétrograde, en particulier après un choc émotionnel.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Mémoire procédurale et mémoire déclarative

    Procedural memory and declarative memory

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Par opposition à la mémoire déclarative (qui comprend la mémoire sémantique et la mémoire épisodique), la mémoire procédurale appartient à la mémoire non déclarative, distinction déjà pressentie par les philosophes Descartes puis Bergson et affirmée par la neuropsychologue Brenda Milner. C’est avant tout la persistance d’une capacité motrice, perceptive ou cognitive fruit d’un apprentissage. Trois catégories de tests explorent ces trois domaines. Alors que la mémoire déclarative est sous-tendue par le cortex temporal, la mémoire procédurale relève principalement du striatum et du cervelet. Son altération résulte d’une atteinte du striatum, comme il en existe dans la maladie de Huntington, la maladie de Parkinson ainsi que dans les affections du cervelet. En revanche, elle est longtemps conservée dans la maladie d’Alzheimer. L’imagerie cérébrale fonctionnelle a permis de dresser la carte des régions cérébrales de la mémoire procédurale. À côté de l’apprentissage procédural, il existe un apprentissage implicite, inconscient, moins étudié, source de nos habitudes, de nos gouts, qui s’enrichit au fur et à mesure et forge notre personnalité.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : Impact de la Covid 19 sur la santé psychique

    Impact of Covid-19 on mental health

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Réflexions sur le progrès thérapeutique médicamenteux

    Reflexions on drug therapeutic progress

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cellules humaines à usage thérapeutique : état de la question

    Human cells for therapeutics purpose: State of the art

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les cellules souches humaines pluripotentes induites et les cellules souches embryonnaires humaines ont des caractéristiques de pluripotence et de dérivation permettant aussi l’étude des maladies. Ces cellules sont utilisées actuellement pour le traitement des maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson ou dans les pathologies cardiaques. La thérapie génique a été un succès pour le traitement des hémophilies A et B, les hémoglobinopathies et les déficits immunitaires. La greffe de cellules souches hématopoïétiques est un traitement standard des leucémies, cependant que les CAR-T représentent un nouveau traitement prometteur y compris dans les lymphomes et le myélome.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Médicaments biosimilaires : enjeux réglementaires et impacts médicoéconomiques

    Biosimilar medicines: Regulatory issues and medico-economic impacts

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le concept de médicament biosimilaire a été lancé par les directives européennes de 2001 et 2004 avec les premières autorisations européennes de mise sur le marché (AMM) délivrées en 2006. Ce sont des « copies » de médicaments biologiques, pour la plupart des protéines. Compte tenu de la variabilité inhérente aux processus de « synthèse biologique » quelques variations de la structure chimique du produit fini peuvent être observées sur les résidus glycosylés mais pas sur la séquence d’acides aminés pour les protéines. Pour cette raison, le dossier de demande d’AMM de ces produits, contrairement aux génériques, doit comporter une démonstration d’équivalence thérapeutique dans au moins l’une des indications thérapeutiques du princeps. C’est l’arrivée des biosimilaires des anticorps monoclonaux qui a vraiment marqué leur avènement avec les biosimilaires d’infliximab, d’étanercept et d’adalimumab dans les domaines de la rhumatologie, gastroentérologie et dermatologie, puis dans les domaines de la cancérologie avec les biosimilaires de rituximab, trastuzumab et enfin bévacizumab. Si l’arrivée des biosimilaires réduit le risque de ruptures d’approvisionnement des produits princeps, leur intérêt est principalement économique, permettant la réduction du prix des traitements face aux princeps biologiques coûteux. Avec l’expérience acquise, les réticences à l’interchangeabilité des produits se sont estompées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Actualités thérapeutiques et innovations dans les maladies systémiques et auto-immunes

    Update on treatments and innovations in systemic auto-immune diseases

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le traitement des maladies auto-immunes bénéficie depuis quelques années de nouveaux médicaments dont certains sont prometteurs. Les choix thérapeutiques et les objectifs de traitement sont cependant variables d’une maladie auto-immune à l’autre. Les progrès médicamenteux ont surtout été obtenus dans les vascularites. Au cours du lupus, malgré de nombreux médicaments ciblant des mécanismes pathogéniques spécifiques, peu de médicaments se distinguent comme étant d’un apport majeur pour la prise en charge de cette maladie. Les innovations thérapeutiques sont bien différentes dans la sclérodermie systémique. Il n’y a toujours pas de médicament de fond efficace mais les traitements symptomatiques se multiplient et sont partiellement efficaces. Le seul traitement de fond qui parait apporter aujourd’hui un bénéfice dans la sclérodermie est la transplantation de cellules souches autologues.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : Vaccination contre Covid-19 : pour que l’espoir prenne forme !

    Vaccination against Covid-19: for hope to take shape!

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 20-05 – La transplantation cardiaque chez l’adulte

    Cardiac transplantation in adult patients

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La transplantation cardiaque est le traitement de référence de l’insuffisance cardiaque terminale réfractaire au traitement médical optimal, avec une médiane de vie post greffe de 12 ans. Pourtant, l’accès à la transplantation tend actuellement à diminuer et il existe une inadéquation entre le nombre de receveurs et celui des donneurs. Ce rapport revoit les indications, les contre-indications de la transplantation cardiaque et les complications survenant lors du suivi. Les conditions d’une meilleure prise en charge de l’insuffisance cardiaque sévère dans l’ensemble du territoire national et d’une optimisation de l’offre de transplantation cardiaque sont examinées et le recours aux greffons prélevés chez des patients décédés après un arrêt circulatoire est discuté.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Enquête étiologique des hypoparathyroïdies spontanées : étude de 38 patients

    Etiological investigation of spontaneous hypoparathyroidism: Study of 38 patients

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Se différenciant des pseudohypoparathyroïdies, des hypoparathyroïdies fonctionnelles et des hypoparathyroïdies iatrogènes, les hypoparathyroïdies spontanées lésionnelles constituent des entités rares dont les causes sont encore imparfaitement connues. Congénitales ou acquises, elles s’inscrivent dans 3 grands cadres nosologiques : génétiques, auto-immuns, ou liés à des maladies générales, infiltratives ou par surcharge. Les causes génétiques sont de constitution lente, se révèlent progressivement chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte, répondant aux entités connues sous les noms de syndrome de Di George (CATCH 22) typiquement par agénésie parathyroïdienne avec aplasie thymique, malformations cardiaques et vasculaires en liaison avec une délétion du chromosome 22, de syndrome HDR (hypoparathyroidism deafness, renal dysplasia) par mutation de GATA3, et de syndrome HRD (hypoparathyroidism, retardation, dysmorphism) par mutation de TCFE, d’hypocalcémie familiale hypercalciurique par mutation gain de fonction du récepteur du calcium. Les hypoparathyroïdies auto-immunes sont soit isolées, soit syndromiques dans le cadre des polyendocrinopathies auto-immunes de type 1 (syndrome APECED) par mutation homozygote du gène de la protéine AIRE (21q) inactivant la transcription des autoanticorps au niveau du thymus notamment. Enfin des hypoparathyroïdies s’observent dans les hémochromatoses secondaires, la maladie de Wilson, les cytopathies mitochondriales, en association avec la thyroïdite de Riedel et certaines maladies granulomateuses. Les difficultés de la reconnaissance du diagnostic étiologique des hypoparathyroïdies spontanées sont illustrées par le rapport d’une série lilloise de 38 patients. Un algorithme diagnostique est proposé.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Angiopathie amyloïde cérébrale : avancées récentes et perspectives

    Cerebral Amyloid Angiopathy: New Insights and Perspective

    Les auteurs déclarent ne pas n’avoir pas de liens d’intérêts.

    L’Angiopathie Amyloïde Cérébrale sporadique (AAC) est une micro angiopathie cérébrale fréquente, liée à l’âge, caractérisée par l’accumulation de peptide amyloïde Aβ dans la paroi des artères lepto-méningées et des vaisseaux corticaux. C’est la cause principale d’hémorragies intracérébrales lobaires de la personne âgée. Son origine reste largement méconnue. Un défaut de clearance du peptide Aβ est largement évoqué dans sa physiopathologie. L’étude de sujets porteurs de mutations dans les rares formes héréditaires montre qu’une longue période pré-symptomatique est probable. L’hémorragie intracérébrale lobaire, avec son risque de récidive élevé, constitue l’avenue clinique la mieux connue. L’AAC est également à l’origine directe de déclin cognitif avec un risque évolutif élevé vers une démence. Elle est également à l’origine de manifestations neurologiques focales déficitaires transitoires (TFNE). L’existence d’une forme à composante inflammatoire suggère l’association d’une réponse auto-immune spécifique. L’identification de biomarqueurs permet de mieux en caractériser l’histoire naturelle et le risque évolutif : IRM (micro-saignements, micro infarctus corticaux, hémosidérose corticale, saignements méningés, atrophie corticale, hyper signaux de la substance blanche, dilatation des espaces péri vasculaires) TEP amyloïde, biomarqueurs amyloïdes du liquide cérébro-spinal, contribuent à créer une d’empreinte de la maladie. Si l’anatomo-pathologie reste un élément essentiel du diagnostic, ils ont permis d’affiner la probabilité du diagnostic de la maladie (critères de Boston modifiés). Aucune thérapeutique spécifique n’est à ce jour disponible mais nombre de développements sont en cours. Le contrôle strict de la pression artérielle, et la stratégie thérapeutique vis-à-vis des anticoagulants chez les patients à haut risque embolique sont des éléments clés de la prise en charge.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie nationale de chirurgie : Covid-19 et continuité des soins

    Covid-19 and continuity of care

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie vétérinaire de France : Mutation du virus Sars-CoV-2 chez les visons danois et mesures de précaution

    Mutation of Sars CoV-2 in Danish mink and precautionary measures

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : La mort loin des familles

    Death far away from families

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La dégénérescence maculaire liée à l’âge en 2020

    Age related macular degeneration 2020

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Au cours des deux dernières décennies, il est observé une diminution de la prévalence de la dégénérescence maculaire (DMLA) et une amélioration de l’acuité visuelle des patients atteints en raison de l’amélioration du mode de vie, et des progrès de la prise en charge. Cependant, la DMLA qui constitue la première cause du handicap visuel dans le monde pour la population âgée de plus de 50 ans, demeure encore incomplètement comprise et ne connaît pas à ce jour de guérison. La thérapie génique ou les injections de cellules souches multipotentes ouvrent la voie vers de nouveaux traitements moins contraignants que les injections répétées d’anti-VEGF.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les microvésicules cellulaires : biomarqueurs émergents en pathologie cardiovasculaire : intérêt dans le risque thrombotique de la COVID 19

    Cellular microvesicles: Emerging biomarkers in cardiovascular disorders: application in the thrombotic risk associated to COVID 19

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les maladies cardiovasculaires sont une des premières causes de mortalité et de morbidité dans le monde et la recherche de biomarqueurs permettant de stratifier le risque est un enjeu majeur. Les microvesicules sont des fragments de membranes générés par toutes les cellules de l’organisme. Elles sont reconnues aujourd’hui comme des vecteurs d’information biologiques participant à la communication intercellulaire et des biomarqueurs dont la pertinence clinique a été démontrée. En effet, l’élévation des taux plasmatiques des microvésicules a été rapportée dans différents contextes cardiovasculaires incluant l’athérosclérose, les syndromes coronariens aigus, les accidents vasculaires cérébraux, les thromboses associées au cancer ou aux infections comme la COVID- 19. Dans ce contexte infectieux émergeant, les microvésicules ont récemment été identifiées comme des biomarqueurs prometteurs dans l’identification précoce des patients à risque et dans la prédiction du risque thrombotique. Les progrès accomplis ces dernières années pour développer des techniques ultrasensibles permettant d’énumérer ou de mesurer l’activité fonctionnelle des microvésicules, associés aux efforts de standardisation impulsés par les sociétés savantes, permettent aujourd’hui d’accélérer leur transfert vers la clinique, afin de les positionner comme des candidats prometteurs pour une médecine personnalisée à visée cardiovasculaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Relation pharmacocinétique/pharmacodynamique entre la concentration sanguine de tétrahydrocannabinol et l’aptitude à conduire un véhicule chez des consommateurs occasionnels ou chroniques de cannabis

    Pharmacokinetic/pharmacodynamic relationship between tetrahydrocannabinol blood concentration and ability to conduct a vehicle in chronic and occasional cannabis consumers

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.
    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Objectif
    La relation pharmacocinétique/pharmacodynamique (PK/PD) après une prise fumée de cannabis et l’aptitude à conduire est peu documentée.

    Méthodes
    Le tétrahydrocannabinol (THC) et ses deux principaux métabolites ont été mesurés dans le sang de 15 consommateurs chroniques (CC, 1–2 joints/j) et de 15 consommateurs occasionnels (CO, 1–2 joints/semaine) 12 fois pendant 24h après consommation d’une cigarette contenant de manière randomisée du placebo, 10mg ou 30mg de THC. Les effets ont été évalués 7 fois par un test de vigilance (temps de réaction) et un simulateur de conduite durant la même période.

    Résultats
    Il n’existe pas de relation PK/PD. La concentration sanguine en THC et 11-OH-THC est maximale dès la fin de la consommation alors que les effets sont maximums 5 à 6h après. Après une même dose consommée, la concentration sanguine de THC est pratiquement deux fois plus élevée chez les CC que chez les CO. Les CC ont toujours du THC dans le sang (>1ng/mL) après 24h alors qu’il est<0,5ng/mL chez les CO après 6h environ. Les effets sur l’allongement du temps de réaction sont plus importants pour les CO (+19 % à 10mg et +27 % à 30mg) que pour les CC (+11 % à 10mg et +19 % à 30mg), de même sur l’aptitude à conduire où on ne retrouve pas d’effet dose (+25 % d’erreur pour les CC vs +34 % chez les CO). L’effet total sur la conduite dure environ 8h chez les CC et jusqu’à 13h chez les CO.

    Conclusion
    Le cannabis a un effet délétère sur la conduite, décalé dans le temps par rapport à la cinétique sanguine du THC.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : « Retour d’expérience : concevoir un dépistage efficace »

    Feedback: designing an effective screening

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 20-04. Les prescriptions médicamenteuses dans le rhume de l’adulte d’origine virale

    Drug prescriptions in adult common cold of viral origin

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Aucun traitement du rhume de l’adulte n’a réellement fait preuve d’une grande efficacité. Or, les prescriptions médicamenteuses sont nombreuses et variées, représentant à la fois un danger en termes de santé publique et de risque d’effet indésirable individuel, et un coût non justifié en termes de dépenses de santé. Après une analyse de la littérature et des données socioéconomiques, le rapport propose (i) de créer un « Observatoire national du rhume », (ii) d’améliorer la formation des médecins et des pharmaciens en se basant sur une nouvelle nosologie : l’IVVAS, (iii) de définir la place de l’antibiothérapie dans le traitement du rhume à partir des recommandations des sociétés savantes, (iv) de limiter l’usage de la corticothérapie le plus souvent inadaptée ainsi que l’usage des vasoconstricteurs en raison de leurs effets indésirables, en suggérant qu’ils ne soient délivrés que sur prescription médicale, (v) d’alerter le grand public des dangers de l’automédication et de la dangerosité et de l’inefficacité de nombreux traitements utilisés.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : « Pandémie de Covid-19 : tenir la crête »

    Covid-19 Pandemic: Holding the Ridge

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Une histoire du cœur artificiel : du cœur de verre d’Alexis Carrel au CARMAT d’Alain Carpentier

    A story of the artificial heart: From Alexis Carrel's glass heart to Alain Carpentier's CARMAT

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Depuis les essais historiques de Carrel et Lindbergh, le désir d’obtenir des prothèses pour soutenir un cœur défaillant a été constant chez tous les chirurgiens cardiaques. Initialement conçu pour permettre la récupération d’un cœur après la chirurgie cardiaque, elle est ensuite devenue le « bridge to transplant » nécessaire pour attendre un greffon cardiaque. Des prothèses ont été décrites en fonction de la nécessité de remplacer seulement le ventricule gauche ou les deux ventricules. Pour répondre à l’insuffisance du nombre de greffons, la conception d’un cœur artificiel définitif s’est progressivement imposée. Le cœur CARMAT répond à de nombreux impératifs, et en particulier à la biocompatibilité. Après des résultats initiaux encourageants, il est encore actuellement en évaluation.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Avancées de la conservation des greffons destinés à la transplantation

    Progress in organ preservation for transplantation

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La conservation d’organes peut être définie comme l’ensemble des procédés qui s’attachent à protéger le greffon des méfaits de l’anoxie entre le moment de sa déafférentation vasculaire chez le donneur et celui de sa revascularisation chez le receveur. Elle s’est appuyée longtemps sur le principe selon lequel l’hypothermie, distribuée par la perfusion initiale de solutions de conservations dans les vaisseaux du greffon, atténuait les méfaits de l’ischémie. Le manque de greffons a poussé à élargir les critères de sélection des greffons. Ces greffons, plus sensibles à l’ischémie, ont incité à rechercher de nouveaux modes de conservations basés sur le maintien du métabolisme cellulaire. Ainsi ont été développées des conservations oxygénées, utilisant des machines dites de perfusion. D’abord en hypothermie à l’aide de solutions spécifiques, la conservation par perfusion oxygénée se fait maintenant au sang et en normothermie. Plus qu’améliorer et allonger la conservation, ces machines permettent de tester et sélectionner les greffons avant l’implantation. Elles permettront dans un avenir proche de réparer ou même transformer le greffon pour améliorer sa fonction initiale et sa survie au long cours.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Réalité augmentée et chirurgie du rachis, pour améliorer l’évaluation préopératoire, le geste opératoire et l’apprentissage

    Augmented reality and spine surgery, to improve preoperative assessment, surgery and learning

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Après un rappel des définitions de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, il est décrit dans cet article les moyens appliqués à la chirurgie du rachis avec, en préopératoire, la simulation pour l’entraînement à la chirurgie du rachis, le calcul préopératoire notamment dans les ostéotomies vertébrales de redressement et la confection de matériel sur mesure. En peropératoire la navigation, ainsi que le robot, sont pour le moment surtout utilisés pour assurer un vissage pédiculaire vertébral parfait. Les limites de ces techniques modernes se situent dans le défaut de calibrage et bien entendu dans leur accessibilité difficile. L’avenir se situe dans la multiplication des robots avec des objectifs plus larges que le vissage pédiculaire : reconnaissance des vaisseaux intra et extra-rachidiens, de la dure-mère, gestes complexes dans des directions difficiles à réaliser « à main libre » par le chirurgien. Ce dernier doit néanmoins rester dans la boucle décisionnelle pour définir notamment la stratégie chirurgicale correcte, indispensable pour obtenir un bon résultat chirurgical.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Interventionnel et chirurgie : opposition, cohabitation ou complicité ?

    Interventional and surgery: Opposition, cohabitation or complicity?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les techniques interventionnelles remettent profondément en question les modalités thérapeutiques, notamment chirurgicales. Pour la pérennité de l’écosystème complexe que constitue notre monde médical, basé sur une cohabitation subtile comme dans un récif corallien, il importe que ces nouvelles techniques ne demeurent pas la propriété d’une seule catégorie professionnelle, mais puissent être accessibles aux autres, moyennant une formation solide, précoce, au cours des études médicales ou après, consacrées par un examen validant. Compte tenu de sa transversalité, de son autorité morale et de son impartialité, l’Académie nationale de médecine pourrait constituer la structure idéale pour tenter de ramener une relative harmonie lors de ce changement majeur.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    L’âge d’or de la médecine marseillaise, à Rome, sous Néron

    The golden age of the Marseilles’ medical doctors in Rome during the reign of the Emperor Nero

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’encyclopédiste romain Pline l’ancien raconte que sous le règne de Néron (années 54 à 68), deux médecins Crinas et Charmis, s’imposèrent à Rome sur tous leurs rivaux. Ils venaient de Marseille – Massilia – où ils avaient été formés. Cette ville grecque qui était appelée l’Athènes des Gaules, était selon nombre d’historiens et d’écrivains romains de l’époque, un centre d’enseignement réputé pour l’éloquence, la philosophie et la médecine, à l’égal d’Athènes ou d’Alexandrie déjà sur le déclin. Elle exportait ses médecins. Or Rome ne possédait alors aucune école de médecine : les médecins venus d’orient ou de Marseille y étaient donc prisés. Crinas et Charmis, le premier par ses prescriptions fondées sur l’astrologie, l’autre par la méthode de l’hydrothérapie froide, acquirent une très grande réputation dans la capitale de l’empire en même temps qu’ils y amassèrent une immense fortune. Celle de Crinas fut en partie léguée par testament à sa ville natale dans le but de contribuer à la restauration de ses murailles que Jules César avait fait démolir un siècle auparavant.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Costentin J. Dictionnaire critique du cannabis. éditions DocisParis (2019)

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Simonnet G., Le Breton D., Laurent B. L’homme douloureux. Éditions Odile JacobParis (2019)

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Cancers ORL HPV-induits et vaccination universelle

    HPV-induced head and neck cancer and universal vaccination

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie nationale de pharmacie : « Tests Covid-19 : à la recherche d’une stratégie »

    Press Release of the French National Academy of Medicine and the National Academy of Pharmacy: Covid-19 tests: searching a strategy

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Influence des régimes végétariens sur le statut nutritionnel et métabolique et le risque de malades chroniques

    Influence of vegetarian diets on the nutritional and metabolic status, and their association with non-communicable diseases

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les régimes végétariens ont été proposés comme approche nutritionnelle pouvant potentiellement réduire le risque de maladies chroniques non transmissible. De plus, il existe une pression sociétale forte pour diminuer les aliments d’origine animale de la consommation alimentaire des pays occidentaux. Comparer les effets sur la santé des régimes végétariens et du régime omnivore est donc une question d’actualité importante, à laquelle nous tentons d’apporter une réponse basée sur les méta-analyses publiées sur ce thème. Les régimes végétariens sont associés à une concentration plus faible de cholestérol sanguin total, LDL-cholestérol et HDL-cholestérol, et sont sans effet sur le taux de triglycérides. Ils augmentent le risque de carence en vitamine B12, principalement chez les nourrissons de mères végétariennes, chez les femmes enceintes et les personnes âgées et diminuent les réserves en fer évaluées par la ferritine. En revanche, il existe un effet protecteur des régimes végétariens sur le risque d’obésité pathologique, des autres composantes du syndrome métabolique dont le diabète et l’hypertension et sur le risque de maladies cardio-vasculaires. L’étude des effets sur le risque de cancer ont produit des résultats contradictoires. La revue exhaustive de la littérature montre qu’il existe des données très parcellaires sur les effets des régimes végétariens pour les acides gras oméga-3, l’iode, le calcium, la vitamine B12 et la vitamine D et la comparaison avec le régime méditerranéen. L’effet des régimes végétariens sur les tranches d’âge nécessite également une attention particulière.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Syndrome allergique pollen-fruit : actualités sur les allergènes impliqués

    Pollen-food allergy syndrome: Recent data on allergens implicated

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    En France, 20 à 25 % de la population générale souffrent d’une maladie allergique. Les allergies respiratoires, prépondérantes et au premier rang des maladies chroniques de l’enfant, sont majoritairement dues aux grains de pollen d’arbres et de plantes anémophiles. Les sensibilisations croisées entre des pollens et certains aliments sont de plus en plus fréquentes, étendant ainsi le profil symptomatique du respiratoire au digestif voire à la réaction anaphylactique en présence de cofacteurs. Certaines familles de protéines allergisantes impliquées dans le syndrome pollen-aliment sont bien caractérisées du point de vue moléculaire et clinique : la famille des PR-10 dont le prototype est Bet v 1, allergène majeur du pollen de bouleau, les lipotransférases non spécifiques, les profilines et les protéines Thaumatin-like. Le mécanisme du syndrome pêche-cyprès a été récemment précisé grâce à la mise en évidence dans le pollen de cyprès d’un allergène de la famille des protéines régulées par la gibbérelline (Gibberellin-regulated proteins : GRP) (Cup s 7) responsable de la primo-sensibilisation chez de nombreux patients allergiques à la pêche. Le premier allergène de la famille des snakin/GRP, la péamacléine ou Pru p 7, a été décrit en 2013 dans la pêche, puis dans d’autres fruits comme l’abricot japonais, l’orange, et la grenade. Le réchauffement climatique induit une redistribution des espèces allergisantes vers les régions du nord. Il allonge la période de pollinisation et est un facteur important favorisant les pollutions atmosphériques qui augmentent le pouvoir allergisant des pollens et la sensibilité des personnes atopiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cytokines proinflammatoires et risque cardio-vasculaire : de l’infarctus du myocarde à la tempête cytokinique du COVID-19

    Proinflammatory cytokines and cardio-vascular risk: From myocardial infarction tocytokine storm of COVID-19

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les mécanismes des maladies inflammatoires font intervenir les cytokines principales de d’inflammation IL-1, TNF, IL-6 et IL-17, qui sont les cibles thérapeutiques des biothérapies. Elles contribuent à l’atteinte locale de maladies différentes sur le plan clinique. A côté de ces aspects locaux, les cytokines ont des effets systémiques par leur action sur le foie, le tissu adipeux, le muscle et le système cardio-vasculaire. Toutes ces maladies inflammatoires ont en commun une augmentation du risque cardio-vasculaire. Dans la population générale, les mêmes concepts sont applicables, avec un lien entre une élévation même modeste de la CRP et le risque cardio-vasculaire. Plus récemment, la tempête cytokinique des formes sévères du COVID-19 a montré que les interactions synergiques des cytokines d’abord décrites in vitro se retrouvent renforcées dans le tableau clinique avec atteinte multiple et sévère des organes clés. Dans ces contextes, le contrôle de l’inflammation par ciblage des cytokines est une nouvelle option thérapeutique à visée vasculaire, avec déjà des résultats importants pour l’IL-1.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Identification de biomarqueurs sanguins chez des sujets à risque pour la maladie d’Alzheimer

    Identification of blood biomarkers in individuals at risk for Alzheimer's disease

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La maladie d’Alzheimer (MA) est la forme la plus courante de maladie neurodégénérative, avec environ 46,8 millions de personnes touchées dans le monde, coûtant aux soins de santé environ 1 milliard de milliards d’euros. Certains facteurs génétiques augmentent le risque de MA. Des mutations spécifiques dans les gènes codant la protéine précurseur de l’amyloïde (APP) ou ses enzymes de clivage présénilines 1 et 2, des microduplications du gène APP, la trisomie 21, la présence d’une ou deux copies de l’allèle rare ɛ4 du gène codant l’Apolipoprotéine E (APOE) présentent les risques les plus forts de développer une MA. De plus, des risques cumulatifs agrégés sur un certain nombre de facteurs de risque génétiques moins forts ont émergé, grâce aux études d’association à l’échelle du génome (GWAS) avec des dizaines d’allèles géniques fréquents impliqués. Dans tous ces cas, les peptides β-amyloïdes se déposent avant l’apparition des symptômes. Quel que soit le contexte génétique, la charge amyloïde cérébrale est un risque de développer une MA. De nombreuses études visent à trouver des biomarqueurs sanguins qui pourraient prédire la charge amyloïde chez les individus asymptomatiques et permettre le traitement pendant la longue phase prodromique de la MA. Cette revue présentera la littérature et nos travaux sur la découverte de biomarqueurs sanguins au sens large de la charge amyloïde cérébrale chez des sujets asymptomatiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le rôle des vétérinaires à l’interface entre l’homme et l’animal, en France et dans le monde

    The role of veterinarians at the interface between men and animals, in France and in the world

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La profession vétérinaire joue un rôle sociétal important à l’interface entre l’homme et le monde animal, notamment en matière sanitaire, du fait des domaines très divers dans lesquels agit cette profession, de la diversité du monde animal concerné, des intérêts économiques et sociaux pour l’homme lié à sa relation avec l’animal, ces questions faisant de plus en plus l’objet de polémiques qui remettent en cause la relation traditionnelle homme-animal nouée depuis des millénaires. Dans ce contexte les apports sociétaux et sanitaires du vétérinaire s’avèrent précieux pour en faire des arbitres aptes à mieux gérer cette interface source d’intérêts majeurs et de conflits croissants à arbitrer. Cette gestion dépasse le cadre national dans un monde globalisé. Ainsi, le rôle des organisations internationales qui s’impliquent (Organisation mondiale de la santé – OMS), Organisation Mondiale de la Santé Animale – OIE) pour donner une dimension mondiale à la gestion des risques sanitaires d’origine animale est fondamental, de même que la répartition négociée des domaines prioritaires dans lesquels elles doivent agir avec les communautés professionnelles médicales et vétérinaires nationales. Le concept « une seule santé » est l’outil à qui ces organisations donnent la priorité dans ce cadre, notamment dans les domaines de la prévention et du contrôle de l’influenza zoonotique, de la rage et de la lutte contre l’antibiorésistance au niveau mondial. Les diagnostics de la capacité des nombreux pays à apporter des réponses à des situations sanitaires complexes liées à des pathogènes d’origine animale conduisent à la nécessité de développer une coopération internationale au profit des pays les plus démunis afin de favoriser l’adoption des politiques sanitaires appropriées à privilégier pour affronter les situations les plus dangereuses à l’interface homme/animal, et pour protéger chaque territoire national, tout en évitant que des politiques inappropriées ne mettent en danger les populations humaines et animales dans le reste du monde.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : Ne pas attendre une deuxième vague

    Don’t wait for a second wave

    Lire la suite >
  • Rapport

    Les phases de l’épidémie du COVID-19 : critères, défis et enjeux pour le futur

    Covid-19 epidemic phases: Criteria, challenges and issues for the future

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Pour une prise en charge préventive de la maladie d’Alzheimer

    Toward a preventive management Alzheimer's disease

    B.D. et M.L. : participation à l’essai clinique de l’aducanumab.
    Les autres auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.


    Les démences et la maladie d’Alzheimer (MA), en particulier, vont devenir de plus en plus un enjeu de santé publique. Trois données importantes peuvent cependant modifier le poids de ces pathologies : (1) de simples mesures d’hygiène de vie (contrôle de facteurs de risque vasculaire, activité physique et stimulation cognitive) instaurées chez les jeunes adultes ont un impact sur un déclin cognitif ultérieur ; (2) chez des sujets âgés à risque, ces mêmes dispositions retardent l’entrée dans la maladie et (3) enfin et pour la première fois, un anticorps anti-amyloïde aurait montré un effet significatif sur l’évolution de la MA chez des patients au stade débutant. Il ressort de ces travaux qu’il faut se préparer à reconsidérer la stratégie de prise en charge des troubles cognitifs, qu’ils soient mineurs ou majeurs, et de la MA en particulier. L’entrée des patients dans le parcours de soins reste aujourd’hui trop tardive. La solution est d’agir plus précocement, voire de façon préventive. Il faut développer une offre de soins adaptée à cette situation nouvelle afin d’agir sur la maladie le plus tôt possible, fondée sur : 1) des algorithmes prédictifs pour déterminer chez les sujets sans symptômes spécifiques ceux qui seront à risque de développer une pathologie dégénérative; ces algorithmes devront être mis au point à partir de données démographiques, familiales, cognitives, génomiques et biologiques, comme celles recueillies dans le projet « Santé-Cerveau » développé en partenariat avec l’ARS et les médecins généralistes ; 2) le renforcement des activités de prévention dans les 450 centres mémoire de proximité disponibles en France et les 26 CM2R et 3) la transformation de quelques-uns de ces centres experts en « cliniques de prévention de la démence » pour tester les mesures de prévention, initier des programmes d’éducation thérapeutique multidomaine et les valider, communiquer sur le risque, répondre à la demande de sujets inquiets et déterminer, chez ceux-ci, à l’aide des algorithmes, le niveau de risque qu’ils ont de déclarer une MA dans les mois et années qui viennent, en tenant compte de la compétition entre les risques. On peut ainsi se préparer à faire bénéficier précocement les uns et les autres des traitements pharmacologiques susceptibles d’exister.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Mattei J.-F. Santé, le grand bouleversement. Édition Les liens qui libèrent, Paris (2020)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les considérables progrès de la santé environnementale

    The considerable progress of environmental health

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La santé environnementale n’est pas la santé de l’environnement mais traite des impacts de la qualité de l’environnement sur la santé publique. Les rapports entre les dangers de l’environnement (physiques, chimiques, biologiques) et les maladies humaines sont beaucoup mieux révélés, décrits et chiffrés et se confirment d’importance majeure. Les très grands progrès accomplis dans les méthodes analytiques prouvent la grande diversité des dangers chimiques auxquels l’Homme est exposé. Ceci se confronte aux difficultés à en mesurer les effets afin de permettre de quantifier les risques. Au niveau international et en France, les grands organismes sanitaires ont intégré cette problématique et des plans nationaux sur ce sujet sont développés. Les grands thèmes que sont « Une santé (One health) » et la mesure de l’« exposome » sont fédérateurs et porteurs d’ambitions. Les alertes sanitaires se multiplient et les citoyens exigent des informations précises sur les risques pour leur santé. C’est pourquoi les professionnels de la santé doivent prendre conscience des avancées de cette problématique et pour cela être mieux formés en matière de risques liés aux expositions environnementales. Les pressions sur l’environnement, donc sur l’humain, associées aux changements climatiques, aux croissances urbaines, à la pollution atmosphérique ou la multiexposition chimique sont quelques-unes des contributions significatives aux maladies qu’il ne faut plus ignorer.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    « Damage control orthopédique de guerre » des lésions des membres. Réflexions sur l’expérience du service de santé des armées français

    Damage control orthopaedics in war wounds of limbs. Reflecting on the experience of the French Military Health Services

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

    Extension du concept de damage control chirurgical, le « damage control orthopédique » (DCO) a été initialement développé pour limiter l’agression chirurgicale chez les polytraumatisés instables. L’objectif est d’éviter la triade létale (acidose, hypothermie, coagulopathie) par une stabilisation rapide des fractures au moyen d’un fixateur externe qui sera relayé de façon précoce par une ostéosynthèse interne. Ce principe de fixation externe temporaire a ensuite été appliqué à la prise en charge de traumatismes isolés, mais sévères des membres ne pouvant être traités de façon idéale en urgence : fractures avec lésion artérielle nécessitant une réparation vasculaire, fractures épiphysaires avec souffrance cutanée et traumatismes étagés des membres. Les autres circonstances d’application du DCO sont liées au contexte sanitaire, lorsque les moyens chirurgicaux de la structure d’accueil sont limités ou qu’il existe un afflux de blessés saturant imposant un damage control collectif. Pour ces raisons, le DCO s’impose souvent dans la prise en charge des traumatismes balistiques des membres, et est quasiment obligatoire en pratique militaire pour laquelle on décrit un DCO de guerre. La stabilisation temporaire s’intègre alors dans une stratégie globale visant à sauver la vie en stoppant l’hémorragie, à sauver le membre en levant l’ischémie, et à préserver la fonction en évitant l’infection et le syndrome compartimental. Le choix du mode fixation définitive, interne ou externe, se fera secondairement en fonction du segment osseux considéré, de la gravité des lésions des parties molles et de la survenue d’éventuelles complications infectieuses.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie : « Vacciner tous les soignants contre la grippe : une évidente obligation »

    Vaccinating all caregivers against the flu: an obvious obligation

    Lire la suite >
  • Éditorial

    SOS Aorte, une réponse à une urgence redoutable : la dissection aortique ?

    SOS Aorta, a response to a terrible emergency: Aortic dissection?

    Lire la suite >