Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3569 résultats

  • Communication scientifique

    La sclérose latérale amyotrophique : une maladie neurodégénérative emblématique

    Amyotrophic lateral sclerosis: An emblematic neurodegenerative disease

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est caractérisée par la mort progressive des neurones de la voie motrice principale. Il en résulte une perte de la motricité volontaire, épargnant cependant le contrôle sphinctérien et l’oculomotricité. Dans la forme typique, le déficit moteur est associé à des crampes, des fasciculations, une amyotrophie et un syndrome pyramidal. L’évolution inexorable de la paralysie contraste avec la préservation des systèmes cérébelleux et extrapyramidal, des fonctions sensorielles et du système nerveux autonome. L’abolition progressive, généralisée et en pleine conscience, du mouvement volontaire, aboutissant au décès en 3 à 4ans en moyenne, fait de cette maladie l’une des plus redoutées des affections neurologiques. La SLA est hétérogène dans sa présentation. Les premiers signes peuvent apparaître au niveau des membres, au niveau céphalique ou même respiratoire. La part de l’atteinte centrale et périphérique est variable d’un patient à l’autre, et même chez un patient donné au cours de l’évolution. Des manifestations « extra-motrices », en particulier cognitivocomportementales, peuvent survenir. Dix à 15 % des patients atteints de SLA ont une démence frontotemporale, tandis que 40 % des patients restants ont des altérations plus discrètes mais démontrables par des tests neuropsychologiques. La SLA est incurable, les traitements actuels ne permettant au mieux qu’un très léger ralentissement de l’évolution. Les causes de la vulnérabilité sélective et les mécanismes de la disparition des neurones moteurs sont inconnus. On sait cependant que les motoneurones contiennent des inclusions de TDP43, une protéine impliquée dans le métabolisme des acides nucléiques. Ces mêmes inclusions sont présentes chez la moitié des patients atteints de démence frontotemporale. Cinq à 10 % des SLA sont familiales. L’exploration des formes génétiques de SLA ouvre la voie à une meilleure connaissance des mécanismes moléculaires de la maladie, et à la possibilité d’une thérapie génique, comme celles qui ont récemment montré leur efficacité dans les amyotrophies spinales progressives, une autre forme de maladie des motoneurones. Parallèlement à la recherche fondamentale, la création, il y a près de 20ans en France, de centres spécialisés de prise en charge de la SLA a modifié l’approche clinique de la maladie. Chaque centre est placé sous la responsabilité d’un neurologue, et constitué d’une équipe de professionnels de santé, investis, chacun dans son domaine, d’une mission de prise en charge spécifiquement adaptée à la maladie. Ces centres accueillent les patients à tout moment, assurent le suivi, organisent la communication avec les aidants et les soignants de proximité. Ils accomplissent une mission de formation auprès des médecins et des autres professionnels de santé de leur bassin de population, et sont le lieu de la recherche clinique et des essais thérapeutiques. Forteresse inexpugnable, maladie emblématique de la neurodégénérescence, longtemps laissée dans l’ombre, la SLA suscite aujourd’hui un intérêt croissant de la part des cliniciens et des chercheurs. La création des centres a amélioré la qualité de la prise en charge, donné aux patients et à leurs aidants l’assurance qu’ils ne sont pas délaissés par la médecine et fourni un cadre au déroulement et aux applications de la recherche clinique. La mise en évidence de marqueurs biologiques devrait faciliter le diagnostic, qui repose aujourd’hui seulement sur le clinicien. Le dynamisme de la recherche fondamentale doit permettre l’élucidation des mécanismes de la mort neuronale et la mise au point des traitements tant espérés par les praticiens et leurs patients.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Anatomie fonctionnelle de l’hippocampe : applications à l’épilepsie

    Functional anatomy of hippocampus: Applications to epilepsy

    L’auteur a reçu des honoraires en tant que consultante ou oratrice des laboratoires: Angelini, Bial, EISAI, GW/Jazz, Sanofi, UCB, Zogenix.

    L’hippocampe est la structuré-clé sous-tendant la mémoire épisodique, mémoire déclarative de nature très autobiographique avec une marque temporelle et spatiale forte. Lorsqu’il est lésé, l’hippocampe, est par ailleurs responsable d’une forme d’épilepsie fréquente : l’épilepsie de la face médiale du lobe temporal avec sclérose hippocampique. Du fait de sa pharmacorésistance, cette forme d’épilepsie est souvent traitée par exérèse chirurgicale du foyer épileptique, en l’occurrence l’hippocampe sclérosé. L’objectif est de prédire avant la chirurgie les conséquences d’une telle exérèse sur le fonctionnement mnésique. Pour cela, il convient : 1) de comprendre le fonctionnement de l’hippocampe sain dans les différentes étapes de la mémoire épisodique et 2) de développer des outils prédictifs fiables du devenir mnésique postopératoire. À ce titre, la neuroimagerie fonctionnelle (IRM fonctionnelle, cartes de connectivité) constitue un outil incontournable pour l’évaluation de la fonctionnalité hippocampique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Rôle des toxines urémiques dans la genèse des complications de la maladie rénale chronique

    Uremic toxins and chronic kidney disease complications

    SL déclare ne pas avoir de liens d’intérêts. TBD rapporte avoir reçu des honoraires des sociétés Kyowa Hakko Kirin, Astellas et Glaxo Smith Kline. ZAM rapporte avoir reçu des subventions pour le projet CKD REIN et d’autres projets de recherche d’Amgen, Baxter, Fresenius Medical Care, GlaxoSmithKline, Merck Sharp et Dohme-Chibret, Sanofi-Genzyme, Lilly, Otsuka, Astra Zeneca, Vifor et le gouvernement français, ainsi que frais et subventions aux organismes de bienfaisance d’Astra Zeneca.

    La maladie rénale chronique (MRC) est une affection progressive et silencieuse. Elle s’accompagne de nombreuses complications, notamment cardiovasculaires, hématologiques, neurologiques et osseuses et d’une morbi-mortalité élevée. Les facteurs de risques traditionnels n’expliquent pas à eux seuls ce sur-risque, laissant la place à des facteurs de risques spécifiques liés à la MRC. En effet, au cours de la MRC, la diminution du débit de filtration glomérulaire induit la rétention de nombreux métabolites. Ces solutés s’accumulant dans l’organisme prennent alors le nom de « toxines urémiques ». Les toxines urémiques exercent leurs actions biologiques via l’induction d’un état inflammatoire et d’un stress oxydatif intéressant différents types cellulaires, entraînant des effets néfastes dans différents appareils. Cette revue générale a pour objet (i) la définition et la classification des toxines urémiques, (ii) la relation entre complications de la MRC et toxines urémiques en prenant quelques exemples et (iii) des pistes thérapeutiques potentielles pour réduire leur accumulation dans l’organisme et limiter ainsi leurs effets néfastes sur les différents systèmes de l’organisme chez les patients souffrant d’une MRC.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Crack : état de la situation vers des recommandations et un plan d’action issus du rapport rendu à la Région Île-de-France

    Crack: State of the situation towards recommendations and an action plan from the report to the Île-de-France Region

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’objet du présent article est de proposer une synthèse du rapport commandité fin 2021 par la Région Île-de-France sur le crack qui reste d’actualité. Le crack est une drogue cuisinée à partir de la cocaïne, majoritairement fumée pour ses effets psychiques rapides. Les déplacements répétés des consommateurs de crack par les autorités ne constituent pas une réponse adaptée, à la gravité de cette addiction pour laquelle il n’existe pas de traitement de substitution. Le cercle vicieux de la consommation de crack est qu’il est hautement addictogène, par conséquent extrêmement dangereux pour la santé, source de paupérisation rapide et de délinquance. Il s’agit-là d’un véritable problème de santé publique qui implique à la fois la prévention-éducation et une prise en considération médicale, sociétale et sécuritaire. Cinquante-quatre auditions ont été menées, et ont permis de proposer un consensus de 16 recommandations et un plan d’action. Outre la prévention et la prohibition du crack, il est mis en avant une double mission, d’une part, « d’aller vers » le consommateur de crack et de « l’amener vers le soin », le considérant comme un patient et non comme un délinquant, en proposant d’innover la création d’Unités Mobiles Crack (UMC) à visée diagnostique et d’orientation graduée de soins. Leur mission est de créer du lien pour amener vers le soin (sevrage et post-cure, hébergement) de façon individuelle, vers des Unités de Soins Addiction et de Réinsertion Sociale (USARS) à mettre en place sur la base de sources existantes.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Don du corps à la science et usages des corps à finalités pédagogiques et scientifiques : enjeux éthiques et perspectives pour demain

    Donation of the body to science and uses of bodies for educational and scientific purposes: Ethical issues and perspectives for tomorrow

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le don du corps à la science est essentiel et indispensable pour l’enseignement de l’anatomie, l’apprentissage et l’amélioration des pratiques chirurgicales ; il l’est également pour la recherche dans de nombreuses spécialités médicales. Il s’agit d’un don volontaire, fait du vivant du patient, par écrit, auprès des centres de don dans de nombreuses facultés de médecine en France. Il s’impose aux proches mais peut heurter des consciences. Malgré la grande qualité et la grande rigueur de travail de la majorité des centres du don en France, un certain nombre de problèmes et de questions nouvelles ont émergé ces dernières années. Ces questions concernent les modalités d’information du donateur sur les usages possibles des corps, l’information des proches sur cette démarche, les frais de transports des corps, les modalités de traçabilité de la volonté des défunts, le devenir des cendres après utilisation des corps quant aux conditions de retour ou non aux familles, mais aussi les moyens et la logistique des centres. Du fait de toutes ces questions et de la problématique d’un centre parisien de don où la dignité des corps a été mise à mal, le législateur a souhaité s’emparer du sujet à travers les nouvelles lois de bioéthique de 2021. Les pratiques et règles éthiques autour de la pratique du don du corps à la science vont donc évoluer dans les années à venir. Cet article fait le point sur les évolutions à anticiper et sur les questions éthiques qu’elles soulèvent en regard de la symbolique du corps mort et du respect de la dignité des défunts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    À propos des prescriptions hors Autorisation de mise sur le marché (AMM) : réflexions sur l’évolution de l’image de l’AMM chez le prescripteur et dans le public en France

    Some factors influencing in France the prescribers and public perception of the Drug marketing authorization decisions

    G. Bouvenot déclare des liens ponctuels (conseils en développement) avec : GSK, Sanofi, Vifor Pharma, SageTherapeutics, Steba Biotech, Alnylan, TesaroBio France, Insmed, GenSight, Pierre Fabre médicaments.

    L’image sacro-sainte que le prescripteur et le public se faisaient de l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) il y a trois ou quatre décennies a notablement évolué depuis quelques années, suite à la prise en compte – parfois polémique – de certaines de ses insuffisances ou de ses faiblesses. Le texte de cet article évoque quelques-uns des facteurs pouvant expliquer cette évolution des mentalités, délétère pour la sécurité des patients. Parmi ces facteurs, on mentionnera le retard bien compréhensible de certaines AMM sur les données acquises de la science, un formalisme parfois excessif et contre-productif ou encore de possibles discordances d’avis entre Agences responsables de l’enregistrement des médicaments. Mais il faut surtout retenir certaines AMM fragiles, d’image dégradée, prématurément octroyées sur des niveaux de preuve non optimaux dans le but d’accélérer l’accès des malades aux nouveaux médicaments dits « prometteurs ». Enfin, l’intervention des patients, désormais très importante dans le domaine, est un phénomène de société à ne pas méconnaître, soit qu’ils se méfient du médicament et de son évaluation ou qu’ils fassent pression sur le prescripteur pour obtenir une prescription hors AMM vantée dans les réseaux sociaux. Il n’en demeure pas moins que l’AMM reste la référence et le repère à respecter pour une prescription médicamenteuse optimale, sécurisée et responsable. Un point positif est que la pandémie due au COVID-19 aura permis aux journalistes de mieux maîtriser les notions de niveau de preuve et de balance bénéfices/risques. Par la même occasion, elle aura permis au public, dans sa très grande majorité, de comprendre ce qu’est une AMM et d’en admettre la nécessité, malgré l’érosion de sa confiance dans l’expertise scientifique et sa suspicion vis-à-vis des institutions de santé. S’il n’y a pas lieu de regretter que davantage de transparence et de démocratie sanitaire permettent au citoyen de s’approprier la signification et les déterminants de l’AMM, il y a lieu, pour les spécialistes de l’évaluation, d’appeler au maintien de sa rigueur dans l’intérêt même des patients et pour les autorités de santé de la maintenir.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Détournement de médicaments à des fins toxicomaniaques

    The diversion of drugs for addiction purposes

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les toxicomanies sont en expansion, en particulier en France. Parmi les substances consommées à des fins toxicomaniaques on constate le détournement de certains médicaments. Cette revue considère : les raisons qui incitent à ces détournements ; les mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent ces appétences, avec pour pivot le circuit de récompense et ses neurones dopaminergiques méso-limbiques qui stimulent les récepteurs D2 de la dopamine du noyau accumbens ; les principaux médicaments détournés, avec leur impact sur ce système ; une illustration de cette situation est faite à partir de deux détournements, la « crise des opioïdes » aux États-Unis et les détournements de la buprénorphine à haut dosage en France. Cette revue est conclue par l’énumération de différentes mesures qui pourraient réduire ces détournements.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Automédication et mésusage

    Self-medication and drug misuse

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’automédication est définie comme la prise d’un ou plusieurs médicaments, sur sa propre initiative sans avis médical et sans le conseil d’un pharmacien. Le médicament peut être acheté sans ordonnance en pharmacie ou être présent dans la pharmacie familiale. Les médicaments utilisés en automédication sont utilisés pour le traitement des pathologies dites « mineures » avec un profil d’effet indésirable « sécurisant » lorsqu’ils sont utilisés de manière appropriée. Néanmoins, pour nombreux de ces médicaments, les informations concernant leur efficacité et leur risque s’avèrent insuffisantes et non transparentes. Les auteurs décrivent les dangers de l’automédication et leur mésusage à travers divers exemples, comme l’utilisation des décongestionnants oraux dans le rhume pouvant générer des effets indésirables rares mais graves (effets indésirables cardiovasculaires ou neurologiques). En effet, la porosité des frontières entre les différents statuts des produits de santé facilite leur changement de statut. L’augmentation des passages du « médicament » aux produits plus faiblement réglementés, la banalisation de leur utilisation par le public et leur consommation croissante nécessitent la sensibilisation des consommateurs, mais aussi des professionnels de santé. Durant la pandémie de la COVID-19, plusieurs produits ont été commercialisés comme dispositif médical comme agent virucide (spray nasal) sans aucune efficacité. En conclusion, face à une utilisation croissante des produits (médicament, complément alimentaire, dispositif médical…) en automédication, il est nécessaire de disposer d’une base d’informations grand public, indépendantes, présentant une recommandation de médicaments validés par des experts et de garantir le maintien sur le marché des médicaments avec un rapport bénéfice/risque favorable, grâce à une pharmacovigilance active pour la détection des effets indésirables graves ou rares.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Impact de la première année de la pandémie de COVID-19 sur l’épidémiologie des infections invasives (bactériémies) dans les hôpitaux de l’Assistance Publique–Hôpitaux de Paris

    Impact of the first year of the COVID-19 pandemic on the epidemiology of invasive infections (bacteremia) in the hospitals of the Assistance Publique–Hôpitaux de Paris

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Introduction

    La pandémie de COVID-19 a entraîné un afflux massif de patients atteints de formes sévères dans les hôpitaux, nécessitant souvent des soins intensifs (cathéters vasculaires, ventilation, etc.) qui exposent à des risques élevés d’infections nosocomiales en particulier les infections invasives (bactériémies).

    Méthode

    L’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’épidémiologie des bactériémies en 2020 a été analysé dans 25 hôpitaux de l’Assistance Publique–Hôpitaux de Paris (environ 14 000 lits, couvrant la région Île-de-France). Jusqu’à un quart des patients admis à l’AP–HP durant la période mars-avril (pic de la première vague) étaient infectés par la COVID-19. L’incidence sur 100 admissions des bactériémies a globalement augmenté par rapport aux années précédentes : de 24 % en mars 2020 et de 115 % en avril.

    Résultats

    L’évolution de l’incidence des bactériémies n’a pas été la même pour 2 groupes de microorganismes d’écologies bien différentes. Pour les microorganismes de type « hospitalier » classiquement responsables d’infections nosocomiales, l’incidence a beaucoup augmenté en mars-avril 2020 : Klebsiella pneumoniae (×2,3), Pseudomonas aeruginosa (×2,4), Staphylococcus aureus (×2,4), entérocoques (×3,4), levures (×2,7). Les deux tiers des bactériémies causées par ces microorganismes ont été considérées comme acquises lors de l’hospitalisation. Fait important, il s’est aussi produit une forte augmentation de l’incidence des bactériémies causées par des souches résistantes aux antibiotiques. Les antibiotiques utilisés comme indicateurs ont été les céphalosporines de 3e génération (3GC), antibiotiques majeurs du traitement des infections graves et utilisés pour la surveillance des résistances bactériennes en Europe. À titre d’exemple, l’incidence des bactériémies à souches résistantes aux 3GC a été multipliée par 3 en avril 2020 pour K. pneumoniae. Durant la même période, la consommation de 3GC a fortement augmenté dans les mêmes hôpitaux (+131 % en mars et +148 % en avril). Pour Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) et Streptococcus pyogenes (streptocoque hémolytique du groupe A), deux pathogènes responsables d’infections essentiellement communautaires et de transmission respiratoire, la pandémie a eu l’effet inverse. Il s’est produit une diminution de l’incidence en 2020 de 34 % et 28 % respectivement pour ces deux espèces, en particulier au printemps au moment des mesures strictes de confinement, de distanciation physique et de port du masque. Une légère réémergence des infections à ces deux espèces s’est produite l’été 2020 après l’assouplissement des mesures de prévention. Par contraste avec ce qui a été vu plus haut, les 4/5 des bactériémies causées par ces deux espèces ont été considérées comme communautaires.

    Conclusion

    La pandémie de COVID-19 qui a eu un fort impact sur la gestion hospitalière et sur l’organisation sociale dans la population générale, a eu des impacts opposés sur l’incidence des bactériémies selon les pathogènes et leur mode de transmission.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Pénurie de médicaments et stocks de sécurité en France : fondement juridique

    Shortage of medicines and security stocks in France: Legal basis

    L. Collet déclare être Conseiller d’État.

    La pandémie à la Covid-19 a montré l’exposition de la France à des difficultés d’approvisionnement en médicaments et a ainsi mis en lumière l’enjeu de santé publique que représentent les tensions et ruptures d’approvisionnement de médicaments en situation épidémique. L’exposition de la France à l’indisponibilité de médicaments a fait l’objet de plusieurs rapports et de dispositions législatives et règlementaires. Si la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a introduit des dispositions devant l’accroissement rapide de la fréquence des ruptures d’approvisionnement en produits de santé, la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 a renforcé le dispositif de lutte contre les pénuries de médicaments en instaurant une obligation pour les titulaires d’autorisation de mise sur le marché de constituer jusqu’à quatre mois de stock pour tous les médicaments. Le décret d’application du 30 mars 2021 relatif au stock de sécurité destiné au marché national a différencié les quantités de stock selon les médicaments pour une durée d’une semaine à deux mois de couverture des besoins. Cette dernière durée pouvant être diminuée ou augmentée « sans excéder quatre mois ». Ces quantités en deçà de ce que la loi autorise sont analysées au regard du principe de libre circulation des marchandises prévue par le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne et de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Certificats médico-légaux pour les demandeurs d’asile au CHU d’Amiens en 2021. Impact de la pandémie

    Medicolegal certificate for asylum seekers at Amiens University Hospital in 2021. Impact of the pandemic

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Introduction
    Des certificats descriptifs sont rédigés pour les demandeurs d’asile afin de permettre de témoigner de leurs sévices auprès de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA).

    Méthode
    Dans cette étude rétrospective sur 2021 nous avons étudié les caractéristiques socio-démographiques de ces demandeurs et les caractéristiques des violences qu’ils nous rapportent. Nous les avons comparés avec les chiffres publiés par l’OFPRA. Nous avons étudié 299 consultations réalisées en 2021 dans notre service.

    Résultats
    On a pu remarquer des différences avec les statistiques nationales, notamment en ce qui concerne l’origine géographique, avec une sur-représentation de demandeurs venus de Guinée et de République Démocratique du Congo par rapport à ceux venus d’Afghanistan. Le certificat issu d’un service de médecine légale est pleinement reconnu et permet à la victime de pouvoir plus facilement bénéficier du statut de réfugié.

    Conclusion
    On constate de plus que la pandémie a limité la mobilité mondiale entraînant une baisse très importante des demandes de protection en France de l’ordre de 30 %.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Impact de la COVID-19 sur la santé publique en Afrique subsaharienne

    Impact of COVID-19 on public health in sub-Saharan Africa

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Objectif
    Ce travail vise à évaluer l’impact de la COVID-19 sur l’offre de soins en Afrique subsaharienne excepté l’Afrique du Sud.

    Méthode
    Une recherche dans PubMed® entre avril 2020 et août 2022 a sélectionné 135 articles. Les conséquences de la COVID-19 ont été évaluées à partir de comparaisons avec les mois précédant l’apparition de la COVID-19 ou une saison identique les années antérieures.

    Résultats
    La baisse des prestations de santé, associée à une réduction de leur qualité, et la fermeture de services spécialisés ont été rapportées. De nombreux programmes de lutte et interventions de santé publique ont été interrompus entraînant le risque d’une recrudescence des maladies correspondantes. La désorganisation sociale a généré des troubles de la santé mentale parmi la population et le personnel de santé. L’impact a été hétérogène dans l’espace et le temps. Les principales causes ont été attribuées aux mesures de confinement (restriction des déplacements, fermetures des marchés et commerces) et à la réduction des ressources humaines et matérielles. L’augmentation des coûts, s’ajoutant à l’appauvrissement de la population, la peur d’être contaminé ou stigmatisé ont dissuadé les patients de se rendre dans les centres de santé. Les études soulignent le retour progressif à la normale après la première vague épidémique et la résilience du système sanitaire.

    Conclusions
    Plusieurs articles formulent des recommandations visant à atténuer l’impact des épidémies futures : soutien des agents communautaires, formation des agents de santé et réorganisation des services pour améliorer l’accueil et la prise en charge des patients, innovations technologiques (utilisation du téléphone, de drones, etc.) et contrôle de l’information.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Reach G. Une pensée de la médecine pour le temps présent. Pour une médecine humaine. Étude philosophique d’une rencontre. Hermann, « Le bel aujourd’hui »Paris (2022).

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Prédispositions héréditaires au cancer de l’endomètre

    Hereditary predisposition to endometrial cancer

    L’auteur n’a pas de liens d’intérêts.

    Les prédispositions héréditaires au cancer de l’endomètre s’intègrent dans différents syndromes de prédisposition dont le syndrome de Lynch en première ligne, dont sont responsables les gènes de réparation des mésappariements de l’ADN (gènes MMR), suivi par le syndrome de Cowden, lié au gène PTEN, puis les altérations du gène de la Polymérase delta (gène POLD1). D’autres prédispositions sont beaucoup plus rarement en cause et leur rôle est discuté (BRCA1 notamment). L’analyse histologique et moléculaire des tumeurs de l’endomètre est particulièrement informative pour la reconnaissance des formes héréditaires et constituent un préalable essentiel avant l’analyse génétique constitutionnelle, permettant soit de l’orienter, soit de l’éviter.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La Covid-19 est toujours là, la grippe est de retour, protégeons-nous !

    Covid-19 is still there, the flu is back, let’s protect ourselves!

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La sénescence cellulaire, nouvelle cible des infections virales respiratoires : du virus influenza au SARS-CoV-2

    Cell senescence, a new target for respiratory viral infections: From influenza virus to SARS-CoV-2

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’accumulation de cellules sénescentes dans les tissus est un processus clé du vieillissement et des maladies chroniques liées à l’âge, notamment les maladies pulmonaires telles la bronchopneumopathie chronique obstructive, la fibrose pulmonaire, ou le cancer. Ces dernières années ont permis d’élargir le spectre des maladies respiratoires associées à une sénescence cellulaire, en particulier les infections pulmonaires aiguës virales, au premier rang desquelles la maladie à coronavirus 2019 (COVID19), particulièrement sévère chez le sujet âgé ou atteint de comorbidités. L’infection par le virus influenza qui frappe plus sévèrement les âges extrêmes de la vie est également associée à une forte sénescence pulmonaire. La sénescence cellulaire représente potentiellement une cible originale pour s’attaquer à ces maladies, bien que ses mécanismes spécifiques restent largement incompris. De nouvelles approches thérapeutiques à visée anti-sénescente sont ainsi proposées au cours des infections pulmonaires virales sévères, dans un but de prévention des effets aigus et/ou, à plus long terme, des séquelles pulmonaires.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Avancées et promesses de la médecine de précision personnalisée des maladies métaboliques

    Advances and promises of personalized precision medicine for metabolic diseases: Precision metabolic medicine

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le diabète de type 2 et l’obésité sont des maladies multi-factorielles dont le fond génétique est important. Les études génétiques menées depuis les années 1990 ont montré qu’une partie non négligeable de patients avaient une forme monogénique de maladie métabolique. L’identification de mutations délétères dans un de ces gènes a conduit à une médecine personnalisée : en effet nombre de ces gènes sont dits actionnables car la découverte de mutations causales dans ces gènes doit conduire à une prise en charge personnalisée, plus efficace et à moindre coût. De plus, les études pan-génomiques ont identifié plusieurs centaines de régions du génome associées au risque de maladies métaboliques : ces informations couplées à d’autres données multi-omiques et aux informations cliniques et biologiques des patients permettent la stratification des patients en catégories plus homogènes (endotypes) dans leurs étiologies et trajectoires de maladies et permettront ensuite des prises en charge spécifiques diminuant le risque de complications et de mortalité précoce : la médecine 4P (prédictive, préventive, de précision et participative) est en marche et devrait transformer la médecine métabolique.

    Lire la suite >
  • Autre

    Présentation de Mme Barré-Sinoussi dans le cadre de l’attribution du titre de membre Honoris causa de l’Académie de médecine

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Immunothérapie par CAR-T cells : du traitement des hémopathies malignes à celui des maladies cardiaques ?

    CAR-T cell-based immunotherapy: From cancer to cardiac diseases?

    PhM. Activités de conseil pour Capstan Therapeutics.

    L’introduction des Chimeric Antigen Receptor (CAR)-T cells en clinique a représenté un véritable tournant dans la prise en charge de certaines hémopathies malignes de mauvais pronostic en permettant des rémissions complètes et durables. Le principe est d’utiliser des lymphocytes (à ce jour le plus souvent autologues) et de les modifier génétiquement ex vivo pour leur faire co-exprimer un anticorps spécifique d’un antigène tumoral et un signal d’activation déclenchant une production de molécules cytotoxiques et permettant ainsi de neutraliser la cellule maligne une fois cet antigène reconnu. L’efficacité des CAR-T cells explique que l’on cherche à élargir leurs indications aux tumeurs solides et fait maintenant envisager des applications extra-oncologiques, notamment dans le domaine cardiaque. En effet, l’identification dans la fibrose, composante majeure et aggravante des cardiopathies parvenues à un stade avancé, d’une protéine fortement sur-exprimée (la Fibroblast Activation Protein) a conduit à explorer les effets de CAR-T cells dirigés contre cette protéine. Les premiers résultats expérimentaux dans un modèle murin de cardiopathie hypertensive valident l’efficacité de cette stratégie pour diminuer la fibrose myocardique et améliorer en parallèle la fonction cardiaque. Il faut maintenant conforter ces résultats encourageants, vérifier l’absence de toxicité et envisager une simplification de la procédure de production ex vivo actuelle, encore trop longue, complexe et coûteuse. Cela pourrait être possible en capitalisant sur la technologie qui s’est révélée efficace pour développer des vaccins anti-Covid 19 et repose sur l’utilisation de nanoparticules lipidiques ciblant les lymphocytes T pour leur transférer in vivo l’ARN messager codant pour la protéine ciblée.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traitement chirurgical des malformations génitales de l’enfant- contexte juridique

    Surgical treatment of congenital malformations of genitalia in children- legal concerns

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les malformations génitales de l’enfant sont très hétérogènes. Il peut s’agir de malformations isolées des organes génitaux externes avec sexe parfaitement identifié, (ectopie testiculaire, hypospadias), courantes (1/200 à 1/300 naissances), ou de malformations anatomiques plus complexes, associées à des anomalies chromosomiques, génétiques ou endocriniennes, avec un défaut important de différenciation sexuelle pouvant aller jusqu’à l’impossibilité d’assigner un sexe à la naissance. Ces dernières sont beaucoup plus rares (1/4 500 à 1/5 500 naissances) et doivent impérativement donner lieu, selon le Code de la Santé Publique, à une prise en charge multidisciplinaire dans un centre de référence des maladies rares, ce qui en illustre la nécessité médicale. Leur traitement chirurgical est discuté, tant dans ses modalités que dans son calendrier (précoce ou retardé).

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Techniques interventionnelles de modulation hépatique

    Interventional radiology for liver modulation

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Le foie a une capacité unique de s’hypertrophier pour maintenir un volume constant. Des atteintes biliaires, porte ou veineuse hépatique entrainent une modulation hépatique avec atrophie homolatérale et hypertrophie controlatérale. Les techniques de radiologie interventionnelle peuvent être utilisées pour préparer une chirurgie hépatique majeure afin d’augmenter le volume du foie restant et ainsi améliorer la tolérance de la résection. La technique la plus classique est l’embolisation porte dont l’efficacité et la tolérance sont excellentes. La déprivation veineuse hépatique associe à l’embolisation porte une embolisation veineuse hépatique du même territoire. Elle entraine une hypertrophie controlatérale plus importante et plus rapide. Enfin la radioembolisation dont le but est de traiter les tumeurs malignes hépatiques par une irradiation locale entraine également une hypertrophie du foie non irradié qui est toutefois obtenue plus lentement.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    « Il me semble qu’il ne faut pas vous opérer de la colonne vertébrale »

    “In my opinion, you do not need spinal surgery”

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La chirurgie rachidienne a deux buts essentiels souvent associés : décomprimer les structures nerveuses pour améliorer douleur et/ou déficit neurologique et stabiliser des segments intervertébraux altérés. Elle est très efficace et pratiquement la seule possibilité thérapeutique en cas de compression du contenu neurologique radiculo-médullaire qui devrait se pérenniser ou en cas d’instabilité du contenant disco-vertébral. Dans cet article les auteurs analysent les raisons qui font dire au chirurgien : « il me semble qu’il ne faut pas vous opérer de la colonne vertébrale ». Autour de l’indication opératoire il y a trois acteurs : le patient, le bilan lésionnel et, bien sûr, le chirurgien. La plainte du patient doit être bien analysée ainsi que sa personnalité, avec sa capacité à se projeter positivement. Le patient doit être inclus dans un modèle bio-psycho-social avec analyse du bio et donc de l’éventuelle cause lésionnelle par l’imagerie mais aussi des problèmes psycho-sociaux. Il est devenu « patient 2.0 » imprégné des informations recueillies sur les réseaux sociaux. Le bilan lésionnel dominé par des examens très puissants comme l’IRM et l’EOS peut ne montrer que des images dues au simple vieillissement accompagnées de comptes rendus trop descriptifs et finalement inquiétants pour le patient. Enfin le chirurgien du rachis (orthopédiste ou neurochirurgien) avancé dans sa carrière voit ses indications opératoires diminuer dans le temps pour plusieurs raisons : vécu personnel de certaines complications ou résultats incomplets, connaissance d’une évolution spontanément favorable de beaucoup de situations purement douloureuses dégénératives, connaissance d’une multitude d’alternatives thérapeutiques réalisées par de nombreux spécialistes avec lesquels un réseau est formé, recul vis à vis des formations proposées par les sociétés de matériel chirurgical. L’analyse de ces trois acteurs permet d’énoncer quelques conseils au jeune chirurgien du rachis qui doit idéalement devenir avec le temps un expert en pathologie rachidienne.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    Histoire de l’internat des hôpitaux (1802–2005)

    History of the french Internship

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’internat est créé par un décret consulaire du 4 ventôse an XI (10 février 1802). Un concours permet une formation de qualité dans les hôpitaux pendant quatre ans et assure en retour une présence médicale permanente dans les hôpitaux publics. Ce système élitiste permettant l’obtention des spécialités naissantes rencontrera un succès croissant au cours du XIXe et du XXe siècle. Cependant dès le XIe siècle, les barbiers-chirurgiens investissent les salles de garde des Hôtels-Dieu et mettent en place des corporations-ouvrières puis des confréries qui assuraient la prise en charge des malades et dont les traditions se sont transmises jusqu’à aujourd’hui. Cependant cette formation trop élitiste et trop différente des autres pays européens s’est progressivement vue réformée depuis les années 1950 (création des certificats d’études spéciales) pour aboutir à sa suppression en 2005.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Prise en charge des cancers lors du grand âge : une prise en charge personnalisée est-elle possible ?

    Management of cancer in older ones: Is personalized medicine possible?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La prise en charge du cancer chez le sujet âgé génère de nombreux défis dont le premier est de reconnaître qu’il s’agit de loin de la population touchée la plus fréquente. Une approche personnalisée est amorcée lorsqu’on intègre une évaluation gériatrique. Elle permet de hiérarchiser les problèmes de santé pour ajuster la stratégie aux conditions du patient et éviter sur-traitement tout autant que sous-traitement. La meilleure illustration de l’utilité de cette stratégie « practice changing » est la modification de la décision initiale de traitement (quel qu’il soit) prise en réunion de concertation pluridisciplinaire, cœur de l’exercice en oncologie, que l’on constate dans 20–40 % des cas lorsqu’un regard gériatrique est porté sur le dossier, et ceci pour une désescalade de l’intensité du traitement beaucoup plus souvent (2 cas sur 3) que pour une escalade. Cette introduction de regards croisés entre oncologues et gériatres a également un impact significatif bénéfique sur le risque d’effets secondaires importants, la qualité de vie et la conduite du traitement, protégeant l’objectif oncologique de prise en charge et rejoignant souvent mieux les attentes des patients âgés très tournés sur le maintien de l’autonomie et la qualité de vie, avec respect de leurs choix. Il est donc essentiel de réviser les règles suivies en recherche clinique pour mieux inclure cette population âgée, représentant aujourd’hui paradoxalement au plus 10 % des sujets y participant, alors très sélectionnés sur des critères restrictifs les éloignant de la population standard traitée, pour retrouver une médecine plus distributive, plus équilibrée, permettant aussi d’affronter les défis socio-économiques d’aujourd’hui.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Fractures sur prothèses totales de hanche et de genou chez le sujet de grand âge : vers un nouveau problème de santé publique

    Fractures on total hip and knee arthroplasties in old age patients: Towards a new public health problem

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les fractures sur prothèses totales de hanche (PTH) et de genou (PTG) deviendront de plus en plus fréquentes chez le sujet de grand âge, en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation considérable du nombre de PTH et PTG implantées chez les patients âgés comme plus jeunes. Il s’agit de fractures souvent complexes survenant sur un os fragile et ostéoporotique dont le traitement, en règle chirurgical relevant de l’orthopédie et de la traumatologie, est grevé de nombreuses complications. Ces fractures sont d’une particulière gravité car elles menacent le pronostic vital chez une population fragilisée et compromettent la récupération fonctionnelle ainsi que le retour à l’état antérieur. Elles constituent bien un nouveau défi de santé publique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Intérêt de l’évaluation pré-opératoire et prise en charge post opératoire du patient âgé

    Interest of the preoperative evaluation and postoperative management of the elderly patient

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Il faut optimiser les différentes étapes de la trajectoire des patients âgés avec une chirurgie à risque. Une approche pluridisciplinaire est nécessaire avec une évaluation préopératoire, une approche « protectrice » au bloc opératoire (protocole d’anesthésie, chirurgie mini-invasive si possible) et parcours postopératoire adapté. Le pronostic des patients âgés opérés est radicalement différent selon qu’il s’agit d’une chirurgie programmée ou d’une chirurgie urgente. Les patients de chirurgie programmée sont sélectionnés (accord pour une chirurgie lourde, accord de l’anesthésiste et du chirurgien). L’autre facteur qui peut contribuer au meilleur pronostic à distance est la possibilité de réaliser une évaluation gériatrique extensive préopératoire avec éventuelles mesures correctives. Les patients de chirurgie urgente (péritonite, fracture du col du fémur, …) ont souvent plus de comorbidités et l’évaluation préopératoire est réalisée dans des conditions plus compliquées. Il faut se doter d’outils faciles à utiliser, robustes et reproductibles. La proportion de patients âgés opérés est en constante augmentation depuis deux décennies. Ces patients représentent une population spécifique de par leur vulnérabilité face au stress. La réanimation représente un stress majeur en raison de la gravité des pathologies et des techniques de suppléance d’organe. De ce fait, l’impact en termes de mortalité et de perte d’autonomie à long terme peut être majeur. Tout l’enjeu de la prise en charge du patient âgé opéré est de l’inscrire dans une filière gériatrique soit à la sortie de la réanimation, soit directement après la chirurgie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Développement de la technique d’implantation percutanée de valves aortiques (TAVI) pour le traitement du rétrécissement aortique dégénératif : où en sommes-nous et quel et avenir pour le TAVI ?

    Developing the technique of percutaneous implantation of aortic valves (TAVI) for the treatment of degenerative aortic stenosis: Where are we and what future for TAVI?

    L’auteur a déclaré le conflit d’intérêt suivant : Consultant pour Edwards Lifesciences de 2005 à 2020.

    Le TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation) est une innovation française, initiée en 2002 par l’équipe de cardiologie du CHU de Rouen et dont on célèbre cette année le 20e anniversaire. Cette technique consiste à implanter une prothèse valvulaire au sein de la valve aortique calcifiée du rétrécissement valvulaire dégénératif de l’adulte (RAC) en utilisant des techniques usuelles de cathétérisme cardiaque. Le RAC est la maladie valvulaire acquise la plus fréquente de l’adulte, touchant principalement les sujets âgés. Sa prévalence augmente avec l’âge, concernant environ 7 % de la population au-dessus de 75ans, ce qui est considérable. De très nombreux patients ne peuvent pas bénéficier du seul traitement possible, le remplacement valvulaire chirurgical (RVA), en raison de leur grand âge ou de comorbidités. Ces patients sont voués à une mort certaine à court terme, 80 % dans les trois ans après l’apparition des premiers symptômes. Ceci a motivé notre intérêt pour le développement de techniques alternatives interventionnelles moins invasives que le RVA, d’abord la dilatation percutanée aortique au ballonnet avec un premier cas mondial à Rouen en 1985, puis le TAVI afin de pallier les limitations de cette première approche. Le développement de cette procédure, a été une fascinante odyssée de vingt ans dont les principales étapes sont rappelées dans cet article. Cette technique, dont la seule évocation soulevait les pires critiques, a connu un succès considérable et une expansion mondiale qui défie l’imagination. Ceci a résulté de la combinaison d’avancées technologiques continuelles depuis le premier cas et d’une évaluation scientifique des plus rigoureuses par d’innombrables registres contrôlés, mais également par plusieurs études randomisées successives contre le RVA chez des patients à risque chirurgical dégressif. La non-infériorité ou la supériorité du TAVI par rapport au RVA sur l’amélioration des patients et la mortalité à moyen et long terme ont ainsi pu être constamment démontrés, ce qui a créé un nouveau paradigme pour l’approche thérapeutique du RAC. À l’heure actuelle, le TAVI peut être proposé en première intention à tout patient âgé de plus de 65ans aux USA et de plus de 75ans en Europe, quel que soit le risque chirurgical, le RVA restant indiqué pour les patients non candidats au TAVI. Plus de 1,5 million de patients ont été traités par TAVI dans le monde et une croissance de 4 à 10 % est prévue annuellement. Depuis 2019, le nombre de TAVI dépasse celui du RVA dans plusieurs pays dont les USA. Les effets collatéraux de cette technologie de rupture sur les pratiques médicales et sur le développement de nombreuses techniques interventionnelles pour d’autres maladies valvulaires ou structurelles myocardiques sont notables. À cet égard, l’histoire du TAVI pourrait constituer une grande source d’inspiration pour tous les jeunes médecins et chercheurs qui se vouent à l’amélioration des techniques médicales.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 22-12. La Biologie Médicale en France : évolutions et enjeux.

    Laboratory Medicine in France : developments and challenges

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt

    La Biologie Médicale est un maillon essentiel de la prise en charge des patients, tant pour le diagnostic et le suivi des maladies que pour certaines avancées thérapeutiques. Elle est toutefois, depuis quelques années, confrontée à des questions fondamentales concernant son avenir. Le présent rapport s’inscrit dans le prolongement de celui publié en 2018 par les Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie et ne fait malheureusement que conforter une forte dégradation à tous les niveaux. Les pouvoirs publics n’assument pas leur rôle de régulateur, permettant ainsi que la financiarisation à outrance de la Biologie Médicale s’amplifie considérablement et conduise à des regroupements démesurés des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM), destructeurs et sources de risques sanitaires. Le résultat est que les LBM de ville, dont on connait déjà la mauvaise répartition territoriale, deviennent progressivement de simples sites de prélèvement, les patients se retrouvant alors seuls, souvent angoissés, avec leurs résultats transmis par internet sans interprétation. Par ailleurs, bien que les progrès dans le domaine de la Biologie Médicale soient incroyables et devraient constituer un pôle d’attractivité majeur pour les jeunes, la désaffection de la discipline est totale et inquiétante. Enfin, l’innovation, dans le cadre des progrès technologiques actuels : dispositifs connectés, intelligence artificielle et mégadonnées (big data), représente un enjeu majeur pour l’avenir. Là encore rien n’est fait, ou presque, alors que les chantiers sont immenses. Après ces constatations alarmantes, le rapport se terminera par une série de recommandations visant à optimiser l’entrée des LBM dans une nouvelle ère.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Stratégies de prise en charge des azoospermies non obstructives relevant d’une atteinte testiculaire primitive

    Management of non-obstructive azoospermia related to primary testicular defect

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les azoospermies non obstructives concernent environ 10 % des hommes infertiles et relèvent en général d’une atteinte primitive du testicule. Malgré l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat, la réalisation d’un prélèvement chirurgical peut permettre d’en récupérer un nombre suffisant pour pratiquer une micro-injection d’ovocytes en vue d’une conception extra-conjugale. Cependant, dans environ la moitié des cas, le prélèvement chirurgical s’avère négatif, ce qui engendre chez le couple un sentiment de frustration et parfois de désespoir si le recours à un sperme de donneur n’est pas possible. L’objectif de cette revue est, dans un premier temps, de lister les facteurs qui participent à l’issue plus ou moins positive du prélèvement chirurgical : nous analyserons successivement les différentes méthodes de prélèvement chirurgical, le contexte clinique, hormonal, génétique et discuterons de l’intérêt des modèles prédictifs, potentiellement améliorables par le développement de l’intelligence artificielle. Puis, nous considèrerons les stratégies à envisager en cas d’échec du premier prélèvement chirurgical. Est-il légitime de proposer une seconde intervention ? Faut-il prescrire un traitement hormonal pour optimiser les chances de recueil positif ? Quelles sont les avancées que l’on peut attendre de l’utilisation des cellules souches de spermatogonies ? Certes, de nombreuses inconnues persistent dans l’analyse de ce processus complexe de division et de différenciation cellulaires que constitue la spermatogenèse. L’extrême hétérogénéité des tableaux cliniques explique, en partie, nos difficultés persistantes à prévoir l’issue du prélèvement testiculaire. Néanmoins, si celui-ci s’avère négatif, il est essentiel d’expliquer au couple les voies thérapeutiques actuelles et de l’accompagner dans son désir de conception extra-conjugale.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Stratégie de prise en charge des fracas des membres inférieurs en chirurgie de guerre. Réparé ou amputé : le soldat debout

    Strategy for the management of lower limb fractures in war surgery. Repaired or amputated: The standing soldier

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Les lésions de guerre du membre inférieur, singulières par leur étiologie et le contexte, sont fréquentes et souvent graves. Lors de fracas qui associent des lésions de toutes les structures anatomiques os, muscles, vaisseaux, nerfs et peau, la décision de procéder à un sauvetage d’un membre ou à une amputation ainsi que le moment optimal de ce choix, sont source de débat permanent. Nous proposons une organisation et un protocole permettant des recommandations qui nous paraissent offrir les meilleures conditions du choix d’une conservation ou d’une amputation. Nous inscrivons cette stratégie originale dans une suite croissante 5, 6, 7, 8, 9 qui se veut didactique et transmissible. 5 pour les cinq premières minutes, 6 pour les six premières heures, 7 pour les sept premiers jours, 8 pour les huit premières semaines et 9 pour les neufs premiers mois. Ce découpage respecte les séquences techniques de traitement dans une approche orthoplastique qui sont généralement retenues dans la littérature de pratique civile. Cette stratégie décrit un véritable parcours de soin compatible avec les contraintes d’une prise en charge en contexte de guerre par séquences dans le temps et l’espace. Cette prise en charge est construite autour du choix de reporter la décision définitive éventuelle d’amputation après évacuation dans une approche multidisciplinaire dans laquelle le blessé peut participer.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Quelle évolution de notre système de santé pour demain en France ?

    What evolution of our health system for tomorrow in France?

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Après avoir connu un âge d’or au XXe siècle, notre système de santé éprouve depuis plusieurs années une crise multidimensionnelle. Ce n’est pas avant tout une crise de ressources, comme il est souvent évoqué par facilité, mais surtout une crise d’adaptation à un environnement qui a radicalement changé à l’aube du nouveau millénaire. Pour remettre notre système de santé sur les bons rails, il est nécessaire de réfléchir à sa transformation, tout en conservant les valeurs fondamentales du modèle actuel et en reprenant l’ensemble des acteurs existants. Outre une place plus stratégique de la santé dans la société, l’évolution du système suppose de construire notre politique de santé à partir de la santé globale (et non seulement du soin), des besoins de santé (et non de l’offre) et d’une régulation rénovée.

    Lire la suite >
  • Autre

    Hommage au professeur Serge Brion (1922–2021), Grande médaille de l’Académie de médecine

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Enseignement de l’anatomie aujourd’hui et demain

    Teaching anatomy: Today and tomorrow

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’intelligence artificielle au service de l’enseignement de l’anatomie : Anatopass une app mobile intelligente

    Artificial intelligence at the service of Anatomy education: Antopass a smart mobile app

    Olivier Palombi déclare être co-fondateur de l’entreprise Anatoscope.

    L’utilisation du numérique au service de la formation est en pleine effervescence. L’usage massif des smartphones, la dématérialisation des contenus, le traitement personnalisé des traces d’apprentissages, la puissance des algorithmes et le développement de l’intelligence artificielle (IA), ouvrent des perspectives nouvelles. L’enseignement de l’anatomie qui concerne la transmission de connaissances complexes en 3D est un domaine idéal à la mise en place d’une solution innovante basé sur un moteur d’IA au service de la formation. Nous définissons dans cet article les fonctionnalités attendues et proposons une solution effective, intitulée Anatopass, qui se présente sous la forme d’une application mobile. L’apprenant réalise de courtes sessions de formation composées de questions générées et corrigées automatiquement par le système. Les traces s’apprentissage sont enregistrées afin d’adapter la nature des questions (niveau de difficulté) au niveau de l’apprenant. Anatopass est un premier prototype opérationnel qui ne couvre que l’ostéologie humaine mais qui préfigure une nouvelle génération d’outils en ligne au service de la formation.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La neuroanatomie au XXIe siècle

    Neuroanatomy on XXIth century

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    La neuroanatomie est longtemps restée une « terra incognita » reservée à un petit nombre de spécialistes. L’apparition de l’IRM qui est tout autant une imagerie anatomique que fonctionnelle a bouleversé les connaissances. La nature intrinsèquement volumique et numérique des images a permis une visualisation 3D immédiate, un transfert des images en temps réel de la console au bloc opératoire. Le traitement des données a permis des études fonctionnelles, des dissections virtuelles. Le croisement entre disciplines a ouvert de nouvelles voies de recherche en psychiatrie, en génétique et en pathologie vasculaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Anatomie virtuelle et augmentée pour la chirurgie

    Virtual and Augmented Anatomy for surgery

    L’auteur est le président de la société Visible Patient S.A.S dont la solution de service est distribuée par la société Johnson&Johsnon. De plus, les sociétés Biomodex et 3Deus Dynamics sont des clients de la société Visible Patient. Les autres sociétés citées n’ont pas de lien d’intérêt avec l’auteur.

    Le post-traitement par ordinateur des images médicales permet d’obtenir une modélisation 3D (voire 4D) précise des structures anatomiques et pathologiques contenues dans ces images. Utilisée de façon croissante sous la forme d’impression 3D, ces modélisations anatomiques permettent aujourd’hui le développement de prothèses sur mesure ou encore de simulateurs patient-spécifiques. Avec le développement des technologies de la réalité virtuelle et de la réalité mixte ou augmentée, ces modélisations peuvent aller encore plus loin dans l’assistance à la compréhension des variations anatomiques présentes chez un patient et dans l’assistance au geste opératoire. Ces outils, moins onéreux qu’une impression 3D, permettent une avancée majeure dans l’apprentissage de l’anatomo-pathologie à visée chirurgicale. À ce bénéfice pédagogique s’ajoute un intérêt clinique démontré aboutissant surtout à une meilleure prise en charge des patients grâce à la connaissance des variations que l’équipe chirurgicale rencontrera durant l’intervention. Parmi les outils en plein développement, nous présenterons nos derniers travaux concernant l’utilisation des casques de réalité Mixte et nous poserons des questions sur l’application des Métavers à la chirurgie. Des exemples concrets de ces anatomies virtuelles et augmentées seront apportés ici principalement pour des applications en chirurgie thoracique, mais leur extension à d’autres domaines tels que la chirurgie Hépato-Pancréato-Biliaire, colorectale, endocrine ou urologique, aussi bien pour l’adulte que pour l’enfant, seront également illustrés.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    Rembrandt et les médecins, de la leçon d’anatomie du docteur Tulp à Ephraïm Bueno et Arnold Tholinx

    Rembrandt and the doctors, from Dr Tulp's anatomy lesson to Ephraim Bueno and Arnold Tholinx

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 22-11. Prise en charge en urgence dans les unités neurovasculaires des personnes ayant un accident vasculaire cérébral

    Emergency care in neurovascular units for people with stroke

    Les auteurs n’ont pas de lien d’intérêt en rapport avec ce travail.

    État de la question: les unités neuro-vasculaires (UNV) augmentent la proportion de survivants indépendants après un accident vasculaire cérébral (AVC).

    Objectifs: évaluer la prise en charge en UNV, identifier les dysfonctionnements, et les pistes d’amélioration.

    Méthodologie: nous avons (i) consulté la littérature scientifique, les recommandations, les rapports et enquêtes antérieurs, et les textes réglementaires; (ii) mené une enquête sur le fonctionnement des UNV françaises, comparé les régions entre elles, et la France à l’Allemagne et l’Italie; et (iii) auditionné des personnalités qualifiées.

    Résultats: nous avons identifié les dysfonctionnements suivants, responsables de 5 000 décès ou dépendances évitables par an: déficit en nombre de lits de soins intensifs neurovasculaires avec des inégalités territoriales, fragilité de nombreuses UNV par manque de personnel, déficit en nombre de centres de thrombectomie, absence de mesures d’accréditation, absence fréquente de procédures écrites de prise en charge, difficultés d’accès aux moyens d’exploration dans quelques centres, délais intra-hospitaliers excessifs, et insuffisance d’évaluation des pratiques.

     

    Recommandations: (i) créer 75 lits de soins intensifs neurovasculaires, (ii) privilégier l’extension d’unités existantes à la création de nouvelles unités, sauf sans les régions sous dotées; (iii) organiser la filière par territoires avec environ 3 UNV dont une avec thrombectomie pour 1,2 million d’habitants; (iv) augmenter le nombre de neurologues et de “neuro-interventionalistes” en formation pour répondre à la permanence des soins; (v) adapter les effectifs paramédicaux aux spécificités des patients présentant un AVC; (vi) mettre en place une procédure d’accréditation des UNV.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouvelles définitions et classification de l’hypertension pulmonaire

    Definitions and classification of pulmonary hypertension: An update

    David Montani déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Bayer, Borhinger, Janssen, Merck et United Therapeutics. Etienne-Marie Jutant déclare avoir perçu des honoraires comme consultant de la part de Chiesi et Janssen. Gérald Simonneau déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Bayer, Janssen, Merck, et United Therapeutics. Marc Humbert déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Aerovate, Altavant, AOP Orphan, Bayer, Chiesi, Ferrer, Janssen, Merck, MorphogenIX, Shou Ti et United Therapeutics.

    Les recommandations 2022 des Sociétés européennes de cardiologie (ESC) et de pneumologie (ERS) proposent une nouvelle définition hémodynamique des hypertensions pulmonaires (HTP) abaissant le seuil de pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) à 20mmHg mesurée par cathétérisme cardiaque droit pour définir l’HTP. L’HTP pré-capillaire est maintenant définie par une PAPm>20mmHg, une pression artérielle pulmonaire d’occlusion normale (≤15mmHg) et une augmentation des résistances vasculaires pulmonaires>2 unités Wood. Les recommandations européennes proposent une nouvelle classification clinique de l’HTP en intégrant les données nouvelles de la littérature et en gardant sa précédente structure divisée en cinq groupes de mécanismes distincts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Physiopathologie et traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire

    Pathophysiology and treatment of pulmonary arterial hypertension

    Marc Humbert déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Aerovate, Altavant, AOP Orphan, Bayer, Chiesi, Ferrer, Janssen, Merck, MorphogenIX, Shou Ti et United Therapeutics. Athénaïs Boucly déclare avoir perçu des honoraires comme consultant de la part de AOP Orphan, Janssen et Merck. Christophe Guignabert déclare avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Janssen, Structure Therapeutics USA INC (ex-ShouTi.INC) and Corteria Pharmaceuticals. Laurent Savale déclare avoir perçu des honoraires comme consultant de la part Janssen, Bayer and Merck. Olivier Sitbon déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Altavant, AOP Orphan, Bayer, Ferrer, Gossamer Bio, Janssen, Merck et United Therapeutics.

    L’hypertension artérielle pulmonaire est une maladie rare, complexe et multifactorielle dans laquelle le remodelage vasculaire pulmonaire joue un rôle prépondérant aboutissant à une insuffisance cardiaque droite et au décès des patients. Les traitements de l’hypertension artérielle pulmonaire ciblent essentiellement l’équilibre vasoconstriction/vasodilatation et ne sont pas curatifs. La transplantation pulmonaire est à envisager en cas d’échec de ces traitements. De nouvelles thérapeutiques ciblant les bases moléculaires du remodelage vasculaire pulmonaire sont en cours de développement. Des recommandations internationales régulièrement révisées permettent de guider au mieux la prise en charge de ces patients.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Physiopathologie de l’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique et traitement des formes non chirurgicales (inopérables)

    Pathophysiology of chronic thromboembolic pulmonary hypertension and treatment of non-surgical (inoperable) forms

    Gérald Simonneau déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Bayer, Janssen, Merck, et United Therapeutics. Marc Humbert déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Aerovate, Altavant, AOP Orphan, Bayer, Chiesi, Ferrer, Janssen, Merck, MorphogenIX, Shou Ti et United Therapeutics. Xavier Jaïs déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Bayer, Janssen et Merck.
    David Montani déclare avoir perçu des honoraires comme consultant et avoir bénéficié de financements de projets de recherche de la part de Acceleron, Bayer, Borhinger, Janssen, Merck et United Therapeutics.
    Les auteurs Philippe Brenot, Mitja Jevnikar, Olaf Mercier et Elie Fadel déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    L’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique (HTP-TEC) est une complication rare d’une maladie fréquente, l’embolie pulmonaire aiguë. L’occlusion des artères pulmonaires par des caillots organisés fibreux associée à une microvasculopathie secondaire intéressant les artérioles musculaires<500μ, similaire à celle observée dans l’hypertension artérielle pulmonaire idiopathique, cause une élévation progressive des résistances vasculaires pulmonaires et une défaillance cardiaque droit progressive. Aujourd’hui, le pronostic de cette maladie s’est considérablement amélioré avec la disponibilité, en plus du traitement anticoagulant à vie, de différents traitements incluant l’endartériectomie pulmonaire chirurgicale, l’angioplastie et les médicaments utilisés dans l’HTAP, en fonction de la localisation et la nature des lésions observées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traitement chirurgical de l’hypertension pulmonaire thromboembolique

    Surgical treatment of thromboembolic pulmonary hypertension

    L’hypertension pulmonaire thromboembolique est une maladie rare liée à la persistance et à l’organisation des caillots dans les artères pulmonaires. L’endartériectomie pulmonaire est le traitement de choix de cette maladie qui, non traitée, évolue vers la mort du patient par défaillance cardiaque droite. Cette procédure chirurgicale est complexe et ne peut s’envisager que dans le cadre d’un centre expert qui comprend des médecins, des radiologues (imageurs et interventionnels), des anesthésistes-réanimateurs et des chirurgiens spécialistes avec au moins 50 procédures par an et une mortalité périopératoire de moins de 5 %.

    Lire la suite >
  • Autre

    Expression de la douleur et de sa puissance créatrice dans la peinture

    Dans le cadre de ses Colloques Art et Médecine, l’Académie nationale de médecine a organisé, le 16 septembre 2022, une séance consacrée au thème « Expression de la Douleur et de sa Puissance créatrice dans la Peinture ». Après une introduction sur un éloge de la médecine de la douleur, les domaines suivants furent abordés : la douleur transcendée par les artistes, la neuropsychologie de la créativité, l’œuvre de Paul Klee « ange surdoué stimulé par une agression extérieure et intérieure », la représentation de la douleur de l’accouchement, et la douleur en tant qu’accomplissement par la représentation du martyre au cours des siècles.

    Lire la suite >
  • Autre

    Refonder la recherche et l’innovation au cœur des Centres hospitalo-universitaires

    Rebuilding research and innovation at the heart of university-hospitals

    Les Centres hospitaliers universitaires (CHU) ont une triple mission de soins, d’enseignement et de recherche. Cette dernière a une place prépondérante car elle permet d’offrir aux malades des soins de pointe adaptés à toutes les pathologies, et elle est la garantie d’une formation de haut niveau pour les futurs médecins et personnels soignants. L’évolution des bases scientifiques, technologiques, sociales, culturelles de la médecine justifient une refondation de la médecine universitaire dont la crise de la Covid-19 a révélé le besoin. Force est de constater que l’évolution des CHU s’est progressivement éloignée des principes fondateurs qui avaient montré leur efficacité en offrant aux malades une médecine de haut niveau. Face à ce constat, un colloque a réuni plus de cent personnalités du monde scientifique, économique et politique, des représentants des ministères, des parlementaires, avec pour objectifs de : faire un état des lieux de la recherche et de l’innovation en santé ; produire des recommandations sur la nécessaire refondation des CHU et leur place dans une organisation simplifiée de la recherche en biologie-santé ; et identifier les points qui devront faire l’objet d’une réflexion approfondie.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    De la Covid-19 à la variole du singe, variation sur le thème des zoonoses

    From Covid-19 to monkeypox, variation on the zoonose theme

    Lire la suite >
  • Éditorial

    La conscience dans l’échelle des vertébrés. Je suis, donc je pense

    Consciousness in the vertebrate scale. I am, therefore I think

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 22-10. Anatomie à l’heure du numérique

    Anatomy at digital era

    Liens d’intérêt : néant

    L’anatomie est une discipline essentielle pour le médecin, quel que soit le stade de sa formation d’initiale à continue et tout au long de son exercice. Le numérique est un nouvel outil complémentaire de ceux utiles à l’enseignement et l’apprentissage ; c’est un outil puissant pour l’application de l’anatomie à tous les aspects de la médecine. Il facilite l’interaction entre les anatomistes et les cliniciens, l’interactivité entre les enseignants et les étudiants. Les progrès technologiques en médecine apportent la preuve de la nécessité actuelle d’un savoir anatomique.

    Lire la suite >
  • Éditorial

    Les plateformes à ARN messagers, un sujet d’importance pour l’Académie nationale de médecine

    Messenger RNA platforms, an important topic for the French National Academy of Medicine

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’ARNm et ses modifications chez les eucaryotes

    mRNA and its modifications in eukaryotes

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

    Tout comme l’acide désoxyribonucléique ou ADN, l’acide ribonucléique ou ARN, est un polymère le long duquel s’enchaîne une suite d’unités synthétisées à partir de l’une des quatre bases fondamentales, adénine (A), guanine (G), cytosine (C) et uracile (U). Biochimiquement on peut considérer l’ADN comme de l’ARN modifié (retrait d’un atome d’oxygène du sucre et méthylation de l’uracile pour donner de la thymine [T]). Les molécules d’ARN peuvent, elles porter de très nombreuses modifications chimiques lors de leurs diverses fonctions cellulaires qui vont de simples méthylations (sur l’hydroxyle libre du ribose ou sur un atome de la base) à de très complexes modifications qui nécessitent un très grand nombre de réactions enzymatiques. Ces modifications chimiques ne se trouvent pas uniquement sur les molécules d’ARN impliquées dans la traduction d’ARN messager en protéines (ARN de transfert ou ARNt et ARN ribosomiques ou ARNr). Les récents développements dans les méthodes de séquençage ont révélé que l’ARN messager est lui-même régulièrement chimiquement modifié.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Délivrance de l’ARN à l’aide de nanoparticules lipidiques

    RNA delivery using lipid nanoparticles

    L’auteur déclare être membre du Conseil Scientifique de la société SEQUENS (France) et Expert auprès de la société Hangzou Adcoris (Chine).

    Les acides ribonucléiques utilisés pour la vaccination (ARNm) ou pour le développement de nouveaux médicaments (ARNm, ARN interférents, microARN) sont des biomolécules particulièrement fragiles, sensibles aux exo- et endonucléases ; leur poids moléculaire élevé et leur caractère polyanionique sont autant de freins à leur pénétration intracellulaire. C’est la raison pour laquelle les vaccins et médicaments à base d’ARN ont mis tant de temps à se développer avant d’aboutir à une réalité clinique. Celle-ci est devenue aujourd’hui possible grâce au développement de nanoparticules lipidiques équipées de lipides ionisables. L’encapsulation dans des nanovecteurs a, en effet, constitué une étape décisive pour l’efficacité de l’ARN, en promouvant son export du compartiment endo-lysosomal vers le cytoplasme cellulaire. Cet article décrit la conception de ces nanovecteurs à ARN, leur préparation ainsi que les perspectives qu’ils offrent dans le domaine du médicament.

    Lire la suite >