Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3145 résultats

  • Communication scientifique

    Troubles spécifiques des apprentissages chez l’enfant

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Dépister et prévenir la dyslexie et les troubles associés : L’échec scolaire et l’illettrisme ne doivent plus être une fatalité

    Lire la suite >
  • Rapport

    La transplantation utérine

    Uterus transplantation

    Après avoir fait le récit des événements qui ont précédé la première transplantation utérine ayant abouti à la naissance d’un enfant vivant et bien portant et fait un état des lieux, les auteurs exposent la législation française actuelle sur la greffe d’organes. Puis ils abordent les aspects cliniques, insistant sur la complexité de l’acte chirurgical, le dilemme du choix entre donneuse en état de mort cérébrale ou décédée et donneuse vivante et les indications chez la receveuse. Ils décrivent ensuite le traitement immunosuppresseur avant et pendant la grossesse, les complications plus ou moins graves qui peuvent en émailler le cours et la surveillance particulièrement attentive qu’elles nécessitent, mais aussi les doutes sur l’opportunité de l’allaitement maternel. Ils s’interrogent sur l’avenir de l’enfant à moyen et long terme, son développement psychomoteur et celui de son système immunitaire. Ils retracent les nombreuses et délicates questions éthiques que pose la transplantation utérine, qu’il s’agisse des particularités de la greffe d’utérus, qui n’est pas vitale mais permet de donner la vie, du choix entre transplantation avec donneuse en état de mort cérébrale ou donneuse vivante, de la pénurie d’organes à greffer, des risques courus par la receveuse, du devenir physique et psychologique de l’enfant, enfin du choix entre transplantation utérine et gestation pour autrui et de l’éventualité de dérives. En fait, la transplantation utérine est une chirurgie encore au stade expérimental et seuls l’avenir et le recueil exhaustif de toutes les données la concernant permettront de s’assurer de son bien fondé.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les médicaments du rhume à base de vasoconstricteurs doivent être prescrits sur ordonnance

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce communiqué

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Risques cardiovasculaires des anti-inflammatoires non stéroïdiens chez le sujet âgé. Recommandations de prescription

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Un large usage des benzodiazépines oblige au respect de certaines recommandations

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Pierre DELAVEAU (1921-2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Séance dédiée : « Coeur et diabète » – Introduction

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Conclusion

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La revascularisation coronaire du patient diabétique

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les complications macro-vasculaires du diabète sont bien connues : au premier rang, figure l’atteinte coronarienne diffuse pluri-tronculaire responsable d’une morbidité et d’une mortalité élevées. La revascularisation coronaire par angioplastie en cas d’urgence pour les syndromes coronaires aigus avec ou sans sus décalage du segment ST, est la règle. La disponibilité de cette technique en urgence et le fait que les malades diabétiques aient un bénéfice identique aux non diabétiques, incite à proposer ce type de revascularisation. Seuls de rares cas seront pris en charge chirurgicalement. En cas de maladie coronaire stable symptomatique, de grandes études telles que BARI-2D et FREEDOM ont clarifié la place respective de la chirurgie et de l’angioplastie pour les patients pluri-tronculaires. La supériorité du pontage aorto-coronaire a été démontrée chez
    les patients multi-tronculaires et plus particulièrement pour les lésions coronaires complexes ayant un score SYNTAX élevé, peu propice à l’angioplastie. Le diabétique doit bénéficier d’une technique chirurgicale optimale en utilisant les deux artères mammaires internes, prélevées de manière squelettisée, autorisant une revascularisation complète qui permet également de réduire le risque de retard de cicatrisation et d’infection, complications fréquentes chez le diabétique. L’approche chirurgicale réduit la mortalité, évite les revascularisations itératives fréquemment nécessaires en cas d’angioplastie et permet de préserver au mieux la fonction ventriculaire gauche à moyen terme. Les indications respectives des deux types de procédure doivent être prises comme l’exige la Haute Autorité de Santé lors de réunions multi disciplinaires comprenant cardiologue interventionnel, chirurgien et diabétologue, et en appliquant les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie (Classe 1A).

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La vaccination demeure un des fondements de la médecine préventive

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Stratégie de recherche translationnelle sur la maladie d’Alzheimer : cibles, modèles animaux et biomarqueurs

    Strategy of translational research on Alzheimer’s disease: targets, animal models and biomarkers

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La maladie d’Alzheimer entraîne des altérations cognitives sévères et est caractérisée par deux processus pathologiques principaux : une pathologie amyloïde β (Aβ) et une pathologie tau. Des biomarqueurs en imagerie permettent d’établir l’histoire naturelle de la maladie et montrent un hypométabolisme régional et une atrophie cérébrale évolutive. Le développement de nouveaux médicaments contre cette maladie repose en grande partie sur des étapes précoces qui ne peuvent être étudiées de façon précise que chez l’animal. Notre revue est centrée sur les modèles d’amyloïdose et le modèle primate microcèbe. L’utilisation de biomarqueurs chez ces modèles permet de révéler des endophénotypes qui peuvent être comparés à des endophénotypes chez l’homme afin de rationaliser les prises de décision lors du développement de nouvelles thérapies. Les modèles animaux permettent également d’évaluer des nouvelles hypothèses sur les mécanismes physiopathogéniques de la maladie. Nous nous focaliserons sur l’hypothèse de la mauvaise conformation des protéines car elle va probablement moduler notre vision de la maladie d’Alzheimer dans les années à venir. Cette hypothèse suggère que les peptides Aβ natifs deviennent toxiques lorsque leur conformation en hélices alpha évolue vers une conformation en feuillets beta et suggère aussi que des protéines mal conformées peuvent transmettre leur mauvaise  conformation à des protéines normales.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le vétérinaire acteur de santé publique : exemple de la leishmaniose canine, zoonose vectorielle

    The veterinary surgeon as an actor of public health: example of the canine leishmaniosis, a vector-borne zoonosis

    L’auteur déclare avoir travaillé avec les laboratoires Mérial etVirbac sur la thématique leishmaniose canine de façon conventionnelle par l’intermédiaire de VetAgro Sup.

    La leishmaniose canine est une anthropozoonose d’importance croissante dont le chien est le réservoir et la source principale de parasites (Leishmania infantum Nicolle, 1908) pour l’homme et ses congénères. Le diagnostic et le traitement restent difficiles. Le déplacement des animaux de zones infectées vers des zones saines est fréquent et aisé. L’implication d’espèces animales sauvages est aussi démontrée. De par ses compétences de clinicien et de thérapeute, le vétérinaire peut concourir à un meilleur dépistage du chien infecté / malade et surtout conseiller et prescrire une prophylaxie vaccinale et insecticide dont l’efficacité sera appréciée par son impact sur la leishmaniose viscérale humaine.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Yves POULIQUEN-Cabanis, un Idéologue, de Mirabeau à Bonaparte, Odile Jacob, 2013, 322 p.

    Lire la suite >
  • Conférence invitée

    Le genre : du statut social au déni de la réalité biologique

    Gender : from social status to denial of biological reality

    Lire la suite >
  • Information

    La France se dote d’une agence nationale de santé publique. Illustrations de ses principales missions et enjeux

    France creates a national public health agency. Illustrations of its main missions and challenges

    L’auteur déclare être le directeur général de Santé publique France, l’agence nationale de santé publique.

    En 2016, la France s’est dotée d’une Agence nationale de santé publique : Santé publique France. Ses missions sont présentées : la veille, l’alerte, la surveillance, la préventionpromotion de la santé et la réponse en cas de situation sanitaire exceptionnelle. Quatre enjeux majeurs pour cette nouvelle agence sont décrits : l’enjeu du continuum entre les différentes fonctions de santé publique pour faire en sorte de donner toute la cohérence à la fusion de trois établissements publics ; l’enjeu de la gestion des grandes bases de données ; l’enjeu de donner une nouvelle impulsion à la prévention — promotion de la santé et enfin l’enjeu de la présence de l’Agence sur tous les territoires de métropole et d’Outre-Mer.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Prions et transconformation protéique : une perspective historique

    History of Prions and transmission of protein misfolding

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Depuis la transmission expérimentale de la tremblante du mouton par J Cuillé et PL Chelle en 1936 et, dans un second temps, celle du kuru et de la maladie de Creutzfeldt-Jakob par DC Gajdusek, en 1966 et 1968, la nature des agents de ces « infections virales lentes » est longtemps restée mystérieuse. En 1982, S Prusiner les appela « PRIONs » (« PRoteinaceous Infectious particles ») car ils paraissaient dépourvus d’acides nucléiques qui auraient permis de les classer parmi les virus. Les maladies à Prions humaines sont très rares, le plus  souvent sporadiques, parfois infectieuses ou génétiques. Leurs caractères cliniques et neuropathologiques (évolution lente, atteinte exclusive du système nerveux, dépôts amyloïdes, faible réaction immunopathologique), étaient voisins de ceux des affections neurodégénératives bien plus fréquentes, considérées non infectieuses dans la majorité des cas. En 1991, HBraak décrivit, dans la maladie d’Alzheimer, le développement progressif le long de voies neuroanatomiques, longtemps avant l’apparition des signes cliniques, de lésions associées à la protéine tau anormalement phosphorylée. Les protéines mal conformées caractéristiques de nombreuses maladies neurodégénératives s’agrègent après un ensemencement initial (« seeding ») dont l’origine infectieuse ou non est inconnue, et sont capables de se propager d’un neurone à l’autre (« spreading »). La transconformation protéique est donc au coeur de la physiopathologie des maladies neurodégénératives. La propagation de ce phénomène agrégatif dans le système nerveux central constitue un nouveau paradigme pour la compréhension de leur histoire naturelle et de leur diversité phénotypique. Il a déjà permis de tester les thérapeutiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Modélisation expérimentale de l’agrégation et de la propagation de l’α-synucléine dans les synucléinopathies

    spreading in synucleinopathies

    Depuis sa découverte il y a maintenant dix-huit ans, l’α-synucléine a acquis un rôle central dans la clinicopathologie de la maladie de Parkinson et des autres synucléinopathies. Des études récentes ont permis de suggérer que cette protéine pathologique possédait des propriétés d’agrégation et de propagation, possiblement transconformationnelle, proches de celles présentées par les protéines prion. Les études princeps montrant une transmission de « l’hôte au greffon » de la synucléinopathie, chez des patients ayant reçu une greffe de neurones dopaminergiques embryonnaires, ont renforcé l’intérêt de la communauté scientifique pour cette hypothèse. La compréhension des mécanismes sous-jacents à la transmission d’une cellule à l’autre de l’α-synucléine pathogène et à la transconformation pathologique apparaît maintenant essentielle à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques. De nouveaux modèles animaux, basés sur ce nouveau mécanisme, permettent aujourd’hui de modéliser ces aspects jusqu’alors non étudiés. L’utilisation de ces nouveaux modèles chez les rongeurs ou les primates non-humains devrait permettre de valider les approches thérapeutiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Ensemencement et propagation des lésions dans les maladies neurodégénératives : un nouveau paradigme

    Seeding and propagation of lesions in neurodegenerative diseases: a new paradigm

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La présence de dépôts extracellulaires ou d’inclusions neuronales ou gliales spécifiques définit un nombre croissant de maladies neurodégénératives. Les dépôts ou les inclusions sont de nature protéique, constitués d’agrégats insolubles de protéines (peptide Aβ et protéine tau dans la maladie d’Alzheimer ou α-synucléine dans la maladie de Parkinson, par exemple). La protéine spécifique qui compose une inclusion donnée peut être modifiée du fait d’une mutation, l’altération de la séquence protéique favorisant l’agrégation et l’insolubilisation. Le plus souvent la séquence est normale ; c’est alors un mauvais repliement de la protéine qui est rendu responsable de son agrégation. Le système ubiquitine-protéasome permet normalement de détecter et d’éliminer, à l’échelon cellulaire, les protéines mal repliées. Celles-ci sont en-effet détectées par la cellule : c’est la raison pour laquelle la majorité des inclusions sont immunomarquées par les anticorps anti-ubiquitines. Mais le système d’élimination n’est pas ou est trop peu efficace. La formation des agrégats protéiques de grande taille, présents dans les inclusions et peu réactifs, a été considérée comme protectrice. Des espèces oligomériques, solubles, comportant un petit nombre de molécules sont souvent considérés, au contraire, comme neurotoxiques : oligomères de peptide Aβ ou de protéine tau dans la maladie d’Alzheimer, d’ α-synucléine dans la maladie de Parkinson par exemple. L’hypothèse du prion suppose que le mauvais repliement peut se produire à la suite d’un simple contact de la protéine native avec la protéine mal repliée. Des arguments expérimentaux laissent en effet penser que ce phénomène a bien lieu dans le cerveau et pourrait, par exemple, pour ce qui concerne la protéine tau ou l’α-synucléine, se propager le long des connexions axonales. Aucun élément épidémiologique ne suggère aujourd’hui la transmission d’une maladie neurodégénérative, d’une façon analogue à celle qui a été observée dans les maladies à prions. Les mécanismes mis en jeu à l’échelon tissulaire laissent penser, cependant, qu’une telle transmission est possible.

    Lire la suite >
  • Autre

    Présentation de la séance délocalisée du mardi 2 juin 2015 à Brest

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La systématisation de la vision stéréoscopique

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La vision 3D (vision en relief, vision stéréoscopique) est un aspect de la vision dédié à l’analyse de la distance de l’objet et de son volume. Cet aspect de la vision devient de plus en plus important grâce à l’essor, notamment, du cinéma et des jeux vidéo en 3D. Dans une étude précédente, nous avons mis en évidence les aires visuelles de la vision stéréoscopique (AVVS) grâce à l’IRM fonctionnelle (IRMf). Le traitement de l’information visuelle est un phénomène complexe et partiellement connu. Parmi les voies de l’analyse de l’information visuelle, seule la voie géniculo-striée (radiations optiques ou voie géniculo-calcarine) est bien étudiée sur les plans anatomique et fonctionnel. Dans le cadre de l’étude des voies d’analyse de l’information visuelle, nous avons mis en évidence grâce à l’IRM en tenseur de diffusion (IRM DTI) des connexions entre le corps géniculé latéral (CGL) et certaines AVVS (IPS et V5).

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le prurit, une cause de souffrance mal prise en compte mais un thème de recherche en plein essor

    Pruritus, a poorly considered suffering but a field of research in full swing

    L’auteur déclare avoir reçu des honoraires ou des subventions de Almirall, Astellas, BASF, Bioderma, Clarins, Galderma, GSK, Johnson&Johnson, L’Oréal, Maruho,
    Novartis, Pierre Fabre, Solabia, Uriage.

    Le prurit est la sensation désagréable conduisant au besoin de se gratter. Au cours d’une semaine, il est ressenti de manière plus ou moins intense par un tiers de la population. Ces dernières années, il est enfin devenu un thème de recherche majeur, en s’inspirant de la recherche sur la douleur D’une part, des pruricepteurs ont été mis en évidence, ainsi qu’un certain nombre de molécules qui agissent comme signaux sur l’organisme. D’autre part, les voies de conduction du prurit après activation de ces structures et de ces molécules ont été en grande partie élucidées. Enfin de nouvelles possibilités thérapeutiques apparaissent désormais possibles. La complexité de la prise en charge du prurit nécessite désormais des centres spécialisés.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La maladie veineuse thrombo-embolique et trombophilie héréditaire

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Reclassification moléculaire des maladies autoimmunes systémiques pour identifier de nouveaux bio-marqueurs pertinents (Étude PRECISESADS)

    Molecular Reclassification to Find Clinically Useful Biomarkers for Systemic Autoimmune Diseases (the PRECISESADS study)

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les maladies auto-immunes (MAI) systémiques, sont un groupe de maladies inflammatoires chroniques dont les diagnostics sont difficiles à établir et les traitements aléatoires. Leur caractéristique commune est la présence d’auto-anticorps (dirigés contre des composants du Soi) dans le sérum. Actuellement les nouvelles immunothérapies disponibles ont peu de chance de résultats chez ces patients en raison de l’hétérogénéité des mécanismes moléculaires qui conduisent à la même classification clinique de la maladie. En outre, pour leurs essais cliniques, les entreprises pharmaceutiques ont d’énormes problèmes à identifier les critères de réponse aux immunothérapies par manque de marqueurs de cette réponse. Nous formulons l’hypothèse selon laquelle l’identification de signatures moléculaires spécifiques chez les patients atteints de MAI permettra aux cliniciens d’adapter leurs traitements. De fait, nous allons mettre en oeuvre des stratégies de médecine de précision. Il est donc urgent d’utiliser la puissance des techniques actuelles dites « omiques » (génomique, transcriptomique, épigénomique, métabolomique, protéomique), et la bioinformatique afin d’identifier des biomarqueurs, qui permettront de fournir le cadre à une nouvelle et pertinente taxonomie des MAI.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Vecteurs synthétiques pour le transfert de gènes : application à la thérapie génique de la mucoviscidose

    Mucoviscidose. Poumon. Thérapie génétique. Vecteurs synthétiques.

    La mucoviscidose est la plus fréquente des maladies génétiques héréditaires dans les populations caucasiennes. Elle se transmet selon un mode autosomique récessif. Elle est causée par une ou plusieurs mutations dans le gène codant une protéine nommée Cystic Fibrosis Transmembrane conductance Regulator (CFTR). Si son pronostic a été grandement amélioré grâce à un dépistage précoce et une meilleure prise en charge des symptômes cliniques, lamucoviscidose reste une maladie grave, souvent précocement mortelle, du fait de l’atteinte respiratoire. Les avancées récentes en matière pharmacologique ont permis d’améliorer la fonction pulmonaire et de normaliser le test de la sueur chez certains patients. Cependant, cette stratégie étant mutation dépendante, elle ne bénéficie pour l’instant qu’à une minorité de patients. Pour ce qui concerne la thérapie génique, un grand nombre de vecteurs non-viraux a été développé comme alternative aux virus recombinants. Si les vecteurs recombinants viraux sont particulièrement efficaces, ils peuvent induire une réponse immunitaire de l’hôte, compromettant le succès de nécessaires réadministrations. Parmi les 29 essais cliniques conduits dans le cadre de la thérapie génique de la mucoviscidose, une douzaine l’a été à l’aide de vecteurs synthétiques, essentiellement des lipides cationiques. Ceux-ci ont démontré une efficacité réelle — bien que modeste — avec une expression transitoire du transgène. Par ailleurs, ces formulations engendrent une faible toxicité et peu d’effets secondaires. Les recherches visent aujourd’hui à développer des formulations synthétiques plus efficaces, en poursuivant l’optimisation des vecteurs chimiques mais aussi celle des séquences d’acides nucléiques à délivrer.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Épidémie à virus Ebola en Guinée. Mise en oeuvre SSA d’un Centre de traitement des soignants à Conakry

    Biosafety. Ebola. Guinea. Treatment facility for healthcare workers. Outbreak

    L’épidémie de maladie à virus Ebola sévit en Guinée depuis début 2014. La France a proposé son aide à la Guinée dans le cadre de la lutte contre Ebola sous la forme d’un soutien de ses soignants durement touchés par l’épidémie. Le Service de Santé des Armées a répondu à cette mission par la mise en oeuvre d’un centre de traitement des soignants à Conakry, opérationnel depuis janvier 2015.

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Marcel ROUX (1909-2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Séance dédiée : « Vers la démocratie sanitaire : les associations de patients » – Présentation

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Du concept de démocratie sanitaire à l’analyse du rapport Compagnon et à la loi santé 2015

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Au décours la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle la médecine a été instrumentalisée pour servir une idéologie, un profond mouvement visant à protéger la personne humaine, s’est mis en place. La déclaration d’Helsinki (1964) protège les personnes participant à des recherches biomédicales. En 1988, la loi Sérusclat-Huriet introduit la notion de consentement éclairé et crée les CCPPRB. La loi de bioéthique de 1994 inscrit l’obligation du « consentement aux soins ». La loi du 4 mars 2002, consacre le terme « d’usager » du système de santé, le terme de patient étant considéré comme passif (personne qui reçoit des soins). La philosophie générale de la loi vise à donner plus d’autonomie à la personne malade. L’usager est celui qui a un droit d’usage La loi du 9 août 2004 conforte le rôle des usagers. Les différentes crises sanitaires, sang contaminé, vache folle, hormone de croissance, infections nosocomiales ont vu se développer les associations de malades et voire leur rôle s’accroître. Le système de santé est apparu comme faillible. Le rapport Compagnon vise à donner un pouvoir accru aux représentants des usagers. Le terme de démocratie sanitaire a été créé pour faire pendant aux notions de démocratie politique et de démocratie sociale. Le développement des sources d’information informatisées a fait de l’usager un « sachant ». La question est de savoir si cela en fait « un expert ». La dyade médecin/malade est par essence asymétrique. Les décisions de santé publique sont contraintes par le contexte économique. Le paradoxe de toute démocratie réside dans l’impossibilité d’être en même temps représentatif et décideur. L’intérêt singulier entre en collision avec l’intérêt général. C’est dans une alliance entre les représentants des usagers, les acteurs du système de santé, les politiques et les financeurs qu’un nouveau projet de santé pourra voir le jour.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Associations de patients et laboratoires pharmaceutiques

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les travaux relatifs à la démocratie sanitaire n’ont, à ce jour, jamais traité des relations qu’entretiennent associations de patients et industrie pharmaceutique. Pourtant de la qualité de cette relation dépend pour beaucoup l’émergence d’une véritable citoyenneté sanitaire.
    Fondée sur une enquête auprès de 1742 associations et 270 laboratoires pharmaceutiques français, conduite par BVA à la demande du Comité de déontovigilance des entreprises du médicament, cette communication met en lumière l’importance des dilemmes éthiques rencontrés. Perçue souvent comme un rapport de force, la relation Association de patientslaboratoires soulève, au-delà de la seule problématique financière, la question de la gouvernance des associations et révèle les limites de « l’expertise associative » mais aussi l’attente forte de véritables partenariats.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les associations de patients et la recherche clinique académique et industrielle

    Patients’ associations and clinical research — academic and industrial

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La notion de démocratie sanitaire a été introduite en 2002 comme principe central des lois de santé. Les droits individuels des malades ont été renforcés et, progressivement, les patients ont été représentés à tous les niveaux de la gouvernance du système de santé. Dans la recherche clinique, il est devenu obligatoire en 2004 que les comités de protection des personnes incluent des représentants de patients (I). Les associations de patients jouent un rôle dans la recherche en finançant et/ou en participant à l’organisation des essais. Elles agissent pour la protection des personnes contre les essais abusifs—mais aussi contre le fait de ne pas être sollicité lorsqu’on est éligible pour un essai donnant accès à l’innovation thérapeutique. Ainsi il n’est pas douteux qu’un patient atteint du VIH ou d’une myopathie, éligible mais non sollicité, pourra, avec le soutien des associations, obtenir de participer à l’essai de son choix (II). Si le rôle des associations dans la démocratie sanitaire est devenu indiscutable, il comporte néanmoins des limites. Lorsque des associations ne sont pas combatives sur leur maladie, des patients peuvent être désavantagés par rapport à d’autres mieux représentés. Aussi bien, le rôle des associations de malades ne saurait se substituer à celui de l’État et de la loi, seuls en mesure de conférer des droits équitables aux individus (III).

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Invité-discutant : Éducation thérapeutique et patient expert. Repenser la médecine face au défi des maladies chroniques

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge d’Alain RERAT (1926 – 2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La NADPH oxydase Nox4, une cible thérapeutique potentielle dans l’arthrose

    NADPH oxidase Nox4, a putative therapeutic target in osteoarthritis

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les NADPH oxydases, Nox, sont des hémoprotéines transmembranaires dont l’unique fonction est de réduire l’oxygène moléculaire pour former l’anion superoxyde O2°- puis les espèces radicalaires hautement réactives,  oxydantes et toxiques, qui en dérivent, les ROS. Parmi les 7 NADPH oxydases exprimées chez l’homme, Nox4 est la seule Nox présente dans les chondrocytes humains ; elle a été proposée comme l’un des acteurs de la dégénérescence cartilagineuse dans l’arthrose. La stimulation des chondrocytes, uniques cellules du cartilage articulaire, par l’interleukine IL-1β, induit une activation de Nox4, une production augmentée de ROS et l’expression des gènes codant pour les métalloprotéases matricielles, MMP1, MMP9, MMP13 et l’adamalysine ADAMTS4. Une connaissance approfondie de la structure de Nox4 en lien avec sa fonction et ses mécanismes de régulation, devrait permettre d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques et de développer des stratégies innovantes pour un traitement approprié de l’arthrose.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’Émergence du virus EBOLA chez l’homme: un long processus pas totalement élucidé

    The Emergence of Ebola virus in humans: a long process not yet fully understood

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Le virus Ebola cause régulièrement depuis 1976 des petites épidémies meurtrières généralement maitrisées en quelques mois. Alors que seule l’Afrique Centrale en avait été victime jusqu’alors, une épidémie à virus Ebola d’une ampleur extraordinaire embrase dramatiquement plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest depuis le mois de décembre 2013 principalement en raison des défaillances majeures dans la mise en œuvre des mesures visant à empêcher les transmissions interhumaines du virus. Après une période d’incubation d’environ une semaine, la maladie se manifeste par l’apparition soudaine d’une forte fièvre aboutissant in fine à des hémorragies multiples puis à la défaillance généralisée des organes. Plusieurs espèces de chauves-souris seraient les principaux réservoirs du virus Ebola. La contamination de l’homme se produirait soit directement auprès des chauves-souris, largement consommées par les populations locales, soit par l’intermédiaire d’espèces animales sensibles au virus, telles que les chimpanzés et les gorilles. À côté de ce « cycle naturel », un « cycle épidémique » impliquant des espèces animales domestiques vivant dans les villages tels que les chiens ou les porcs, tend désormais à être sérieusement avancée. Ainsi, en fonction des animaux impliqués et de la forme clinique des infections développées, les modalités de la contamination de l’homme peuvent être multiples et sont donc encore largement méconnues. Dans un tel contexte, tous les efforts qui pourront être déployés pour percer le mystère de l’émergence du virus Ebola chez l’homme et clarifier les modalités de la transmission du virus, permettront peut-être de prédire voire d’anticiper l’apparition des épidémies. L’objectif de cette revue est de dresser un état des lieux exhaustif de l’écologie du virus Ebola et de mettre en lumière les évènements qui gouvernent la transmission du virus à l’homme tout en précisant les points encore nombreux qui demeurent non élucidés.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    La médecine et les médecins dans l’ œuvre de Georges Simenon

    Lire la suite >
  • Conférence invitée

    Plans cancer : genèse et premier bilan d’une mobilisation nationale sans précédent

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Déclaration relative à l’Initiative Citoyenne Européenne (I.C.E.) demandant l’arrêt de toute expérimentation animale en Europe

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Gabriel RICHET (1916-2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Qualité en chirurgie thyroïdienne : Critères d’évaluation et applications pratiques

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La recherche et l’évaluation de facteurs de qualité en chirurgie amènent à définir 3 types d’indicateurs : les indicateurs de structure, de procédure et de résultats. Nous avons utilisé ces trois types d’indicateurs pour évaluer la qualité de la chirurgie thyroïdienne et en préciser les indicateurs fiables. Ces travaux nous ont permis de démontrer l’importance d’une évaluation continue des résultats de la chirurgie thyroïdienne et l’incidence de facteurs organisationnels et humains qui retentissent sur la qualité chirurgicale. Ce type d’évaluation et de recherche devrait s’appliquer à tous les domaines de la chirurgie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouvelle approche de la gestion des risques microbiologiques dans les aliments

    New approach for managing microbial risks in food

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La législation alimentaire vise à assurer la protection sanitaire de la population. Traditionnellement, cette législation impose aux exploitants du secteur alimentaire d’appliquer les bonnes pratiques d’hygiène et de mettre en place des mesures spécifiques de maîtrise des principaux agents microbiens transmis par les aliments. Cette approche réglementaire a permis d’atteindre un niveau de sécurité sanitaire tout à fait satisfaisant et l’amélioration du dispositif repose aujourd’hui et reposera dans l’avenir sur des démarches basées sur l’analyse de risque. L’appréciation des risques doit, en premier lieu, permettre d’identifier les situations présentant le plus fort risque afin de cibler plus efficacement les mesures de gestion. Ensuite, les mesures de gestion devront être définies en fonction de l’objectif sanitaire à atteindre. Cette approche consiste à convertir un fardeau sanitaire jugé acceptable par les autorités de santé publique en objectifs de sécurité des aliments et en objectifs de performance sur la chaîne alimentaire, soit des charges microbiennes maximales à respecter pour atteindre le niveau de risque acceptable. Une fois ces objectifs définis, les exploitants et les gestionnaires peuvent identifier les mesures de maîtrise permettant de les atteindre et définir des critères microbiologiques permettant de vérifier leur respect. Cette approche, théorisée depuis une dizaine d’années et rendue possible grâce au développement des techniques d’appréciation quantitative des risques, se heurte encore en pratique à des difficultés dans sa mise en œuvre car elle requiert une prise de position de l’autorité compétente sur le risque acceptable ainsi que la mise en œuvre de démarches de modélisation du risque parfois complexes.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    La maladie de Béla Bartók : une leucémie cachée, une leucémie vaincue

    Béla Bartók’s disease: a hidden leukemia, a defeated leukemia

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’affection hématologique dont souffrit Béla Bartók lors de son exil aux États-Unis et qui le conduisit à la mort est restée longtemps mystérieuse de même que l’atteinte pulmonaire qui l’accompagnait. Cette évocation historique nous offre l’opportunité d’expliciter les remarquables avancées biologiques et thérapeutiques obtenues dans la leucémie myéloïde chronique au cours de ces dernières décennies.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Séance thématique : « La douleur » – Introduction

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Aux confins de la neurologie et de la rhumatologie

    On the borders of the neurology and the rheumatology

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article

    Les liens entre ces deux disciplines, la rhumatologie et la neurologie, sont anciens et constitués d’une intrication de pathologies et de symptômes. Il ne s’agit pas ici d’aborder les myosites inflammatoires ni les signes neurologiques, centraux des maladies inflammatoires systémiques comme le lupus ou le syndrome de Gougerot-Sjögren, ni même les compressions médullaires au cours de la polyarthrite
    rhumatoïde ou les spondylarthropathies. Il ne s’agit pas non plus de passer en revue les compressions d’origine osseuse, comme par exemple le canal cervical étroit, le canal lombaire étroit ou l’impression basilaire de la maladie de Paget. Ainsi certaines pathologies neurologiques peuvent donner le change avec de fausses atteintes ostéoarticulaires ou égarer le clinicien vers des symptômes qui pourraient en imposer pour une pathologie radiculaire d’origine rhumatologique. En deuxième lieu, il existe des neuropathies négligées ou méconnues qui méritent une attention particulière. Des progrès séméiologiques et thérapeutiques sont annoncés.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Douleur chronique : son retentissement émotionnel et cognitif

    Chronic pain: emotional and cognitive consequences

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La douleur chronique, véritable problème de santé publique, induit toujours des perturbations émotionnelles et cognitives ; ces comorbidités réalisent ainsi un tableau de maladie autoentretenue dont les exemples sont nombreux comme les douleurs somatoformes de type fibromyalgique. L’imagerie cérébrale révèle la superposition de la matrice d’intégration de la douleur avec celles de l’émotion et de la cognition. Les régions frontales sont engagées dans ces trois fonctions et également impliquées dans les contrôles inhibiteurs de la douleur et de l’émotion. Les conséquences sur la sémiologie et la prise en charge des douleurs chroniques sont abordées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La prise en charge de la douleur chronique : un problème de société

    Chronic pain management: societal impact

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La douleur est un véritable enjeu de santé publique, critère de qualité et d’évolution d’un système de santé : c’est un problème majeur de société. Sa prise en charge répond à un objectif humaniste, éthique et de dignité de l’homme en raison des retentissements physiques et psychiques. Elle induit un handicap qui exclut progressivement ou brutalement le patient de la société. La douleur physique et la souffrance morale ressentie à tous les âges de la vie rendent plus vulnérables les personnes fragilisées par la maladie. Les douleurs chroniques rebelles sont sources d’incapacités, de handicaps, d’invalidité et d’altérations majeures de la qualité de vie. L’ensemble de ces données montre l’impact de la douleur et de son intensité sur les situations et l’activité professionnelle, la productivité, sur l’utilisation des systèmes de soins (augmentation très significative des consultations médicales, hospitalisations) ainsi que sur la santé mentale et physique. Ces publications confirment que la douleur non soulagée a un impact économique majeur sur les systèmes de soins et constitue un problème de santé publique, avec environ deux tiers des personnes concernées au niveau de leur travail. Les progrès de la médecine ont permis la guérison de certaines maladies graves, mais aussi la transformation de maladies aiguës en maladies chroniques. Le résultat est une augmentation de  l’espérance de vie parfois sans maladie, mais cette survie peut être aussi accompagnée de maladie ou le handicap. Les progrès, la douleur et la souffrance, la fin de vie, l’éthique seront les axes des réflexions fondamentales de demain.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Conclusion de la séance thématique sur la douleur

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge de Pierre AMBROISE-THOMAS (1937-2014)

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Syndromes de Pendred et surdités apparentées : une même entité ?

    Pendred syndrome and nonsyndromic related deafness: the same entity?

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article

    Le syndrome de Pendred est une affection autosomique récessive, définie comme une surdité de perception s’associant à un goitre lié à un trouble d’organification des iodures. Il constitue 4 à 10 % des causes d’hypoacousie congénitale familiale. Il est maintenant établi que l’affection est liée à des mutations du gène de la pendrine (SLC26A4), protéine intervenant dans le transport d’anions (I, Cl, HCO3) notamment dans l’efflux apical de l’iode au niveau des cellules thyroïdiennes et dans les échanges Cl/HCO3au niveau de la cochlée.

    Une question actuelle est de connaître les éléments qui distinguent le syndrome de Pendred d’une certaine variété de surdités apparentées, comportant également un élargissement de l’aqueduc vestibulaire, mais isolées sans évidence d’atteinte thyroïdienne.

    Une enquête prospective de ces deux situations, conduite à Lille dans le cadre d’un PHRC, nous amène à en redéfinir les critères diagnostiques et les méthodes d’évaluation, à discuter les facteurs génétiques ou d’environnement contribuant à l’atteinte phénotypique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Borréliose de Lyme et co-infections. Place d’Anaplasma phagocytophilum et de Bartonella henselae

    Lyme borreliosis and co-infections. Place of Anaplasma phagocytophilum and Bartonella henselae

    La borréliose de Lyme (BL) est certainement l’infection transmise par Ixodes la plus fréquente dans l’hémisphère Nord. Ces tiques sont susceptibles d’héberger et de transmettre d’autres microorganismes avec parmi les bactéries, Anaplasma phagocytophilum (Ap) et Bartonella henselae (Bh), de découverte relativement récente, à l’origine de différents tableaux cliniques souvent proches de ceux de la BL. L’objectif de l’étude était d’évaluer la fréquence des co-infections par l’une ou l’autre de ces bactéries chez les patients atteints de BL, plus particulièrement lorsqu’un traitement par bêta-lactamines n’était que partiellement efficace. Parmi ces patients et sur la base des données sérologiques, 8,07 % présentaient simultanément une contamination par Bh, 6,83 % une anaplasmose et 4,96 % une infection conjointe à Bh et Ap. Ces résultats méritent d’être pris en compte dans la mesure où le choix de l’antibiotique doit tenir compte des particularités de ces germes.

    Lire la suite >