Articles du bulletin

Depuis 2019 le Bulletin est édité en collaboration avec Elsevier-Masson. Les rapports de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. L'accès aux autres textes peut être obtenu sur le site Em-Consulte. Pour soumettre un article, merci de consulter nos instructions aux auteurs.



3390 résultats

  • Communication scientifique

    L’augmentation inquiétante de l’incidence et de la mortalité du cancer du pancréas à l’échelle mondiale

    The alarming rise of pancreatic cancer burden worldwide

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    En raison de sa mortalité élevée, le cancer du pancréas est devenu un important problème de santé publique. À l’échelle mondiale, les estimations pour l’année 2012 fournies par la base de données GLOBOCAN (globocan.iarc.fr) montrent qu’avec 338 000 nouveaux cas estimés, le cancer du pancréas n’était qu’au douzième rang (338 000 nouveaux cas estimés), alors qu’il était la septième cause de décès (330 000 cas estimés), dans les deux sexes combinés. Dans l’Union Européenne (UE), il était la quatrième cause de décès en 2012, avec 78 500 morts estimés dans les deux sexes combinés, juste après le cancer du sein (91 500 morts estimés). Le taux de mortalité par cancer du sein diminuant dans de nombreux pays de l’UE, il est prévisible que le nombre de décès par cancer du pancréas dépasse celui des décès par cancer du sein avant la fin de l’année 2017. À l’échelle mondiale, plus de 500 000 nouveaux cas de cancer du pancréas sont à prévoir en 2030, à la faveur de l’accroissement et du vieillissement de la population, et du transfert de facteurs de risque, tels que le tabagisme et l’obésité, des pays les plus développés vers les pays les moins développés.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Bilan d’imagerie d’un cancer du pancréas : du diagnostic à l’extension

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La Tomodensitométrie reste aujourd’hui la technique de référence pour établir le diagnostic et le bilan d’extension de l’adénocarcinome du pancréas. En particulier, la TDM est très précise pour évaluer l’extension aux veines et aux artères principales dont l’atteinte contre indique la résection chirurgicale. Bien que ses performances soient plus limitées, elle est également utile dans les formes localement avancées ou de résécabilité limite pour évaluer la réponse au traitement par chimio ou radio-chimiothérapie. L’IRM apporte une précision supplémentaire dans l’évaluation de la présence de petites métastases hépatiques ayant échappé à la TDM. L’échoendoscopie est la méthode de choix pour obtenir une preuve histologique. Déterminer des critères précis permettant de prédire une résection chirurgicale avec marges saines (R0) doit être à l’avenir l’objectif principal des techniques d’imagerie.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traitement chirurgical de l’adénocarcinome pancréatique en 2017 : sélection des malades, sélection de la tumeur et préparation à l’intervention, innovations techniques, rôle de l’effet centre.

    Surgical treatment of pancreatic adenocarcinoma in 2017: patients selection, tumor selection, preoperative management, technical innovations and role of surgical volume.

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Une pancréatectomie reste nécessaire à la guérison de l’adénocarcinome du pancréas. Toutefois, la chirurgie pancréatique est associée à une morbi-mortalité significative, surtout en cas de duodénopancréatectomie céphalique, et n’est plus la seule option pour une survie prolongée associée à une bonne qualité de vie. Il faut donc sélectionner les patients pour diminuer le risque immédiat de la chirurgie, les préparer à l’intervention, sélectionner les tumeurs pour limiter le risque d’exérèses non radicales, si possible augmenter les possibilités d’exérèse radicale, et identifier dans le parcours du patient les étapes pouvant améliorer son pronostic.

    La sélection des patients repose sur l’évaluation de l’âge, des comorbidités, de l’état général et peut s’aider de l’utilisation de scores. Son but est de limiter la mortalité à moins de 5% et permettre une chirurgie dont les suites autorisent une chimiothérapie adjuvante qui est le 2ème standard du traitement curatif. La préparation du patient repose sur le drainage biliaire préopératoire, indiqué de façon sélective, et l’immuno-nutrition. La sélection de la tumeur doit séparer les tumeurs résécables des tumeurs de résécabilité limite (« border-line »). Les premières sont habituellement opérées en première intention et sans biopsie préopératoire avec le risque de diagnostic erroné dans environ 5% des cas, et celui de ne pas pouvoir faire la chimiothérapie adjuvante si les suites sont compliquées. La valeur d’un traitement néo adjuvant systématique est en évaluation.

    Les tumeurs « border-line » posent des problèmes techniques (résection vasculaire) et carcinologiques (il est plus difficile de réaliser une résection radicale). Lorsque le problème est artériel, les pancréatectomies avec résection artérielle sont associées à une morbidité accrue et un mauvais pronostic ; dans ce cas, l’attitude la plus répandue est un traitement d’induction comportant une chimiothérapie systémique éventuellement suivie de radiothérapie, puis d’opérer les patients répondeurs. En cas d’extension veineuse, le débat actuel est entre chirurgie d’emblée et chirurgie après traitement d’induction. En effet, la nécessité d’une résection veineuse est statistiquement associée à une augmentation du risque d’exérèse non radicale et à une morbi-mortalité légèrement supérieure. La tendance actuelle est de favoriser le traitement « d’induction » mais ce choix devrait être validé par des essais randomisés avec analyse en intention de traiter.

    Plusieurs études récentes, dont une française, ont confirmé l’importance du volume d’activité sur la mortalité des pancréatectomies, mais aussi sur le pronostic à distance. Cet effet centre peut être lié à plusieurs facteurs : expertise pluri-disciplinaire améliorant la pertinence des indications (posées en réunion de concertation pluridisciplinaire), expertise chirurgicale, prise en charge des suites opératoires simples et compliquées, augmentation de l’accès à la chimiothérapie adjuvante. La centralisation des pancréatectomies dans des centres à haut volume apparait donc nécessaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les limites pharmacocinétiques pour définir la dose adéquate de la supplémentation en zinc

    Pharmacokinetic considerations in zinc supplementation: getting the dose right

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Des études sur l’efficacité de la supplémentation en zinc dans les populations à risque de carence sont limitées par le manque d’informations sur la dose et la chronologie de l’administration. Ces problèmes découlent en partie de l’absence d’informations adéquates à partir des études pharmacocinétiques, contrairement à leur utilisation pour définir la posologie des médicaments. Dans la mesure où les tissus contiennent un pool endogène de zinc, les études pharmacocinétiques standard fournissent des réponses inexactes. Des études de traceurs isotopiques chez des sujets sains doivent être utilisées pour développer des modèles adaptés à l’étude de la cinétique du zinc. Mais ces études évaluent mal la dose et le moment des doses, et les résultats ne peuvent pas être utilisés pour évaluer la posologie chez les patients carencés en zinc. Ainsi, le traitement de la carence en zinc dans les populations à haut risque est empirique et continuera de l’être jusqu’à ce que des informations plus fiables sur la cinétique de la supplémentation en zinc soient disponibles.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La technique de la membrane induite dans les reconstructions osseuses segmentaires : développement et perspectives

    Induced membrane technique in restoration of bone defects

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La technique chirurgicale de la membrane induite pour les reconstructions osseuses a été mise au point par l’auteur de cet article, il y a trente ans. Le principe en est simple : la perte de substance osseuse est comblée dans un premier temps par du ciment chirurgical qui induit la formation d’une membrane, par réaction à un corps étranger. Après un intervalle de quelques semaines le ciment est enlevé et la cavité, tapissée par la membrane, est comblée par de l’autogreffe d’os spongieux. La durée de consolidation des segments reconstruits est indépendante de l’étendue de la perte de substance initiale ; elle est de l’ordre de 6-8 mois au membre inférieur et permet, au terme de ce délai, une remise en appui total sans protection. Les résultats cliniques ont suscité de nombreux travaux fondamentaux qui ont mis à jour le rôle biologique de la membrane qui, outre la caractéristique d’être richement vascularisée, sécrète des facteurs de croissance et contient des cellules souches mésenchymateuses. L’association membrane induite – greffe osseuse déclenche un véritable processus de bio-ingénierie in vivo, fait capital qui ouvre un large champ d’investigations possibles pour définir la meilleure combinaison entre contenant et contenu. La validité clinique du procédé chirurgical a été confirmée par de nombreuses équipes, dans le monde entier. 

    Lire la suite >
  • Information

    La syphilis en France en 2016 : une situation préoccupante

    Syphilis in France in 2016. An ugly situation

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en rapport avec le contenu de cet article.

    La syphilis est réapparue à la fin des années 90 et continue de progresser. Elle touche actuellement dans 90 % des cas, des patients homosexuels masculins. Les bonnes intentions dont se gargarisent les autorités de santé ne sont malheureusement pas suivies d’actions coordonnées et efficaces. Au contraire, plusieurs faits récents contribuent à laisser s’épanouir l’épidémie du fait de décisions irresponsables : insuffisance de la surveillance épidémiologique, suppression du fond noir de la nomenclature, arrêt de fabrication de la benzathine-pénicilline G (BPG), future suppression du Centre National de Référence (CNR) de la syphilis

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Michaux JL. Ludwig van Beethoven, Le génie et ses maladies. Éditions Fiacre, juin 2015.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Pour une utilisation optimale des associations fixes de médicaments. Recommandations de prescription

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de lien d’intérêts en relation avec ce communiqué.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Vertébroplastie et cyphoplastie dans les fractures vertébrales ostéoporotiques

    Vertebroplasty and kyphoplasty in osteoporotic vertebral fractures

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les fractures vertébrales ostéoporotiques peuvent occasionner des douleurs invalidantes. Le cumul de fractures ostéoporotiques entraine une cyphose rachidienne, responsable d’un handicap fonctionnel. La vertébroplastie et la cyphoplastie sont deux traitements percutanés proposés dans les fractures vertébrales ostéoporotiques douloureuses. La cyphoplastie est une technique dérivée de la vertébroplastie où l’injection de ciment est précédée d’une tentative de ré-expansion du corps vertébral fracturé qui vise à réduire la cyphose vertébrale. L’efficacité de ces interventions sur la douleur fracturaire a été un temps remise en cause par deux essais randomisés comparant la vertébroplastie à une intervention simulée. Depuis, de nombreuses autres études randomisées en faveur de l’efficacité de la vertébroplastie ont été publiées. Les recommandations internationales réservent la vertébroplastie aux échecs du traitement médical sur la douleur mais un positionnement plus précoce peut se discuter si l’on fixe comme objectif de limiter la déformation cyphotique. Les données récentes suggèrent que le gain de cyphose obtenu par la cyphoplastie par rapport à la vertébroplastie n’est pas suffisant pour justifier le coût supplémentaire et le recours à une procédure un peu plus longue et traumatisante. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Syndrome d’Ehlers-Danlos (SED) type III (hypermobile): validation d’une échelle clinique somatosensorielle (ECSS-62), à propos de 626 cas

    Ehlers-Danlos Syndrome type III (hypermobile): clinical somatosensory scale (SSCS-62) validation, about 626 patients

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Le syndrome d’Ehlers-Danlos (SED) est très tardivement diagnostiqué et souvent confondu avec d’autres pathologies. L’absence de test génétique de cette maladie héréditaire, dans sa forme commune hypermobile (type III), impose de s’appuyer sur des signes cliniques fiables. Nous proposons une nouvelle échelle diagnostique de 62 items. Une très forte corrélation existe entre 4 groupes de symptômes: cutanés, proprioceptifs, dysautonomiques et sensoriels, preuve de l’homogénéité du tableau clinique. La validité de la grille est démontrée en comparant la cohorte des 626 patients SED avec 826 sujets sains et 206 patients consultant en soins primaires. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les nouveaux traitements médicamenteux de la maladie de Cushing

    New medical treatments of Cushing’s disease

    M. Xavier Bertagna déclare participer à plusieurs comités scientifiques ou avoir reçu des honoraires des firmes pharmaceutiques suivantes travaillant dans le syndrome de Cushing, Novartis, IPSEN, HRA-Pharma.

    Encore « maladie rare », la maladie de Cushing est aujourd’hui l’objet d’approches thérapeutiques médicamenteuses, nouvelles et variées, à toutes les étapes de l’axe hypophyso-surrénalien. Dirigées contre les récepteurs membranaires de l’adénome corticotrope, les voies de biosynthèse corticosurénaliennes, ou encore le récepteur des glucocorticoïdes…toutes ces approches affichent une certaine efficacité pour abaisser le cortisol circulant ou en atténuer les effets…et toutes ont de sérieuses limitations avec un taux de succès faible pour les premières, l’inévitable riposte hypophysaire pour les dernières. On en dressera ici la revue critique, et on justifiera comment l’adénome corticotrope hypophysaire doit rester l’obsession raisonnable du thérapeute.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Hominisation et transhumanisme. Théophile Godfraind, Académie royale de Belgique. Collection : l’Académie en poche. Bruxelles 2016

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Introduction de la séance dédiée aux ONG

    Lire la suite >
  • Conférence invitée

    L’Ordre souverain de Malte : 1 000 ans au service des plus démunis

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La transition humanitaire et le recours à l’éthique

    Humanitarian transition and ethical approach

    Dans un monde qui change très vite, l’action humanitaire est confrontée à de nombreuses évolutions qui font parler de « transition humanitaire ». Pour s’adapter et trouver les meilleures réponses aux situations nouvelles, le recours à l’éthique s’avère le plus approprié et le plus efficace.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 17-01. Avis de l’Académie nationale de médecine relatif à l’évaluation des risques sanitaires liés à la présence de baryum dans des argiles constitutives des boues thermales et à l’absence de contrôle sanitaire des boues thermales

    Opinion of the French National Academy of Medicine on the evaluation i) of the health risks related to the presence of barium in clays constituting the thermal muds and ii) the absence of sanitary control of the thermal mud.

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêt en rapport avec le contenu de ce texte.

    Environ 400 000 curistes bénéficient de traitements par boues soit 6 000 000 de traitements annuels. L’utilisation est principalement rhumatologique avec un bénéfice patent sur les douleurs. La mise en évidence de baryum (Ba) dans une argile utilisée pour confectionner des boues thermales, les observations de la Commission d’Évaluation et de Contrôle de l’Assemblée Nationale sur l’absence de contrôle sanitaire des boues ont amené la Direction générale de la Santé à saisir l’académie sur ces deux problèmes. Les éléments décrits dans ce travail sont le fruit de l’analyse de la littérature et des échanges avec des professionnels du thermalisme. Les traitements par boues thermo-minérales sont destinés à apporter de la chaleur et d’éventuels éléments présents dans les boues, notamment minéraux ; ils consistent essentiellement en illutations et applications de cataplasmes, multiples. Les boues sont préparées et délivrées aux patients selon des modalités qui reflètent, en bonne partie, les particularités des établissements thermaux. La durée des traitements excède le plus souvent la durée minimale règlementaire de 10 mn. La tolérance des traitements par les boues paraît bonne ; les rares événements indésirables identifiés (EI) sont essentiellement des phénomènes d’intolérance thermique. Mais il n’existe pas de vigilance normalisée, systématique, de la survenue d’EI. Les personnels des établissements thermaux peuvent aussi être concernés : les agents thermaux manipulent les boues lors de l’application au malade ; les agents techniques peuvent, dans certains cas, être exposés à des poussières d’argile. Le Ba, dès lors qu’on le recherche, est mis en évidence dans les boues thermales. Il provient essentiellement des substrats, principalement les argiles, et les eaux minérales naturelles (EMN). Une concentration de Ba mesuré ne peut toutefois s’interpréter qu’en connaissant la technique de dosage utilisée. La possibilité d’un passage transcutané d’une forme de Ba disponible (forme ionisée et sels hydro-solubles) ne peut être écartée mais son importance n’est pas appréciable sur la base des données d’observation actuellement disponibles. La toxicité potentielle du baryum, dès lors que sa présence dans les boues thermales est patente, justifie d’explorer cette éventualité par des expériences pertinentes destinées notamment à apprécier son passage dans l’économie et/ou son transfert vers le patient à partir de la boue. A la différence de l’EMN, il n’existe pas de réglementation sur le contrôle et la surveillance sanitaire des boues. La certification Aquacert inclut un contrôle et une surveillance sanitaires des boues. Ces évaluations sont basées sur la transposition aux boues thermales de normes établies pour d’autres produits (boues d’épandage pour les caractéristiques physico-chimiques ; produits cosmétiques pour les critères microbiologiques) qui doivent être vérifiées, complétées et mises à jour. L’analyse des données de la certification utilement favorisée par des incitations pertinentes, devrait permettre de déterminer si la contrôle et surveillance des boues relèvent de la réglementation ou de l’obligation de moyens des établissements thermaux. Ces conclusions ont conduit à l’élaboration de préconisations qui sont proposées par l’Académie Nationale de Médecine à la Direction Générale de la Santé.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cardiomyopathie Diabétique : une entité spécifique ?

    Is Diabetic Cardiomyopathy a specific entity?

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La cardiomyopathie diabétique (CMD) est la conséquence des altérations de structure et de fonction du myocarde survenant chez les diabétiques indépendamment des facteurs de risque. La CMD est d’origine multifactorielle et plusieurs facteurs cellulaires, moléculaires et métaboliques sont impliqués dans sa genèse. L’hyperglycémie et l’insulino-résistance jouent un rôle clé et déclenchent une cascade de processus adaptatifs nuisibles perturbant la voie glycolytique normale, entraînant l’oxydation d’acides gras libres, la surproduction d’ions superoxydes, altérant les mouvements calciques trans-membranaires et causant une stimulation neurohormonale délétère. Ces processus aboutissent à l’hypertrophie ventriculaire gauche, à des dépôts de collagène et à la fibrose, augmentant la rigidité myocardique, altérant la relaxation et réduisant le remplissage ventriculaire. L’atteinte de la fonction diastolique et plus tardivement de la fonction systolique est mise en évidence par les techniques actuelles d’imagerie myocardique, l’échocardiographie et le doppler tissulaire pulsé. Au début, les altérations fonctionnelles myocardiques sont réversibles avec un contrôle métabolique rigoureux mais elles deviennent rapidement irréversibles et aboutissent à l’insuffisance cardiaque en dehors de toute autre comorbidité. Les traitements classiques de l’insuffisance cardiaque sont bénéfiques dans la prise en charge de la CMD mais des stratégies spécifiques pour la prévention et le traitement de la CMD sont encore à l’étude. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Épidémiologie descriptive des appendicites en France : Faut-il revoir la physiopathologie des appendicites aiguës ?

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Évaluation de deux interactions médicamenteuses faisant intervenir une enzyme distincte et de leurs conséquences sur la morbi-mortalité

    Assessment of two drug interactions involving a distinct enzyme and their consequences on morbi-mortality

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Deux interactions pharmacocinétiques ayant pour mécanisme d’action l’inhibition de la formation d’un métabolite actif sont discutées. L’une concerne le clopidogrel, un antiagrégant plaquettaire, l’autre, le tamoxifène, un anti-estrogène. Le clopidogrel est utilisé pour réduire la morbi-mortalité cardiovasculaire chez les patients à risque d’infarctus coronaire ou d’AVC, le tamoxifène est utilisé en prévention des récidives du cancer du sein. L’efficacité repose sur le métabolite actif issu de la biotransformation du produit parent. Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) diminuent la formation du métabolite actif du clopidogrel en inhibant l’enzyme CYP2C19 nécessaire à sa formation, ce qui pourrait exposer le patient à une réduction de l’effet cardioprotecteur. La fluoxétine et la paroxétine diminuent la formation du métabolite actif du tamoxifène en inhibant l’enzyme CYP2D6 nécessaire à sa formation, ce qui pourrait exposer à une majoration du taux de récidives. Comme pour l’efficacité, l’évaluation de ce type d’interaction fait appel à des critères intermédiaires ainsi qu’à des études de morbi-mortalité, mais s’appuie aussi sur la pharmaco-épidémiologie. L’interaction entre le clopidogrel et les IPP, initialement retenue puis finalement non validée, a confronté la communauté scientifique à des résultats nombreux, contradictoires, utilisant des approches variées, de méthodologie peu adaptée au contexte clinique, et qui ont été à l’origine de l’ampleur et de la durée du débat. À l’inverse, l’interaction entre le tamoxifène et la paroxétine ou la fluoxétine a été rapidement validée, car les premières études, utilisant un critère intermédiaire et des plans expérimentaux appropriés, ont montré des résultats convergents qui ont été confirmés par la suite dans des études rétrospectives de plus large effectif. Les principales étapes sont relatées de façon chronologique et font l’objet d’une analyse critique. Les résultats, notamment contradictoires, sont discutés à la lumière des spécificités métaboliques des substrats et des inhibiteurs, des critères intermédiaires retenus et des études cliniques dédiées ou non à la question posée, afin d’expliquer en quoi ces deux interactions, en dépit d’un mécanisme d’action similaire, sont alors apparues d’inégale pertinence. Une étude rétrospective récemment publiée remet en question la réalité de l’interaction entre le tamoxifène et les inhibiteurs du CYP2D6 qui faisait consensus depuis près de sept ans. Cette interaction pourrait avoir une traduction clinique dans la sous-population de patientes non ménopausées répondeuse au tamoxifène. Une augmentation des doses de tamoxifène, pour compenser la réduction d’endoxifène, est proposée à titre conservatoire dans deux situations précises, l’une étant directement liée à l’ordre d’introduction des traitements. Ces deux exemples d’interaction dont l’enjeu est la survie se rejoignent sur la nécessité d’études contrôlées. Ils illustrent deux cas de figure: la mise en garde vis-à-vis d’une interaction considérée cliniquement pertinente d’après les données disponibles, avec un recours possible à des alternatives thérapeutiques aussi efficaces; et une interaction retenue sur des critères disparates, peu prédictifs et contradictoires, à l’origine d’une perte de chance en l’absence d’alternatives d’efficacité comparable. À partir des difficultés rencontrées, des propositions sont faites afin d’éviter des extrapolations à l’origine de mises en garde non justifiées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Prise en charge des gliomes diffus de bas grade cérébraux de découverte fortuite : vers une politique de dépistage dans la population générale ?

    Preventive management of diffuse low-grade gliomas incidentally discovered: towards a policy of screening in the general population?

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les gliomes diffus de bas grade (GDBG) sont des tumeurs cérébrales initialement lentement évolutives, qui vont inéluctablement évoluer vers une transformation maligne, mettant alors en jeu les pronostics fonctionnel puis vital. Ces tumeurs sont le plus souvent diagnostiquées chez des patients jeunes, qui mènent une vie active, lors d’une IRM effectuée en raison d’une crise d’épilepsie inaugurale. L’exérèse chirurgicale précoce augmente significativement la survie et préserve désormais la qualité de vie dans la vaste majorité des cas, grâce à la réalisation d’une cartographie individuelle chez les patients opérés éveillés, permettant d’utiliser le potentiel de neuroplasticité en épargnant le connectome cérébral. De fait, la chirurgie sous anesthésie locale a récemment été proposée dans le cadre de GDBG de découverte fortuite, sur une IRM réalisée pour une autre cause. Les résultats ont montré qu’en effectuant l’intervention plus tôt, à savoir sur des tumeurs plus petites et des patients sans symptômes apparents, l’étendue des résections était optimisée, le risque de transformation maligne était minimisée, chez des patients continuant à profiter d’une vie familiale, sociale et professionnelle normale, notamment sans épilepsie. Ainsi, nous proposons une politique de dépistage dans la population de 20 à 40 ans, via une IRM cérébrale systématique, afin d’évoluer vers une prise en charge thérapeutique originale ouvrant la porte d’une neuro-oncologie fonctionnelle préventive. Les aspects médico-chirurgicaux, pratiques et éthiques sont abordés.

    Lire la suite >
  • Éloge

    Éloge du Professeur Cyr VOISIN

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Résultats du traitement de la leucémie myéloïde chronique par inhibiteurs de tyrosine kinase seuls ou associés à l’interféron

    Results of the treatment of chronic myeloid leukemia by tyrosine kinase inhibitors alone or in combination with interferon

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La leucémie myéloïde chronique (LMC) est une pathologie de la cellule souche hématopoïétique caractérisée par une prolifération importante de la lignée myéloïde. Une thérapeutique ciblée contre l’activité tyrosine kinase de la protéine chimérique BCR-ABL, l’imatinib, est rapidement devenu la thérapeutique standard en modifiant remarquablement son pronostic. Mais du fait de la persistance de cellules souches leucémiques, le Groupe Français de la LMC a lancé un essai thérapeutique de phase III pour tester l’intérêt de fortes doses d’imatinib ou d’une association imatinib et d’interféron. Les résultats ont montrés des taux de réponses moléculaires significativement augmentés avec l’association imatinib et forme pégylée d’interféron et indiqués qu’une faible dose de 45µg était faisable et efficace. De manière intéressante le profil génomique des patients corrèle avec la réponse moléculaire. La recherche actuelle porte sur l’évaluation d’inhibiteur de deuxième génération. Un arrêt du traitement a été aussi proposé avec succès chez des patients en réponse moléculaire profonde et prolongée

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Éradication ou érosion des cellules souches leucémiques : greffes hématopoïétiques et nouvelles molécules

    Can we annihilate or erode the Chronic Myelogenous Leukemia stem cells: allogenic bone marrow transplantation and new agents ?

    M. Philippe Rousselot déclare avoir reçu un financement de recherche de la part de la Fondation ARC et de l’association Laurette Fugain en 2008 et 2009 et une subvention de recherche de la part du programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) en 2013. L’auteur déclare n’avoir aucun autre lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.
    M Stéphane Prost déclare n’avoir aucun autre lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La leucémie Myéloïde Chronique (LMC) est une maladie clonale de la cellule souche hématopoïétique dont le pronostic a été transformé par l’utilisation des inhibiteurs de tyrosine kinase (ITKs) qui ciblent la kinase oncogénique Bcr-Abl1. Malgré l’obtention d’une espérance de vie comparable à une population non malade, seulement 10 à 40% des patients atteints de LMC atteignent la réponse moléculaire profonde et sont candidats à des essais d’arrêt de traitement. L’incidence cumulée des rechutes moléculaires après arrêt des ITKs est de l’ordre de 40 à 60%. Même après allogreffe de moelle osseuse, procédure considérée comme le seul traitement potentiellement curateur de la LMC, les rechutes moléculaires ne sont pas exceptionnelles. Ces observations plaident en faveur de la persistance de cellules souches leucémiques (CSLs) de la LMC qui ne sont pas sensibles à l’inhibition de Bcr-Abl1 par les ITKs ou à l’effet des effecteurs allogéniques. Le ciblage des CSLs de la LMC représente une nouvelle voie thérapeutique, en agissant sur des voies de signalisation propres aux CSLs ou par modulation du système immunitaire. Les études pré-cliniques ont identifié des cibles potentielles pour lesquelles des molécules inhibitrices sont disponibles dans la pharmacopée. A titre d’exemple, nous avons pu démontrer que la modulation de STAT5 par la pioglitazone, un agoniste de PPARg induit l’érosion du pool des CSLs de la LMC. Ces avancées permettent maintenant d’évaluer cliniquement des stratégies de traitements combinés ou séquentiels entre ces molécules et les ITKs dans l’objectif d’obtenir la guérison de la maladie. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Instabilité génétique au cours de la leucémie myéloïde chronique et son implication dans la résistance aux inhibiteurs de tyrosine kinase

    Genetic instability in chronic myeloid leukemia and its implication the development of resistances to tyrosine kinase inhibitors.

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’utilisation des inhibiteurs tyrosine kinase (ITK) a modifié l’histoire naturelle de la leucémie myéloïde chronique (LMC) et a prolongé de manière spectaculaire la survie des patients. Cependant les résistances surviennent chez les patients non-répondeurs, notamment après plusieurs lignes de thérapies. L’instabilité génétique est une des caractéristiques majeures de la LMC, contribuant à la survenue de résistance aux ITK. Les mécanismes par lequel BCR-ABL, l’oncogène responsable de l’initiation de l’amplification clonale des cellules souches leucémiques, déclenche ce phénomène, ont été progressivement élucidés ces dernières années. Il a été montré que BCR-ABL entrainait de manière directe un stress oxydatif dans les cellules leucémiques et en parallèle, agissait sur les voies de réparation d’ADN en modifiant l’expression de DNA-PKcs et de BRCA1, contribuant ainsi à un phénotype mutateur. Les mutations génomiques peu ou mal réparées sélectionnés par les ITK, conduisent aux clones résistant aux ITK. Des approches de ciblages thérapeutiques par de thérapies adjuvantes associées aux ITK sont en cours de dé développement, en utilisant de nouvelles voies de signalisations au niveau des cellules souches leucémiques pour l’éradication complète des cellules souches, seule permettant la guérison définitive.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Conclusion de la séance dédiée : « La leucémie myéloïde chronique »

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Sarcoptes scabiei : quel est ce parasite ? Comment se transmet-il et quelle pourrait être son origine ?

    Sarcoptes scabiei: what kind of parasite is it? How is it transmitted and what could be its origin?

    L’auteur déclare les liens d’intérêt 2014-2016 suivants : honoraires d’orateur de la part de MSD Santé animale, Merial, Ceva, Bayer Santé animale et Zoétis.

    Sarcoptes scabiei est un acarien ectoparasite obligatoire. Sa présence dans la couche cornée de l’épiderme est à l’origine de la gale dite sarcoptique. Cette ectoparasitose, très contagieuse, a été décrite chez de nombreuses espèces de mammifères dont l’homme et la plupart des animaux domestiques. Sarcoptes scabiei est un acarien microscopique de contour ovalaire et pourvu de pattes très courtes. L’ensemble du cycle évolutif se déroule à la surface de la peau ou dans des galeries creusées dans la couche cornée de l’épiderme. La durée du cycle (environ deux semaines) et la grande prolificité des sarcoptes femelles permettent parfois la prolifération des parasites et facilitent grandement leur dissémination. La transmission se fait par contact direct ou par l’intermédiaire de l’environnement dans lequel l’acarien est capable de survivre pendant une courte période. La diversité génétique de S. scabiei n’est pas clairement définie et l’unicité de l’espèce a longtemps fait l’objet de controverses. On distingue classiquement des variétés adaptées à une espèce animale ou un groupe zoologique. Ces variétés semblent le plus souvent inter-transmissibles mais leur développement est abortif chez les hôtes anormaux. La diversité des sarcoptes doit être appréciée à l’échelle des populations.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La gale sarcoptique chez l’Homme : pourquoi est-ce un enjeu de santé publique ?

    Human Scabies : why is it a public-health issue ?

    L’auteur déclare les liens d’intérêt 2014-2016 suivants :
    MSD France : don de médicaments pour la recherche.
    CODEXIAL : honoraires d’orateur, don de médicaments pour la recherche
    ZAMBON : honoraires d’orateur

    La gale est un enjeu de santé publique en raison de son incidence/prévalence élevée, de l’atteinte de populations fragiles, ie, patients sans domicile fixe, enfants, sujets vivants dans des institutions de santé soumises à des épidémies. Dans les pays à faible niveau de ressource, la gale est fréquente et souvent compliquée d’impetigo, lui meme responsible de glomérulonéphrite et de rhumatisme articulaire aigu. Le traitement est basé sur l’ivermectine oral ou les topiques scabicides comme la perméthrine à 5 % ou le benzoate de benzyle à 10-25 %. Le traitement n’est pas toujours optimal et le risque de résistance possible.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les modèles animaux de la gale : quels sont-ils ? Permettront-t-ils de découvrir de nouvelles stratégies thérapeutiques ?

    Animal models in scabies: which are they? are they useful to optimize the therapeutic management of scabies?

    Les auteurs déclarent les liens d’intérêt 2014-2016 suivants :
    Mme Charlotte Bernigaud déclare avoir reçu une subvention de recherche du laboratoire MSD France en 2014.
    M. Olivier Chosidow déclare avoir reçu un don de médicaments pour la recherche de la part de MSD France ; des honoraires d’orateur et un don de médicaments pour la recherche de la part de Codexial ; des honoraires d’orateur de la part de Zambon.
    M. Jacques Guillot déclare avoir reçu des honoraires d’orateur de la part de MSD Santé animale, Merial, Ceva, Bayer Santé animale et Zoétis.

    La gale humaine est une parasitose cutanée due à l’acarien microscopique Sarcoptes scabiei var. hominis. Cette parasitose est toujours un problème important de santé publique, principalement dans les pays tropicaux ou sub-tropicaux. Cependant l’arsenal thérapeutique demeure limité et comporte surtout des molécules à usage topique. L’ivermectine, molécule de la famille des lactones macrocycliques est la seule molécule orale disponible. Elle a une efficacité reconnue mais certains échecs ont été rapportés. La plupart des molécules ne sont pas ovicides et leur demi-vie, plus courte que le cycle du parasite, implique de proposer plusieurs doses. Des alternatives thérapeutiques sont donc nécessaires à courte échéance, notamment en pédiatrie et dans les pays à forte endémie. Des molécules à usage vétérinaire comme celles appartenant à la famille des lactones macrocycliques ou des isoxazolines, peuvent présenter un intérêt pour le traitement de la gale humaine. La mise en place de modèles expérimentaux animaux a permis le développement préclinique de nouvelles molécules acaricides. Notre équipe dispose actuellement d’un modèle porcin.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Avantages et risques du développement de la santé connectée et des universités numériques en santé

    Benefits and risks of the development of connected health and of digital universities for health sciences

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La révolution du numérique en santé survient au sein d’une métamorphose numérique globale de la société, très rapidement évolutive et incontournable. Elle impacte profondément la gestion de la santé de tous, toutes les pratiques de la médecine et tous les systèmes d’information et de formation des professionnels de la santé. La maitrise de la connaissance des usages de la « santé connectée » devient une nécessité. Elle concerne les patients, le grand public, les professionnels de la santé, les systèmes de gestion de la santé publique et ceux des formations en santé, au niveau local, national et international. Mise au service de tous, la plateforme nationale et francophone des formations numériques pour les sciences de la santé l’université numérique francophone des sciences de la santé et du sport, l’UNF3S (www.unf3s.org) est dédiée à ces objectifs. Elle mutualise les productions numériques de toutes les universités publiques du secteur sanitaire et elle les partage librement et gratuitement avec tous les usagers. Elle vise les avantages de la pédagogie numérique associée à une pédagogie socratique, reposant sur le lien humain entre les apprenants et les enseignants. La prise de conscience institutionnelle de la puissance du tsunami numérique en santé doit être mise à profit. Elle se concrétise au niveau de la mesure 10 de la feuille de route de la « Grande Conférence de santé », à Paris en février 2016, qui prescrit la généralisation les outils numériques dans les formations en santé et le recours aux moyens de l’UNF3S. Cette évolution est analysée avec recul et sagesse en mesurant les risques éthiques de la santé connectée et ceux d’une forme « d’ubérisation » des universités médicales.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les patients et les médecins dans l’écosystème numérique.

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Concertation citoyenne sur la vaccination : remarques de l’Académie nationale de médecine sur ses nouvelles propositions concernant l’obligation vaccinale.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Introduction de la séance thématique : « Les glomérulopathies « primitives » auto-immunes : nouveaux mécanismes, nouveaux antigènes »

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    La hyalinose segmentaire et focale (HSF)

    La hyalinose segmentaire et focale (HSF) est une maladie rénale sévère dont la physiopathologie est complexe. La récidive de la maladie après transplantation rénale et l’obtention de sa rémission après un traitement par immunoadsorption (IA) illustre l’implication d’un facteur circulant, qui reste à caractériser, dans sa physiopathologie, capable de se fixer à la protéine A. À partir de l’éluat de colonnes de protéine A de malades ayant une récidive de HSF, nous avons identifié par spectrométrie de masse une forme sérique de CASK (calcium calmoduline sérine thréonine kinase). In vitro, CASK induit des anomalies structurales du cytosquelette via son interaction avec son récepteur CD98 et in vivo induit une protéinurie chez la souris associée à un effacement des pédicelles. Chez les malades, CASK est exprimée de manière ectopique par les monocytes.

    En conclusion, dans les formes idiopathique des Hyalinoses Segmentaires et focales, l’identification d’un facteur soluble de perméabilité synthétisé par les cellules du système immunitaire ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension physiopathologique et thérapeutique. 

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Progrès récents dans la maladie de Berger (néphropathie à dépôts d’IgA)

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La néphropathie à immunoglobulines A (IgA) est la plus fréquente des glomérulonéphrites primitives et une des premières causes d’insuffisance rénale terminale. Elle se caractérise par des dépôts mésangiaux d’IgA1. Alors que l’épidémiologie et l’évolution clinique sont bien établies, les causes et mécanismes de cette affection restent mal connus. Les études chez les patients ont montré une augmentation des taux sériques d’IgA1 polymériques et anormalement glycosylées. Ces modifications quantitatives et structurales des IgA1 jouent un rôle dans la genèse de la maladie en induisant des anomalies fonctionnelles des différents récepteurs des IgA: le RFca (CD89) exprimé par les cellules sanguines circulantes et le récepteur de la transferrine (TfR1) présent sur les cellules mésangiales. Les IgA anormales induisent la libération de CD89 soluble qui participe à la formation des complexes circulants contenant des IgA1. Ces complexes se déposent alors dans le mésangium en se fixant au TfR1 surexprimé par les cellules mésangiales des patients, induisant l’expression de la transglutaminase 2. Cette enzyme stabilise les dépôts d’IgA1 à la surface des cellules mésangiales. Ces cellules alors activées produisent des cytokines pro-inflammatoires et prolifèrent, conduisant à une perte de la fonction rénale. Récemment, des anomalies au niveau de l’intestin et du microbiote semblent jouer un rôle important dans le développement de la maladie ouvrant ainsi des nouvelles voies de recherche thérapeutiques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les nouveaux épitopes antigéniques dans la glomérulonéphrite extramembraneuse

    New antigenic epitopes in membranous nephropathy

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article

    Au cours de ces dernières années, l’identification des antigènes impliqués dans la plupart des formes de glomérulopathie extramembraneuse du nourrisson (endopeptidase neutre) à l’adulte (récepteur de type M de la phospholipase A2 [PLA2R1] et thrombospondine de type 1, domaine 7A [THSD7A]) a transformé la prise en charge des patients tant sur le plan diagnostique que sur celui de la surveillance de l’efficacité des traitements. En effet, les anticorps correspondants sont spécifiques et corrélés à l’activité de la maladie. Plus récemment, l’identification des épitopes de PLA2R1 et d’une propagation de la réponse immune (« epitope spreading ») anti-PLA2R1 corrélée à l’évolution clinique, a ouvert la porte à une médecine personnalisée définie sur des bases moléculaires.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouveaux aspects thérapeutiques des glomérulopathies primitives

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les Glomérulopathies primitives ont, pour l’instant, peu bénéficié de l’émergence des nouveaux biomédicaments. La reconnaissance d’une entité « Glomérulopathies auto-immunes primitives » pourrait regrouper des maladies ayant des lésions histopathologiques différentes mais un mécanisme pathogénique et des stratégies thérapeutiques communs. Cinq stratégies thérapeutiques non exclusives apparaissent envisageables :1/ Eliminer les auto-antigènes, actuellement mieux définis et dont les épitopes sont en voie de caractérisation 2/ Bloquer la production d’auto-anticorps par les plasmocytes à vie longue médullaires, idéalement en détruisant les seuls plasmocytes pathogènes.3/ Bloquer la fixation des immuns complexes ou des auto-anticorps au niveau des glomérules par des antagonistes des récepteurs ou des auto-antigènes.4/ Inhiber la réaction inflammatoire, en particulier la cascade du Complément, soit en bloquant la voie finale d’activation (anti C5), soit en bloquant la voie des lectines (anti MASP2).5/ Induire une tolérance de l’auto-antigène, ce qui représente bien entendu la situation idéale pour laquelle des stratégies prometteuses sont en cours de développement. Au Total la reconnaissance de l’entité Glomérulopathies Primitives Auto-immunes devrait permettre aux patients de bénéficier dans un proche avenir de traitements visant à bloquer soit les effecteurs auto-immuns, soit les conséquences de la fixation de ceux-ci au niveau des glomérules.

    Lire la suite >
  • Discours

    Bilan de l’activité académique 2016

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Trente années d’évolution dans la prise en charge des personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine désirant devenir parents : un changement de paradigme

    Thirty years of evolution in the care of people living with the human immunodeficiency virus wishing to have child: a paradigm shift

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Dans les premières années de l’apparition de l’épidémie de SIDA, le risque de transmission sexuelle et de transmission verticale de la mère à l’enfant a été un frein pour la procréation chez les personnes vivant avec le VIH. A partir des années 90, les traitements antrétroviraux ont permis de réduire le risque de transmission verticale de la mère à l’enfant. L’assistance médicale à la procréation (AMP) s’est développée pour permettre aux couples sérodifférents de procréer tout en minimisant le risque de contamination de la partenaire. Par la suite une meilleure connaissance de l’excrétion virale, l’apparition des traitements hautement actifs, les résultats des études épidémiologiques ont permis d’envisager une procréation naturelle chez les couples sérodifférents. De nos jours, les couples sérodifférents, dont la personne vivant avec le VIH est sous traitement efficace, peuvent envisager de procréer naturellement. Dans ce cas ils n’auront recours à l’AMP que s’ils présentent une infertilité. Ainsi, d’interdite puis d’assistée la procréation est revenue dans le champ de l’intime et le couple sera libre de choisir en pleine autonomie son mode de procréation. Cependant, si cette situation est réelle pour les pays développés, il existe de par le monde une iniquité d’accès au dépistage et aux traitements qui freine grandement cette évolution et pose des problèmes de santé publique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le diabète de type 1. Des biomarqueurs à une prévention

    Type 1 diabetes. From biomarkers to its prevention

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui conduit à la destruction des cellules insulinosécrétrices par le système immunitaire. Les étapes successives de la réponse auto-immune, de l’expansion initiale des lymphocytes autoréactifs à l’activation des effecteurs responsables de la destruction des cellules insulinosécrétrices, sont aujourd’hui définies dans des modèles expérimentaux. Les mécanismes initiant l’activation des lymphocytes T autoréactifs demeurent en revanche largement méconnus. L’enjeu clinique de l’immunologie du diabète est diagnostique et thérapeutique. C’est d’une meilleure compréhension des mécanismes immunitaires impliqués qu’il faut attendre de nouvelles stratégies thérapeutiques qui permettront une prévention du diabète de type 1. L’identification de nouveaux marqueurs biologiques est un des prérequis pour avancer vers de stratégies de prévention d’une maladie.

    Lire la suite >
  • Discours

    Discours d’intronisation aux fonctions de président de l’Académie nationale de médecine

    Lire la suite >
  • Discours

    Attribution de la grande médaille au Pr. Jacques Poirier

    Lire la suite >
  • Discours

    Regards sur le passé et l’avenir de la pédiatrie, sa place à l’Académie de médecine

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Nouveautés nosologiques, génétique et épilepsie

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les épilepsies, pathologie neurologique d’une prévalence estimée de 4 à 8/1000 tout âge confondu, sont un groupe hétérogène constitué de syndromes de pronostics et de traitements différents répertoriés selon plusieurs critères, notamment le type de crise, les anomalies EEG, l’étiologie et les signes neurologiques et développementaux associés. Les étiologies à
    l’origine de la survenue d’un syndrome épileptique sont variées et ce diagnostic étiologique est parfois rendu difficile compte tenu de la diversité des mécanismes sous-jacents possibles et des limites diagnostiques actuelles qui, cependant, ne cessent d’évoluer. Les étiologies génétiques jouent un rôle étiologique clé dans l’émergence des épilepsies, en particulier dans les encéphalopathies épileptiques, épilepsies débutant dans l’enfance avec des crises pharmacorésistantes et une stagnation voire une régression cognitive. Cette communication exposera les progrès récents apportés par les découvertes génétiques dans les encéphalopathies épileptiques et leur impact majeur sur le diagnostic et la prise en charge mais surtout sur la compréhension des mécanismes physiopathologiques de ces pathologies rares à travers les modèles cellulaires et animaux menant à de nouveaux développements de thérapies ciblées et personnalisées.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Imagerie de l’épilepsie : nouveautés

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet
    article.

    Le développement de l’IRM et surtout des techniques d’IRM fonctionnelle, mesure de perfusion cérébrale, a transformé la nosologie de l’épilepsie de l’enfant. En cas d’épilepsie lésionnelle, l’IRM permet de localiser la lésion, d’en affirmer la responsabilité si en accord avec l’EEG et la clinique, d’en préciser l’extension et ainsi de guider un geste d’exérèse chirurgicale si elle est nécessaire.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traiter le signal EEG pour soigner l’épilepsie

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’épilepsie est une maladie grave qui, lorsque les crises résistent aux médicaments, peut justifier d’une résection chirurgicale. Un préalable indispensable consiste en l’identification des régions corticales à l’origine des crises, et en la délimitation des régions fonctionnelles qui devront être épargnées par la chirurgie. Pour ce faire, des électrodes peuvent être introduites à l’intérieur même du cerveau selon la méthode dite stéréo-électroencéphalographique, méthode qui permet à la fois l’enregistrement et la stimulation directe du cortex cérébral. Dans ce cadre, de nouvelles approches électrophysiologiques faisant appel à des outils mathématiques de traitement du signal EEG intracrânien se sont développées ces dernières années. Ces approches permettent maintenant d’imager, dans le
    référentiel anatomique du patient, non seulement les régions corticales qui génèrent les crises, mais aussi celles qui sous-tendent de nombreux processus cognitifs, ainsi que la connectivité fonctionnelle corticale. Ce sont ces avancées qui sont brièvement évoquées ici.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Chirurgie de l’épilepsie

    En cas d’échec du traitement médical, la chirurgie est une thérapeutique sûre et efficace pour les enfants épileptiques. Un bilan préopératoire exhaustif permet de proposer différentes approches, depuis la résection d’une lésion épileptogène, jusqu’aux résections lobaires et aux déconnections  hémisphériques. La neuromodulation est une alternative en cas d’échec ou de
    contre-indication chirurgicale. Les résultats post opératoires sont excellents, pour le contrôle des crises d’épilepsie (>70 % patients libres de crises), et sur le plan cognitif. Le délai entre le début de la maladie et la prise en charge chirurgical doit être minimal pour éviter les conséquences sociales de l’épilepsie. Enfin, la chirurgie de l’épilepsie et les neurosciences fondamentales entretiennent des liens forts car la chirurgie ouvre une fenêtre
    sur le fonctionnement cérébral normal et pathologique.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Les émergences d’arboviroses : Chikungunya et zika

    The emergences of arboviruses: Chikungunya and zika

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Nombre des maladies transmissibles à l’origine d’un quart des décès dans le monde sont des maladies à transmission vectorielle. Le virus Chikungunya (CHIKV) et le virus Zika (ZIKV) sont les arbovirus qui ont été les plus étudiés durant cette dernière décennie. D’origine africaine, tous deux se sont propagés au-delà de leur aire de distribution naturelle provoquant plusieurs millions de cas d’infections chez l’Homme. Depuis son émergence en 2005 dans l’Océan Indien, le CHIKV a conquis de nouvelles régions suite à l’expansion mondiale du « moustique tigre » Aedes albopictus. Cette espèce a contribué à la sélection d’une mutation dans le génome viral favorisant la transmission du CHIKV par ce vecteur. De façon intéressante, le CHIKV a atteint les régions tempérées comme l’Europe : une transmission locale du CHIKV a été signalée en Italie en 2007 et en France en 2010 et 2014. Plus récemment, à partir de 2007, le ZIKV a commencé une expansion mondiale, dans la région du Pacifique puis dans les Amériques causant des symptômes graves rarement observés tels que le syndrome de Guillain-Barré et des microcéphalies chez les nouveau-nés. En utilisant des infections expérimentales de moustiques, nous avons démontré que les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus étaient des vecteurs plus compétents pour CHIKV que pour ZIKV, mettant aussi en évidence la complexité des facteurs impliqués dans la transmission vectorielle.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Diagnostic et traitement des viroses émergentes : comment aller de l’avant ?

    Diagnosis and treatment of emerging viral diseases : how can we do better ?

    Les épisodes d’émergence virale se succèdent à un rythme rapide. La communauté scientifique et médicale répond au coup par coup à ces urgences sanitaires mais peine à offrir une réponse stratégique globale à moyen et long terme. En matière de diagnostic, la priorité devrait aller à l’anticipation de la prise en charge des pathologies ré-émergentes, au développement des capacités de diagnostic par les techniques moléculaires en temps réel, et à la préservation des expertises et des ressources biologiques de référence. Cet effort devrait également englober des études séro-épidémiologiques donnant accès à une meilleure cartographie de la circulation des pathogènes potentiellement ré-émergents. En matière de traitement (à l’exception des vaccins qui sont abordés dans une autre présentation), les avancées attendues sont la mise en place par anticipation de trames de protocoles thérapeutiques utilisables au cours des épisodes d’émergence et celle d’une stratégie ambitieuse et volontariste de développement de molécules antivirales couvrant progressivement le spectre taxinomique des groupes évolutifs viraux infectant les vertébrés.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Arboviroses et fièvres hémorragiques : actualités épidémiologique et vaccinale

    Arboviruses and Viral Hemorragic Fevers ; Recent Epidemiological Data and New Vaccines

    L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de cet article

    Plusieurs des maladies virales transmises par les moustiques du genre Aedes, notamment la Fièvre jaune, la Dengue, et les fièvres à virus Zika ou Chikungunya, ont connu une recrudescence inattendue ces dernières années. On a pu, grâce au vaccin vivant constitué de la souche de virus atténuée 17D, lutter efficacement contre l’épidémie de fièvre jaune de 2015 en Angola et en République Démocratique du Congo. On espère que le vaccin chimère tétravalent Fièvre jaune-Dengue récemment développé sera aussi efficace et permettra de protéger les populations à risque dans le monde, notamment au Brésil, au Mexique et aux Philippines, où le vaccin vient d’être licencié. On reste par contre démunis devant l’épidémie d’impact mondial de la fièvre à virus Zika qui frappe l’Amérique latine et les Antilles, où les cas de microcéphalie congénitale se multiplient. Il paraît capital de développer rapidement un vaccin contre ce virus, pour protéger les populations à risque et les voyageurs dans cette région du monde. Il en va de même des épidémies à virus Ebola. Un vaccin chimère VSV-Ebola, rVSV-ZEBOV, a fait preuve d’une remarquable efficacité dans les essais de vaccination en anneaux réalisé en Guinée sous l’égide de l’OMS lors de l’épidémie de fièvre Ebola de 2014-2016 en Afrique de l’Ouest. Son étude de Phase III demeure hélas inachevée. Il faut souhaiter que la démonstration de son efficacité contre des épreuves virulentes dans des modèles animaux permette de le faire officiellement accréditer afin de pouvoir l’utiliser dans le futur pour maitriser rapidement toute nouvelle réémergence du virus, notamment en ayant recours à la stratégie de la vaccination en anneaux.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    Cahen C, Van Wijland J. Inventer le don de sperme. Entretiens avec Georges David, fondateur des CECOS. Éditions Matériologiques, 2016

    Lire la suite >