Articles du bulletin

A partir de 2019 les articles du Bulletin de l'Académie sont édités par Elsevier-Masson. Les prises de position de l'Académie sont disponibles intégralement sur le site internet de l'Académie. Les autres textes de la revue peuvent être obtenus en texte intégral sur le site ScienceDirect ou Em-Consulte.

Numéros complets archivés en accès libre (jusqu'en 2018) :

Avant 2001 (Gallica) | 2001 à 2018



2757 résultats

  • Autre

    Quelques rappels sur les migrations de populations

    Lire la suite >
  • Discours

    Bilan de l’activité académique 2018

    Lire la suite >
  • Autre

    Éditorial du Rédacteur en chef

    Lire la suite >
  • Discours

    Quelques réflexions sur le parcours de l’Homme. De l’ignorance à l’ennui ?

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 18-13. Conséquences de la pratique sportive de haut niveau chez les adolescentes : l’exemple des sports d’apparence

    Consequences of high level sport practice in female adolescents: the example of appearance sport

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec le sujet abordé.

    Si la pratique du sport chez l’enfant ou l’adolescent est conseillée pour leur épanouissement physique et psychologique, une activité sportive trop intensive dans ces périodes de la vie chez des sportives de haut niveau, peut engendrer des effets délétères sur la croissance, le développement osseux, le métabolisme et le développement pubertaire. Les causes de ces effets néfastes sont multiples : entraînements très intensifs, contrôle excessif de la silhouette et donc des apports nutritionnels, troubles endocriniens et métaboliques, blessures musculo-tendineuses osseuses et articulaires. Une prise de conscience de ces conséquences devrait avoir lieu et devrait entrainer des informations précises aux sportives sur les risques et une formation des encadrants. Les fédérations sportives les plus concernées devraient proposer une surveillance médicale adaptée et des recommandations spécifiques pour les sports  de silhouette ou sports d’apparence.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Histoire et Préhistoire de la coopération hospitalière et des groupements hospitaliers de territoire (GHT)

    History and Prehistory of Hospital Cooperation and Territorial Hospitals Group (GHT)

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt privé en relation avec le contenu de cet article.

    Les groupements hospitaliers de territoire (GHT) constituent l’une des dispositions les plus importantes de la loi du 21 janvier 2016 qui vise notamment à réformer l’organisation territoriale de l’offre de santé.
    Au nombre de 135, ils s’enracinent dans la longue marche de la prise de contrôle de l’organisation hospitalière par l’État. Celle-ci date en réalité des débuts même de l’État, avec Charlemagne, se renforce à la Renaissance sous l’influence des idées Réformées, s’affirme avec les Lumières et la Révolution de 1789 dont elle est à la fois un fleuron et un échec et s’impose vraiment à partir de la IIIe République. Le but commun est d’abord celui du nécessaire contrôle par une autorité supérieure du bon usage de la dépense. Avec la médecine moderne, il devient celui d’instituer un réseau de soins gradué,  coordonné, offrant davantage de qualité et de sécurité.

    Lire la suite >
  • Autre

    La construction juridique des Groupements hospitaliers de territoire (GHT)

    Legal construction of Territorial Hospitals Groups (THG)

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec quiconque ou quelconque organisme liés à cette étude.

    La loi no 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé a créé les Groupements hospitaliers de territoire (GHT). Ce sont des regroupements d’hôpitaux publics voulus par la puissance publique, sur la base d’un volontariat et sur un territoire commun. Ils se réunissent autour d’un projet médical partagé défini ensemble. C’est l’aboutissement d’une planification des moyens, lits et équipements lourds se transformant en une organisation graduée des soins au service du patient. Une mutualisation des moyens et des équipes en est la conséquence et l’objectif. L’hétérogénéité des GHT résulte de la rapidité de leur mise en place, en moins de quatre mois, et l’absence d’une contrainte de l’Etat. Les hôpitaux resteront indépendants mais 135GHTont été créés pour des territoires de 100 000 à 2,5 millions d’habitants.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    L’exercice médical dans le projet médical et soignant partagé

    Medical practice in shared medical and shared-care projects

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec quiconque ou quelconque organisme liés à cette étude.

    Les Groupements hospitaliers de territoire (GHT), créés par la loi en 2016 ont été rapidement mis en place, sur la base d’un volontariat par plusieurs établissements publics. Le territoire de santé est l’échelon de base pour l’organisation des soins et la prise en charge du patient. Les hôpitaux faisant partie duGHTrestent indépendants, mais un établissement support assure une responsabilité sur les achats, le système d’information hospitalier (SIH) et de fait sur le projet médical dans le GHT. Les instances du GHT sont semblables aux hôpitaux, mais lui sont propres. Le projet médical partagé est accompagné du projet de soins partagé, les deux étant liés. Il est l’élément clé de la coopération des établissements dans le GHT. Il s’appuie sur des filières de soins allant des consultations générales ou spécialisées aux soins les plus aigus et les plus complexes. Il est établi par les équipes médicales et soignantes, sous la forme de filières de soins par pathologie, par type de soins ou par population.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Soins de suite et de réadaptation

    Post-acute care facilities with a rehabilitation purpose

    Les soins de suite et de réadaptation (SSR) assurent la prise en charge de patients après le court séjour dans le triple objectif de rééducation, réadaptation et réinsertion. Un million de personnes sont concernées tous les ans pour des affections orthopédiques (401 000), neurologiques (195 000), viscérales (467 000). Ils sont pris en charge par 1843 établissements de santé publics ou privés organisés en unités indifférenciées ou bien spécialisées (orthopédie, neurologie, pathologie cardiaque, affections respiratoires, troubles digestifs et métaboliques, onco-hématologie, addictologie, brûlures, personnes âgées) regroupant au total 105 532 lits et 12520 places.

    Les patients sont orientés sur les SSR en fonction de leurs besoins médicaux, rééducatifs, liés à la dépendance. Un programme de médicalisation des systèmes informatiques (PMSI) spécifique, recueille de manière hebdomadaire des informations concernant l’état morbide des patients et leur niveau de dépendance.

    Le coût global des SSR est de 8,5 milliards d’euros pour 1 448 000 séjours représentant 38 millions de journées de traitement ; cet argent est utilisé dans le cadre de dotation de fonctionnement (69% des établissements) ou de prix de journée selon les établissements (31% des établissements) ; la part liée à l’activité est de 10%.

    Près d’un demi-million de personnes bénéficient annuellement d’une alternative au SSR, les programmes d’accompagnement du retour à domicile.  

     

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Étude comparative des prothèses de cheville et des arthrodèses de l’articulation tibio-astragalienne dans les séquelles traumatiques et dégénératives de la cheville A propos de 83 prothèses et 33 arthrodèses

    Comparative study of total ankle prosthesis and tibio-talar arthodesis in traumatic and degenerative sequellae of the ankle. A series of 83 prostheses and 33 arthrodeses

    Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    De 1990 à 2015 83 prothèses totales de cheville ont été posées par un seul opérateur. La révision des patients a été clinique et radiographique avec des clichés dynamiques en flexion et en extension. Le recul minimum était de 29 mois. Nous avons obtenu 62 % de très bons et bons résultats et 10 mauvais résultats avec nécessité d’une arthrodèse secondaire. Dans le même temps, 33 arthrodèses talo-crurales ont été revues. Les résultats sont 69 % de très bons et bons résultats. Au terme de cette double étude, nous proposons le schéma thérapeutique suivant : les chevilles très désaxées, les instabilités ligamentaires, les ostéo-nécroses taliennes et les doubles arthroses (talo-crurales et sous-taliennes) nécessitent une arthrodèse d’emblée, En revanche, les arthroses centrées, quelle que soit leur origine et l’âge du patient, peuvent bénéficier d’une prothèse de cheville.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Le modèle de simulation Simlife en médecine interventionnelle : validation pédagogique avant sa diffusion universitaire.

    Simlife simulation model in interventional medicine: pedagogical validation before its university diffusion.

    La technologie « SimLife » repose sur un module technique, objet d’un brevet international, raccordé à un corps donné à la science Elle lui donne une vascularisation pulsatile et une ventilation, simulant un patient anesthésié au bloc opératoire. Cette innovation est destinée à l’apprentissage selon les principes de la pédagogie par simulation des chirurgiens en formation initiale ou continue. Le réalisme du modèle, niveau 1 de l’échelle d’évaluation des formations selon Kirkpatrick, a été validé par l’École Francophone de Prélèvement Multi-organes ; elle rend licite la diffusion universitaire de scénarii et de leurs échelles d’évaluation utilisant la technologie « SimLife ». Ceci est possible pour différentes spécialités chirurgicales grâce à un réseau numérique sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation.

    Lire la suite >
  • Chronique historique

    Lieux d’Assistance et d’Hospitalité au Moyen Âge

    Places of assistance and hospitality in the Middle Age

    L'auteur déclare n'avoir aucun lien d'intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    L’assistance et l’hospitalité, en France au Moyen Âge, ont conduit à la fondation des Maisons-Dieu, Hôtels-Dieu, et autres hôpitaux dédiés principalement aux pauvres, aux malades, et aux pèlerins.

    Presque toutes les petites Maisons-Dieu de village en Bourgogne ont disparu, alors que les Hôtels-Dieu de Beaune et de Tonnerre restent les témoins de vastes établissements dédiés aux malades, pauvres ou riches. Les hôpitaux de Paris, au premier rang desquels le grand Hôtel-Dieu, accueillaient des nombres considérables de gens de toute sorte. La personnalité emblématique du roi Louis IX est illustrée par sa fondation d’un hôpital pour les aveugles, et de plusieurs Maisons-Dieu. Sur le chemin de pèlerinage pour Compostelle au départ du Puy, la cloche de l’église d’Aubrac, sur un plateau élevé, appelait sans discontinuer les voyageurs égarés dans le froid et la tempête, pour les accueillir.

    Par-delà leur témoignage historique millénaire, l’assistance et l’hospitalité demeurent des valeurs pérennes et non révolues.

    Lire la suite >
  • Présentation ouvrage

    L’immunothérapie des cancers. Histoire d’une révolution médicale, par Eric VIVIER et Marc DAËRON. Paris : Éditions Odile Jacob, 2019.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 18-12. Les Prescriptions médicamenteuses hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) en France. Une clarification est indispensable

    Off-label drug use in France. A need for clarification

    Les membres du groupe de travail appartiennent aux Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie et n’ont aucun intérêt personnel dans les propositions issues de ce rapport.

    Composition du Groupe de travail. Académie nationale de médecine : Christian Chatelain, président pour 2018, Gilles Bouvenot (Président du Groupe), Yves Juillet, Patrice Queneau, Jean Sassard. Académie nationale de pharmacie : Jean-Loup Parier, président pour 2018, Alain Saint-Pierre (Secrétaire), Philippe Arnaud, Véronique Lamarque-Garnier, Marie-Paule Serre

    Les Académies nationales de médecine et de pharmacie rappellent leurs Recommandations conjointes du 20 octobre 2014: en matière de prescription médicamenteuse, le respect du libellé de l’Autorisation de mise sur le marché (AMM), tel que formulé dans le Résumé des Caractéristiques des Produits doit être la règle. Il existe toutefois deux grands types de prescriptions de médicaments hors AMM à bien distinguer: celles qui, injustifiables, nécessitent la poursuite et le renforcement des mesures en vigueur et celles qui, en revanche,  sont indispensables à une bonne prise en charge de certains patients (en particulier enfants, personnes âgées, femmes enceintes…): justifiables, elles devraient être reconnues comme telles, ce qui n’est pas toujours le cas, et bénéficier d’un statut approprié. Il importe en effet de prendre en considération un certain nombre de circonstances où le strict respect de l’AMM ne coïncide pas avec la meilleure prise en charge thérapeutique du patient, c’est-à-dire avec l’obligation déontologique et légale de lui procurer les meilleurs soins. Hormis le cas des prescriptions en milieu hospitalier où le prescripteur peut se référer à  d’éventuelles recommandations des Comités du médicament, il appartient en général au praticien de justifier par lui-même, au cas par cas la prescription hors AMM qu’il juge indispensable à l’état de son patient. C’est lui demander de faire une veille de la littérature et lui donner beaucoup de responsabilités. C’est pourquoi les recommandations présentées dans ce rapport ont été guidées par les trois idées-forces suivantes: a) comment optimiser, en la rationalisant, la prise en charge médicamenteuse de certains patients en situation très préoccupante d’impasse thérapeutique, b) comment aider le professionnel de santé, souvent isolé et désemparé dans ce type de situation, à prendre la décision la plus appropriée parce que la plus rationnelle au vu de la réglementation et des données validées de la littérature et c) comment favoriser la prise en charge justifiée de ces situations par l’Assurance maladie dans le cadre de la règle générale.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Histoire des anticorps thérapeutiques

    Les médicaments biologiques ciblés par la reconnaissance spécifique d’un antigène ont été de grands pourvoyeurs d’innovations thérapeutiques ces 130 dernières années. La sérothérapie, découverte en France en 1888 par Héricourt et Richet, en Allemagne en 1890 par Von Behring, ce qui lui a valu le premier prix Nobel de Médecine en 1901,a été immédiatement utilisée chez l’homme pour traiter la diphtérie par Von Behring a noël 1891 et par Emile Roux en 1894.Les anticorps polyclonaux ont été largement utilisés tout au long du XXe siècle pour prévenir ou traiter des maladies infectieuses (diphtérie, tétanos, rage),la sérothérapie anti tétanique permettant de sauver des centaines de milliers de vies durant la première guerre mondiale. En 1975, Kohler et Milstein ont publié une technique permettant de produire des anticorps monoclonaux, ce qui leur a valu le Prix Nobel de Médecine en 1984. Les anticorps thérapeutiques monoclonaux représentent actuellement la majorité des médicaments innovants et sont utilisés dans toutes les spécialités pour traiter les maladies inflammatoires, auto immunes, infectieuses, allergiques, pour prévenir le rejet de greffe… L’utilisation d’anticorps monoclonaux anti régulateurs inhibiteurs de la réponse immunitaire est en train de révolutionner l’immunothérapie du cancer en libérant la réponse immunitaire anti tumorale. Cette découverte a valu à Allison et à Honjo l’attribution du Prix Nobel de Médecine 2018.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Cibles des biothérapies au cours des maladies inflammatoires

    Targets of biotherapies in inflammatory diseases

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les mécanismes physiopathologiques des maladies inflammatoires font intervenir une contribution variable des lymphocytes T et B et des cytokines de d’inflammation TNF, IL-6 et IL-17. Parmi ces maladies différentes sur le plan clinique figurent des pathologies articulaires, polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique et spondylarthrite ankylosante ; cutanées comme le psoriasis ; digestives comme la maladie de Crohn. La recherche physiopathologique a montré les similitudes et les différences dans leurs mécanismes retrouvées lors des essais thérapeutiques avec différentes biothérapies. Le TNF est impliqué dans toutes ces maladies et ses inhibiteurs utilisés dans toutes. A l’inverse, le ciblage de l’IL-6 est indiqué uniquement dans la polyarthrite rhumatoïde et celui de l’IL-17 dans le psoriasis, le rhumatisme psoriasique et la spondylarthrite ankylosante. Les inhibiteurs de lymphocytes T et B sont utilisés principalement dans la polyarthrite rhumatoïde. Au sein de chaque maladie, il y a une aussi hétérogénéité de réponse aux biothérapies, qui justifie la recherche de biomarqueurs vers une médecine personnalisée.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Traitements biologiques des rhumatismes inflammatoires chroniques : résultats cliniques

    Biological treatments of chronic inflammatory rheumatic diseases: clinical results

    L’auteur déclare n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    La polyarthrite rhumatoïde (PR), la spondyloarthrite (SPA) et le rhumatisme psoriasique (RP) constituent les rhumatismes inflammatoires chroniques (RIC) les plus fréquents et sévères. Le traitement de ces maladies a été considérablement amélioré au cours des deux dernières décennies par les traitements biologiques « de fond » (en anglais, biological disease-modifying antirheumatic drugs (bDMARDs)). En 2018, de nombreux  bDMARDs efficaces sont disponibles, ayant des cibles différentes en particulier les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale (en anglais, tumor necrosis factor : TNF)(iTNF), le blocage de co-stimulation des lymphocytes T, l’inhibition du récepteur de l’interleukine 6 (IL-6),la déplétion des lymphocytes B,  dans la PR, ainsi que des médicaments biologiques ciblant l’interleukine 17 (IL-17), l’interleukine 12 (IL-12), l’interleukine 23 (IL-23) dans les RP et SPA. Le coût de ces bDMARDs est très élevé et a été récemment réduit par l’utilisation des médicaments biosimilaires (disponibles actuellement pour certains de ces médicaments). Malgré l’efficacité remarquable et la tolérance satisfaisante de ces bDMARDs, un nombre significatif de patients n’atteint pas l’objectif idéal de rémission clinique ou de « faible activité » de la maladie. Ceci justifie la poursuite des recherches fondamentales et cliniques pour le développement de nouveaux bDMARDs ou de médicaments synthétiques ciblés (en anglais, targeted synthetic DMARDs (tsDMARDs) ayant de nouvelles cibles thérapeutiques, une meilleure efficacité et tolérance, et un coût plus faible.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Thérapeutiques ciblées dans les maladies inflammatoires cutanées

    Targeted therapies in inflammatory skin diseases

    L’auteur déclare des activités d’investigateur, et des activités rémunérées de consultant, board d’expert, et orateur pour AbbVie, Almirall, Amgen, Biocad, Boehringer-Ingelheim, Celgene, Eli-Lilly, Janssen, Leo Pharma, Mylan, Novartis, Pfizer, Sun Pharma, UCB, et a bénéficié d’un soutien à la recherche par Pfizer.

    Au cours des dernières années, les avancées majeures dans la compréhension des mécanismes physiopathologiques impliqués dans les pathologies inflammatoires cutanées chroniques ont permis la mise au point de traitements ciblant un ou plusieurs axes de l’inflammation, menant à des progrès considérables en termes d’efficacité. La pathologie dermatologique qui a bénéficié le plus de ces innovations est le psoriasis en plaques dans sa
    forme sévère, indication qui a vu successivement l’arrivée sur le marché des inhibiteurs du TNF, puis de molécules inhibant l’interleukine-12 et   l’interleukine-23, et enfin les antiinterleukine 17. Plus récemment, le développement de biothérapies ciblant spécifiquement l’interleukine-23 permettre d’entrevoir des progrès supplémentaires dans le contrôle à long
    terme de la maladie. La dermatite atopique sévère de l’adulte est également concernée par ce développement, avec un ciblage préférentiel des réponses immunitaires de type 2, et la commercialisation prochaine du premier traitement biologique dans cette indication. À côté des molécules de nature biologique, des petites molécules immunosuppressives administrées par voie orale ont été développées dans le psoriasis, dont l’apremilast, seule molécule commercialisée à ce jour, contrairement aux inhibiteurs de janus kinases. Ces petites molécules sont en développement dans la dermatite atopique, le vitiligo et la pelade.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Effets endocriniens et métaboliques des immunothérapies anticancéreuses (d’après les recommandations de la Société française d’endocrinologie)

    Endocrine and metabolic effects of anticancer immunotherapies (according to the recommendations of the French Society of Endocrinology)

    Les auteurs ne déclarent aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.

    Les inhibiteurs du check point de l’immunorégulation font désormais partie de l’arsenal thérapeutique utilisable dans les tumeurs non guéries par la chirurgie comme les mélanomes, les cancers pulmonaires et rénaux métastatiques…. Leurs effets indésirables sur le système endocrinien sont parmi les plus fréquents, de présentation  trompeuse, invalidants et menaçants si leur origine est méconnue. Cette revue a pour intention de préciser les différents effets indésirables endocriniens et métaboliques liés aux immunothérapies anticancéreuses : thyropathies, hypophysites, surrénalites auto-immunes, diabète sucré souvent à forme fulminante. Elle s’efforce d’en préciser la fréquence, le mécanisme, la prise en charge, et la surveillance à la lumière des recommandations récemment formulées par la Société Française d’Endocrinologie et mises à la disposition des différentes spécialités. Elle indique que ces effets endocriniens indésirables ne contre-indiquent pas la prolongation de l’immunothérapie.

    Lire la suite >
  • Information

    Les biothérapies dans le traitement des rhumatismes inflammatoires chroniques de l’adulte : des prix et des coûts à surveiller. Invitation à une plus large réflexion sur les prix des médicaments.

    Lire la suite >
  • Autre

    ÉDITORIAL : Les jeunes chirurgiens et la recherche

    Surgical research and young surgeons.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Évaluation de la tolérance de l’utérus à une ischémie froide prolongée après auto-transplantation chez la brebis

    Les auteurs n’ont aucun conflit d’intérêt à déclarer.

    L’objectif de notre étude était d’évaluer la tolérance de l’utérus à une ischémie froide (IF) prolongée après auto-transplantation (ATU) chez la brebis. Quatorze ATU étaient réalisées au Laboratoire d’Analyses et de Recherches de Limoges entre Novembre 2015 et juin 2016 : 7 brebis transplantées après 3 heures d’IF et 7 brebis après 24 heures d’IF. Le transplant était évalué macroscopiquement à ≥J8. Une analyse histologique de l’utérus et du signal apoptotique (technique TUNEL et immunohistochimie de la caspase 3) était effectuée avant le prélèvement utérin (témoin), après 90 minutes de reperfusion et à ≥J8. Douze ATU étaient réalisées avec succès (12/14). Après 90 minutes de reperfusion, l’analyse histologique révélait une inflammation modérée de l’endomètre et de la séreuse utérine dans le groupe 3h d’IF, et une réaction inflammatoire importante dans le groupe 24 heures d’IF.  Aucun signal apoptotique significatif n’était observé dans les 2 groupes. Sept brebis étaient vivantes à J8. Deux utérus étaient macroscopiquement et histologiquement viables avec contractions utérines après 3h d’IF et 3 après 24h d’IF. Un utérus était nécrosé dans chaque groupe. L’utérus semble tolérer une IF prolongée avant sa transplantation. D’autres recherches sur le gros animal sont nécessaires pour confirmer ces premières données.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Décellularisation de greffons digitaux humains vascularisés : une approche sous-unitaire de l’ingénierie tissulaire de la main

    Decellularization of vascularized digital human grafts: a subunit approach to hand engineering

    Les auteurs déclarent l’absence de lien d’intérêt.

    La mutilation digitale, unitaire ou multiple, a un impact critique sur la fonctionnalité de la main avec une diminution importante de la qualité de vie des patients. La reconstruction échappe souvent aux techniques avancées d’autotransplantation, et l’allotransplantation est ici contre-indiquée. L’expérience en bio-ingénierie de la face humaine a suggéré cependant que l’application à des greffons digitaux de cette approche pouvait ouvrir une nouvelle alternative thérapeutique.

    Huit greffons humains de doigts longs ont été prélevés post mortem, avec leurs pédicules vasculaires, puis décellularisés avec succès par perfusion séquentielle de détergents et de solvant polaire. La déplétion cellulaire a été confirmée par histologie standard, avec diminution significative de l’ADN (95,3%, p<0.0001). La préservation structurelle de la matrice extra-cellulaire (MEC) a été étudiée qualitativement par histologie, par quantification de la densité osseuse, et par mesure des propriétés mécaniques de l’ensemble digital. Toutes les données obtenues se sont révélées comparables aux contrôles non décellularisés. In vitro, des fibroblastes cultivés sur les matrices ainsi obtenues ont conservé leur viabilité, avec une distribution homogène. In vivo, la reperfusion sur receveur porcin a montré la perméabilité vasculaire durant 3 heures d’observation. Nous avons ainsi pu démontrer la possibilité de produire des matrices acellulaires de greffons digitaux, préservant leur MEC et un arbre vasculaire transplantable, premier pas vers une greffe immuno-compatible et ses applications cliniques.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Modulation de l’absorption intestinale postprandiale du glucose après Roux-en-Y Gastric Bypass chez le miniporc

    Modulation of intestinal glucose absorption by Roux-en-Y Gastric Bypass in the minipig

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt.

    Le diabète de Type 2 (DT2) se caractérise par un défaut combiné de la sécrétion et de l’action de l’insuline. La chirurgie bariatrique et notamment le Roux-en-Y Gastric Bypass (RYGB) ont montré des effets bénéfiques spectaculaires sur le contrôle glycémique remettant en perspective la prise en charge médicale du DT2. L’exclusion gastroduodénale induite par le RYGB améliore le métabolisme glucidique indépendamment de la perte de poids. Par ailleurs, les modifications du flux biliaire semblent également jouer un rôle. Cependant, les mécanismes sous-jacents ne sont pas clairs. À l’aide d’un modèle de RYGB chez le miniporc, nous avons montré que l’absorption intestinale du glucose est diminuée dans l’anse alimentaire (AL) dépourvue de bile. L’absorption du glucose était restaurée dans l’AL par l’ajout de bile, et cet effet était inhibé lorsque le co-transporteur actif sodium glucose 1 (SGLT1) était bloqué par la phlorizine. L’expression de SGLT1 restait conservée dans l’AL, cependant la teneur dans la lumière de l’intestin en sodium était nettement diminuée. L’ajout de sodium dans l’AL provoquait le même effet que la bile sur l’absorption du glucose. Elle augmentait également l’excursion glycémique postprandiale chez le miniporc au cours d’un repas test vigile. Cette diminution de l’absorption intestinale du glucose après RYGB a été confirmée chez l’Homme. Nos résultats démontrent que l’exclusion biliaire affecte le métabolisme postprandial du glucose par la modulation des co-transporteurs intestinaux sodium / glucose.

    Lire la suite >
  • Communication scientifique

    Localisation de nodules pulmonaires en réalité augmentée grâce au Cone Beam Computed Tomography (CBCT) en vidéo-thoracoscopie

    Conflits d’intérêt : aucun

    Ce travail a pour but d’étudier l’efficacité du CBCT et de son utilisation en réalité augmentée pour localiser des nodules pulmonaires en vidéo-thoracoscopie.

    Matériels et Méthodes : Les patients inclus étaient âgés de plus de 18 ans. Ils devaient présenter des lésions pulmonaires uniques ou multiples d’une taille allant de 5 à 20 mm. Ces lésions étaient identifiées en préopératoire grâce à un scanner. La procédure, réalisée sous anesthésie générale, débutait par l’introduction des trocarts de chirurgie et la création d’un pneumothorax. Ensuite était réalisée une acquisition en CBCT. La segmentation était ensuite faite permettant d’obtenir une reconstruction 3D de la lésion. Puis, grâce à la réalisation de scopie sur laquelle était projetée la segmentation en réalité augmentée, le nodule était localisé pendant la vidéo-thoracoscopie.

    Résultats : De mars 2014 à juin 2018, 25 patients ont été inclus dans notre étude. L’âge moyen était de 63 ±11 ans [37 – 74 ans]. La taille moyenne des lésions était de 13 ± 5 mm [5  – 20 mm] et leur profondeur moyenne par rapport à la plèvre de 19 ±15mm (5 – 36 mm). La densité moyenne des lésions était de -5 ±170 HU [-650 – 250 HU]. Quinze patients ont subi un wedge, neuf patients un wedge suivi d’une lobectomie, et un patient une bi-lobectomie (après conversion en thoracotomie). Le temps opératoire moyen était de 106 ± 42 min [60 – 150 min]. Il a été possible de détecter le nodules et de réaliser la résection grâce à la scopie en réalité augmentée chez 24 patients ; un nodule n’a pas été détecté du fait d’un mauvais cadrage du CBCT. Le temps moyen de scopie était de 124 ±55s [24 – 204 s]. Le temps moyen entre l’incision cutanée et la localisation du nodule était de 12 ±4min [7 – 17 min].

    Conclusion : Ce travail se démarque des techniques actuelles de localisation par son utilisation uniquement per-opératoire en plus de l’utilisation de la réalité augmentée. Le CBCT est un outil efficace pour détecter et aider à la localisation de nodules pulmonaires en chirurgie par vidéo-thoracoscopie. Associé à la réalité augmentée, cet outil offre une avancée significative pour la vidéo-thoracoscopie et la résection de nodules centimétriques non palpables.

    Lire la suite >