Prises de position

Le moteur de recherche ci-dessous vous permet de rechercher un texte parmi les prises de position de l'Académie par mot-clé, année et/ou type de texte :

876 résultats

  • Communiqué de presse

    Laurence Plévert, lauréate du Prix d’histoire de la médecine avec son ouvrage « Augusta Klumpke, pionnière de la médecine »

    Laurence Plévert, winner of the History of Medicine Award for her book « Augusta Klumpke, pionnière de la médecine » («Augusta Klumpke, medicine pioneer »)

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    Stéphanie Dupays, lauréate du Prix Littéraire de l’ Académie nationale de médecine avec « Un puma dans le cœur »

    Stéphanie Dupays, winner of the Literary Award of the National Academy of Medicine with « Un puma dans le cœur » («A puma in the heart»)

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-15. Rapport inter-académique. La mise en application du règlement européen 2017/745/EU sur les dispositifs médicaux

    Inter-academic report. The implementation of European Regulation 2017/745/EU on medical devices

    Les auteurs n’ont pas de conflits d’intérêt sur le sujet.

    Les dispositifs médicaux (DM-DMI) sont un élément déterminant dans le diagnostic, le traitement et la surveillance de nombreuses pathologies.  Après les premières réglementations européennes dans les années 90 et à la suite de différents scandales sanitaires a été promulgué un règlement européen s’imposant aux états-membres (2017/745/UE) dit MDR. Un certain nombre de difficultés dans sa mise en application, apparues peu après sa publication et faisant craindre à terme une pénurie de ces produits ont incité l’Académie nationale de Médecine, rejointe par les Académies de Chirurgie et de Pharmacie, à analyser la réalité de la situation et à faire des recommandations susceptibles de pallier ces difficultés.

    Après avoir audité les parties prenantes : sociétés savantes, autorités compétentes, organismes notifiés (ON) responsables du nouveau marquage CE, fabricants…, il a été décidé, compte tenu de l’urgence de la situation, de publier un premier communiqué tri-académique. Il comporte trois recommandations portant sur les moyens nécessaires au fonctionnement des ON, le report de la date limite des délais d’application du règlement et l’évaluation des risques d’être privés de DM/DMI indispensables. Ce communiqué largement diffusé a été suivi d’une demande officielle de la France de prolonger la période transitoire de mise en application.

    Il a été relayé par un deuxième communiqué co-signé par la FEAM (Fédération Européenne des Académies de Médecine), à l’intention des autorités européennes, comportant les mêmes recommandations, assorties d’une demande d’obligation d’utilisation des registres de DM implantés.

    Le Conseil européen des ministres de la santé (EPSCO) ainsi que le Parlement européen à une très large majorité sont allés dans le sens de ces recommandations en février 2023, avec notamment une prolongation du délai d’application du MDR porté à décembre 2027 et 2028 (en fonction de la classification des DM), en l’assortissant d’un certain nombre d’obligations pour les fabricants.

    Les Académies à travers leurs recommandations réitèrent leur soutien aux actions favorisant l’innovation, tout en garantissant la sécurité des malades, en particulier grâce au maintien de la surveillance sur la réalité et la qualité du marquage CE des DM/DMI non encore validés.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-16. La coopération sanitaire de la France avec les Pays à Ressources Limitées

    Health cooperation between France and countries with limited resources

    Les auteurs n’ont pas de liens d’intérêt avec le contenu du rapport.

    La France a un long passé de coopération sanitaire avec les pays à ressources limitées. Malgré des financements importants et une expertise reconnue, son engagement n’est plus reconnu à la hauteur des attentes de ces pays.

    Ce recul s’explique par des choix stratégiques privilégiant les activités multilatérales aux dépens des actions bilatérales insuffisamment financées, à leur défaut de programmation, de coordination, de suivi, et d’évaluation de leur efficacité. Le soutien aux maladies chroniques non transmissibles est insuffisant, ainsi que la lutte contre la morbidité liée aux carences de recours à la chirurgie.  Le continuum entre les activités de soins et la recherche, (dont la recherche clinique), n’est plus assuré.

    L’expertise française n’est pas en mesure de contribuer suffisamment aux enjeux de gouvernance des organismes internationaux, à la formation en santé mondiale, à la coordination des actions de terrain et à une interaction avec les autres partenaires européens. Pour permettre une politique cohérente, efficace, et visible, répondant à ces enjeux, ce rapport formule des recommandations, en particulier la mise en place d’un Haut Conseil en Santé mondiale, en vue de la définition, de l’élaboration, du suivi et de l’évaluation d’une stratégie d’ensemble de la coopération sanitaire de la France avec les pays à ressources limitées.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    De la suspension à l’abrogation de l’obligation vaccinale des soignants… Jusqu’où la régression ?

    From the suspension to the repeal of compulsory vaccinations for caregivers How far will the regression go ?

    Lire la suite >
  • Avis

    Avis 23-14. L’approche transorificielle et percutanée : évolution des pratiques

    L’approche diagnostique et thérapeutique mini-invasive par voie transorificielle ou transpariétale (l’interventionnel) progresse de façon rapide et inéluctable. Cette révolution a réduit le clivage médecine/chirurgie et favorisé le développement de sous-spécialités avec de nouvelles exigences de formation. Elle a placé les opérateurs dans une situation de dépendance vis-à-vis de la technologie avec une nécessité de transformer les sites opératoires. L’intégration de ces nouveaux modes opératoires en fonction des spécialités est actuellement variable. Le développement de ces nouvelles approches influencera la répartition territoriale des centres experts afin de faciliter un accès égal de la population à ces centres, modifiera l’exigence de résultats et requerra un recueil exhaustif de ces actes médicaux.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Pour bien vieillir : de la médecine de précision à une prévention personnalisée

    Ageing well: from precision medicine to personalized prevention

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    PRÉVENONS LES JEUNES ADULTES DE L’HEMOCHROMATOSE !

    LET'S PROTECT YOUNG ADULTS FROM HEMOCHROMATOSIS!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les organoïdes cérébraux ne sont pas des mini-cerveaux

    Brain organoids are not mini-brains

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-13. Rapport sur la demande de l’établissement thermal de Castéra-Verduzan (Gers) en vue de l’obtention de l’orientation thérapeutique « RHUMATOLOGIE-RH ».

    Report on the application of the Castéra-Verduzan balneotherapy care facility to obtain the agreement to treat patients with rheumatic conditions “RHEUMATOLOGY-RH”.

    Les auteurs de ce rapport et les membres de la commission 3 n’ont pas de lien d’intérêt.

    L’académie doit examiner l’étude par analogie et l’étude clinique réalisées en vue de l’obtention de l’agrément de « Rhumatologie » par l’établissement thermal de Castéra-Verduzan. L’eau de Castéra est une eau minérale naturelle, froide, sulfatée. De telles eaux sont utilisées largement en rhumatologie. 21 stations thermales françaises agréées en Rhumatologie utilisent des eaux minérales de ce type. 18 études contrôlées et randomisées, parues dans la littérature internationale anglophone avec facteur d’impact attestent d’un bénéfice clinique dans la lombalgie chronique, l’arthrose du genou, l’arthrose généralisée, les tendinopathies chroniques de l’épaule. L’étude clinique réalisée, conformément aux critères de 2020, est une étude interventionnelle, prospective ayant enrôlé 62 patients qui ont été comparés à une population témoin d’essai contrôlé randomisé dans le cadre d’une MAIC. 61 patients ont mené à bien le traitement thermal. Les critères d’inclusion et d’exclusion étaient précisés. Les critères de jugement sont définis. L’étude satisfait aux critères de l’Académie. Tous les sujets étaient porteurs d’une gonarthrose symptomatique. La douleur était mesurée par l’échelle visuelle analogique 100 mm, la fonction par l’échelle de Womac et l’index de Lequesne, la qualité de vie par le SF 12, le niveau d’activité physique par l’IPAQ, les médicaments analgésiques pris ont été relevés. L’évaluation au 6ème mois montrait une amélioration significative, comparable à ce que l’on avait mesuré à la fin de la cure, de la douleur, de l’incapacité, de la qualité de vie (score somatique) et une diminution de la consommation médicamenteuse. La comparaison, dans le cadre d’une MAIC avec pondération IPTW, avec les données de l’étude «Thermarthrose» a montré une différence significative en faveur des curistes pour parvenir à une amélioration cliniquement pertinente (MCII : minimum clinical important improvement).

    Le pétitionnaire a satisfait aux obligations légales. L’eau sulfatée peut être utilisée en rhumatologie. L’étude interventionnelle réalisée, en conformité avec les critères 2020 de l’Académie, permet la vérification de la qualité des soins en termes de mise en œuvre, de bénéfice sanitaire, de sécurité pour les patients et les personnels. L’Académie a donné un avis favorable à la demande de l’établissement thermal de Castéra-Verduzan.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-12. Enjeux médicaux et sociétaux de la transplantation hépatique (TH) en France

    Liver transplantation medical and societal issues in France

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce rapport

    La transplantation hépatique est un traitement très efficace des formes les plus graves de cirrhose, ainsi que des petits carcinomes hépatocellulaires localisés. Après la greffe, l’espérance de vie à 10 ans est d’environ 70%. Ces résultats exceptionnels pour une maladie mortelle à très court terme sont altérés par la rareté des greffons qui explique une mortalité de 10 à 15% en attente de la greffe, et conduit à utiliser des organes dits marginaux source de complications postopératoires graves. Mais surtout, avec le long terme les malades greffés développent, sous l’effet du terrain qui les a amenés à la transplantation ou des traitements immunosuppresseurs, une véritable “maladie post-greffe”, faite de manifestations somatiques et de troubles psychiques parfois graves dont la prise en charge fait désormais l’essentiel de l’activité et de l’expertise des centres de greffe hépatique. Les enjeux de la transplantation hépatique, d’abord essentiellement médicaux et techniques, deviennent sociétaux et imposent de réviser l’organisation de cette thérapeutique.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Des ongles « brillants », mais pas sans risque !

    “Shiny" nails, but not without risk!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Sortir les hôpitaux publics du piège de l’intérim médical

    Getting public hospitals out of the trap of temporary medical staff

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    L’ Académie nationale de médecine annonce le nom des quatre finalistes du Prix littéraire 2023 de l’Académie nationale de médecine.

    The French national academy of medicine announces the names of the four 2023 finalists of the National Academy of Medicine Literary Prize

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-11. Les zones sous-denses, dites « déserts médicaux », en France. États des lieux et propositions concrètes

    Low medical density areas, so called « medical desertification », in France. Overwiew of the situation and concrete proposals

    Les auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec le sujet

    L’extrême gravité de la pénurie en médecins en France et la complexité du problème posé ont conduit l’Académie nationale de médecine à établir un état des lieux précis et à exprimer les recommandations suivantes : (i) proposer d’urgence : l’instauration d’un service médical citoyen d’un an pour les médecins nouvellement diplômés dans le cadre d’un engagement contractuel s’appuyant sur leur conscience professionnelle et excluant toute forme de régulation ou de coercition, notamment concernant l’installation. Ce service médical citoyen permettrait de renforcer la médicalisation des zones sous-denses et d’éclairer le choix de carrière des jeunes médecins par une expérience de terrain ; toutes mesures favorisant le cumul emploi-retraite des médecins récemment retraités tout en permettant à leurs cotisations de générer des droits supplémentaires ; favoriser l’exercice multisite qui a déjà fait ses preuves dans notre pays lorsqu’il fut confronté à un déficit de soignants après la seconde guerre mondiale, et qui devrait retrouver une place privilégiée dans la lutte contre les déserts médicaux (par exemple un groupe de 5 médecins exerçant ensemble pourrait assurer une journée de consultations par semaine dans un cabinet décentralisé, avec des aides de la collectivité locale qui l’accueille) ; une sensibilisation de la population au bon usage de la médecine, incluant le respect des rendez-vous pris auprès des médecins et autres soignants, et la reconnaissance du service rendu par le système de santé français eu égard à sa complexité, son coût et ses difficultés d’exercice ; (ii) mettre en place au plus vite les autres mesures suivantes : redonner au médecin du temps médical : en optimisant les délégations de tâches à d’autres professionnels de santé (infirmiers, maïeuticiens, pharmaciens…) dans le cadre de parcours de soins coordonnés par le médecin, en respectant le champ de compétence de chacun ; en allégeant la charge administrative en simplifiant les réglementations et en recrutant des assistants médicaux, des secrétaires et des personnels informatiques ; promouvoir et faciliter l’exercice et les installations précoces dans les zones sous-denses (guichet unique, incitation au cumul emploi-retraite, exercices multisites, consultations délocalisées, bon usage de la télémédecine) ; renforcer la sécurité des médecins dans les zones sensibles ; réactiver les visites à domicile, en les valorisant financièrement et en les facilitant techniquement ; densifier localement les interactions avec l’hôpital ; augmenter immédiatement et significativement le « numerus apertus », en l’adaptant aux besoins des territoires, évalués avec les élus locaux, les médecins (libéraux, hospitaliers, universitaires) et les autres professionnels de santé, ainsi que les représentants des patients ; diversifier l’origine territoriale et sociale des étudiants par des incitations et des accompagnements dès le lycée ; développer les stages en zones sous-denses dès le deuxième cycle, en augmentant le nombre de stages et de maîtres de stage, et en créant des tuteurs ; éviter toute coercition concernant l’installation en médecine libérale, de même que lors des stages dans la quatrième année du DES de médecine générale.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-10. Rapport sur la demande de l’établissement thermal de Aulus-les-Bains (Ariège) en vue de l’obtention de l’orientation thérapeutique « RHUMATOLOGIE – RH »

    Report on the application of the Aulus-les-Bains balneotherapy care facility to obtain the agreement to treat patients with rheumatic conditions “RHEUMATOLOGY-RH”

    Les auteurs de ce rapport et les membres de la commission 3 n’ont pas de lien d’intérêt.

    L’Académie nationale de médecine doit examiner l’étude par analogie et l’étude clinique réalisées en vue de l’obtention de l’agrément de « Rhumatologie » par l’établissement thermal de Aulus les Bains. L’eau minérale naturelle de Aulus est fortement minéralisée, froide, sulfatée. De telles eaux sont utilisées largement en rhumatologie. 19 stations thermales françaises agréées en Rhumatologie utilisent des eaux minérales de ce type. 18 études contrôlées et randomisées, parues dans la littérature internationale anglophone avec facteur d’impact attestent d’un bénéfice clinique dans la lombalgie chronique, l’arthrose du genou, l’arthrose généralisée.

    L’étude clinique réalisée, conformément aux critères de 2016, est interventionnelle, prospective ayant enrôlé 98 patients sur la base d’un calcul préalable d’effectif ; 96 patients ont mené à bien le traitement thermal. Les critères d’inclusion et d’exclusion sont précisés. Les critères de jugement principal et secondaires sont définis. L’étude satisfait aux critères de l’Académie. Tous les sujets étaient porteurs d’une lombalgie chronique symptomatique. La douleur mesurée par l’échelle verbale sur 100 mm était le critère de jugement principal. L’évaluation au 3e mois après le traitement, montrait une amélioration significative comparable à ce qui avait mesuré à la fin de la cure. La fonction lombaire était améliorée. Les patients ont porté une appréciation positive sur les soins reçus et leur état de santé. Le traitement a été bien suivi et bien toléré sans interruption. Le pétitionnaire a satisfait aux obligations légales. L’eau sulfatée est utilisée en rhumatologie. L’étude interventionnelle réalisée, en conformité avec les critères de l’Académie, permet la vérification de la qualité des soins en termes de mise en œuvre, de bénéfice sanitaire, de sécurité pour les patients. L’Académie a donné un avis favorable à la demande de l’établissement thermal de Aulus les Bains.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-09. Rapport sur la demande de l’établissement thermal de Ussat-les-Bains (Ariège) en vue l’obtention de l’orientation thérapeutique « Rhumatologie — RH »

    REPORT ON THE APPLICATION OF THE USSAT-LES-BAINS BALNEOTHERAPY CARE FACILITY TO OBTAIN AN AGREEMENT TO TREAT PATIENTS WITH RHEUMATIC CONDITIONS

    Les auteurs de ce rapport et les membres de la commission 3 n’ont pas de lien d’intérêt.

    L’académie doit examiner l’étude par analogie et l’étude clinique réalisées en vue de l’obtention de l’agrément de « Rhumatologie » par l’établissement thermal de Ussat les Bains. L’eau minérale naturelle de Ussat est une eau fortement minéralisée, chaude, sulfatée calcique. De telles eaux sont utilisées largement en rhumatologie. 19 stations thermales françaises agréées en Rhumatologie utilisent des eaux minérales de ce type. 18 études contrôlées et randomisées, parues dans la littérature internationale anglophone avec facteur d’impact attestent d’un bénéfice clinique dans la lombalgie chronique, l’arthrose du genou, l’arthrose généralisée.

    L’étude clinique réalisée, conformément aux critères de 2016, est une étude interventionnelle, prospective ayant enrôlé 66 patients sur la base d’un calcul préalable d’effectif ; 61 patients ont mené à bien le traitement thermal. Les critères d’inclusion et d’exclusion sont précisés. Les critères de jugement principal et secondaires sont définis. L’étude satisfait aux critères de l’Académie. Tous les sujets étaient porteurs d’une lombalgie chronique symptomatique depuis au moins six mois et avec une intensité douloureuse d’au moins 4/10 à l’échelle visuelle analogique. Une fois sur trois la douleur lombaire irradiait dans le membre inférieur. La fonction lombaire mesurée par l’échelle d’Oswestry était le critère de jugement principal. L’évaluation, 6 mois après le traitement, montrait une amélioration significative comparable à ce que l’on avait mesuré à la fin de la cure. La fonction lombaire mesurée par l’EIFEL, la douleur, le score de qualité de vie physique étaient améliorées significativement. La qualité de vie psychique (SF12) et le niveau d’activité physique (IPAQ court) ne mettaient pas en évidence de modifications significatives.  Le recours aux médicaments antalgiques était réduit. Les patients ont porté une appréciation positive et durable sur le traitement. Le traitement a été bien suivi et bien toléré (1 interruption). La similitude des populations testées et des résultats observés avec une agrégation de résultats pondérés de la littérature conforte les résultats observés. Le pétitionnaire a satisfait aux obligations légales. L’eau sulfatée peut être utilisée en rhumatologie. L’étude interventionnelle réalisée, en conformité avec les critères de l’Académie, permet la vérification de la qualité des soins en termes de mise en œuvre, de bénéfice sanitaire, de sécurité pour les patients et les personnels. L’Académie a donné un avis favorable à la demande de l’établissement thermal de Ussat.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Les implications médicales et sociétales des progrès considérables faits dans la prise en charge des leucémies chroniques

    Medical and societal implications of the considerable progress made in the management of chronic leukemia

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Vaccinations obligatoires des soignants : l’honneur d’une profession

    Compulsory vaccinations for health care workers: the honor of a profession

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Quel médecin généraliste pour demain ?

    Which general practitioner for tomorrow?

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-07. Santé à moyen et à long terme des enfants conçus par fécondation in vitro (FIV)

    Medium and long-term health of children conceived through in vitro fertilization (IVF)

    Yves Le Bouc et Nathalie Rives sont Membres du groupe de travail « Suivi de la santé des femmes et des enfants en AMP » de l'Agence de Bio-Médecine, les autres auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec le sujet abordé.

    Parmi les questions médicales, scientifiques et éthiques suscitées par l’Assistance Médicale à la Procréation et notamment la fécondation in vitro (FIV), celles concernant la santé à moyen et à long terme des enfants et des jeunes adultes sont primordiales. De nombreuses études ont été menées s’intéressant à la survenue de différentes altérations de la santé, notamment les troubles de la croissance et du métabolisme, les troubles cardiovasculaires, les pathologies liées aux gènes soumis à empreinte, les cancers pédiatriques, les troubles du neurodéveloppement et de la fertilité. Les résultats publiés ne sont pas tous concordants. Il en ressort globalement que les enfants conçus par FIV peuvent être parfois atteints de troubles de la santé sans qu’un type particulier prédomine, que leur incidence est relativement modérée et qu’en cas d’augmentation significative de l’incidence, elle n’est pas beaucoup plus importante que chez les enfants conçus naturellement. Cependant les études comparatives faites sur des populations mieux caractérisées doivent être poursuivies, notamment à des âges plus avancés de la vie.

    Les altérations observées chez les enfants ne sont pas forcément imputables à la FIV dans la mesure où les couples infertiles peuvent être plus à risque de transmettre à leurs enfants des facteurs responsables de perturbations de santé.  Par exemple, certains garçons nés à la suite d’une FIV avec microinjection de spermatozoïde dans l’ovocyte (ICSI), faite pour pallier une infertilité masculine d’origine génétique, risquent d’être stériles comme leur père.

    Parmi les procédures utilisées pour réaliser une FIV, ce sont les traitements hormonaux de stimulation ovarienne, les conditions de la culture embryonnaire et la congélation des embryons qui sont le plus souvent suspectés d’être à l’origine des troubles observés. Il serait donc nécessaire que ces procédures soient précisément documentées dans les études publiées et dans les bases de données élaborées pour analyser l’activité.

    Les mécanismes impliqués dans la survenue des altérations observées sont mal connus. Si des perturbations de régulations épigénétiques sont le plus souvent évoquées, des recherches sur des modèles animaux mais aussi dans l’espèce humaine sont nécessaires pour les préciser.

    Le fait que beaucoup d’incertitudes demeurent ne devrait pas empêcher qu’une information claire, objective et précise, soit donnée aux personnes ayant recours à une FIV afin que puissent être prises les mesures les plus appropriées possible en cas d’apparition de troubles de santé chez leurs enfants.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-06. Assistance et remplacement cardiaque mécaniques

    Cardiac mechanical support and replacement

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce rapport.

    Les progrès de la technologie ont permis la mise au point de dispositifs d’assistance ou de suppléance de la fonction cardiaque défaillante. Ces dispositifs font désormais partie des outils disponibles dans la prise en charge des différentes présentations graves de l’insuffisance cardiaque aigue ou à un stade avancé. Ils interviennent en complémentarité de la transplantation cardiaque qui reste le traitement optimal. Ils permettent d’attendre un greffon ou, chez le malade non transplantable, une survie dans des conditions acceptables. L’analyse critique de l’expérience française souligne la sous-utilisation de ces dispositifs et leur mise en œuvre à un stade très tardif de la maladie, avec comme conséquence des résultats moins favorables que ceux rapportés dans l’expérience internationale. Une autre originalité française est la grande richesse de la recherche technologique. L’organisation de l’offre de soins, actuellement suboptimale, devrait bénéficier de la mise en œuvre des recommandations émises par les Sociétés Savantes avec le regroupement de cette activité dans quelques centres spécialisés, dotés des moyens humains indispensables. Par ailleurs, l’amélioration de l’information des malades et des médecins paraît indispensable pour un recours plus précoce et plus efficace à ces nouvelles techniques.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La « Puff », nouvelle cigarette électronique jetable : un piège pour les enfants et les adolescents

    "Puff", the new disposable electronic cigarette: a trap for children and adolescents

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-04. Rapport inter-académique. Trajectoires éducatives, santé et longévité

    Educational trajectories, health and longevity

    Aucun n’est à déclarer

    Le groupe de travail des Académies de Médecine de France et du Mexique a initié son travail après que la sévérité de la première vague de la pandémie COVID 19 de certains pays ait été corrélée à un manque d’éducation de base de leur population. La réflexion s’est poursuivie et étendue pour mieux comprendre les rôles de l’éducation de base et de l’éducation en santé sur la santé globale et la longévité.

    Ce travail montre qu’à côté de la génétique, l’épigénétique interfère de façon majeure dès les tous premiers jours de la vie dans la détermination de la santé et des maladies (DOHAD) ainsi que dans la caractérisation du genre. D’autres facteurs environnementaux et/ou éducatifs, comme le niveau socio-économique ou les modalités de scolarisation (urbain ou rural) interviennent également dans l’acquisition différentielle d’une littératie[1] en santé. Celle-ci détermine l’adhésion ou non à des styles de vie saine, à des comportements à risque, à l’abus de substances, mais aussi au respect des règles d’hygiène et à l’adhésion aux vaccins. Tous ces éléments et choix de vie se conjuguent entre eux pour faciliter la survenue ou la gravité de pathologies. Ainsi, les troubles métaboliques (obésité, diabète) surviennent plus souvent chez les moins éduqués, favorisant les atteintes cardio-vasculaires, rénales et les maladies neuro-dégénératives. Globalement, les personnes moins éduquées vivent moins longtemps après avoir passé plus d’années de vie en incapacité fonctionnelle et dépendance.

     

    Après avoir démontré l’impact du niveau éducatif sur la santé et la longévité, les membres du groupe interacadémique déclarent l’urgence des actions à entreprendre et proposent des actions éducatives spécifiques à trois niveaux : 1) Les enfants, leurs parents et les enseignants, 2) les professionnels de santé et 3) les personnes vieillissantes, tout en soulignant que ces actions cruciales ne pourront être menées qu’avec le soutien indispensable des autorités étatiques et académiques.

    [1] Littératie en santé : Capacité pour une personne de comprendre et utiliser des informations médicales dans l’objectif de gérer sa santé et de pouvoir communiquer avec les divers services de soins

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-05. Planification d’une politique en matière de périnatalité en France : Organiser la continuité des soins est une nécessité et une urgence.

    Planning of perinatal care policy in France: Organize continuity of care is a necessity and an emergency

    Les rapporteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt en relation avec le contenu de ce rapport.

    La mortalité néonatale en France n’a pas diminué depuis 20 ans et le dernier plan de périnatalité est arrivé à terme en 2007. Une crise démographique sans précédent touche toutes les professions de la périnatalité. Cette crise contribue à l’accélération des fermetures de maternités en particulier au sein des établissements de soins privés. La couverture territoriale par les établissements de type 2 et 3, à l’exception de la Corse est satisfaisante mais ces établissements sont saturés et offrent des conditions de travail et d’accueil dégradées. Leur attractivité est particulièrement faible pour les sages-femmes et les infirmières, professions où les postes vacants sont nombreux. Les attentes de la population autour de la naissance ne sont satisfaites ni qualitativement ni en termes d’accès aux soins. La situation particulièrement préoccupante des départements et régions d’Outre-mer doit faire l’objet d’une analyse qui n’a pas pu être réalisée dans ce rapport.

    La mise en œuvre d’une politique adaptée en matière de périnatalité devrait s’appuyer sur une réduction accrue du nombre de maternités. Celles-ci devraient être regroupées avec les établissements de type 2 et de type 3 d’un même territoire dont les contraintes structurelles et de ressources humaines doivent garantir à la fois la sécurité et la satisfaction des usagers tout en offrant des conditions de travail acceptables et pérennes.  Seuls ces grands établissements pourraient accueillir les parcours de soins les plus complexes comme des parcours de santé les plus physiologiques en renforçant les moyens humains et au prix d’adaptations architecturales permettant la cohabitation des différents niveaux de prise en charge. Ces transformations éviteront la caricature d’ « usines à bébés » qui est souvent faite des grosses structures saturées et donc peu accueillantes. Le deuxième levier de cette politique passe par une mutualisation de l’offre publique et libérale qui devrait être coordonnée à l’échelle de territoires définis par la durée du trajet conduisant à une structure de type 2 ou 3 au bénéfice des familles.  Cette stratégie nécessite une complémentarité entre les établissements de santé et la médecine de ville.  Celle-ci a changé en 25 ans du fait de l’augmentation considérable du nombre de sages-femmes en exercice libéral et de l’extension de leurs missions. Les communautés périnatales de proximité avec les acteurs de la médecine de ville devraient définir et coordonner les parcours de santé et les parcours de soins. Ces communautés devraient disposer des moyens de consultation et d’expertise présentielles et à distance adaptés, mais aussi de structures d’hospitalisation, en particulier en postpartum, pour favoriser le développement du lien parents-enfants au sein de la communauté locale, au plus près du domicile. L’allongement des trajets entre le domicile et le lieu de naissance imposé par de tels regroupements nécessitera une coordination entre référents de la communauté périnatale de proximité et le recours aux moyens de transport médicalisé, en particulier les SAMUs. Le développement de structures hôtelières-hospitalières devrait être également un élément important du dispositif d’accès aux soins.  Ces mesures paraissent seules pouvoir pallier la réalité et le ressenti de désert périnatal par les familles et tous les acteurs de la périnatalité.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La mécanique au service du cœur

    Mechanics for helping the failing heart

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-03. Rapport interacadémique. Conditions d’accès au plein exercice en France des chirurgiens-dentistes, des pharmaciens et des médecins à diplômes européens ou à diplômes hors Union Européenne

    Conditions of access to full practice in France for dental surgeons, pharmacists and physicians with European Union diplomas or Non-EU diplomas

    Les auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec le sujet

    L’autorisation de plein exercice professionnel demandé en France par des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes dont le diplôme n’est pas français, est encadrée selon des modalités différentes en fonction de l’origine du diplôme et du métier concerné. Pour tous, elle requiert compétence et demande la maitrise de la langue française.

    Pour les professionnels européens, la reconnaissance automatique est très prisée chez les chirurgiens-dentistes, elle représente environ 50% des inscriptions annuelles ordinales alors qu’elle n’est seulement que de 1% pour les pharmaciens et d’environ 7,9% pour les médecins.

    L’afflux actuel de demandes d’autorisation pour les médecins conduit à alléger les modalités d’une sélection qui restent cependant rigoureuses. Pour les diplômes hors union européenne, la procédure actuelle de régularisation des seuls médecins comprend successivement un avis d’une commission régionale suivi d’une décision nationale. Une première recommandation, transitoire (le 31 mars 2023) a été de traiter rapidement les dossiers en souffrance en augmentant le nombre de jurys d’examen, en préparant leur travail pour le faciliter et en limitant le nombre d’examinateurs, ne retenant que des praticiens de la spécialité revendiquée. Une deuxième recommandation, souhaitée pérenne, concerne la procédure d’évaluation des médecins. Une hétérogénéité étant constatée entre l’avis et la décision, cette complexité est inutile, il faut supprimer l’étape régionale d’évaluation et ne conserver que l’étape de la commission nationale, ce qui est déjà le cas des deux autres professions. Pour le concours (liste A) et l’examen (liste B), les modalités actuelles sont satisfaisantes. L’évaluation conserve des épreuves écrites et pratiques pour tout diplômé hors Union Européenne, elle prend en compte les besoins locaux qu’elle devrait recenser avec précision tout en considérant les situations locales acquises et pertinentes. Elle devrait préserver également les possibilités futures d’accès à l’exercice professionnel des étudiants français actuels et le recrutement de candidats d’exception.

    Lire la suite >
  • Avis

    Avis 23-08. Quels rôle et place pour le médecin généraliste dans la société française au XXIème siècle ? Du médecin traitant à l’équipe de santé référente

    Role and place of the general practitioner in French society in the 21st century

    Les membres du groupe de travail déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt concernant le thème abordé.

    Le rôle et la place du médecin généraliste doivent évoluer vers une prise en charge globale des patients. L’usage des moyens diagnostiques et thérapeutiques numérisés et le partage des tâches dans une étroite collaboration avec les autres personnels soignants s’impose dans le cadre d’une collaboration étroite au sein de structures médicales dédiées qui se développeront dans les territoires. Le médecin généraliste aura une vocation d’assembleur et de référent personnel du patient tout au long de son parcours de soins.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    L’œil et le cerveau des enfants et des adolescents sous la lumière des écrans

    Eye and brain of children and adolescents under the light of screens.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    L’Académie nationale de médecine condamne la restriction d’accès aux soins des victimes de manifestations en Iran

    The National Academy of Medicine condemns restriction of access to health care for demonstrators in Iran

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-02. Le foie stéatosique non alcoolique : un défi de santé publique

    NON-ALCOHOLIC FATTY LIVER DISEASE: A PUBLIC HEALTH CHALLENGE

    Le foie stéatosique non alcoolique représente l’une des pathologies hépatiques les plus fréquentes, affectant 25 à 30% de la population mondiale. Alors que sa forme stéatosique pure est en règle bénigne, sa forme active dite NASH (stéato-hépatite non alcoolique) expose au risque de cirrhose et, même en l’absence de cirrhose, de carcinome hépatocellulaire. Cette pathologie est liée à un excès d’acides gras libres hépatocytaires essentiellement d’origine acquise (surnutrition glucidique et lipidique, sédentarité). Il y a production de composés lipotoxiques générateurs d’inflammation et de fibrose dans le foie. Le diagnostic repose avant tout sur une démarche non invasive (c’est-à-dire sans recours à la ponction-biopsie hépatique), combinant données cliniques, biologiques et d’imagerie. La stéatose est affirmée par l’échographie ou, mieux, par le CAP (coefficient attenuation parameter) associé au FibroScan®®. L’évaluation du retentissement fibrogène devrait faire appel, en première ligne, au test FIB-4 (basé sur âge, transaminase et plaquettes), éventuellement complété par un test sanguin spécialisé (Fibromètre ou Fibrotest) et/ou une mesure élastométrique hépatique par impulsion mécanique (FibroScan®) ou ultrasonore (ARFI). L’élastométrie par résonance magnétique est une technique performante mais moins accessible. A ce jour, le traitement est avant tout d’ordre préventif, basé sur les mesures hygiéno-diététiques. De multiples approches pharmacologiques sont prometteuses mais à ce jour sans autorisation de mise sur le marché. En cas d’obésité morbide, la chirurgie bariatrique a un effet favorable sur le foie stéatosique non alcoolique. La greffe hépatique a des résultats similaires à ceux obtenus dans les autres hépatopathies mais nécessite la prise en compte des risques liés au contexte métabolique.

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    Le Professeur Christian BOITARD élu secrétaire perpétuel de l’Académie nationale de médecine

    Professor Christian BOITARD elected Perpetual Secretary of the National Academy of Medicine

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    Le Professeur Jacques BELGHITI, premier chirurgien élu Secrétaire adjoint de l’Académie nationale de médecine

    Professor Jacques BELGHITI, first surgeon elected Deputy Secretary of the National Academy of Medicine

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Rendez-vous non honorés

    Disregarded appointments

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 23-01. Accès à la pornographie chez l’enfant et l’adolescent : conséquences et recommandations

    Children and adolescent access to pornography: consequences and recommendations

    Les auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec le sujet.

    La libération de la sexualité et l’accès à la pornographie sont des phénomènes désormais anciens qui ont débuté dans les années 1970-1980. Mais c’est l’avènement des nouveaux médias et leur généralisation qui ont rendu la pornographie accessible partout, facilement et par tous, y compris par les enfants. Alertée par le monde associatif, la Haute Autorité en Santé a transmis la saisine à l’Académie de Médecine par décision n°2021.0245 du 23/09/2021. Le groupe de travail a procédé par une revue de la question et l’audition de personnalités. La constatation de cette accessibilité facilitée implique collectivement de s’interroger à trois niveaux :

    1. sur l’ampleur du phénomène chez l’enfant et l’adolescent, en particulier en France ;
    2. sur les effets et les conséquences que cette exposition précoce à la pornographie peut avoir sur les enfants et les adolescents, en particulier sur leur sexualité future en termes d’attentes, de comportements ou de dynamiques relationnelles ;
    3. sur les mesures que la société devrait mettre en place pour pallier les conséquences de ces phénomènes et, protéger les enfants.

    Le rapport aborde ces trois questions, dégage les orientations récentes et les comportements problématiques constatés, et propose des recommandations.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Communiqué de l’Académie nationale de médecine sur le Plan Santé présenté par le Président de la République Française le 6 Janvier 2023

    The Health Plan presented by the President of the French Republic on January 6, 2023

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Face aux déserts médicaux : un Service médical citoyen

    Facing medical deserts: a citizen medical service

    Lire la suite >
  • Communiqué de presse

    Le Professeur Catherine BARTHÉLÉMY élue Vice-présidente de l’Académie nationale de médecine pour 2023

    Professor Catherine BARTHÉLÉMY elected Vice-President of the French National Academy of Medicine for 2023

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Stéatose hépatique non alcoolique : maladie fréquente, diagnostic devenu facile, prévention indispensable

    Non-alcoholic steato-hepatitis: a common disease, easy to diagnose, essential to prevent

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Réintégrer les soignants non vaccinés contre la Covid-19 reste une mauvaise option

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Cannabidiol : ce que vous devez oser demander et savoir

    Cannabidiol: What you should dare to ask and know

    Lire la suite >
  • Rapport

    Accidentologie des trottinettes électriques

    E-scooter accidents

    Avec l’expansion de l’offre de location des trottinettes électriques, l’accidentologie liée à leur utilisation est devenue un problème sanitaire majeur. Les facteurs de risque de cette nouvelle pratique de la micro-mobilité urbaine sont liés notamment à la conception des engins, au comportement des conducteurs, à l’état des voiries et au partage de l’espace public. Pour réduire le nombre d’accidents la première mesure réside dans le respect de la réglementation existante ; encore faut-il également envisager des avancées dans la conception des engins, en termes de sécurité, des règles de prévention pour les conducteurs, comportant formation et protection renforcée, ainsi qu’une réflexion sur le partage de l’espace public dans les centres urbains.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Comment éviter un risque réel de pénurie de dispositifs médicaux indispensables en cas d’application du règlement européen UE 2017/45 ?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Myélome multiple : de sérieux espoirs de guérison grâce aux nouvelles thérapeutiques

    Multiple myeloma: serious hopes of recovery thanks to new therapies

    Lire la suite >
  • Communiqué

    La Covid-19 est toujours là, la grippe est de retour, protégeons-nous !

    Covid-19 is still there, the flu is back, let’s protect ourselves!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Le défi de l’addiction au crack

    The challenge of crack addiction

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Quand le masque redevient nécessaire

    When the mask becomes necessary again

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Recommandations de l’Académie nationale de médecine relatives aux zones médicalement sous-denses, dites « déserts médicaux », en France

    Recommendations of the French National Academy of Medicine on poorly medicalized areas, known as “medical deserts”, in France

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Maitriser les risques face à la croissance de la médecine esthétique

    Controlling the risks faced with the growth of aesthetic medicine

    Lire la suite >
  • Rapport

    Rapport 22-12. La Biologie Médicale en France : évolutions et enjeux.

    Laboratory Medicine in France : developments and challenges

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêt

    La Biologie Médicale est un maillon essentiel de la prise en charge des patients, tant pour le diagnostic et le suivi des maladies que pour certaines avancées thérapeutiques. Elle est toutefois, depuis quelques années, confrontée à des questions fondamentales concernant son avenir. Le présent rapport s’inscrit dans le prolongement de celui publié en 2018 par les Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie et ne fait malheureusement que conforter une forte dégradation à tous les niveaux. Les pouvoirs publics n’assument pas leur rôle de régulateur, permettant ainsi que la financiarisation à outrance de la Biologie Médicale s’amplifie considérablement et conduise à des regroupements démesurés des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM), destructeurs et sources de risques sanitaires. Le résultat est que les LBM de ville, dont on connait déjà la mauvaise répartition territoriale, deviennent progressivement de simples sites de prélèvement, les patients se retrouvant alors seuls, souvent angoissés, avec leurs résultats transmis par internet sans interprétation. Par ailleurs, bien que les progrès dans le domaine de la Biologie Médicale soient incroyables et devraient constituer un pôle d’attractivité majeur pour les jeunes, la désaffection de la discipline est totale et inquiétante. Enfin, l’innovation, dans le cadre des progrès technologiques actuels : dispositifs connectés, intelligence artificielle et mégadonnées (big data), représente un enjeu majeur pour l’avenir. Là encore rien n’est fait, ou presque, alors que les chantiers sont immenses. Après ces constatations alarmantes, le rapport se terminera par une série de recommandations visant à optimiser l’entrée des LBM dans une nouvelle ère.

    Lire la suite >