Position statements

Le moteur de recherche ci-dessous vous permet de rechercher un texte parmi les prises de position de l'Académie par mot-clé, année et/ou type de texte :

692 résultats

  • Communiqué

    Expanding the offer and assuring the quality of training in psychotherapy: a clear necessity

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Can we trust self-screening tests facing SARS-CoV-2 variants?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Nouveautés en transplantation : le défi des prouesses chirurgicales face aux alternatives

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Accelerating vaccination against Covid-19

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Nasopharyngeal swabs are not risk-free

    Lire la suite >
  • Rapport

    Réformer la recherche en sciences biologiques et en santé : Partie I, le financement

    Reforming Biosciences and Health Research: Part I, Funding

    Les auteurs de ce rapport déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt avec ce texte.

    La pandémie de la COVID-19 est survenue dans le contexte d’un recul spectaculaire du soutien à la recherche en biologie-santé en France. L’analyse des moyens attribués à ce secteur montre ainsi que les crédits en 2020 correspondent à seulement 17,2% du total des crédits attribués à la recherche, ratio le plus faible depuis au moins 15 ans.

    La méthode d’attribution des crédits provenant de l’assurance maladie est une autre faiblesse du système de soutien à la recherche hospitalière. Son alignement sur les bonnes pratiques internationales impliquerait de confier la mission d’allouer ces crédits à un « Conseil d’orientation de la recherche hospitalière », qui devrait aussi être un acteur de la mise en œuvre des programmation nationales de la recherche.

    Un autre article aborde l’organisation de la recherche.

    Des recommandations sont aussi émises pour un meilleur fonctionnement du dispositif de recherche au niveau local, dont dans les CHU, et au niveau national.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Réformer la recherche en sciences biologiques et en santé : Partie II, l’organisation

    Reforming Biosciences and Health Research: Part II, the Organization

    Les auteurs déclarent n'avoir aucun lien d'intérêt avec ce texte.

    Le sous-financement de la recherche en biologie-santé par le ministère en charge de la recherche et l’inadéquation de l’attribution des crédits provenant de l’assurance maladie pour le soutien à la recherche hospitalière ont fait l’objet d’un premier article.

    Il serait toutefois illusoire d’espérer qu’une action uniquement budgétaire résolve les difficultés observées si une réorganisation n’était pas envisagée. L’objectif doit être de simplifier et gagner en efficience.  Aussi, quatre principaux scénarios d’évolution du dispositif de recherche sont proposés dans ce deuxième article, en analysant les améliorations attendues et la problématique de conduite du changement. Les deux premiers scénarios, plus spécifiques à la recherche en biologie-santé, conduisent à fédérer les compétences dans ce domaine, et supposent un pilote national unifié. Les deux derniers scénarios concernent l’ensemble de la recherche autant que celle en biologie-santé. Ils sont plus disruptifs et simplificateurs, leur combinaison de réforme locale et nationale apparaissant même comme un dernier cinquième scénario très ambitieux.

    Des recommandations sont aussi émises pour un meilleur fonctionnement du dispositif de recherche au niveau local, dont dans les CHU, et au niveau national.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Between the essential precautions and the undesirable confusion

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Down Syndrome World Day

    Lire la suite >
  • Communiqué

    European plans for enhanced pharmacovigilance: safety or restraint ?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Monitoring SARS-CoV-2 variants: how and why?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    About the National Hearing Day

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Let’s release now the constraints imposed in sheltered home for elderly dependent persons (EHPAD)!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Vaccination of caregivers against Covid-19 must become mandatory

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Should pregnant women be vaccinated against Covid-19?

    Lire la suite >
  • Rapport

    Il faut vacciner les femmes enceintes contre la grippe et contre la coqueluche

    Pregnant women should be vaccinated against influenza and whooping cough

    Les auteurs déclarent ne pas avoir de lien d’intérêts avec le sujet abordé.

    Vacciner les femmes enceintes contre la grippe et contre la coqueluche peut protéger la mère et le nouveau-né contre ces deux infections potentiellement sévères. Largement pratiquées dans plusieurs pays étrangers, ces deux vaccinations se révèlent efficaces et sans danger. En France, pays de l’hésitation vaccinale, bien que la vaccination contre la grippe soit recommandée au cours de la grossesse, la couverture vaccinale reste insuffisante. La vaccination des femmes enceintes contre la coqueluche n’est pas recommandée, sauf à Mayotte, ce qui laisse une période de vulnérabilité de quelques semaines pour le nouveau-né vis-à-vis de cette infection redoutable. Ces deux vaccinations doivent être recommandées au début de chaque grossesse, afin d’aborder systématiquement leur mise en œuvre dès la première visite prénatale.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Rare, but frequent diseases: increasing the efforts undertaken in France and in Europe!

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Citizen consultation on ‘recreational’ cannabis: A political choice in obvious conflict with public health

    Lire la suite >
  • Avis

    Covid-19: which samples for which tests?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Covid-19: which tests to trust in 2021?

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Anti-SARS-CoV-2 monoclonal antibodies, an opportunity to be seized

    Lire la suite >
  • Rapport

    Méconnaissance du Cortex Préfrontal

    The Prefrontal Cortex, a disregarded territory

    Les auteurs ne déclarent aucun lien d’intérêt pour cet article.

    Le cortex préfrontal (CPF) représente 30% des aires corticales et inclut des ensembles neuronaux qui encodent : mémoire de travail, conditionnement et valeur de la récompense, inhibition des comportements inappropriés, détection des erreurs, gestion des conflits et contrôle cognitif. Ce cortex associatif élabore des réponses adaptées aux contingences sociales, environnementales et aux besoins internes. Les lésions du CPF (traumatismes crâniens, accidents vasculaires, tumeurs, démences dégénératives, affections psychiatriques) engendrent un état clinique aux multiples facettes retentissant sur les comportements du patient qui peuvent être diminués (apathie) ou mal contrôlés (désinhibition, troubles des conduites sociales) avec de multiples conséquences médico-légales.

    Une meilleure connaissance du cortex préfrontal et de ses troubles est souhaitable pour mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent les phénomènes d’addiction ou certaines pathologies psychiatriques (dépression, schizophrénie notamment) et pour mieux repérer sa responsabilité dans les difficultés de reprise de vie professionnelle ou sociale après traumatisme crânien ou dans la survenue d’actes délictueux inexpliqués.

    Lire la suite >
  • Avis

    PRESS RELEASE OF THE ETHICS COMMITTEE OF THE FRENCH NATIONAL ACADEMY OF MEDICINE Bill project on bioethics Medical assistance to procreation and its extension to infertile couples. Access to origins. Child protection. Exclusion of any eugenics

    Avis approuvé par le Conseil d’administration de l'Académie nationale de médecine le 29 janvier 2021.

    Lire la suite >
  • Rapport

    Le dépistage du cancer du poumon par scanner thoracique faible dose (STFD) reste non justifié, mais peut être utile pour un bilan de santé des fumeurs.

    Low-dose computed tomography (LDCT) in smoker’s population is only useful for health work-up of heavy smokers.

    Les auteurs n’ont pas de conflits d’intérêt sur le sujet.

    La pratique d’exploration par scanner thoracique « faible dose » (STFD) chez les fumeurs pourrait permettre un diagnostic plus précoce de cancer broncho-pulmonaire (CBP), une quantification de l’emphysème et l’identification de calcifications coronaires. Etant données les doses réduites d’irradiation qu’elle délivre, l’idée d’en faire un instrument de dépistage des CBP a mené à la réalisation d’essais randomisés avec groupe témoin. Avec un recul de 10 et 12 ans il ressort, des deux plus importants d’entre eux, une réduction de la mortalité liée au CBP chez les hommes, de 25% en moyenne, significative dans l’essai Nelson et de 8%, non significative, dans l’essai NLST, mais pas de réduction de la mortalité globale. Chez les femmes les résultats sont variables et plus difficilement interprétable. Dans l’essai NLST, une réduction significative de 20% en moyenne à 10 ans est observée chez les femmes alors que dans l’essai Nelson une réduction de 33% n’est pas significative en raison du faible nombre de femmes incluses et suivies 10 ans.

    Par ailleurs de nombreuses inconnues persistent pour pouvoir définir une politique de dépistage, entre autres sur  la définition de la population cible, le taux de participation souhaitable, la fréquence des tests, le type de test à réaliser, leur interprétation, les indications diagnostiques et thérapeutiques pour les tests positifs et la formation des radiologues.

    En raison de ces multiples incertitudes l’Académie nationale de médecine considère que l’utilisation du STFD ne peut être retenue actuellement en tant qu’instrument de dépistage programmé, mais qu’en revanche elle pourrait contribuer au bilan de santé de certains fumeurs et inciter aux démarches de sevrage tabagique qui reste un souci majeur pour la Santé publique.

    Lire la suite >
  • Communiqué

    Should we modify the barrier gestures in the face of emerging SARS-CoV-2 variants?

    Lire la suite >