Rapport
Session of 26 mars 2024

Rapport 24-05. Comprendre la place de l’irrationalité dans le soin : quelles conséquences pour la pratique et la formation des soignants ?

MOTS-CLÉS : Thérapies complémentaires, Irrationalité, Médecine fondée sur la preuve, Informations fallacieuses, Réseaux sociaux, Alliance thérapeutique
Understanding the place of irrationality in care: What consequences for the practice and training of carers?
KEY-WORDS : Complementary medicine, Irrationality, Evidence-based medicine, Social networks, Fake news, Therapeutic alliance

FALISSARD Bruno, ROQUES-LATRILLE Christian-François, BREART Gérard, LECOMTE Dominique, LÉVI Yves, QUENEAU Patrice, DENOIX Jean-Marie, ALLILAIRE Jean François, BONTOUX Daniel, au nom d’un groupe de travail de la commission 3 de l’Académie nationale de médecine*

Les membres du groupe de travail déclarent l’absence de liens d’intérêt.

Résumé

Un nombre important de personnes se tournent vers des thérapies non conventionnelles, parfois au détriment de leur santé. Les motivations sont nombreuses : insatisfaction vis-à-vis du système de santé et de ses acteurs notamment du fait d’une perte de sens dans le soin, sentiment de méfiance envers la science, informations fallacieuses et complotisme étalés sur les réseaux sociaux. Dans un tel contexte, les soignants peuvent se sentir démunis face à des comportements qu’ils jugeront comme manifestement irrationnels. L’irrationalité d’un comportement est cependant un concept délicat à manier et qu’il faut considérer avec prudence dans le cadre de la relation médecin malade. Lors de la rencontre avec un patient la question de la finitude de la vie n’est jamais totalement absente. Construire une alliance thérapeutique implique souvent de prendre en compte une telle réalité. L’Académie nationale de médecine se doit de rappeler que la pratique clinique repose sur la maîtrise d’un savoir hautement scientifique et technique mobilisé dans le contexte d’un dialogue entre deux êtres humains, chacun empreint de sa propre subjectivité. Des pistes concrètes sont proposées dans ce rapport, dans les domaines de l’exercice clinique, de la formation des soignants, de l’information des patients et plus généralement des citoyens. Il s’agit d’un enjeu de toute première importance pour garantir un système de soin à la fois bienveillant et efficace, conditions nécessaires pour éviter le recours à certains soins alternatifs potentiellement délétères. C’est à ces conditions que notre système de soin sera véritablement « rationnel ».

Summary

A significant number of people are turning to unconventional therapies, sometimes to the detriment of their health. The motivations are numerous: dissatisfaction with the health system and its stakeholders, particularly due to a loss of meaning in care, a feeling of distrust towards science, misleading information and conspiracies spread on social networks. In such a context, caregivers may feel helpless in the face of behavior that they judge to be clearly irrational. The irrationality of behavior is, however, a delicate concept to handle and which must be considered with caution in the context of the doctor–patient relationship. When meeting a patient, the question of the finitude of life is never totally absent. Building a therapeutic alliance often involves taking this reality into account. The “Académie nationale de médecine” reminds that clinical practice is based on the mastery of highly scientific and technical knowledge, mobilized in the context of a dialogue between two human beings, each imbued with his or her own subjectivity. Practical actions are proposed in this report, in the areas of clinical practice, training of caregivers, information for patients and more generally for citizens. This is an issue of major importance to guarantee a care system that is both caring and effective, necessary conditions to avoid the use of certain potentially harmful alternative care. It is under such conditions that our healthcare system will be truly “rational”.

Accès sur le site Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2024.04.010

Accès sur le site EM Consulte

*Membres du groupe de travail : J-F. Allilaire, J-C. Béani, D. Bontoux, J-M. Bourre, G. Bréart, J-M. Denoix, B. Falissard (président), J. Hubert, D. Lecomte, Y. Lévi, J-L. Montastruc, P. Netter, J-P. Nicolas, P. Queneau, C-F. Roques-Latrille (secrétaire), R. Trèves, J-L. Wémeau, A. Yelnik.

Bull Acad Natl Med 2024;208:720-6. Doi : 10.1016/j.banm.2024.04.010