Communication scientifique
Séance du 5 mars 2024

Physiopathologie de la drépanocytose et perspectives thérapeutiques

MOTS-CLÉS : Drépanocytose, Physiopathologie, Immunité innée, Adhérence, Inflammation
Pathophysiology of sickle cell disease and therapeutic perspectives
KEY-WORDS : Sickle cell disease, Pathophysiology, Innate immunity, Adhesion, Inflammation

Slimane Allali (a, ⁎, b, c) , Yael Pinhas (a), Thiago Trovati Maciel (b, c), Olivier Hermine (b, c, d, e)

Le Professeur Olivier Hermine est co-fondateur d’AB Science.

Résumé

La compréhension de la physiopathologie de la drépanocytose a nettement progressé au cours des dernières années. Si le globule rouge déformé en faucille reste la première cellule impactée par cette hémoglobinopathie secondaire à une mutation du gène de β-globine, les cellules endothéliales et les cellules de l’immunité innée activées par l’hémoglobine S (HbS) et par l’hème s’avèrent également des acteurs clés de la physiopathologie de la drépanocytose. Les anomalies du tonus vasculaire, l’adhérence accrue des globules rouges et des neutrophiles à l’endothélium vasculaire, l’inflammation secondaire à l’activation des monocytes, et la douleur neurogène médiée par les mastocytes constituent de nouvelles pistes prometteuses dans la compréhension de la maladie. Parmi les traitements en lien avec la physiopathologie classique de la drépanocytose figurent la transfusion érythrocytaire visant à corriger l’anémie et à remplacer les drépanocytes rigides par des globules rouges déformables, l’hydroxyurée qui est un puissant inducteur de l’hémoglobine fœtale inhibant la polymérisation de l’HbS, la greffe de moelle, mais également la thérapie génique et les nouveaux agents anti-polymérisants augmentant l’affinité de l’hémoglobine pour l’oxygène. Les pistes thérapeutiques ciblant l’immunité innée comprennent quant à elle les anticorps anti-P-sélectine qui diminuent l’adhérence des neutrophiles à l’endothélium vasculaire, les traitements immunomodulateurs visant à réduire l’inflammation, et les agents inhibiteurs des mastocytes ou de leurs principaux médiateurs.

Summary

Understanding the pathophysiology of sickle cell disease (SCD) has progressed significantly in recent years. If the sickle-shaped red blood cell (RBC) remains the first cell impacted by this hemoglobinopathy secondary to a mutation in the β-globin gene, endothelial cells and innate immune cells activated by hemoglobin S (HbS) and by heme also appear to be key players in the pathophysiology of SCD. Vascular tone abnormalities, increased adhesion of red blood cells and neutrophils to vascular endothelium, inflammation secondary to monocyte activation, and mast cell-mediated neurogenic pain represent promising new avenues in understanding the disease. Among the treatments linked to the classic pathophysiology of SCD are RBC transfusion aimed at correcting anemia and replacing rigid RBCs with deformable RBCs, hydroxyurea which is a powerful inducer of fetal hemoglobin inhibiting HbS polymerization, bone marrow transplantation, but also gene therapy and new anti-polymerizing agents increasing the affinity of hemoglobin for oxygen. Therapeutic avenues targeting innate immunity include anti-P-selectin antibodies that reduce neutrophil adhesion to the vascular endothelium, immunomodulatory treatments aimed at reducing inflammation, and agents that inhibit mast cells or their main mediators.

Accès sur le site Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2024.03.003

Accès sur le site EM Consulte

(a) Service de pédiatrie générale et maladies infectieuses, centre de référence des syndromes drépanocytaires majeurs, Université Paris Cité, Assistance publique–Hôpitaux de Paris (AP–HP), hôpital universitaire Necker-Enfants malades, 149, rue de Sèvres, 75015 Paris, France
(b) Laboratory of Cellular and Molecular Mechanisms of Hematological Disorders and Therapeutical Implications, Inserm U1163, Institut Imagine, Université Paris Cité, Paris, France
(c) Laboratory of Excellence GR-Ex, Paris, France
(d) Service d’hématologie, hôpital universitaire Necker-Enfants malades, AP–HP, Université Paris Cité, Paris, France
(e) Centre de référence des mastocytoses, AP–HP, hôpital universitaire Necker-Enfants malades, Université Paris Cité, Paris, France

⁎Auteur correspondant.

Bull Acad Natl Med 2024;208:648-59. Doi : 10.1016/j.banm.2024.03.003