Rapport
Séance du 20 octobre 2020

Les prescriptions médicamenteuses dans le rhume de l’adulte d’origine virale

MOTS-CLÉS : RHUME,SINUSITE,HISTOIRENATURELLE,ANTIBIOTIQUE,CORTICOÏDE,VASOCONSTRICTEURNASAL
Drug prescriptions in adult common cold of viral origin
KEY-WORDS : COMMONCOLD,SINUSITIS,NATURALHISTORY,ANTIBIOTIC,CORTICOSTEROID,NASALDECONGESTANT

BONFILS Pierre*, BRICAIRE François*, CHAYS André*, QUENEAU Patrice, GIROUD Jean-Paul*, FRAYSSE Martial, ASTIER Alain, OURABAH Rissane, BIOURMichel, TRAN BA HUY Patrice (rapporteur). Au nom d’un groupe de travail rattaché de la commission II (Thérapeutique,Pharma cologie,Toxicologie,Médicaments et autres produits de santé)

Résumé

Aucun traitement du rhume de l’adulte n’a réellement fait preuve d’une grande efficacité. Or, les prescriptions médicamenteuses sont nombreuses et variées, représentant à la fois un danger en termes de santé publique et de risque d’effet indésirable individuel, et un coût non justifié en termes de dépenses de santé. Après une analyse de la littérature et des données socio-économiques, le rapport propose (i) de créer un « Observatoire National du Rhume », (ii) d’améliorer la formation des médecins et des pharmaciens en se basant sur une nouvelle nosologie : l’IVVAS, (iii) de définir la place de l’antibiothérapie dans le traitement du rhume à partir des recommandations des sociétés savantes, (iv) de limiter l’usage de la corticothérapie le plus souvent inadaptée ainsi que l’usage des vasoconstricteurs en raison de leurs effets indésirables, en suggérant qu’ils ne soient délivrés que sur prescription médicale, (v) d’alerter le grand public des dangers de l’automédication et de la dangerosité et de l’inefficacité de nombreux traitements utilisés.

Summary

No treatment for adult cold has really been very effective. However, drug prescriptions are numerous and varied, representing both a danger in terms of public health and a risk of individual adverse effects, and an unjustified cost in terms of health expenses. After an analysis of the literature and socio-economic data, the report proposes (i) to create a « National Observatory of the Common Cold », (ii) to improve the training of doctors and pharmacists based on a new nosology: IVVAS, (iii) to define the place of antibiotic therapy in the treatment of common cold based on the recommendations of medical societies, (iv) to limit the use of steroid therapy, which is most often inappropriate, and the use of vasoconstrictors because of their side effects, suggesting that they should be only delivered on medical prescription, (v) to alert the general public of the dangers and inefficiency of self-medication.