Communication scientifique
Session of 11 juin 2013

Un dépistage élargi et une prise en charge thérapeutique précoce

Roland TUBIANA *

L’auteur déclare ne pas avoir de lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.
INTRODUCTION
Tous les progrès réalisés dans la prise en charge des patients infectés par le VIH
depuis 30 ans (accès à des traitements efficaces et tolérés, reconstitution immune
protectrice, baisse importante de la morbi-mortalité, diminution de la transmission
sexuelle et de la mère à l’enfant du VIH) ne sont bien entendu accessibles au niveau
individuel que si l’infection est dépistée.
SITUATION DU DÉPISTAGE EN FRANCE
Les enjeux du dépistage
En dépit du grand nombre de dépistages réalisés en France, des défis sont à relever
si l’on souhaite réduire la part des dépistages tardifs, et conduire vers le dépistage
les personnes exposées au risque d’infection mais qui ne se considèrent pas
comme telles.
Une forte activité de dépistage, mais non suffisante
L’activité de dépistage du VIH est globalement élevée en France, elle a très largement
augmenté entre 2001 et 2005 pour se stabiliser à environ 5 millions de tests
réalisés par an (soit près de 80 tests VIH réalisés pour 1 000 habitants). Elle a
légèrement augmenté en 2011 avec 5,2 millions de tests réalisés mais sans que le
nombre de sérologies positives n’ait augmenté. Plus de trois quarts des tests (77 %)
* Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 47-83 Bd de l’Hôpital, Pavillon
Laveran — 75651 Paris cedex 13 ; e-mail : roland.tubiana@psl.aphp.fr
Tirés à part : Docteur Roland Tubiana, même adresse
Article reçu le 15 juillet 2013, accepté le 14 octobre 2013
Bull. Acad. Natle Méd., 2013, 197, no 6, 1157-1175, séance du 11 juin 2013
1157

Télécharger le document (PDF)

* Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 47-83 Bd de l’Hôpital, Pavillon Laveran — 75651 Paris cedex 13

Bull. Acad. Natle Méd., 2013, 197, no 6, 1157-1175, séance du 11 juin 2013 1157