Published 31 May 2022

Résumés des séances de l’Académie*

* Par Catherine Barthélémy, Pierre Brissot, Martin Danis, Vincent Delmas, Francis Michot

 

Conférence

La Dévastation en Ukraine – Journal de Bord par Jean-Baptiste RICCO (Membre de l’Académie nationale de médecine).

Jean-Baptiste Ricco, chirurgien vasculaire, témoigne d’une action internationale d’urgence organisée en Ukraine à l’initiative de la Société européenne de chirurgie vasculaire à laquelle il a  activement participé. Pour venir en aide à un  nombre catastrophique de civils gravement blessés dans les villes détruites par l’armée russe, un groupe de chirurgiens vasculaires européens volontaires s’est constitué. Du matériel médical, chirurgical, des dispositifs de soins d’urgence ont été rassemblés en quelques jours. Le centre de coordination s’est positionné à Munich. Ce collectif spontané a pu intervenir, soulager et sauver des vies de civils dans des villes à feu et à sang : Karkhiv, Mariupol, Zaporijia, Dnipro, Kyiv, Boutcha … Les photos et les films commentés par Jean-Baptiste Ricco montrent l’horreur du massacre de populations civiles prises au piège, avec femmes et enfants, la gravité des blessures, les soins dans des conditions extrêmes, l’engagement héroïque de ce groupe de confrères européens.

 

 

Communications

Biotechnologies et santé : enjeux et perspectives par Christian JORGENSEN (IRMB, Univ Montpellier,INSERM, Montpellier ; CHU Montpellier)

La thérapie cellulaire constitue une rupture technologique en médecine. En effet, si initialement ces nouvelles thérapies n’abordaient que le traitement de maladies rares, elles s’imposent désormais dans de nombreux domaines dont l’oncologie avec les CAR-T, la médecine régénératrice des maladies cardiovasculaires, le diabète ou les affections musculo-squelettiques avec les cellules stromales mésenchymateuses. Ces cellules thérapeutiques sont appelées médicaments de thérapie innovante (MTI) et regroupent l’ensemble des procédés incluant des cellules manipulées pour obtenir une reprogrammation (les iPS), induire une expression génique ou par édition du génome pour modifier l’expression d’un gène. Enfin, il est essentiel de développer de nouveaux supports cellulaires imprimables en 3D. Ces biomatériaux sous forme de bio-encres peuvent être imprimés et prendre la forme souhaitée du tissu cible avant d’être colonisés par les éléments cellulaires nécessaires à leurs fonctions biologiques et ainsi remplacer l’organe défaillant. L’ensemble de ces nouvelles technologies est générateur d’innovation et du développement des bio-médicaments de demain. La création d’une filière nationale autour des biotechnologies et l’accès aux plateformes industrielles de bio-production sont indispensables si nous souhaitons maitriser l’accès à ces traitements et leurs coûts. Enfin, il est indispensable d’avoir recours à un personnel de santé hautement qualifié à la manipulation, à l’administration et au suivi des biomédicaments dans nos hôpitaux. Ces nouvelles biothérapies vont profondément modifier la prise en charge des patients dans tous les domaines, changer les pratiques médicales mais avec un impact sociétal considérable. Ainsi le développement et la recherche clinique sur les biothérapies cellulaires constituent des enjeux essentiels en santé, avec des impacts éthique, sociétal et économique très importants pour l’Europe.

 

Prévention de l’insulino-résistance par les acides gras polyinsaturés à longue chaîne n-3 : actualisation en 2022 par Jacques DELARUE (Département de Nutrition, ER 7479 SPURBO, CHRU/Faculté de Médecine/Université de Brest, Brest)

L’insulino-résistance (IR) est associée à de très nombreuses maladies, au premier rang desquelles : le diabète de type 2, l’obésité et le syndrome métabolique. La prévention de l’IR associe le maintien d’un poids normal à une activité physique régulière. A côté de ces mesures, les acides polyinsaturés à longue chaîne n-3 (AGPI-LC n-3), présents à l’état naturel dans les aliments d’origine marine (poissons gras), sont susceptibles de contribuer à cette prévention. En 2022, un ensemble de données biochimiques, physiologiques, physiopathologiques, épidémiologiques et cliniques sont en faveur de l’intérêt potentiel des AGPI-LC n-3 pour la prévention de l’IR et du diabète de type 2. Bien qu’il existe des discordances entre les études translationnelles (très en faveur d’un effet protecteur des AGPI-LC n-3) et cliniques, l’accumulation des données, incluant les méta-analyses les plus récentes, permet aujourd’hui de conclure à leur effet préventif de l’IR. Cet effet est partiellement curatif dans le cas du diabète gras, du syndrome des ovaires polykystiques, de la stéatopathie métabolique, et de l’obésité chez l’enfant mais pas dans le diabète de type 2. Ces effets nécessitent des doses nutritionnelles plus élevées que les recommandations actuelles. Il est vraisemblable – bien que non réellement prouvé – qu’une durée d’exposition longue joue un rôle dans leur effet bénéfique. Néanmoins, leur efficacité préventive ne saurait se substituer à la gestion du poids et à l’activité physique ; elle en est complémentaire.

 

Homicide des femmes au sein des couples hétérosexuels en France : le comprendre pour mieux le prévenir par Alexia DELBREIL (Service de médecine légale, CHU de Poitiers)

En France, en 2020, « L’étude nationale sur les morts violentes au sein du couple » a recensé 125 victimes d’homicide conjugal, ce qui représentait 17% des homicides non crapuleux et des violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il ressort de cette étude qu’un homicide a été commis au sein du couple tous les trois jours environ, avec une majorité de victimes féminines (82%). Il existe souvent une continuité entre la violence conjugale et l’homicide, mais il est constaté que la séparation conjugale tient une place particulière dans ce crime. L’isolement, la précarité sociale et l’addiction à l’alcool sont des caractéristiques fréquemment associées. Les auteurs de crimes conjugaux sont généralement reconnus responsables de leurs actes et jugés, aucune abolition du discernement n’ayant été retrouvée lors de l’expertise psychiatrique. Lorsque la maladie mentale est présente, la dimension dépressive est majoritaire avec parfois des idéations suicidaires. La dimension psychotique est exceptionnelle dans ce type d’homicide intrafamilial. Les politiques de prévention étant de plus en plus centrées sur la lutte contre les violences faites aux femmes, de nouvelles mesures de protection ont vu le jour ces dernières années et de nombreuses réflexions nationales sont en cours à la suite du Grenelle sur les violences conjugales. Trois principales mesures sont ainsi disponibles dans notre pays : l’ordonnance de protection, le téléphone grave danger et le bracelet anti-rapprochement. Les professions médicales et paramédicales sont en première ligne pour repérer les situations conjugales pathologiques, violentes, alerter les partenaires, la justice pour aider à la mise en place de ces mesures de protection.