Communication scientifique
Session of 27 septembre 2021

Recherches sur les vaccins à Tours : du vaccin contre l’hépatite B à un vaccin bivalent contre les hépatites B et C

MOTS-CLÉS : Virus de l’hépatite C, Virus de l’hépatite B, Vaccin, Prophylaxie
Vaccine research in Tours: From hepatitis B vaccine to a bivalent vaccine against hepatitis B and C
KEY-WORDS : Hepatitis C virus, Hepatitis B virus, Vaccine, Prophylaxis

P. Roingeard *

Philippe Roingeard est co-signataire de deux brevets « Fusion proteins and use thereof for preparing hepatitis C vaccines » (2009) et « New immunogenic compositions and their use in the preparation of hepatitis C vaccines » (2020).

Résumé

Au milieu des années 70, le professeur Philippe Maupas mettait au point à Tours le tout premier vaccin contre le virus de l’hépatite B (VHB), basé sur l’utilisation des particules d’excès d’enveloppe qui accompagnent le virus dans le sang de sujets chroniquement infectés. À l’époque, ces particules sous-virales étaient purifiées à partir du plasma de porteurs chroniques du VHB pour produire un vaccin dit « plasmatique ». Ce vaccin a fait preuve de son efficacité et été utilisé pendant plusieurs années avant d’être remplacé progressivement par des vaccins produits par génie génétique. En effet, l’expression in vitro de la protéine d’enveloppe du VHB conduit à la production de ces particules sous-virales. Le virus de l’hépatite C (VHC) n’a, lui, été identifié qu’au début des années 90, et il n’existe toujours pas de vaccin contre ce virus, en partie du fait des difficultés techniques pour produire et purifier ses protéines d’enveloppe. Au cours des 15 dernières années, l’équipe de virologie de Tours a décrypté les mécanismes de morphogenèse des virus des hépatites B et C. Ces travaux de recherche fondamentale ont été déterminants pour mettre au point des protéines chimères entre les enveloppes du VHB et du VHC capables de former également des particules sous-virales. Ces particules ressemblent à celles du vaccin contre le VHB, mais ont l’avantage de contenir la totalité des protéines d’enveloppe du VHC. Elles constituent donc la base d’un vaccin bivalent qui pourrait être utilisé pour protéger à la fois contre le VHB et le VHC.

Summary

In the mid-1970s, Professor Philippe Maupas developed the first vaccine against the hepatitis B virus (HBV) in Tours, based on the use of excess envelope particles that accompany the virus in the blood of chronically infected subjects. At the time, these subviral particles were purified from the plasma of chronic HBV carriers to produce a so-called “plasma vaccine”. This vaccine proved to be effective and was used for several years before being progressively replaced by vaccines produced by genetic engineering. Indeed, the in vitro expression of the HBV envelope protein leads to the production of these subviral particles. The hepatitis C virus (HCV) was only identified in the early 1990s, and there is still no vaccine against this virus, partly because of the technical difficulties in producing and purifying its envelope proteins. Over the past 15 years, the virology team in Tours has deciphered the mechanisms of morphogenesis of hepatitis B and C viruses. This basic research has been instrumental in developing chimeric proteins between the envelopes of HBV and HCV that can also form subviral envelope particles. These particles resemble those of the HBV vaccine, but have the advantage of containing the entire envelope proteins of HCV. They, therefore, constitute the basis of a bivalent vaccine that could be used to protect against both HBV and HCV.

Accès sur Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2022.07.016

Accès sur EM Consulte

* Inserm U1259 MAVIVH, CHU de Tours, université de Tours, 10, boulevard Tonnellé, 37032 Tours cedex, France

Bull Acad Natl Med 2022;206:1107-1111. Doi : 10.1016/j.banm.2022.07.016