Communiqué
Session of 9 juin 2009

Réadaptation après l’accident vasculaire cérébral et unités neuro-vasculaires

Jean-Noël Fiessinger * et France WOIMANT, France Woimant

CommuniquéJean-Noël Fiessinger * et France WOIMANT, France Woimant

 

 

COMMUNIQUÉ

Au nom de la Commission IV (maladies cardio-vasculaires)

Réadaption après l’accident vasculaire cérébral et unités neuro-vasculaires

Jean-Noël FIESSINGER * et France WOIMANT Le 7 décembre 2004, l’Académie nationale de médecine recommandait de considérer l’accident vasculaire cérébral (AVC) comme une urgence vitale et d’augmenter le nombre d’unités neurovasculaires. Quatre ans plus tard, sous la responsabilité des neurologues, quatre-vingts unités sur les cent quarante nécessaires pour traiter efficacement les 130 à 150 000 accidents vasculaires cérébraux annuels sont ouvertes. Prenant acte de l’avancée majeure pour la santé publique que représentent les Unités Neuro-Vasculaires et consciente que ces créations n’ont de sens que complétées par le développement et la structuration des filières post hospitalières, l’Académie nationale de médecine recommande :

• En accord avec le décret no 2008-377 du 17 avril 2008 relatif aux conditions d’implantation applicables à l’activité de soins de suite et de réadaptation, le développement de l’offre de soins en soins de suite et de réadaptation (SSR) spécialisés permettant d’accueillir précocement, les 40 % environ de patients avec un AVC nécessitant une réadaptation neurologique. Ces structures doivent avoir un personnel et un plateau technique permettant une rééducation intensive pour les patients qui le nécessitent et une réadaptation adaptée pour tous.

• Le développement de l’offre de centres d’hébergement et de centres d’accueil en structures médico-sociales. Ces structures doivent avoir les moyens de prendre en charge les patients « neurologiques » handicapés quel que soit l’âge (accueil de jour, maisons d’accueil spécialisées, foyers d’accueil médicalisés, établissements d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes ou EHPAD).

• En accord avec la circulaire de 2003, le développement de l’offre de soins en Unités de Soins de Longue Durée (USLD) pour les patients neurologiques handicapés, en identifiant des lits pour les jeunes.

• La réduction, dès le stade de l’hospitalisation initiale, des délais des démarches administratives, que ce soit pour l’orientation médico-sociale ou les attributions d’aides.

• Lors du retour au domicile, la possibilité d’organiser précocement la réadap- tation, si nécessaire, en partenariat avec les structures d’aides au retour et au maintien au domicile.

• La mise en place, pour favoriser la coordination des soins tout au long du parcours, d’équipes mobiles multidisciplinaires de réadaptation et/ou de réseaux autour du handicap acquis neurologique de l’adulte. Ces équipes médicalisées doivent comprendre des neurologues , ergothérapeutes, des psychologues, des assistantes sociales et des médecins formés au handicap et travailler en lien étroit avec le médecin traitant.

• Le développement d’une recherche clinique de qualité sur les modalités de la prise en charge des suites des accidents vasculaires cérébraux L’Académie souligne que ces améliorations dans la prise en charge des patients au décours d’un accident vasculaire cérébral impliquent :

• D’améliorer la formation des médecins à la médecine physique et de réadaptation.

• De mieux prendre en compte les spécificités de l’acte de kinésithérapie neurologique.

• De favoriser la spécialisation d’orthophonistes dans la prise en charge des patients neurologiques.

*

* *

L’Académie, saisie dans sa séance du mardi 9 juin 2009, a adopté le texte de ce communiqué à l’unanimité

* Membre de l’Académie nationale de médecine

 

Bull. Acad. Natle Méd., 2009, 193, no 6, 1369-1370, séance du 9 juin 2009