Communication scientifique
Session of 26 janvier 2021

Pathologies mitochondriales & reproduction. Considérations cliniques, législatives, éthiques, anthropologiques

MOTS-CLÉS : Mitochondries, Reproduction, Mutations, Ovocyte, Don
Mitochondrial diseases & reproduction. Clinical, legal, ethical and anthropological issues
KEY-WORDS : Mitochondria, Reproduction, Mutations, Oocyte, Donation

J.N. Hugues*

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Résumé

Les mitochondries sont des organelles cytoplasmiques qui assurent la production énergétique de la cellule. Leur activité est régie par l’ADN nucléaire mais également par un ADN mitochondrial spécifique, l’ADNmt. Celui-ci, transmis par la mère, est exposé aux risques de mutations dont les conséquences fonctionnelles sont très invalidantes si elles touchent des tissus fortement demandeurs d’énergie. Les techniques d’assistance médicale à la procréation permettent aujourd’hui de réaliser, sous des conditions strictes, des dons de mitochondries en cas de mutations avec expression clinique sévère. Par ailleurs, la multiplication de l’ADNmt est particulièrement importante durant l’ovogénèse et de nombreux arguments plaident pour son implication dans la compétence ovocytaire et le développement embryonnaire. Des publications attestent qu’une modification quantitative de la production d’ADNmt pourrait être à l’origine de la faible qualité ovocytaire et/ou embryonnaire observée chez les patientes dont l’infertilité est en rapport avec l’âge ou des échecs répétés d’implantation. Dans ces situations, une approche thérapeutique basée sur un apport complémentaire d’ADNmt hétérologue voire autologue a été proposée puis réalisée avec succès. Le développement des techniques de procréation assistée en vue d’un don ou du transfert de mitochondries ouvre des espoirs légitimes chez des couples affectés de maladies rares, très invalidantes et transmissibles à la descendance mais également chez des couples beaucoup plus nombreux dont l’infertilité demeure sans thérapeutique réellement efficace. Néanmoins, l’innocuité de cette approche thérapeutique doit être mieux évaluée. La régulation législative de son application ainsi que les débats éthiques et anthropologiques qu’elle suscite sont également de la plus haute importance.

Summary

Mitochondria are cytoplasmic organelles that generate the entire energy of the cell. Mitochondrial activity depends on the nuclear DNA but also on a specific mitochondrial DNA (DNAmt). This DNAmt is maternally inherited and exposed to mutations that cause a broad range of severe debilitating and fatal pathologies, commonly affecting energy-demanding tissues. Assisted Reproductive Technologies provide a new way for limiting the inheritance of pathogenic mtDNA by mitochondrial donation under very strict regulations. In addition, DNAmt biogenesis is particularly marked during oogenesis and could play a pivotal role in the control of oocyte competence and embryonic development. Consequently, several publications have pointed that quantitative changes in DNAmt synthesis could be correlated with poor oocyte/embryonic quality in women whose infertility is related to age or multiple IVF failure. Therefore, in these situations, supplement with heterologous or homologous DNAmt has been proposed and proved to be successful. The development of these new technologies paves the way for new options of treatment to couples affected by rare but inherited diseases but also to numerous women whose infertility is still improperly treated. Nevertheless, a strict assessment of both efficacy and safety of these new technologies is absolutely required as well as the legal, ethical and anthropological issues they generate.

Accès sur le site Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2020.06.014

Accès sur le site EM Consulte

*Université Paris XIII, UFR Léonard de Vinci, 74, rue Marcel-Cachin, 93017 Bobigny, France

Bull Acad Natl Med 2021;205:246-58. Doi : 10.1016/j.banm.2020.06.014