Communication scientifique
Session of 5 avril 2016

Les troubles cognitifs chez les patients diabétiques âgés. Apport de l’étude Gérodiab

MOTS-CLÉS : Démence. Diabète de type 2. Sujet âgé
Cognitive decline in elderly diabetic patients. Contribution of the Gerodiab study
KEY-WORDS : Aged. Dementia. Diabetes Mellitus, type 2

Bernard BAUDUCEAU *, Lyse BORDIER *, Jean Pierre LE FLOCH **, Christiane VERNY ***, Jean DOUCET **** et l’intergroupe de Diabéto- Gériatrie SFD / SFGG

L’étude Gérodiab est menée grâce à une subvention de la Fondation Novo-Nordisk et des laboratoires Merck-Serono, une allocation recherche de la SFD et un PHRC national.

Résumé

L’étude Gérodiab est la première étude multicentrique française observationnelle prospective de suivi d’une cohorte de patients diabétiques âgés.

But de l’étude : L’objectif de cette étude est d’évaluer le lien entre l’équilibre glycémique et la morbidité de patients diabétiques de type 2 de plus de 70 ans. Les résultats ici présentés concernent les données lors de l’inclusion des patients.
Patients et méthode : Une cohorte de 987 patients diabétiques de type 2 dont 52,1 % de femmes, âgés de 70 ans et plus, ont été inclus de Juin 2009 à Juillet 2010 après une information éclairée, dans 56 centres répartis dans l’hexagone. L’ancienneté du diabète était d’au moins 1 an et les malades devaient être suffisamment autonomes dans leurs activités de la vie courante comportant notamment l’hygiène corporelle, l’habillage, la marche et les repas. Cette autonomie, au moins relative, était définie par un score supérieur ou égal à 3/6 sur l’échelle ADL (Activities of Daily Living). Les critères d’exploitation de l’étude reposaient, lors de l’inclusion, sur l’évaluation des données individuelles et notamment sur l’existence de troubles cognitifs. Dans cette étude, les troubles cognitifs ont été quantifiés grâce à la réalisation d’un MMSE (Mini Mental State Examination).

Résultats : Dans l’étude Gérodiab, 28,7 %des patients avaient un déficit sur le plan cognitif, soit du fait d’une démence (2,6 % des cas), soit devant un score inférieur à 25 au MMSE lors de l’inclusion. Les résultats permettent de confirmer et de préciser certains points de la littérature portant sur la fréquence, les mécanismes d’apparition, le rôle des hypoglycémies et les conséquences cliniques de ces troubles cognitifs.

Conclusion : Le dépistage des troubles cognitifs des patients diabétiques âgés permet d’adapter le mode de prise en charge et de prendre des mesures sociales pour limiter les conséquences de ce qui constitue de nouvelles complications du diabète.

Summary

The Gerodiab study is the first French multicentre, prospective, observational study conducted in a cohort of elderly diabetic patients.
Aim of the study: The main objective was to assess the association between glycemic control and morbidity in type 2 diabetic patients older than 70 years of age.
Patients and Methods: A cohort of 987 type 2 diabetic patients older than 70 years from 56 French centers, including 52.1 % of women, were included from June 2009 to July 2010. Duration of diabetes was at least 1 year. Patients should have sufficient autonomy in their daily living activities, including personal hygiene, dressing, walking and eating. This autonomy, at least relative, was defined by a score 3/6 on the ADL (Activities of Daily Living) scale. Enrolment criteria were based on the evaluation of individual data, in particular the morbidity including cognitive disorders assessed by MMSE < 25 (Mini Mental State Examination). Results : In the Gerodiab study 28.7 %of the patients had a cognitive impairment either due to dementia (2.6 %) or to aMMSEscore below 25 at baseline. The results support and specify some points of the literature on the frequency, occurrence mechanisms and clinical implications of these cognitive disorders. Conclusion : Screening for cognitive impairment in elderly diabetic patients allowto manage them and to limit the consequences of these newly recognized complications of diabetes.

Télécharger l’article (PDF)

Bull. Acad. Natle Méd., 2016, 200, nos 4-5, 859-875, séance du 5 avril 2016