Communication scientifique
Session of 9 mai 2023

Ebola et la maladie à filovirus : enjeux et perspectives à l’horizon 2030

MOTS-CLÉS : Fièvre hémorragique à virus Ebola, Infections à Filoviridae, Épidémies, Vaccins antiviraux, Résistance virale aux médicaments
Ebola and filovirus disease: Challenges and prospects for 2030
KEY-WORDS : Hemorrhagic fever, Ebola, Filoviridae infections, Epidemics, Viral vaccines, Drug resistance, Viral

Denis Malvy (a, b, c, ⁎ )

L’auteur déclare intervenir ou être intervenu au cours de 5 dernières années comme investigateur coordinateur ou co-coordinateur d’études cliniques sous promotion académique dans le domaine d’Ebola : cohorte : étude EVISTA, République démocratique du Congo, 2018 (à compter de) ; essais thérapeutiques : essai JIKI, Guinée, 2014–2015, essai PREVAIL II, 2015–2016 ; étude interépidémique IMOVA, Guinée, 2022 (à compter de) ; dans le domaine de la Fièvre de Lassa : cohorte : étude LASCOPE, Nigeria, 2019 (à compter de) ; essai thérapeutique : étude SAFARI, Nigéria, 2020 (à compter de) ; dans le domaine de la Covid-19 : en France : essai plateforme national COVERAGE, 2020–2022 : en Afrique : cohorte : étude EVOL-COV long, Guinée, Burkina Faso, République de Côte d’Ivoire ; essai thérapeutique : essai plateforme international COVERAGE-AFRICA, Guinée, Burkina Faso, 2020 (à compter de). L’auteur déclare sa nomination en qualité de membre du comité de scientifiques constitué au titre de l’état d’urgence sanitaire déclaré pour faire face à l’épidémie de Covid-19, décret du 3 avril 2020, NOR : SSAX2008862D, 12 mars 2020-31 juillet 2022. L’auteur déclare sa nomination en qualité de membre du comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires institué à l’article D.1413-92 du Code de la santé publique, Arrêté du 29 septembre 2022. NOR : SPRZ22237174A, à compter du 28 septembre 2022.

Résumé

Le virus Ebola représente une des principales espèces de la famille Filoviridae dans l’ordre Mononegavirales et fait partie des quatre espèces du genre Ebolavirus identifiées et épizootiques en Afrique occidentale ou équatoriale. Ces agents pathogènes sont associés à une maladie systémique grave, potentiellement mortelle, chez l’homme et les grands singes. Une fois que les formes les plus virulentes pénètrent dans la population humaine, les épisodes de transmission se font principalement par contact avec des fluides ou excrétas corporels infectés et peuvent donner lieu à des foyers de propagation épidémiques majeurs. Les virus Ebola et Marburg représentent un risque et un fardeau important pour la santé publique locale en Afrique et peuvent avoir un impact mondial par le biais d’infections importées. Les maladies à virus Ebola et Marburg se caractérisent par d’importantes pertes liquidiennes et d’électrolytes, une immunosuppression, des lésions cellulaires d’origine immune et une réaction inflammatoire systémique qui provoquent une altération des systèmes vasculaire, immunitaire et de la coagulation, entraînant une défaillance multiviscérale, un choc et une mortalité élevée. À la suite des épidémies dévastatrices de maladie à virus Ebola survenues en Afrique de l’Ouest (2013–2016) et à l’est de la République démocratique du Congo (2018–2020), épidémies classées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme des urgences de santé publique de portée internationale, des progrès considérables ont été réalisés en matière de diagnostic, de traitement et de prophylaxie vaccinale de la maladie à filovirus. Néanmoins, de nombreuses incertitudes persistent dans la prévention et la prise en charge de ces maladies ré-émergentes menaçantes et à propension épidémique qui surviennent en situation de ressources sanitaires limitées et de contextes géopolitiques critiques, notamment en raison de la recrudescence de conflits et de déplacements massifs des populations affectées.

Summary

Ebola virus is one of the major species of the family Filoviridae in the order of Mononegavirales and is one of the four species of the genus Ebolavirus that have been identified and which are epizootic in West or Equatorial Africa. They are pathogens associated with an acute, severe, potentially fatal, systemic disease in man and great apes. Once the more virulent forms enter the human population, transmission occurs primarily through contact with infected body fluids or excreta and can result in major epidemics in under-resourced settings. Ebola and Marburg viruses are pathogens that represent an important local public health hazard in Africa, with a potential worldwide impact through imported infections. Ebola and Marburg virus diseases are characterized by major fluid and electrolyte losses, with immune suppression, immune-mediated cell damage and a dysregulated systemic inflammatory response that causes damage to the vasculature, impaired coagulation, and immune dysfunction, leading to multiple organ failure and shock, and high mortality. Following the devastating Ebola virus disease outbreaks in West Africa (2013–2016) and in the eastern Democratic Republic of the Congo (2018–2020), that were classified by World Health Organisation as public health emergencies of international concern, substantial progress has been made in diagnosis, treatment, and vaccine prophylaxis of filovirus infection. Nonetheless, many uncertainties remain regarding the prevention and management of these deadly disorders that occur in the setting of limited health resources and challenging geopolitical settings, particularly given the uptick in conflict and the massive displacements of affected populations.

Accès sur le site Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2023.02.013 (Discussion)

Accès sur le site EM Consulte (Discussion)

(a) Service des maladies infectieuses et tropicales, Centre hospitalier universitaire de Pellegrin, place Amélie-Raba-Léon, 33045 Bordeaux cedex, France
(b) Département universitaire de médecine et santé tropicale (Centre René-Labusquière), Université de Bordeaux, Bordeaux, France
(c) UMR 1219, Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), EMR 271, Institut de recherche pour le développement (IRD), Bordeaux Population Health Research Centre, Université de Bordeaux, Bordeaux, France

(*) Adresse de correspondance.

Bull Acad Natl Med 2023;207:787-805. Doi : 10.1016/j.banm.2023.02.013