Publié le 12 février 2020

Télécharger le communiqué (PDF)

 

La Chine est frappée, depuis la fin de 2019, par une épidémie d’infections de l’appareil respiratoire due à un nouveau type de Coronavirus, la catégorie de virus qui avait entrainé deux épidémies ayant touché de nombreux pays, de SRAS-CoV en 2003 et de MERS-CoV depuis 2012.

 

Initialement détectée dans la ville de Wuhan et principalement développée dans la province du Hubei, puis dans plusieurs autres provinces chinoises, cette épidémie connaît un début de diffusion internationale, dont l’accentuation (augmentation du nombre des pays affectés et démonstration d’une transmission inter-humaine dans quelques-uns de ceux-ci) a conduit l’Organisation Mondiale de la Santé a déclarer, le 30 janvier 2020, que cette épidémie constitue une urgence de santé publique de portée internationale.

 

L’Académie nationale de Médecine soutient l’Organisation Mondiale de la Santé quant à l’évaluation et à la gestion du risque lié à cette épidémie et dans les recommandations qu’elle formule, notamment s’agissant des voyages internationaux ou de l’indispensable effort de recherche à engager au niveau global en matière de traitements antiviraux et de vaccins.

 

L’Académie nationale de médecine exprime toute sa confiance dans les autorités sanitaires françaises et les soutient dans leur effort pour promouvoir les mesures de santé publique nécessaires pour prévenir l’installation de l’épidémie en France, tout en préparant le système de santé de notre pays à cette éventualité, et qui engagent des actions de coopération vis-à-vis de la Chine et de pays en situation de vulnérabilité.

 

Elle tient à souligner l’importance qu’il y a à relativiser ce type d’épidémie. Si les chiffres fournis quotidiennement par les médias peuvent inquiéter, ils ne font qu’exprimer l’évolution d’une épidémie dans une population aussi importante et dense que celle de la Chine.

 

L’Académie nationale de médecine rappelle que l’inquiétude engendrée par la menace épidémique ne doit laisser place, ni aux rumeurs qui aggravent cette inquiétude, ni à la stigmatisation injustifiée et inadmissible vis-à-vis de certaines catégories de la population.

Télécharger le communiqué (PDF)