Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2024

1 résultat 

hypnose n.f.

hypnosis

Technique visant à obtenir l’induction d’un état de niveau de conscience modifié (restriction du champ de conscience) distinct du sommeil.
Il est caractérisé par une relaxation neuromusculaire induite par la répétition d'un stimulus monotone dans un contexte de diminution des stimulus sensoriels et moteurs, et par des modifications de conscience.
L'hypnose peut être considérée, du point de vue psychologique, comme une suggestion.
L’état d’hypnose peut être plus ou moins profond. Son induction peut nécessiter un temps plus ou moins long, le plus souvent de l’ordre de 30 minutes à partir de messages suggestifs de l’hypnotiseur. Lorsque cet état est induit par la personne elle-même on parle d’autohypnose.
L’hypnose permet de modifier la perception de la douleur (effet analgésique), remplacer ou compléter l’anesthésie médicamenteuse (hypno sédation). Elle peut aussi être utilisée dans un but psychothérapique comme moyen d’accès à des processus inconscients supposés à l’origine de symptômes tels que les angoisses, les troubles du sommeil.
Les techniques modernes de neuro-imagerie ont permis d’objectiver les modifications d’activité cérébrale qui sous-tendent les propriétés thérapeutiques de l’hypnose.
J.M. Charcot l'expliquait par l'intervention de mécanismes neurophysiologiques et l'employait à des fins expérimentales. H. Bernheim en faisait une technique utilisable en thérapeutique.

J. Braid, chirurgien écossais (1845) ; J-M. Charcot, neurologue français, membre de l’Académie de médecine (1882) ; H. Bernheim, neurologue français (1891)

état hypnoïde