Communication scientifique
Séance du 26 juin 2018

Syndrome catatonique de l’enfant et de l’adolescent: une pathologie rare fréquemment associée à une cause organique

MOTS-CLÉS : CATATONIE. ENFANCE. ADOLESCENCE. ORGANICITÉ
Catatonic syndrome in child and adolescent: a rare condition with frequent underlying organic condition
KEY-WORDS : CATATONIA. CHILDHOOD. ADOLESCENCE. ORGANIC CONDITION

David COHEN (1,2), Marie RAFFIN (1,3), Xavier BENAROUS (1,3), Vladimir FERRAFIAT (4), Angèle CONSOLI (1,3)

Résumé

Le syndrome catatonique est un syndrome psychomoteur rare chez l’enfant et l’adolescent. Bien que sa présentation soit proche de celle de l’adulte, certains symptômes sont importants chez l’enfant et l’adolescent (par exemple les signes de régression au plan du développement). Les pathologies psychiatriques associées sont les mêmes que celles retrouvées chez l’adulte. Néanmoins, on retrouve plus souvent une schizophrénie qu’un trouble de l’humeur, et on a souvent des antécédents de trouble du neurodéveloppement. La morbidité et la mortalité sont parmi les pires rencontrées en psychiatrie de l’enfant. Une pathologie organique sous-jacente est très fréquente (jusque 20 % des cas), et sa recherche doit être systématique car elle peut conduire à un traitement spécifique (par exemple traitements immunosuppresseurs en cas de maladie auto-immune). Les traitements symptomatiques (posologies élevées de benzodiazépines et electro-convulsivo-thérapie, ECT) sont aussi efficaces que chez l’adulte, mais doivent être mieux connus des cliniciens psychiatres d’enfant qui hésitent à les utiliser.

Summary

Catatonia is a rare and severe psychomotor condition in children and adolescents. Although the clinical presentation resembles that in adults, some symptoms are important in children and adolescents (e.g., psychomotor regression). Associated psychiatric disorders are similar to that found in adults; however, schizophrenia is more frequently observed than mood disorder. Additionally, a history of neurodevelopmental disorders maybe encountered. Morbidity and mortality are among the worst in child psychiatry. Underlying organic conditions are highly prevalent (more than 20% of the cases), and their search is warranted because some diagnoses may result in specific treatments (e.g., immune-suppressor therapy for autoimmune conditions). Symptomatic approaches – high doses of benzodiazepines and electroconvulsive therapy (ECT) – are as efficient in children or adolescents as they are in adults, but this finding needs to be acknowledged because a resistance against the use of ECT or high-doses of medications exists among child psychiatrists.

Entretien avec M. David COHEN à l’ANM le 26/06/2018 :

1. Département de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, APHP, , 47 bd de l'Hôpital, 75013, Paris, France ; 2. CNRS UMR 7222, Institut des Systèmes Intelligents et Robotiques, Sorbonne Universités, UPMC, Paris, France ; 3. GRC-15, Approche dimensionnelle des épisodes psychotiques de l’enfant et de l’adolescent, Faculté de Médecine, UPMC, Sorbonne Universités, Paris, France ; 4. Département de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent, CHU Charles Nicolle, Rouen, France

Version prépresse mise en ligne le 28/06/2018