Séance du 15 mars 2018

Plus meurtrier que le paludisme, plus rentable que la drogue, le trafic criminel des médicaments falsifiés est un drame sanitaire et économique d’ampleur mondiale.

  • Tous les pays sont concernés, en particulier les plus pauvres
  • Tous les types de médicaments sont visés :
    • notamment les antibiotiques et les antipaludiques;
    • en médecine humaine et en médecine animale;
    • y compris les dispositifs médicaux et les

8 décembre 2015 – Un rapport de l’Académie de Médecine, co-signé par les Académies de Pharmacie et Vétérinaire, alertait sur les conséquences sanitaires dramatiques de la falsification des médicaments, en particulier pour les populations pauvres d’Afrique, et mettait en garde sur les risques de propagation de ce fléau dans les pays développés avec l’expansion d’internet.

5 avril 2016 – Les trois Académies -médecine, pharmacie et vétérinaire- et les trois Ordres respectifs signaient un Manifeste afin de réveiller les consciences et pour dénoncer l’inaction des acteurs impliqués à tous les niveaux contre ce trafic mortifère.

Aujourd’hui, malgré une prise de conscience naissante de la menace, le trafic de faux médicaments, qui continue de ravager les pays d’Afrique, est parvenu à pénétrer les circuits de distribution de certains pays européens, et à s’infiltrer jusque dans les pharmacies allemandes ! Aucun pays n’est plus à l’abri de ce fléau.

 

Pour faire face à cette cruelle tromperie, orchestrée par des trafiquants criminels organisés, inventifs et disposant de ressources considérables, le comité interacadémique et interordinal de veille et de suivi appelle à la mobilisation générale ! Décideurs politiques, professionnels de santé, forces de police et des douanes, juristes et magistrats, journalistes et opinion publique… au Nord comme au Sud : nous sommes tous concernés.

Les pays économiquement développés, par solidarité envers les plus démunis, et pour leur propre sécurité, ont le devoir de mener la coopération internationale contre le crime pharmaceutique par tous les moyens disponibles.

L’arnaque thérapeutique que constituent les médicaments falsifiés alimente la défiance envers les systèmes de santé, freine le développement économique des pays, et contribue à l’augmentation des résistances aux traitements antibiotiques, antipaludiques et antirétroviraux, risquant de compromettre des décennies de progrès contre des pathologies majeures.

 

Les trois Académies et les trois Ordres professionnels réitèrent leur appel solennel aux Pouvoirs Publics pour mettre, au plus vite, un terme à ce scandaleux trafic, qui frappe les plus pauvres parmi les malades, afin qu’il ne demeure pas un crime sans châtiment.