Communication scientifique
Publié le 10 juin 2020

L’usage récréatif du cannabis : des effets aux méfaits. Données épidémiologiques

MOTS-CLÉS : Cannabis, Tétrahydrocannabinol, Épidémiologie, Addiction
Recreational use of cannabis: From effects to harm. Epidemiological data
KEY-WORDS : Cannabis, Tetrahydrocannabinol, Epidemiology, Addiction

J.-P. Goullé (a, b), M. Guerbet (a)

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.
Étant donné le contexte sanitaire épidémique lié au Covid-19 du mois de mars 2020, la présentation orale de cette communication en séance à l’Académie a été reportée.

Résumé

À l’heure où l’usage médical de la plante « cannabis dit thérapeutique » est pratiquement acté dans notre pays, l’ouverture à son usage récréatif constitue la suite logique, à l’image de la chronologie toujours suivie dans tous les pays. En effet, ceux qui ont légalisé la drogue – le végétal – ont auparavant approuvé son emploi en thérapeutique, étape de « justification » qui semble incontournable. Il nous a donc paru opportun de rappeler les effets et les méfaits de la drogue dans le cadre de son usage récréatif. Les enquêtes en population générale réalisées en France depuis 25 ans par Santé publique France et l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, permettent de suivre l’évolution de la consommation de substances psychoactives. Une attention toute particulière est portée aux usages de cannabis qui, dans un contexte de large diffusion depuis un quart de siècle n’ont cessé de progresser parmi les jeunes générations, mais également parmi les adultes plus âgés. La France est le pays européen dont la prévalence de consommation de cannabis est la plus élevée chez les jeunes et les adultes. En 25 ans, sa diffusion n’a cessé de s’étendre et le taux d’expérimentation a été pratiquement multiplié par 4. Estimé à 12,7 % en 1992, il atteint 44,8 % en 2017. De surcroît, en 2017, ce sont 25 % des usagers dans l’année de 18 à 64 ans qui présentent un risque élevé d’usage problématique ou de dépendance. Ce chiffre est inquiétant car il est en progression constante, il affecte 3 % des 18–64 ans, soit un peu plus d’un million de personnes.

Summary

As the medical use of so-called “therapeutic cannabis” is in the process of being approved in France, the opening to its recreational use is the next logical step, as it has been always the chronology followed in all countries. Indeed, those who have legalized the drug have previously approved its therapeutic use. This “justifying a project phase” stage seems unavoidable. Therefore, it is appropriate to recall the effects and misdeeds of the drug during its recreational use. The general population surveys carried out in France for 25 years by public health France and the French Observatory of Drugs and Drug Addiction, have followed the evolution of psychoactive substances consumption. Particular attention was focused on cannabis use, which, in a context of wide dissemination for a quarter of a century, rose steadily higher among younger generations, but also among older adults. France is the European country with the highest prevalence of cannabis use among young people and adults. Last 25 years, its diffusion has continued to expand, and the experimentation rate multiplied by near 4. Estimated at 12.7% in 1992, it reached 44.8% in 2017. Moreover, 25% of users in the year aged from 18 to 64 years old were at high risk of problematic use or dependence in 2017. This figure is worrying because it is constantly increasing; it affects 3% of 18–64-year-old, just over a million people.

Accès sur le site Science Direct : https://doi.org/10.1016/j.banm.2020.04.001

Accès sur le site EM Consulte

(a) UR ABTE EA 4651, faculté de médecine et de pharmacie, Normandie université, UNIROUEN, 22, boulevard Gambetta, 76183 Rouen cedex, France. (b) Académie nationale de médecine, 16, rue Bonaparte, 75272 Paris cedex 06, France

Bull Acad Natl Med 2020;204:543—550. Doi : 10.1016/j.banm.2020.04.001