Communication scientifique
Séance du 12 juin 2018

Les prothèses d’épaule : résultats à moyen et long terme

MOTS-CLÉS : PROTHÈSES D'ÉPAULE. OMARTHROSE. FRACTURES EXTRÉMITÉ SUPÉRIEURE DE L'HUMÉRUS
Shoulder arthroplasties: mid and long term results
KEY-WORDS : SHOULDER ARTHROPLASTY. SHOUDER OSTEOARTHRITIS. SHOULDERS FRACTURES

Jean-François KEMPF*

L'auteur déclare n'avoir aucun lien d'intérêt relation avec le contenu de cet article.

Résumé

La prothèse d’épaule est la troisième arthroplastie pratiquée derrière la prothèse totale de la hanche et du genou en chirurgie orthopédique et traumatologique. Deux types d’implant sont à notre disposition : la prothèse totale anatomique et la prothèse inversée. La prothèse totale anatomique reproduit au mieux l’anatomie de l’épaule et est utilisée pour traiter les affections dégénératives et certaines fractures. Les résultats obtenus sont bons à court et moyen termes (5 à 10 ans), avec un score fonctionnel de Constant d’environ 95 %. À long terme, au-delà de 15 ans, la situation se dégrade en raison principalement d’un descellement du composant glénoïdien. Les pistes suivies actuellement pour améliorer la survie de cette arthroplastie et l’amélioration des matériaux et du design de la glène prothétique et de la technique de pose par l’utilisation de la navigation, de la planification numérique ou encore des ancillaires de pose dédiés au patient. La prothèse inversée d’épaule est une invention française du professeur Paul Grammont qui a révolutionné le traitement des omarthroses excentrées par grande rupture de la coiffe des rotateurs, des fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus de la personne âgée. Néanmoins son taux de complication reste élevé, supérieur à 10 % et la survie de cet implant : Les résultats à long terme, à plus de 10 ans et plus restent bons, avec un score de Constant d’environ 70 % et un taux de survie de 95 % des prothèses inversées mises en place pour une omarthrose excentrée, de 88 % pour les séquelles de fracture et de 80 % dans les reprises. Les encoches du col de la scapula sont par contre très fréquentes (50 à 70 %) et menacent la tenue de l’implant glénoïdien (glénosphère) à très long terme. Les progrès sont attendus par l’aide informatique pour placer la métaglène en position optimale pour éviter ces encoches, en l’orientant et en le translatant vers le bas, en le latéralisant par greffe osseuse (bio-RSA) ou en utilisant des implants quasi sur mesure pour obtenir cette latéralisation mais aussi palier à une usure de la glène asymétrique ou à une perte de substance osseuse dans la chirurgie de reprise. Le but à atteindre est d’éloigner au maximum la prothèse humérale du col de la scapula.

Summary

The shoulder prosthesis is the third most frequent arthroplasty performed, behind the total hip and knee prostheses, in orthopedic surgery and traumatology. Two types of implant are at our disposal: the total anatomic prosthesis and the Reversed Shoulder Arthroplasty (RSA). The total anatomic prosthesis is closest to the anatomy of the shoulder and is used to treat degenerative diseases and some fractures. The results obtained are good in the short- and medium-term (5 to 10 years), with a Constant functional score around 95%. In the long term, beyond 15 years, the situation deteriorates mainly due to loosening of the glenoid component. To improve the survival of this arthroplasty, the materials and design of the prosthetic glenoid and the surgical technique, we hope that navigation, digital planning or aids for positioning dedicated to the patient could be useful. The RSA is a French invention of Professor Paul Grammont that has revolutionized the treatment of eccentric omarthroses by large rupture of the rotator cuff, fractures of the upper end of the humerus of the elderly. Nevertheless, its complication rate remains high, higher than 10%. The long-term outcomes, (10 years or more) remain good, with a Constant score of about 70% and a the survival rate is 95% of the reverse prostheses for eccentric omarthrosis cases, 88% for the fracture sequelae and 80% for the re-interventions. The notches of the neck of the scapula are very frequent (50 to 70%) and threaten the future of the metaglene in the very long term (>15 years). Progress is expected by the computer help to place the metaglene in an optimal position to avoid these notches, by orienting it and translating it downwards, by lateralizing it by bone graft (bio-RSA) or by using almost custom-built specific implants with lateralized augment system features to achieve this lateralization but also to palliate wear of the asymmetric glenoid or loss of bone substance in revision surgery. The goal is to move the humeral prosthesis away from the scapular neck as much as possible.

Entretien avec le Pr Jean-François KEMPF le 12/06/2018 à l’ANM :

*CCOM avenue Baumann 67400 Illkirch-Graffenstaden

Version prépresse mise en ligne le 13/06/2018