Rapport
Séance du 9 octobre 2018

Les douleurs chroniques en France. Recommandations de l’Académie nationale de médecine pour une meilleure prise en charge des malades

MOTS-CLÉS : DOULEUR CHRONIQUE, STRUCTURES SPECIALISÉES DOULEUR CHRONIQUE, TRAITEMENT ANTALGIQUE, FORMATION, RECHERCHE
Chronic pain in France. Recommendations of the French Academy of Medicine for better pain management of the patients
KEY-WORDS : CHRONIC PAIN, SPECIALIZED STRUCTURES CHRONIC PAIN, TRAINING, RESEARCH

Patrice QUENEAU, Alain SERRIE, Richard TRÈVES , Daniel BONTOUX au nom d'un groupe de travail

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec le sujet abordé.

Résumé

Près de 20 millions de français (environ 30 % de la population adulte) souffrent de douleurs chroniques rebelles aux traitements antalgiques conventionnels.

La France a été l’un des premiers pays déterminés à lutter contre la douleur chronique, en mettant en place plusieurs plans gouvernementaux.

Toutefois, l’état actuel fait apparaitre de réelles menaces sur la prise en charge des malades douloureux chroniques, en raison :

-de départs prochains à la retraite de nombreux médecins spécialisés, qui avaient créé les “structures spécialisées douleur chronique” (SDC)

– et de grandes difficultés de recrutement de leurs successeurs.

L’Académie nationale de médecine émet les recommandations suivantes :

1 – Consolider l’existence des 273 SDC pour les années à venir.

2 – Désigner, au sein de chaque faculté de médecine, un « coordinateur universitaire douleur » rattaché à la sous-section « Thérapeutique-médecine de la douleur » du Conseil national des Universités ou à une des grandes disciplines universitaires concernant la douleur.

3 – Veiller au renouvellement des équipes des SDC par :

-des médecins ayant reçu une formation spécialisée transversale (FST) « Médecine de la douleur », en plus de leur Diplôme d’études spécialisées (DES) d’origine

-d’autres soignants (infirmières, psychologues, physiothérapeutes…) ayant bénéficié d’une formation « douleur ».

4- En plus de l’indispensable formation initiale de tous les médecins et soignants à la spécificité de la douleur chronique, faciliter l’accès à des formations complémentaires sur les nouvelles approches non médicamenteuses, technologiques et psycho-sociales.

5 – Développer la recherche clinique et fondamentale translationnelle par la mise en place de choix stratégiques, politiques et organisationnels.

Summary

Nearly 20 millions (approximately 30 % French adult population) suffer from chronic pain in France, refractory to analgesic treatments.

France was one of the first countries determined to fight against chronic pain, by setting up several governmental plans.

However, the present situation reveals real threats about chronic painful sickness care, because of numerous upcoming doctors’ retirements which induce a questioning on the recruitments of their successors.

The French Academy of Medicine purposes 5 recommendations:

 

1 Strengthen the existence of 273 specialized structures chronic pain  (SPC) for coming years.

 

2 – Appoint in every university department an « university pain coordinator » connected with the sub-section «Therapeutics-Pain medicine » of the National University Council or in one of the major university disciplines concerning pain.

 

3- Ensure teams renewal of the SPC by doctors having received a transverse specialist training (TST) « pain », in addition to  their specialty diploma.

4-Improve the initial and continuous training of all the doctors and nurses. Value the time dedicated to the sick person, as well as with the non- medicinal and psychosocial approaches.

5 – Develop the interdisciplinary clinical and fundamental research by the implementation of strategic, political and organizational choices.