Rapport
Session of 14 janvier 2020

La lutte contre l’antibiorésistance dans la politique nationale de santé

MOTS-CLÉS : Résistance aux antibiotiques, Santé publique, Recommandations
Public health policies to prevent antimicrobial resistance
KEY-WORDS : Drug Resistance, microbial; Public health; Recommendations

Anne-Claude CRÉMIEUX (1) (rapporteur), Laurence ARMAND LEFÈVRE (2) , Vincent JARLIER (3) , Marie-Cécile PLOY (4) et Yves BUISSON (5) pour la Commission VII (maladies infectieuses et tropicales).

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts avec le sujet abordé.

Résumé

Les antibiotiques et les progrès des vaccins et de l’hygiène ont fait chuter la mortalité liée aux maladies infectieuses. Cet acquis est menacé par la prescription incontrôlée d’antibiotiques, principale cause de la progression de la résistance bactérienne. Alors qu’en 2001 des campagnes d’information avaient permis de réduire la consommation communautaire d’antibiotiques de près de 25 %, leur consommation augmente depuis 2004, dépasse de 30 % la moyenne européenne et situe la France au 4e rang derrière la Grèce, la Roumanie et l’Espagne. Une régulation de la prescription doit être mise en œuvre sans délai, associée à des campagnes d’information visant les professionnels et le public. Préserver l’avenir des antibiotiques est une urgence qui doit s’intégrer dans les préoccupations de développement durable auxquelles nos concitoyens sont de plus en plus sensibles. L’Académie nationale de médecine recommande de faire de la lutte contre l’antibiorésistance une grande cause nationale ; de limiter le remboursement de l’antibiothérapie curative à sept jours, de généraliser l’aide à la prescription d’antibiotiques dans les établissements de santé et dans la communauté ; de renforcer la couverture vaccinale et les actions d’hygiène préventive ; enfin de promouvoir la recherche.

Summary

Antibiotics together with vaccination and hygiene reduced mortality from infectious diseases. This achievement is threatened by the progression of microbial resistance largely related to misuse of antibiotics. While in 2001, national campaigns reduced the consumption of antibiotics in the community by almost 25%, antibiotic prescription has increased since 2004, exceeding in France the European average by 30% and making France the fourth higher antibiotic consumer behind Greece, Romania and Spain. To overcome this public health challenge innovative measures to regulate prescription, but also hygiene and vaccination, must be implemented and combined with major campaigns aimed at professionals and the public. Preserving the future of antibiotics is an emergency that must be integrated into the sustainable development concerns that our citizens are increasingly sensitive to. The National Academy of Medicine recommends making the fight against antibiotic resistance a major national cause; to limit the reimbursement of curative antibiotic therapy to seven days, to generalize aid for the prescription of antibiotics in health establishments and in the community; to strengthen vaccination coverage and preventive hygiene actions; finally to promote research.

(1) Membre correspondant de l’Académie nationale de médecine, Service des maladies infectieuses, Hôpital Saint Louis, APHP, Université de Paris. (2) Service de bactériologie, Hôpital Bichat, APHP Université de Paris (3) Membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine, Université Paris 6 (4) UMR 1092, Université de Limoges, CHU de Limoges (5) Membre de l’Académie nationale de médecine