Version pre-print

Communication scientifique

Cardiomyopathie Diabétique : une entité spécifique ?

Mots-clés : CARDIOMYOPATHIES. COMPLICATIONS CARDIAQUES DU DIABÈTE

Is Diabetic Cardiomyopathy a specific entity?

Key-words (Index medicus) : DIABETIC CARDIOMYOPATHIES. HEART DISEASES

Jean-Paul BOUNHOURE *, Michel KOMAJDA *

Résumé

La cardiomyopathie diabétique (CMD) est la conséquence des altérations de structure et de fonction du myocarde survenant chez les diabétiques indépendamment des facteurs de risque. La CMD est d’origine multifactorielle et plusieurs facteurs cellulaires, moléculaires et métaboliques sont impliqués dans sa genèse. L’hyperglycémie et l’insulino-résistance jouent un rôle clé et déclenchent une cascade de processus adaptatifs nuisibles perturbant la voie glycolytique normale, entraînant l’oxydation d’acides gras libres, la surproduction d’ions superoxydes, altérant les mouvements calciques trans-membranaires et causant une stimulation neurohormonale délétère. Ces processus aboutissent à l’hypertrophie ventriculaire gauche, à des dépôts de collagène et à la fibrose, augmentant la rigidité myocardique, altérant la relaxation et réduisant le remplissage ventriculaire. L’atteinte de la fonction diastolique et plus tardivement de la fonction systolique est mise en évidence par les techniques actuelles d’imagerie myocardique, l’échocardiographie et le doppler tissulaire pulsé. Au début, les altérations fonctionnelles myocardiques sont réversibles avec un contrôle métabolique rigoureux mais elles deviennent rapidement irréversibles et aboutissent à l’insuffisance cardiaque en dehors de toute autre comorbidité. Les traitements classiques de l’insuffisance cardiaque sont bénéfiques dans la prise en charge de la CMD mais des stratégies spécifiques pour la prévention et le traitement de la CMD sont encore à l’étude. 

Summary

Diabetic cardiomyopathy (DCM) is a myocardial dysfunction occurring in the absence of well known risk factors, such as coronary artery disease atherosclerosis and arterial hypertension. Several physio-pathological mechanisms thought to be responsible for DCM have been evocated: the etiology of DCM is multifactorial and several cellular, molecular and metabolic factors are implicated. Hyperglycemia and insulin resistance play key-roles: they trigger a cascade of harmful adaptative processes, and result in non-enzymatic glycosylation of several proteins, reactive oxygen species formation, increased fatty acid oxidation, impaired calcium handling and increased neurohormonal activation. All these factors contribute to the myocardial dysfunction. These processes are thought to be responsible for myocardial hypertrophy and fibrosis, collagen deposition, altered relaxation, increased myocardial stiffness and early diastolic and late systolic dysfunction. Traditional treatment of heart failure is beneficial in diabetic cardiomyopathy but specific strategies for prevention and treatment of cardiac dysfunction in diabetic DCM patients have not been clarified yet. Regular glycemic control and early administration of neurohormonal antagonists remain the cornerstone of therapeutic approaches , newer New treatment agents are currently being explored.

Télécharger l'article en version pre-print (PDF)

* Membre(s) de l'Académie de Médecine

Les auteurs déclarent n’avoir aucun lien d’intérêt en relation avec le contenu de cet article.